Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2018

"Le Superman des négociations" perd la main face à Kim

n-TRUMP-KIM-JONG-UN-628x314.jpg

Après avoir crié victoire et revendiqué le Nobel de la paix, M. Trump reprend péniblement contact (une fois de plus) avec les réalités :


 

Les zélateurs français de M. Trump reprenaient du poil de la bête : on allait voir ce qu'on allait voir, M. Trump était bien le négociateur invincible qu'il proclamait être. Fruit de la méthode Donald, la capitulation de M. Kim Jong-un n'était plus qu'une question de jours.

Or le "conseiller à la sécurité nationale" John Bolton (successeur de M. Bannon dans le rôle de mentor maléfique) avait d'avance vendu la mèche. Interviewé par Radio Free Asia, il avait révélé l'ambition véritable de la Maison Blanche  : si la réunion avec Kim a lieu, avait-il dit, "les discussions seront similaires à celles que nous avons eues avec la Libye il y a treize ou quatorze ans : comment emballer leur programme d'armes nucléaires et l'expédier à Oak Ridge, Tennessee ! " Oak Ridge est le laboratoire fédéral du nucléaire. Kadhafi se plia à l'exigence américaine en 2003 pour améliorer ses relations avec Washington : le résultat fut en 2011 son assassinat couvert par une coalition USA-GB-France.

Le raisonnement de M. Kim est donc réaliste : pour tout Etat mal vu de Washington, dit-il, renoncer à son programme nucléaire a (comme dit la télévision nord-coréenne) "de tragiques conséquences" ; quant à la parole des Américains, l'affaire iranienne montre qu'on ne peut pas s'y fier : ils sont incapables de respecter un traité... Par ailleurs, M. Bolton est l'un des concepteurs de la désastreuse guerre d'Irak en 2003 : guerre dont le but était de détruire un régime mal vu de Washington !

M. Kim Jong-Un a donc mis les choses au point hier matin : si la Maison Blanche continue "d'insister sur une dénucléarisation unilatérale de la République populaire démocratique de Corée", celle-ci "reconsidérera sa participation" au sommet de Singapour. Cette seule phrase a douché M. Trump : hier il paradait en revendiquant le Nobel de la paix et en proclamant que rien ne lui résiste, à lui, king des négociateurs puisque "le businessman est bien plus efficace que les diplomates", etc. Aujourd'hui il reprend brutalement contact avec le sol.  Ayant compromis par gloriole  le "Big Summit Meeting" de Singapour dont il était si fier, il découvre le fait : ou bien Singapour n'aura pas lieu, ou bien le président US devra y entendre des choses qui lui déplairont.

Car la position nord-coréenne est claire :  la dénucléarisation doit être bilatérale. La Corée du Sud doit cesser d'être une base militaire américaine... C'est la pensée de Pékin, et c'est dans cette optique que Pyongyang vient de redire - comme tous les ans - que les grandes manoeuvres US au Sud sont "dangereuses et provocatrices".

Maintenant  la Maison Blanche rame pour rétablir la situation gâchée par son patron. Sa porte-parole répète sur tous les tons n'avoir "pas connaissance" du "modèle libyen" dans l'approche américaine de la rencontre Trump-Kim... Ça ne trompe personne : tout le monde sait que M. Bolton joue un rôle-clé auprès de M. Trump.

 

 

90e5898d4e2d338cc0f192905a7b92c9.jpg

  

00:05 Publié dans Trump | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : trump

Commentaires

RÉALITÉS

> Il est peu probable que Washington accepte de retirer ses troupes de Corée du Sud alors qu'ils viennent d'y installer un très onéreux système anti-missiles à haute altitude (THAAD), qui causa l'ire de Pékin au moment de son installation l'année dernière.
Même si les Américains quittaient la péninsule coréenne, ils restent présents au Japon tout proche, avec une immense base à Okinawa.
Renoncer à son arsenal nucléaire signifierait pour M. Kim la fin de sa domination sur la Corée du Nord : geste suicidaire donc improbable.
Pour le Nobel de la Paix, Kim Jong-un et le président Moon du Sud semblent être de meilleurs candidats que M. Trump (... pour qui Israël a fait preuve de beaucoup de retenue avant-hier à Gaza).

PV


[ PP à PV - A supposer par ailleurs qu'il y ait un jury Nobel en 2018, malgré les scandales psycho-sexuels qui ravagent ce cercle de grands notables suédois... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 17/05/2018

BOLTON L'AVAIT DIT

> Su Fox News, en octobre, Bolton avait tout annoncé y compris son plan d'incendie du Moyen Orient :
"J'inciterai le président à sortir complètement de l'accord (avec l'Iran). Aller voir les Européens et leur dire : 'Ça va vous poser des difficultés mais vous devez vous joindre à nous. Et on verra ce qu'on peut faire, notamment avec Israël sur de possibles interventions militaires."
______

Écrit par : luça / | 17/05/2018

NOBEL DE LA PAIX

> "La Corée du Sud doit cesser d'être une base militaire américaine..."
voilà qui devrait inspirer les Européens...

Pour ce qui est du prix Nobel de la Paix, on peut le donner à Poutine (humour) après tout c'est lui qui a su éviter la guerre en 2013 (face à un Obama Nobel de la paix pour une raison inconnue)
Sinon, il y a quelqu'un qui mériterait ce prix, c'est le peuple libanais : 4 millions d'habitants avec de grosses difficultés économiques, pays resserré, mais qui accueille 1 million de réfugiés. Aucun peuple n'en fait autant.
(mais non on préfère continuer à lui jeter Sabra et Chatila à la figure)
______

Écrit par : eric levavasseur / | 17/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.