Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2018

Des "rues du colonel Beltrame" dans toutes les villes

000_1359oa.jpg

C'est un mouvement qui se fait jour depuis vingt-quatre heures :


 

Demain le cercueil du colonel Beltrame, escorté par les Parisiens, traversera les rues de la capitale de la place du Panthéon à la cour des Invalides. Honneurs citoyens, honneurs militaires : émotion et méditation.

Pourquoi ne pas pérenniser cet hommage national en donnant le nom du héros de Trèbes à des rues dans toutes les villes du pays ? L'idée est en train de germer dans plusieurs régions. Elle doit être proposée aux municipalités, et la décision doit se prendre sans tarder.

L'exemple d'Arnaud Beltrame est en effet d'une profondeur insondable. Certes il est mort pour la France, les officiels ne manquent pas de le dire. Mais son acte va plus loin et vient de plus loin : il transcende les devoirs d'un officier de gendarmerie ; rien dans le règlement ne disait au colonel d'entrer sans armes dans le magasin et de s'offrir pour sauver une otage. Donner sa vie pour son prochain est un choix mystérieux, supérieur à toutes les valeurs sociales, ancré dans une foi personnelle. Aujourd'hui ce choix si intime est admiré par le pays, toutes sensibilités confondues, parce qu'il répond de façon bouleversante aux questions sans réponse posées par la violence terroriste. Là est la leçon, comme une parole vitale connue depuis toujours.

Donner à nos rues le nom du colonel Beltrame serait un des fruits naturels de son acte, qui rayonne déjà sur la France entière.

 

 

Déjà à Alès :

ales_square_beltrame-3575165.jpg

 

Commentaires

BAPTÊME

> J'ai eu le témoignage d'une jeune femme de père musulman et de mère catholique, ayant immédiatement saisi la portée du sacrifice du père Hamel. Elle souhaitait recevoir le baptême sur le champ, elle avait tout compris et une préparation raccourcie aurait suffi. Je ne doute pas qu'il en soit de même pour le colonel Beltrame, les personnes en recherche de vérité auront leur modèle.

Pascal


[ PP à Pascal - "Le colonel Beltrame avait vécu une conversion chrétienne en 2008", témoigne le prêtre qui le préparait au mariage religieux. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pascal / | 27/03/2018

ALÈS

> La ville d'Alès, une des premières à donner le nom du colonel à un espace public, inclut trois musulmans dans son conseil municipal.
______

Écrit par : Sophie Cugnasco / | 27/03/2018

LUMIÈRE

> Cet événement tragique et la décision d'Arnaud Beltrame éclairent cette question si embrouillée du radicalisme: on voit nettement la différence, l'opposition, entre le radicalisme évangélique (donner sa vie même pour quelqu'un qu'on ne connait pas), et le radicalisme suicidaire islamiste (mourir en provoquant le maximum de morts possibles).
______

Écrit par : B.H. / | 27/03/2018

AU CIEL

> Ma prière dans l'espérance que le lieutenant-colonel Beltrame disposera bientôt aussi d’une « plaque » dans la patrie qui nous attend, la Jérusalem céleste !
« Bienheureux gendarme Arnaud Beltrame, qui avez offert votre vie par amour du prochain et pour la défaite de Satan, priez pour nous dans les combats que Jésus nous demande de mener, et à nos derniers instants. Ouvrez les yeux à ceux qui vous le demandent, pour qu’ils découvrent en Jésus-Christ leur seul Sauveur, uni au Père dans l’Esprit Saint. Pour qu’ils accueillent l’unique vérité de Dieu, qui est amour et miséricorde, joie et tendresse, jeunesse et vie pour les siècles des siècles. Amen. »
______

Écrit par : Denis / | 27/03/2018

POUR LA FRANCE

> "L'exemple d'Arnaud Beltrame est en effet d'une profondeur insondable. Certes il est mort pour la France, les officiels ne manquent pas de le dire."
A mon avis, il existe un lien entre la profondeur effectivement extrême de l'exemple d'Arnaud Beltrame et le fait que l'on puisse aussi le dire mort pour la France : en l'occurrence, mourir pour la France, c'était le cadre circonscrit dans le temps et l'espace, donc accessible à nos pauvres sens, dans lequel pouvait s'inscrire cet exemple et dans lequel chacun d'entre nous, croyant ou non, a pu en être touché.
______

Écrit par : Sven Laval / | 27/03/2018

à Denis :

> C'est une magnifique prière, merci. Entre autres aspects, elle souligne l'importance d'un combat essentiel, contre le mal.
______

Écrit par : Sven Laval / | 27/03/2018

GRANDE LOGE

> À noter que le colonel Beltrame avait été initié à la Grande Loge de France, vraisemblablement avant sa conversion à la foi chrétienne. D'où la remarque (laudative) de Mélenchon à l'Assemblée sur la "foi et la philosophie" du colonel, qui l'auraient conduit à accomplir ce geste héroïque.

PV


[ PP à PV - Quoique : 1. la "philosophie" du G.O. n'est pas vraiment celle de la G.L. ; 2. une conversion est le début d'un chemin de ruptures et de transformation, nous sommes un bon nombre à le savoir... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/03/2018

IMPRESSIONNANT

> Ce matin, discours impressionnant du président, dont un commentateur de la 2ème chaîne a souligné les références à Barrès et Péguy, tandis que d'autres commentaires du reportage et du JT suivant mentionnaient plusieurs fois le lien entre son dévouement et sa foi.
Nous n'avons pas encore mesuré ce que nous devrons au Cl Beltrame !

PH

[ PP à PH
- Le dévouement et la foi du colonel, bien sûr.
- Péguy bravo, mais Barrès...
- Cela dit, on a entendu aussi (TF1 et FR2) des énervements contre la dimension religieuse du défunt. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 28/03/2018

R.C.F.

> J'ai écouté ce matin 28 mars à RCF 2 chroniques concernant Arnaud Beltrame.
Tout d'abord la chronique de Laurence Devillers à 7h55 : "la victoire du héros" réécoutable en podcast ou à lire sur le site (où elle est retranscrite). Elle définit le héros. D'après le philosophe Marleau-Ponty, il est celui qui sait agir dans un temps où les devoirs et les tâches sont obscurs. Cela suppose du courage.
Ensuite, en début du journal de Vatican News à 8h30 (réécoutable en podcast), juste après les titres, il y a l'interview brève du philosophe Martin Steffens sur le sacrifice et le don de soi à l'heure actuelle. Il dit qu'aucune morale ne peut exiger le sacrifice, mais qu'il est à la base de toute morale. Il définit le sacrifice comme l'inverse du meurtre, et parle de "violence du bien" qui désarme le mal. J'espère ne pas trahir sa pensée.
Ces 2 chroniques ne supposent pas la foi, mais lui donnent une base raisonnable et partageable. J'ai pensé à "foi et raison" si chère à Benoit XVI, qui a connu l'Allemagne nazie.
Merci pour vos contributions.
______

Écrit par : Véronique / | 28/03/2018

EGLISE ET FRANC-MAÇONNERIE(S)

> La Grande Loge de France est une maçonnerie spiritualiste et déiste. Certains de ses membres sont des catholiques pratiquants. Ce rite met en avant un Grand Architecte de l'Univers, que les frères peuvent remplir de la manière dont ils le désirent. Dans le parcours du colonel Beltrame, cette initiation maçonnique particulière a certainement joué un rôle dans sa conversion ultérieure.
L'Eglise, depuis très longtemps, condamne indifféremment toutes les obédiences, mais l'on peut dire qu'en l'occurrence elle aurait avantage a faire la distinction entre, par exemple, un GO contestataire et une GLDF qui accepte avec propension l'appartenance à une foi. Les choses ont beaucoup changé depuis Léon XIII et sa fameuse encyclique contre les maçons. Il faut s'en féliciter, et l'exemple du colonel Beltrame devrait inciter à une réflexion plus objective sur cette question aujourd'hui.

Bégand



[ PP à Bégand :

- Les diverses obédiences n'ont pas la même attitude envers l'Eglise catholique, mais il y a (même dans les loges déistes) un fond commun qui n'est pas compatible avec la démarche catholique de foi : c'est le relativisme, principe et fondement de la philosophie en FM. Appartenir à une loge déiste peut être un premier pas vers une évolution spirituelle ; mais si cette évolution se fait dans un sens catholique, le converti, ou le catéchumène, se détachera progressivement du relativisme. Il ne peut en être autrement...

- D'autant que le Grand Architecte n'est pas le Dieu tri-personnel de la révélation en Jésus-Christ... Le dieu du "déisme"du XVIIIe siècle est une abstraction censée surclasser (en les amalgamant) toutes les religions. D'où un incontournable relativisme, et un problème permanent entre l'Eglise et les loges - même celles qui se pensent christianophiles. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bégand / | 29/03/2018

LE NOM

> Le "complexe sportif" de ma commune prendra le nom de "Colonel Beltrame" ce soir en conseil municipal.
Il suffit d'écrire et de le demander.
______

Écrit par : eric levavasseur / | 12/04/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.