Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2018

Le PDG de Bayer confond cancérologues et idéologues

Bayer.jpg

Et ça en dit long sur la société dans laquelle nous entrons : 


 

L'état d'esprit des grands patrons serait-il caricatural ? PDG du géant pharmaceutique et agro-chimique Bayer (qui rachète Monsanto), M. Werner Baumann vient de déclarer : "Le progrès ne doit pas être stoppé en raison d'un renforcement des fronts idéologiques".

Pour comprendre en quoi cette phrase est caricaturale, il faut voir ce qu'elle vise :  il s'agit du débat - notamment français - sur une interdiction du glyphosate.

Ce débat a un double point de départ :  d'une part, l'avis du Centre international de lutte contre le cancer (CIRC), qui juge le glyphosate "probablement cancérogène" ; d'autre part, le scandale des agences scientifiques allemande et bruxelloise qui ont jugé le glyphosate inoffensif en fonction de "rapports" fournis par... Monsanto et Bayer.

Quand M. Baumann (Bayer) qualifie d'idéologues ceux qui prêtent attention à l'avis du CIRC, il assimile donc la cancérologie à une idéologie. En quoi serait-elle une idéologie ? En ceci qu'elle contredit les intérêts commerciaux de Bayer-Monsanto.

Depuis la prise du pouvoir globale par le néolibéralisme dans les années 1990, en effet, le mot "idéologie" a perdu son sens neutre classique ("système d'idées") pour prendre un sens instrumental au service de l'économique :  toute analyse défavorable au néolibéralisme est déclarée "idéologique", donc disqualifiée, "idéologique" étant désormais synonyme de "pas sérieux mais inquiétant" ; glissement de sens conforme à la mentalité comptable devenue l'ultima ratio du monde actuel.

M. Baumann est bien de son temps quand il voue aux poubelles sociétales un avertissement des cancérologues   - qui ne sont évidemment pas des comptables.

Ajoutons à cela que Monsanto mène depuis un an une campagne de diffamation personnelle systématique contre les cancérologues, comme naguère le firent les industriels du tabac. Campagne relayée par les médias libéraux-conservateurs français rendus fous par l'effet Trump...

Et pour donner la mesure du cynisme des géants de l'agro-chimique, notons que le super-géant né de la fusion Bayer-Monsanto ne portera que le nom de Bayer ! M. Baumann sait que le nom de Monsanto est plombé par trop de scandales, qu'il niera les yeux dans les yeux si on lui en parle, mais qu'il connaît bien et dont il ne veut pas encombrer Bayer : l'image de ce groupe est déjà suffisamment problématique... On peut peser des dizaines de milliards d'euros et se méfier tout de même, un peu, de l'opinion des gens.

 

 

 

MonsantoBayer.jpg

 

Commentaires

BOYCOTT ?

> Pour marquer la désapprobation à notre niveau, si on commençait par boycotter les produits de chez Bayer ?
Pour cela, je souhaiterais savoir comment nous informer sur tout ce qui se vend sous leur marque ? Il me semble qu'en pharmacie leur nom est marqué sur les médicaments mais pour le reste ?
D'autre part ce pdg sulfureux ne devra pas s'étonner si le nom de sa firme remplace "mondiablo" dans la perception des gens, pour moi c'est fait :-> d'autant plus que cette marque avait déjà été mêlée à plusieurs scandales (cf l'article de wikipedia)
______

Écrit par : laureline / | 05/06/2018

BAYER

> Le logo Bayer s’affichant en croix celte, Monsanto et son rameau de buis (ou d'olivier), associé à la marque qui heureusement disparaît… Les agrochimistes nous la bayent et la bavent belle.
Je pense que nous devrions faire un procès à l'idéologue Bayer, en tant que catholiques, pour exploitation, détournement et disqualification de symbole chrétien… (notez que je n’ai pas parlé d’ordre nouveau selon Bayer, vu les détournements de la croix celtique opérés par des fachos bien de chez nous, mais j’aurais pu…).
______

Écrit par : Denis / | 05/06/2018

SOCIÉTÉ DE MARCHÉ

> Je vous trouve bien optimiste. Nous sommes dans la société de marché. Vu ses difficultés la réponse classique est que "Puisque le système est bon et qu'il y a des difficultés, c'est qu'il n'y a pas assez de système. Il faut donc en mettre plus pour résoudre les difficultés." Cela ne marche pas.
Ici, j'aime énormément l'idée du bon grain et de l'ivraie. Il ne nous appartient pas d'éliminer l'ivraie. Il nous appartient de faire avec.
C'est une garantie d'avoir toujours des difficultés mais quand je pense aux idéologies totalitaires, je me dis que c'est pas si cher payé.
______

Écrit par : DidierF / | 06/06/2018

LA FUSION

> Bayer qui inonde ces temps-ci les lucarnes tévé de pubs pharmaceutiques. Renforçant ainsi l'association du nom Bayer avec une image positive de défense de la santé (donc de la vie).
Il est hautement utile et salutaire de divulguer cette fusion Monsanto-Bayer (moi-même je viens de la découvrir par ce blog !) afin que Bayer puisse "bénéficier" de la sulfureuse réputation de Monsanto.
Le public a besoin d'être informé (en particulier des manoeuvres tortueuses de tous ces groupes gigantesques qui s'ingénient à brouiller les pistes pour mieux masquer leurs sales coups et leurs crimes...)
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 06/06/2018

IDÉOLOGIE

> C'est la pelle qui se fout du manche : l'ultralibéralisme est une idéologie max !
Je suggère par ailleurs qu'on continue dans les médias à accoler "Monsanto" à "Bayer", histoire de leur faire assumer un peu -pour une fois...
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 06/06/2018

à DF
Pourquoi tout de suite crier à la censure ? Hier j'étais absent pour cause de récollection.
______

Écrit par : PP à DF | 07/06/2018

@ Fernand Naudin

> Oui ils se foutent de nous mais M'sieur Fernand n'est pas sans savoir que "les cons ça ose tout et que c'est à ça qu'on les reconnaît."
j'aime bcp l'expression "C'est la pelle qui se fout du manche".
______

Écrit par : eric levavasseur / | 07/06/2018

@ DidierF:

> il est heureux que vous rappeliez la parabole agraire du bon grain et de l'ivraie à propos de Monsanto! !
S'il est en effet vérifié scientifiquement que laisser pousser les "mauvaises herbes" participe de l'écosystème et que tout l'art du paysan est donc d'agir le moins possible, vouloir l'appliquer en politique est par contre erroné: Jésus nous parle des personnes, chez qui tout reste toujours possible, à commencer par le meilleur, et jusqu'au dernier souffle ; non des structures de péché.
Face à ce qui risque de gangrener tout le corps, Jésus n'y va pas par quatre chemins: amputons. C'est ainsi qu'il vaut mieux entrer sans Bayer-Monsanto dans un monde viable que de le laisser détruire toute vie sur terre par peur de trancher dans le vif (du libéralisme).
En dicton populaire: aux grands maux les grands moyens.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 07/06/2018

@ Anne

> Sur ce coup-là, je suis en phase avec DidierF : éradiquer une structure de péché, c'est souvent (toujours ? ) lui substituer une autre, dix fois pire que sa devancière...
Sincèrement, je crois de moins en moins au "changement de paradigme" général et volontaire cher aux cercles décroissants. L'esprit humain est fait de telle façon qu'il offre une capacité de déni phénoménale devant l'évidence.
Pour rompre avec notre société productiviste, il faudrait une catastrophe, qui marque durablement les esprits et les chairs, sur plusieurs générations.
"Ah, je suis désolée Madame, mais, en bleu, je n'ai plus de paire en 32 pied gauche, 68 pied droit. Pourtant, j'étais persuadée qu'il m'en restait une. Ah, mon Dieu ! Où ai-je les têtes, aujourd'hui ? "
______

Écrit par : Feld / | 07/06/2018

Cher Feld,

> si je te suis bien, il ne fallait pas suivre Jeanne en 1528, ni entrer en résistance en 40?
Pour ma part je ne peux pas laisser aux idéologies le monopole de la foi en l'homme, mais je me vis poussée, par-delà toutes les déceptions,à croire encore et encore en ma génération, et, déformation professionnelle?, à penser que j'ai aussi ma part de responsabilité, par mon regard, dans la sinistrose actuelle et la médiocrité de nos contemporains.
Peut-être aussi nous faut-il penser moins, au sens où la raison raisonnante a l'orgueil nihiliste (et en ce sens Luther a raison de l'appeler "la putain du diable"), et agir plus?
Même si ce n'est que goutte d'eau? Justement parce que ce n'est que goutte d'eau!
La vie est cette provocation qui se rit des toutes puissantes lois de la physique et ,même si ce devait être une dernière fois sur notre chère Terre, réveillons en nous sa joyeuse folie pour lui rendre l'hommage qu'elle mérite!
______

Écrit par : Anne Josnin | 08/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.