Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2018

La catastrophe de Pompeo

20180317_USD000_1.jpg

M. Pompeo enclenche l'engrenage d'une guerre d'Iran sur le modèle de la guerre d'Irak :


 

"Mike" Pompeo, ex-chef de la CIA  qui s'est emparé du State Department et joue en duo avec l'autre neocon John Bolton, a lancé hier un ultimatum à l'Iran : il veut priver Téhéran de sa politique régionale, de la modernisation de sa défense, et (à terme) détruire son régime politique.

Cette menace américaine, lourde d'implications bombardières, est accrochée aux mêmes faux prétextes que l'invasion de l'Irak en 2003 :   1. l'existence d'un programme d'armes secrètes de destruction massive, 2. le "soutien au terrorisme".

La première accusation est réfutée par les experts nucléaires de l'AIEA (mais Washington s'en fiche). La seconde accusation consiste à appeler "terroristes" les adversaires politiques et militaires d'Israël.

Envers l'Iran comme naguère envers l'Irak, cet engrenage verbal annonce la guerre et le chaos. Instaurer le chaos est l'arme des néoconservateurs, idéologues acharnés à disloquer le réel pour le recoaguler selon leurs idées fixes. La destruction de l'Irak fut la première étape. La destruction de l'Iran doit suivre, puis l'invention d'un Sunnistan taillé dans les territoires de l'Irak et de la Syrie et confié à la tutelle saoudienne... Ce plan d'Ubu ne verra pas le jour, pas plus que l'Irak post-2003 n'a répondu aux rêves des neocons : mais le chaos, lui, triomphera. Le sommeil de la raison enfante des monstres.

M. Pompeo ordonne aux Européens de participer à cette monstruosité. Son ultimatum exige "le soutien des alliés des Etats-Unis", et d'abord leur retrait du marché iranien. Mike pose son colt sur la table :  les entreprises européennes qui conserveraient des investissements désormais interdits "seront tenues responsables". Applaudissements des twittos français de droite, de plus en plus épris de M. Trump ! Marion Maréchal, ci-devant Le Pen, a dû envoyer à Mike un message de félicitations. Le "conservatisme transatlantique" est parti pour la gloire.

A ceci près que le conservatism  US consiste à semer le chaos : stade suprême du libéralisme conservateur... À Mme Delsol et ses copains, on souhaite par avance - comme disait le Général - "bien du plaisir".

 

p-10-1.jpg

 Yippee !

10:31 Publié dans Europe, Iran, Trump, USA | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : trump, iran

Commentaires

MAL BARRÉS

> Il ne sert à rien de changer le régime politique en Iran. Le moteur c'est la haine sunni Vs chiite quelque soit le régime.
La politique de balance entre les sunnis et les chiites inaugurée par Obama était la seule qui pouvait engager la paix, mais les hystéries saoudite et israélienne ont gagné.
Ajouter à cela quelques intérêts pétrolier, on est mal barrés.
Grosse grosse boulette de Trump...

P.S. Ce soir grand diner à Washington: Trump au diner annuel des provies (dont je suis)


Stevenson


[ PP à Stevenson - Pro-vie dans certains cas, pas dans d'autres ! (NRA, vente de matériel militaire létal à travers le monde, guerres un peu partout). C'est la duplicité des "conservatives" américains protestants. Les catholiques romains d'aujourd'hui sont quand même plus cohérents, cf 'Laudato Si'... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Stevenson / | 22/05/2018

> Manipulateur et marionnette: ne faut-il pas inverser l'image? On ne sait plus.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 22/05/2018

TRUMP = HILLARY

> Curieuse appellation que celle de "néoconservateurs", car je ne vois guère ce qu'ils souhaitent conserver. Pas même quelques grosses fortunes, puisqu'il s'agit probablement de tenter (ou de rêver) de les accroître et non de les conserver.
Si certains de nos chers "conservateurs" à nous, trumpophiles ou trumpolâtres, je ne sais, sont assez naïfs pour s'y tromper...
Ce serait plutôt, au fond, "néo-nihilistes" qu'il faudrait les appeler : même goût du chaos pour le chaos, paré de quelque espoir de refonder le monde (sur quelles bases ?).
Finalement, alors que l'on pouvait s'imaginer, il y a un an et demi, que Mme Clinton serait leur pantin idéal, M. Trump se coule à merveille dans le rôle, avec l'assurance de qui se croit au-dessus des lois.
______

Écrit par : Sven Laval / | 22/05/2018

"CATHOLIQUES"

> Pour toute consolation, on peut se dire que Trump, Bolton, Pompeo et consorts appartiennent à cette mouvance des évangéliques qui soutiennent Israël dans le but d'accélérer le retour du Christ.
Chez nous, leurs semblables se disent par contre tous 'catholiques' : Henry de Lesquen (qui se fit faire un test ADN pour vérifier qu'il n'avait pas d'origines "congoïdes"), Madeleine de Jessey, Marion Maréchal, les époux Millon. Ce qui est problématique, car leurs positions sont aux antipodes tant du message évangélique que des textes du Magistère. Le schisme lefebvriste n'est pas prêt de se refermer, du moins dans les consciences...

PV


[ PP à PV - Ces soi-disant "réacs" sont de parfaits postmodernes : subjectifs, individualistes,
ils refusent de marcher avec l'Eglise dont certains d'entre eux se disent pourtant membres.
- Se dire catholiques alors que l'on professe des positions incompatibles avec celles de l'Eglise catholique, après tout, "c'est un droit" (sacralisation des "droits" : 1er marqueur postmoderne) ;
- et la preuve que l'on est "catholique", c'est que l'on appartient au milieu "catho" (tribalismes : 2ème marqueur postmoderne)... Cette dernière preuve est considérée par eux comme nécessaire et suffisante. Ne pas appartenir à leur milieu, c'est donc ne pas être "catholique". Par exemple : "Bergoglio n'est pas catholique." ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/05/2018

À PP :

> Toujours dans le chapitre "bergogliophobie", à noter que le cardinal Burke, quasiment évincé de l'ordre de Malte, revient sur la scène en annonçant sa possible excommunication. Ce dont il rêve probablement, car cela le transformerait en victime harcelée de toutes part par le Saint-Père ; ce dernier est suffisamment clairvoyant pour ne pas tomber dans une ornière pareille. Le "remplaçant" de Burke à Malte (Mgr Becciu) vient d'ailleurs d'être élevé à la pourpre : Burke est sur la touche.
https://www.lifesitenews.com/news/cardinal-burke-discusses-possibility-of-excommunication-by-pope-francis
Plus anecdotiquement, un autre cardinal fraîchement adepte de l'actuel pontife, Robert Sarah, tente par tous les moyens d'imposer une "réforme de la réforme" liturgique pourtant vertement retoquée par François. Le prélat officiait ainsi hier à Notre-Dame de Chartres selon le rite extraordinaire devant des milliers de pèlerins. Messe de plus de trois heures, loin du style Bergoglio...
https://youtu.be/egK-ZCoTMx0


PV


[ PP à PV :
- Burke : sa vieillesse est un naufrage. Commencer drapé dans la pourpre, et finir par pétitionner avec les dingues-naphtaline de la TFP !
- Chartres : les "milliers de pèlerins" sont les sept-huit mille annuels depuis les années 1980, qui se renouvellent au fur et à mesure comme les Immortels de Suse. J'ai connu de très près ce pèlerinage durant les premières années... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/05/2018

CHEZ LES NEOCONS

- On m'a parlé d'un ancien de la CIA (un "repenti" ?) qui décrit les Etats-Unis comme un "état national-sécuritaire" avec justice aux ordres. Bien vu.
-Les Européens ont trouvé la parade : ne pas parler de l'impérialisme américain mais dire "Trump a l'obsession de détruire ce qu'a fait Obama". C'est niais et d'ailleurs pour la Syrie, Trump a fait ce dont rêvait Obama : la bombarder.
-Pr Marion Maréchal, j'ai cherché, rien (pas important pour elle ?). On va voir si elle retourne sa veste par rapport à ce qu'elle disait en 2016 :
http://marionlepen.fr/limperialisme-juridique-americain-obstacle-linvestissement-francais-iran/
ce qui était déjà insuffisant. Elle reprochait cela aux USA mais ne disait rien contre ce qui l'amène : la loi du marché qui guide les Etats.
Dans le genre abruti néocon "les communistes et le pape menacent l'Amérique blanche et protestante d'une invasion négroïde", papy Bolton n'est pas mal non plus.
______

Écrit par : eric levavasseur / | 23/05/2018

EXORCISTES

> Au fond, quand on essaie de prendre le pouls de l’Internet chrétien – et même islamo-judéo-chrétien –, il semblerait que nous ayons le choix entre deux complotismes : l’un du parti de l’argent roi (alias Mammon) – cette triade USA-Israël-évangéliques qui part du principe que tout s’achète, y compris Jérusalem – ;, et l’autre du parti de l’agent « rouah » (mot hébreu pour « le souffle », « l’esprit de Dieu ») qui refusera toujours de fermer Jérusalem – littéralement « la ville de la paix » – aux frères et sœurs que sont tous les enfants de Dieu.
Je suis, personnellement, un complotiste de l’agent « rouah ». Comment faire en sorte que l’agent « rouah » touche Trump et ses affidés et que le complot du Saint-Esprit l’emporte sur l’argent roi ?
« – Déjà, me souffle une âme charitable, leur envoyer des exorcistes… »
Je vous soumets donc cette première piste… ;›)
Développer un boulot promis à un grand avenir, celui d’exorciste, pour soigner comme ils le méritent les principaux partisans de Mammon !
______

Écrit par : Denis / | 23/05/2018

DISCUSSION

> C'est hors sujet mais je ne pense pas que tous les pèlerins de Chartres soient des anti François fanatiques, ni qu'il faille ranger le Cardinal Sarah dans cette même catégorie. Quant à la manière de célébrer du Pape François, il me semble très recueilli, grave et concentré, la liturgie soignée (et pas courte, à moins qu'il ne faille faire illico et se marrer un bon coup?).
______

Écrit par : Raphaël R. / | 23/05/2018

à Raphaël R.

> Philippe de Visieux n'a pas dit que "tous les pèlerins de Chartres" ni "le cardinal Sarah" sont des "anti-François fanatiques".
______

Écrit par : Peregrinus / | 23/05/2018

à Peregrinus et Philippe de Visieux

> On ne doit pas confondre le cardinal Sarah et l'image "anti-François" que cherchent à lui donner les milieux intégristes français à la recherche d'un antipape. Ce cardinal est d'une autre trempe que son collègue Burke.
______

Écrit par : Quitterie D. / | 23/05/2018

à Peregrinus

> Il n'a pas dit ça mais pas besoin du Decodex pour lire entre les lignes: un cardinal qui "tente par tous les moyens d'imposer" (la fin justifierait d'employer tous les moyens, accusation lourde). En même temps, une réforme de la réforme ne ferait pas de mal dans ma paroisse, ni un peu de silence parfois, entre les messes festives ringardes pour les futurs communiants qu'on risque de ne plus voir après, les petites vieilles qui viennent commérer, tout le monde qui communie sans discernement (je sais je ne sonde pas les cœurs mais bon...). Par ailleurs, y'aurait-il d'un côté les conservateurs qui aiment la liturgie soignée, pro-vie et ultra-libéraux en économie, soucieux uniquement de reproduire et étendre leur caste, de l'autre des progressistes qui aiment la messe cool, les luttes sociales et écologiques et qui pourfendent le libéralisme économique et les réacs? Un peu manichéen me semble-t-il. En tout cas, je ne m'identifie à aucun de ces deux types qui paraissent plus aux clichés de la presse du système qu'à la réalité nuancée du catholicisme que je connais.
______

Écrit par : Raphaël R. / | 23/05/2018

DIVERSITÉ

> Tout à fait d'accord avec ce qui vient d'être dit : loin de moi l'idée d'ériger le cardinal Sarah en opposant au pape François, ce qu'il n'est pas en effet.
En matière liturgique néanmoins, le cardinal Sarah a depuis longtemps exprimé la nécessité d'une "réforme de la réforme", certes chère à Benoît XVI mais à laquelle ne tient pas le pontife actuel. Sarah et François sont donc manifestement en désaccord concernant la liturgie : le premier souhaite retourner les autels "ad orientem", ce à quoi le Saint-Père a opposé une fin de non-recevoir.
Robert Sarah est défenseur d'une ligne plutôt conservatrice au sein du collège cardinalice : sa proximité avec Mgr Rey, le fait qu'il ait accepté de préfacer un ouvrage de Mgr Aillet, son affection pour le rite tridentin tendent à le montrer. Il ne s'agit évidemment pas là d'un reproche, bien au contraire : il est bon et sain que l'Église apparaisse dans toute sa diversité, de même que les Douze avaient chacun leur propre sensibilité. D'où ma mise en garde, dans le commentaire publié : "plus anecdotiquement"...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/05/2018

à Raphaël R.

> Vous dénaturez ce que j’ai dit, ce n’est pas honnête. Et pour quelqu'un qui se veut l'avocat de la "réalité nuancée", le portrait-charge que vous faites des paroissiens manque non seulement de nuances mais de charité élémentaire, voire de respect des âmes...
Mais si je vous dis que votre propos relève des habits neufs du bon vieux discours anti-conciliaire déguisé aujourd'hui en apologie des "diversités" et des "sensibilités", vous me répondrez que je ne vous connais pas - c'est exact - et que je n'ai pas à vous assimiler à tel ou tel courant. Je m'en abstiendrai donc.
______

Écrit par : Peregrinus / | 24/05/2018

COMPTER LES TROUPES

> Une guerre contre l'Iran pourrait cacher une tentative U.S. de vouloir commencer à remettre de l'ordre dans le fonctionnement d'un monde qui serait en train de leur échapper. Les mises en demeure aux Européens et au bloc occidental de lâcher l'Iran leur permettraient de compter les troupes sur lesquelles ils peuvent compter.
L'Allemagne dont Merkel vient de réaffirmer à Xi Jinping son refus catégorique de renoncer aux accords de Vienne sur le nucléaire iranien et leur irrépressible envie de devenir le hub gazier (gaz russe) de l'Europe, pourrait ne pas vouloir d'un bras de fer entre l'Eurasie et l'Ouest. La France pourrait-elle suivre les Américains contre l'Allemagne ? L'Italie semble politiquement hors-jeu mais est toujours restée proche de la Russie. Reste la Grande-Bretagne.

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/les-malheurs-de-l-empire-i
______

Écrit par : Yvan / | 24/05/2018

à Raphaël R.

> N'essayez donc pas de nous faire passer pour des imbéciles à nos propres yeux, et de présenter ce qui se dit sur ce blog comme une dialectique idiote ultra-simplificatrice.
Mais si votre procédé n'est pas très honnête, comme vous le dit Peregrinus, il permet d'esquiver des réalités gênantes... Vous ne connaissez vraiment pas de bons messieurs "très classiques en liturgie" mais professant des théories économiques incompatibles avec les préconisations sociales de l'Eglise ? On peut vous en présenter ! Ce n'est hélas pas ça qui manque en France.
______

Écrit par : PP / | 24/05/2018

Cher PP, et les autres,

> Bien sûr, nous connaissons tous de "bons messieurs" obsessionnels de la pureté liturgique, mais qui ne s'embarrassent pas toujours de charité envers leurs prochains, spécialement les plus faibles et les plus pauvres, et les migrants...
Mais c'est bien le drame pour toute une génération de plus jeunes catholiques, qui en a soupé des messes paroissiales bricolées (et en province, je peux vous dire que ce ne sont pas des cas isolés, même encore en 2018), et qui souhaite qu'un plus grand soin soit apporté à la liturgie, percevant bien combien elle est une nourriture substantielle pour l'âme. Génération qui au demeurant n'a aucun problème avec le pape François, bien au contraire, et qui est tout à fait en phase avec sa dynamique.
Voici le drame : comment sortir les questions liturgiques de ces officines qui sentent la naphtaline ? Car ces "bons messieurs" rendent souvent le pire des services à la liturgie : celui de faire passer le souci liturgique pour un souci de vieux réacs.
Donc par pitié, séparons les questions liturgiques de ces autres questions qui n'ont rien à voir, si ce n'est l'incohérence de nombreux "cathos".
Et je suis d'accord : ce n'est pas le sujet principal de ce fil, donc je n'épiloguerai pas.

Et concernant l'Iran, j'espère vraiment que les Européens vont se réveiller et voir enfin que leurs intérêts ne sont pas du tout ceux des EU. Mais je ne suis pas naïve : on voit déjà les industriels français se coucher les uns après les autres... alors que je suis sûre que tous ensemble, ils pourraient avoir suffisamment d'influence (puisque c'est l'argent qui commande malheureusement en ce monde) pour faire changer la donne.
______

Écrit par : Pema / | 28/05/2018

à Pema :

> Sur cette question, je vous recommande la dernière émission de 'La foi prise au mot' sur KTO, consacrée à 1968 et l'Église. Gérard Leclerc y évoque sa propre expérience ; on y parle aussi de Maurice Clavel et de l'émergence (regrettable) des "curés-guitare"...
https://youtu.be/rXTYE5v_qp0
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.