Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2018

L'agro-alimentaire régente toujours la République

les_alimenteurs_documentaire.jpg

Triple capitulation des députés ! Si M. Hulot ne démissionne pas, il sera définitivement carbonisé dans l'opinion des Français :


 

À l'Assemblée nationale, le ministre de la "transition écologique" vient d'essuyer une nouvelle série de désaveux  de la part de l'exécutif  - qui exécute,  comme tous ses prédécesseurs, les ordres de l'industrie agro-alimentaire. Sous la pression du business, en cinquante heures de débats à l'Assemblée nationale autour de la loi Agriculture-Alimentation, le gouvernement a fait échouer plusieurs amendements de santé humaine et de condition animale. Notamment ceux-ci :

Sur la publicité de friandises pour les moins de 16 ans -  L'amendement était proposé par des députés LRM, NG et LFI : un petit Français sur six étant dangereusement en surpoids, il s'agissait d'interdire les campagnes de publicité d'aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés visant les enfants. Mais le gouvernement a fait savoir, le 28 mai, que la loi Agriculture-Alimentation ne devait pas inclure "des choses trop contraignantes". Les députés ont obtempéré...  (Pourtant, le programme de santé publique de Matignon affirmait la nécessité de  "limiter en les réglementant l'influence de la publicité et du marketing alimentaire sur les enfants").

Sur la publicité alimentaire en général -  Élaboré en 2016 contre les maladies cardio-vasculaires, le diabète et l'obésité, le système comparatif "Nutri-Score" (étiquetage par logos de cinq couleurs) signale la valeur nutritionnelle d'un aliment. Il est donc rejeté par Coca-Cola, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Unilever et les grands industriels français du lait. En mai 2018, plusieurs députés (LRM, MoDem, LFI) ont proposé d'introduire dans la loi Agriculture-Alimentation un amendement étendant le Nutri-Score aux publicités de produits alimentaires... Le 10 mai, France Télévisions, TF1, Lagardère et NRJ ont fait savoir aux ministres et aux députés qu'ils s'opposaient à "toute restriction à la publicité alimentaire dans les médias". L'amendement a été repoussé le 27 mai par les groupes LRM et LR ! Le gouvernement renie ainsi à nouveau son propre programme de santé publique, qui disait vouloir "encadrer la promotion des marques associées à des aliments peu favorables ou plan nutritionnel".

Sur le glyphosate agricole - "Cancérogène probable" selon l'Organisation mondiale de la santé, le glyphosate est le principe actif de l'herbicide Roundup de Monsanto. La Commission européenne (notoirement favorable à l'agro-chimique) ayant obtenu en novembre 2017 que l'UE renouvelle l'autorisation du Roundup pour cinq ans, M. Macron avait promis de l'interdire en France "au plus tard dans trois ans". Colère - bien sûr - de la FNSEA ! Donc fléchissement de l'exécutif... Dès février 2018, on fait dire par M. Hulot que les agriculteurs accros au glyphosate seront exemptés de l'interdiction. Et celle-ci tarde à se concrétiser : au printemps, pas un mot du glyphosate dans le projet de loi Agriculture-Alimentation... Cinquante députés LRM proposent donc un amendement pour interdire le glyphosate en 2021 comme l'avait promis M. Macron... Tancés par le ministre de l'Agriculture [*], les autres députés LRM - appuyés par le groupe LR de l'agro-industriel Christian Jacob - rejettent l'amendement ! L'exécutif se met là encore en contradiction avec ses propres promesses, et le voilà en rupture avec les 400 000 Français signataires de la pétition contre le glyphosate.

Bien entendu, Matignon dit aujourd'hui que les promesses non tenues seront tenues un jour et que nous devons "garder confiance". Plus ça change et plus c'est la même chose ; la République française est toujours régentée par l'industrie agro-alimentaire.

__________

[*]  Le ministre (en phase avec la Commission européenne) contredit l'Organisation mondiale de la santé : il estime que "les connaissances" sur la dangerosité du glyphosate ne sont pas assez "approfondies".

 

 

nutri-score-d.jpg

 

Commentaires

AVEC AISANCE

> Et M. Griveaux, porte-parole du gouvernement, d'ajouter qu'il n'y a pas besoin de loi contraignante pour le faire, que le gouvernement trouvera des solutions avec les industriels, etc, etc.
Je ne crois même pas que le gouvernement ait la moindre illusion quant à la confiance qui peut lui être accordée en ce domaine : cela lui est égal. Et c'est posé avec une telle aisance que cela force presque l'admiration.
______

Écrit par : Sven Laval / | 29/05/2018

L'EUROGLYPHOSATE

> N'oublions pas qu'à la suite du rachat par Bayer de Monsanto (qui doit être validé dans les prochains jours par les autorités), le glyphosate deviendra un produit européen, vendu sous brevet détenu par une entreprise européenne (allemande en l'occurrence). Il est peu probable que les lobbies si puissants de Bruxelles ne se payent pas le luxe d'intervenir si besoin auprès des parlementaires nationaux ; or, on sait les groupes de pression allemands particulièrement nombreux et actifs.
D'où la situation actuelle... alors que 90 % des alouettes ont disparu des campagnes françaises et que la production de miel ne cesse de chuter. Mais Bayer est là : le voici à présent maître de toute la chaîne, de l'empoisonnement des sols par glyphosate au traitement des cancers qui en résultent par les médicaments qu'il vend. Triste époque !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/05/2018

LUMIÈRES

> Rien d'étonnant à cela. la république a été créée pour mettre en place un système économique libéral qui n'avait pas cours du temps de la royauté : pas de règles, libéralisation du travail et de l'économie ( tous nos philosophes des lumières étaient pour une économie libérale).
______

Écrit par : Zitoun / | 30/05/2018

ISABELLE AUTISSIER CONTRE LA RÉFORME LITTORAL

> https://www.nouvelobs.com/planete/20180530.OBS7483/loi-littoral-malgre-son-jeune-age-macron-est-tellement-xxe-siecle.html
Remarquable entretien avec Isabelle Autissier qui dénonce l'assouplissement de la loi Littoral, préfigurant une bétonnisation des côtes françaises. Macron souhaite "make our planet great again" et, "en même temps", faire couler des mètres cubes de béton sur le littoral français.
Mme Autissier dénonce également à juste titre la réouverture de mines en Guyane : on ne peut se dire écolo et inciter au saccage de l'environnement. La logique macronienne a ses limites !
Reste à savoir pourquoi M. Hulot reste si discret devant tout cela... Les vrais "patrons" restent à l'évidence MM. Macron et Philippe.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 03/06/2018

SADIQUES

> Totalement d'accord avec Zitoun. Je crois qu'il est plus que temps d'en finir avec ces "Lumières" de m..., qui sont à l'origine de tant d'horreurs.
Sur le sujet, cette courte interview de Bertrand Vergely (qui m'a vraiment donné envie de lire 'Obscures lumières') :
https://fr.aleteia.org/2018/05/29/bertrand-vergely-les-lumieres-nous-rendent-tranquillement-sadiques/
______

Écrit par : Feld / | 03/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.