Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2018

Bétonner le littoral : nouvelle étape du macronisme ?

Idéal libéral : la Bretagne de demain

le-littoral-francais-bientot-betonne-1527623040.jpg

Associations et élus (certains d'entre eux...) ont forcé le pouvoir à reculer sur quelques points, freinant ainsi les LREM business-friendly. Mais l'amendement-engrenage demeure. Là aussi on va "implémenter la disruption", comme disent les macronistes :


 

La loi littoral de 1986, à laquelle les Français sont pourtant très attachés, fait partie de ces "freins à la croissance" que la Macronie méprise et veut supprimer. D'où la réforme déclenchée en 2018 : elle veut donner aux élus locaux liberté "d'adapter", c'est-à-dire d'interpréter cette loi de façon laxiste via les SCOT (schémas de cohérence territoriale), rouvrant ainsi aux promoteurs immobiliers des espaces qui leur étaient fermés depuis 1986. On sait que pour M. Macron, la loi n'a plus pour objet de fixer des cadres pour le bien commun - mais "d'accompagner" les intérêts privés.

Alors que le mitage du territoire progresse d'année en année et que la pression démographique s'alourdit sur le littoral, l'Union des associations pour la défense du littoral souligne le danger de cette réforme : "C'est la possibilité d'élargir le périmètre des hameaux, et donc l'extension de l'urbanisme en zone diffuse... Il a fallu des années pour construire une jurisprudence qui distingue les hameaux (jusqu'à présent protégés) des villages, or cette jurisprudence va tomber et laisser les associations démunies, tandis qu'un certain nombre d'élus, sous la pression des promoteurs, vont s'engouffrer dans la brèche !"  (Libération 4/05).

Il faut donc relativiser les reculs concédés par le pouvoir vendredi. Certes les nouveaux textes renoncent - pour l'instant - à certains projets solaires gênants pour le tourisme, et restreignent les permis de construire entre deux bâtiments dans les "secteurs déjà urbanisés". Mais le vrai danger, comme on le dit plus haut, est le flou juridique créé en faveur d'une interprétation laxiste qui permettra l'extension des hameaux par transformation en zones résidentielles progressives. Ainsi, bien sûr, que les "dérogations en faveur des bâtiments agricoles" obtenues par les productivistes de la FNSEA...

 

Lire aussi :  https://mrmondialisation.org/la-loi-littoral-menacee/

 

 

 

Plage bétonnée à Monaco

220px-MonteCarloPlage.jpg

 

Commentaires

L'INVASION DES "DÉVELOPPEURS"

> ...Et ventiler les campagnes beauceronne pour les beaux yeux d'H2air, "développeur et exploitant indépendant" : pollution visuelle pour les marcheurs, amoureux de la cathédrale de Chartres. Combat de David contre Goliath ?
https://www.lechorepublicain.fr/saint-denis-des-puits/travaux-urbanisme/ruralite/2018/05/20/des-opposants-au-projet-dimplantation-d-un-parc-eolien-rassembles-a-saint-denis-des-puits_12854983.html
______

Écrit par : isabelle / | 04/06/2018

MARCHEURS

> Le saccage du paysage de Beauce par les Développeurs fera plaisir à certains pèlerins de Chartres "croisés contre les deux périls" : l'écologie (les Développeurs sont contre) et l'islam (les Développeurs ne sont pas musulmans).
______

Écrit par : Charles Péguy / | 04/06/2018

LA LOI ELAN

> Merci pour cette info (de quoi sont faits les réformes économiques du gouvernement) mais je vous propose d'expliquer au complet le problème de la Loi ELAN qui decide, au nom d'une croissance "absurde" que les ABF, c'est inutile et que les HLM seront construits sans architectes et sans concours d'architectures donc en plus du Littoral, c'est tout le patrimoine français qui est menacé !!
A ce titre, je me permets de vous passer le lien de Site & Monuments :http://www.sppef.fr/2018/05/29/communique-fne-sm-cnoa-un-mauvais-elan-pour-nos-villes/
Bref, Macron sous couvert de bien ne sert que les intérêts des lobbies...
______

Écrit par : Mauduit / | 04/06/2018

JOYCE

> Comme le disait James Joyce dans Finnegans Wake (chapitre 6), et ça frappe sa devise pour nos liber-liber: L'ébriété, Frotternité et qualité...
______

Écrit par : Aventin / | 04/06/2018

À LA VA-VITE

> Des décisions politiques sur le long terme sont prises à la va-vite. On dirait presque un auto-sabordage avant de heurter l'iceberg !
Concernant la Beauce, j'ai du mal à y voir autre chose que du saccage, déjà à l'heure actuelle: un plateau sans quasiment aucune biodiversité (même l'homme y semble absent, tout semble prévu pour des machines automatisées et actionnées depuis la salle des marchés), mono-culture intensive, pesticides etc.
Les trajets interminables sur la N20 m'ont peut-être traumatisé !

TZ


[ PP à TZ - Vous avez parfaitement raison sur ce que les céréaliers agro-industriels ont fait de la Beauce sur le plan agricole. La discussion ici ne porte plus que sur le paysage, du point de vue du pèlerin... ]

réponse au commentaire

Écrit par : TZ / | 05/06/2018

MORAL

> Pour se remonter le moral :
https://www.festival1milliondarbres.com/
https://www.reforestaction.com/appel

Pour ce qui est de la Beauce et de la Brie etc: en plus c'est colonisé par les Windsor et les Grimaldi et autres, qui n'en ont pas besoin pour vivre, pour eux c'est un placement, pas un besoin.
Et tenez vous bien, ils touchent des aides (sic) pour ces terres : http://www.leparisien.fr/une/des-industriels-et-le-prince-de-monaco-aides-par-bruxelles-28-05-2009-528418.php
"Le prince Albert de Monaco reçoit en effet une subvention de 253 986 € de Bruxelles pour son soutien aux cultures « propres »
la terre doit appartenir à qui la travaille.
______

Écrit par : eric levavasseur / | 05/06/2018

UN MAIRE DICTATEUR

> et bientôt peut-être le bétonnage des églises ?
des églises qu'on fait fermer pour en faire des galeries marchandes peut-être ?
ça commence grâce au maire LR de Roncq qui fait fermer une église sans concertation au motif qu'elle n'est pas en bon état avant de donner la vraie raison que voici:
"Je n’ai pas besoin de deux clochers à Roncq, les deux églises sont distantes d’1,2 km"
ah ?
Après macron qui parle de SON peuple, voilà un maire qui croit que les églises sont là pour le servir ?
"L’église doit animer un quartier, être ouverte à tous. Ce n’est pas ce que permet le culte."
Dictatorial et aberrant.
Dans ces conditions, on pourrait dire à ce monsieur que son mariage étant exclusivement vécu avec madame, il n'est pas ouvert à tous ?
à Roncq, un successeur de Staline est né mais avec une logique parfaitement financière : je paie, j'ai le droit ("c'est ce que disent les clients de prostitués) voyez plutôt :
"je veux garder ce clocher, la ville a déjà investi un million d’euros pour l’extérieur de St Roch"
Bref : je paie donc c'est à moi. Il faudrait lui expliquer aussi que depuis les Mérovingiens les choses ont évolué et que le pouvoir n'est plus patrimonial.
S'il faut fermer les églises au motif que tout le monde n'est pas catholique, ce maire va t-il fermer les écoles au motif que tout le monde n'a pas d'enfants ?
https://fr.aleteia.org/2018/06/03/un-maire-decide-de-fermer-une-eglise-leveque-monte-au-creneau/
______

Écrit par : E levavasseur / | 05/06/2018

Cher Eric Levavasseur

> "la terre doit appartenir à qui la travaille", pas forcément.
En fait juste au sens mis en lumière par Léon XIII dans l'encyclique 'Rerum novarum' http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/fr/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_15051891_rerum-novarum.html
On voit bien le distinguo mise en valeur d'une terre (fruit du labeur) et exploitation d'une ressource naturelle - ou encore spéculation: On ne parlait pas encore de 'land grabbing' ou accaparement des terres, mais l'idée que la menace existe est sous-jacente aux propos pontificaux (déjà).
Notez que ces pratiques n'atteignent pas les domaines du prince Albert, d'ailleurs la famille Grimaldi paraît avoir plutôt une gestion bon père de famille, et relativement respectueuse, raisonnée, pour ce qui est de son foncier agricole en France.
Ramené à certaines d'entre nos côtes, montagnes, forêts, à nos sous-sols, cours d'eau, mers et océans, bien aménager consiste la plupart du temps à ne rien aménager - c'est-à-dire ne surtout pas les laisser à ceux qui entendent les "travailler", mais au contraire en faire un bien commun, un patrimoine qui peut être privé mais dont la gestion très encadrée se veut protectrice et conservatiste: d'où la nécessité (déplaisante aux liber-liber) de contraintes légales considérables, d'où la nécessité aussi, pour le sujet qui nous occupe, d'institutions du type conservatoire du littoral, convenablement dotées de préférence.
______

Écrit par : Aventin / | 06/06/2018

@ Aventin

> Les Grimaldi n'ont aucun besoin de ces terres pour vivre, contrairement aux paysans français qui, en plus, ont du mal à en trouver.
Les Grimaldi n'en ont pas besoin. Point.
On n'est pas là pour préserver des modes de vie et des trains de vie, mais pour que chacun ait de quoi vivre.
Assez de cette nostalgie à la 'Autant en emporte le vent'.
Quant à voir dans le fait qu'ils les exploitent en "bon père de famille, et [de manière] relativement respectueuse, raisonnée" un argument pour qu'ils continuent à les conserver/à en spolier les paysans nécessiteux n'est que vision coloniale & paternaliste.
Car les paysans locaux en sont parfaitement capables & ils le prouvent de jour en jour vu le nombre grandissant d'agriculteurs travaillant en raisonné ou en bio.
C'est un vaste problème dans le monde agricole : vente à investisseurs, urbanisation, parkingolâtrie, etc.
https://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2018/02/19/paysans-francais-depossedes-de-leurs-terres
______

Écrit par : eric levavasseur / | 07/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.