Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2018

Mai 68 et le "nouvel esprit du capitalisme" (1)

93171855sanstitre1lm-1-jpg.jpg

La machine médiatique célébrant les anniversaires trois mois trop tôt, voici partout celui de Mai 68. Quelques réflexions à ce sujet :


 

Le seul philosophe français qui ait vu venir Mai 68 fut Pierre Boutang dans La Nation française (19 janvier 1966) : « Une part de la réalité de l’homme est en train de s’évanouir, ou changer de sens ; subissant les techniques de massification (perdant de plus en plus son visage, la ressemblance avec Dieu), le citoyen des démocraties modernes et développées a laissé tomber […] sa réalité d’homme, vivante et en acte. Il a cessé d’agir comme père, d’exercer comme un père une autorité familiale (or nul n’est homme s’il n’est père, dit Proudhon). […] Pour cela, les fils s’éloignent (même en restant là) et haïssent ou méprisent  à la fois le fils que fut leur père, et le père qu’il n’est pas. Leur ‘‘protéïsme’’, leur capacité de désir de prendre toutes les formes animales, jusqu’au refus du visage humain et de la détermination sexuelle, n’est que le constat d’absence, mais d’absence molle et pesante, d’un être de l’homme, à l’image de Dieu, chez l’adulte. »

Ce texte de 1966 était une prémonition du processus de Mai 68 : d’abord la nullité morale des pères, bourgeoisie "traditionnelle" déboussolée qui s’attirait le mépris des enfants ; puis la dislocation psychologique "jusqu’au refus du visage humain et de la détermination sexuelle". Sous quelle emprise ? En dernière instance, celle des moeurs que le capitalisme façonnait déjà.

En mai 2018 ces enfants septuagénaires habitent une société réduite à l'économie libérale, ainsi analysée par le philosophe Bernard Stiegler (Nouvel Observateur hors-série, mai 2007) : « On a souligné un paradoxe à propos de Mai 68 : on a pensé que le capitalisme était porté par la droite, qui défend les ‘‘valeurs traditionnelles’’, et que c’est un mouvement de gauche (Mai 68) qui a voulu symboliquement détruire ces valeurs. Mais en réalité, ce qui a réellement organisé cette destruction des valeurs, c’est le capitalisme… Le capitalisme est contradictoire avec le maintien d’un surmoi… Une société sans surmoi s’autodétruit. Le surmoi, c’est ce qui donne la loi comme civilité. Un récent rapport du préfet de la Seine-Saint-Denis expliquait la violence dans les cités par cette absence de surmoi, qui se traduit alors par le passage à l’acte… »

Selon Jean-Claude Michéa (Le Monde 22/11/2002), les postures officielles aujourd’hui sont libérales-libertaires parce qu'elles cultivent les transgressions «servant à la bonne marche des affaires» : «elles rompent les solidarités effectives, en isolant plus encore l’individu dans une monade où se perd ‘‘le goût des autres’’, où il n’est plus qu’un rouage... Et puisque le désir est le moteur qui nous fait vivre et nous meut (ce qui détermine en profondeur notre comportement), le capitalisme de consommation cherche par tous les moyens à en prendre le contrôle pour l’exploiter comme il exploite les gisements pétrolifères : jusqu’à épuisement de la ressource… Mais d'abord ce capitalisme devait détourner la libido des individus de ses objets socialement construits par une tradition, par les structures prémodernes comme l’amour de Dieu, de la patrie, de la famille. »

Ce constat, nous sommes quelques-uns à le partager de longue date et à le diffuser avec acharnement :  d'abord très seuls parmi un milieu catho "gentryfié" ; puis armés de Laudato Si et du discours de Santa-Cruz, et voyant avec joie un nombre croissant de paroisses recevoir et étudier la critique pontificale du néolibéralisme.

Il reste cependant des cathos sourds, ou qui feignent de l'être... Parlons-en dans la note suivante.

 

 

mai_68_101.gif

 

17:58 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : mai 68

Commentaires

UN FACTEUR D'ACCÉLÉRATION DU LIBÉRALISME

> Mai 68 était parti avec de bonnes intentions : une critique radicale de la société capitaliste. Hélas, cette pseudo-révolution a été en réalité un facteur d'accélération du libéralisme. On a certes "libéré" les désirs, mais finalement cela a abouti au plus facile : l'hyper-consommation et le règne de l'économie toute-puissante.
Les révolutionnaires voulaient désaliéner les individus, ils sont parvenus seulement à les aliéner davantage.
L'Eglise avait pourtant senti le vent tourner et tenté une "modernisation" adéquate avec Vatican II. Mais bien sûr, cela n'a pas suffi. Le contrecoup de Mai 68 a été trop fulgurant. Jusqu'à aujourd'hui.
______

Écrit par : Bégand / | 26/03/2018

LE CENTRE RICHELIEU

> Il est fort dommage que le centre Saint-Yves n'ait pas fait sien l'aggiornamento de l'Église. Peut-être avez-vous connu, à deux pas de là, le centre Richelieu qui, semble-t-il, a davantage embrassé la 'Nouvelle Pentecôte', et cela sans doute dès sa fondation à la Libération. L'abbé Lustiger qui le dirigeait avait d'ailleurs refusé que le centre Richelieu soit mêlé aux événements de Mai. Mgr Maxime Charles, le fondateur du centre, a participé à la formation de nombreux laïcs, en particulier en théologie : Jean-Luc Marion fut ainsi "initié" par son intermédiaire.
Le centre Saint-Yves, comme son nom l'indique, était probablement rattaché à la faculté de droit, plutôt conservatrice et donc moins ouverte par principe au changement conciliaire ; le centre Richelieu, en Sorbonne, était probablement moins rétif à cette nécessaire remise à jour. Avez-vous connu Mgr Charles ou son successeur J.-M. Lustiger lors de votre passage dans le Quartier Latin ?

PV


[ PP à PV - Non, je ne l'ai pas connu et c'est dommage car ça m'aurait sans doute évité de rejeter le christianisme après 68 ! Le microcosme Assas était sans contacts avec le microcosme Sorbonne... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 26/03/2018

MACRONISTES ?

> "voyant avec joie un nombre croissant de paroisses recevoir et étudier la critique pontificale du néolibéralisme."
Je suis étonné de lire ça alors que ce site ne donne plus que dans la condamnation du "conservatisme", de "l'identitarisme" et de Trump, sans jamais s'en prendre à M. Macron, comme n'importe que média néolibéral. Je suis étonné aussi de voir une référence à Michéa, connu pour sa critique de la mondialisation. Le positionnement de ce site est devenu incompréhensible. S'attacher à Laudato si et au discours de Santa Cruz tout en ménageant notre président me semble contradictoire.

G.

[ PP à Guadet
- Où avez-vous pris que nous "ménageons Macron" ? Vous nous connaissez mal. Nous avons sufisamment dit ce que nous pensons de la nature de la macronie pour que nul n'en doute. Mais si vous souhaitez des invectives politiciennes aventureuses, je vous suggère d'aller voir chez Ciotti.
- Par ailleurs, je milite assez pour 'Laudato Si' pour que vous m'épargniez vos soupçons hors-sol. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guadet / | 26/03/2018

MAI 68

> Et s'il était réducteur de faire de mai 68 et ce qui suit jusqu'à nos jour un effet du capitalisme, capitalisme que les meneurs trotskistes ou maoïstes déclaraient honnir, tous se réclamant de Marx ?
Et si ce n'était pas davantage et plus gravement notre contamination par la vision hégélienne du progrès selon laquelle n'est pleinement humain et ne continue à s'humaniser davantage, que l'homme qui lutte contre lui-même, contre la nature, rejette sans cesse sa propre culture et éventuellement lutte collectivement contre d'autres collectivités.
Dans la perspective de cet anti-évangile, les sociétés traditionnelles, du paléolithique à la paysannerie d'avant 1960 sont méprisables, sous-humaines; en effet, elles ne cherchent pas à vaincre la nature mais à coopérer avec elle.
Cette façon de voir a largement contaminé la pensée de nombre de catholiques embarqués dans la "mystique du développement" par une assimilation du reniement perpétuel de Hegel avec le détachement évangélique.Relire Mgr Helder Camara s'extasiant devant les perspectives de défrichement de l'Amazonie, qualifiant "d'infra humaine" (selon la traduction de Conrad Detrez) la vie de ceux qui ne s'engageaient pas dans un développement considéré autant comme une fin en soi que comme un simple moyen d'améliorer la vie des populations.
Le ralliement des soixante-huitards au capitalisme ne serait alors qu'une adaptation à l'échec sanglant du socialisme.
PH


[ PP à PH - Dix ans après 68, les leaders des groupuscules "marxistes" étaient devenus patrons d'agences de pub ou de médias qui n'allaient pas tarder à devenir commerciaux et libéraux-libertaires. Pourquoi une telle aisance dans la transition libérale ? Parce que le collectivisme, comme le libéralisme, ne voient que les individus. Marx devait la moitié de sa pensée à Adam Smith et ne s'en cachait pas. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 26/03/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.