Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2018

Wim Wenders : un film authentiquement évangélisateur

0230752.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Un homme de parole, le film de Wim Wenders avec le pape François. Je l'ai vu ce matin en projection de presse, et je veux en dire un mot tout de suite - avant d'en reparler quand il sortira le 12 septembre :


Certains l’ont vu à Cannes et nous pourrons tous le voir en septembre. C’est une oeuvre à couper le souffle. J'en dirai plus à la rentrée, mais il faut tout de suite savoir que ce film est un événement pour trois raisons.

> C’est l’oeuvre d’un grand cinéaste.Trois fois nommé aux oscars, Lion d’or à Venise, Wim Wenders est notamment l’auteur de Paris-Texas, palme d’or à Cannes, et des Ailes du désir, prix de la mise en scène à Cannes. L’événement, c’est qu’un cinéaste international soit fasciné par le catholicisme du pape argentin : précisément parce que ce pape est de plain-pied avec l’universel et qu’il est, en quelque sorte, le curé du monde – voire des non-chrétiens.

> L'homme de gauche Wenders est un converti, ou plus exactement un catholique "recommençant", depuis la cinquantaine, c’est-à-dire depuis plus de vingt ans. Voilà de quoi remonter le moral à ceux d’entre nous qui auraient tendance à déprimer devant tous ces articles annonçant qu’en Europe le catholicisme n’intéresse personne, etc.

> Ce film confirme  (d'une façon propre à toucher le grand public) que l'authenticité évangélisatrice parle aux gens d’aujourd’hui : le pape François va à leur rencontre comme nous devons tous le faire, il est doué d’un formidable sens de l’écoute et de l’attention aux autres sans lesquelles un chrétien n’est pas en mesure de suivre la recommandation de saint Pierre : "soyons toujours prêts à donner à qui nous les demande les raisons de notre espérance..."

Par l’intermédiaire de Wim Wenders, dans ce film le pape s’adresse à tous. Il donne envie d’en savoir plus sur la foi au Christ. Il parle de l’amour divin et de la liberté humaine, directement, concrètement. Avec lui la foi prend chair et sang, elle transfigure la vie quotidienne. Ce n’est pas un nostalgique : c’est l’homme du présent et de l’avenir, un avenir ressourcé au point d’origine dynamique qu’est le Christ. Le témoignage et l’action du pape François sont "révolutionnaires", il le dit lui-même dans le film et il insiste : "N'ayons pas peur de ce mot, Jésus dans l’Evangile en emploie d'aussi forts et de plus dérangeants !"

Ce qui est révolutionnaire dans la foi au Christ, ce qui fait de cette foi la seule véritable révolution permanente, c’est sa puissance de renouvellement et de réactualisation : la puissance même de l’eucharistie, la puissance de la prière qui transforme en nous le vieil homme en homme nouveau, solidaire de toute la condition humaine et de toute la création qui sera transfigurée dans le Christ.

Nous reparlerons  en septembre de ce film admirable. A la semaine prochaine.

 

 

wim_wenders_a_cannes.png

 

Commentaires

EN LIGNE

> La bande annonce est déjà en ligne :
https://www.youtube.com/watch?v=IvqdYT1vjbc
______

Écrit par : Pierre O. / | 01/06/2018

WENDERS ET SON FILM

> "L'homme de gauche Wenders est un converti, ou plus exactement un catholique "recommençant", depuis la cinquantaine, c’est-à-dire depuis plus de vingt ans."
Nietzsche dans "Aurore" mettait au défi le chrétien de se passer de religion pendant trente ans, et d'y revenir enfin en toute connaissance de cause. Le parcours spirituel de Wenders le ramène donc au bercail. Ce sont les meilleurs qui, après des détours divers, parfois éloignés, reviennent vers la foi. L'Evangile parle de la célèbre parabole du retour de l'enfant prodigue, comme pour dire que se joue là un événement essentiel des temps présents. En l'occurrence, cela donne un film..., mais, avant de crier au chef-d'oeuvre, j'irai d'abord le voir. A suivre.

Bégand


| PP à Bégand :
- Je crois comme vous que nous allons entrer dans l'âge d'une "Eglise de convertis" et de recommençants.
- Personne ne "crie au chef d'oeuvre". Nous ne sommes pas des critiques de cinéma.
Mais ceux qui ont vu ce film constatent que c'est un moyen direct d'évangélisation pour notre temps, et que l'art de Wenders met cette oeuvre très au dessus de ce qu'eût été un film d'amateurs de bonne volonté. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bégand / | 02/06/2018

'DER HIMMEL ÜBER BERLIN'

> Vous rappelez que le "recommençant" Wim Wenders est l'auteur des "Ailes du désir", sorti il y a une trentaine d'années déjà. Rappelons que le titre original du film était "Der Himmel über Berlin", soit "Le ciel au-dessus de Berlin". On y rencontrait des anges. C'était imparfait et admirable. Peut-être l'amorce du recommencement que vous évoquez, sous une forme encore balbutiante (si j'ose dire pour un artiste de cette envergure) ?
______

Écrit par : Sven Laval / | 02/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.