Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2017

La juteuse industrie des "communicants"

24231986_368528156928616_7715802290411564274_n.png

Info du Canard...  Et voici le  logo facturé 140 000 € :


 24796675_368855013562597_1968190433030797050_n.png

 

 

L'austérité libérale ne s'applique visiblement pas aux frais de com'.

Sans lesquels les politiciens craindraient de disparaître dans le vide...

 

 

 

11:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

BLEU ET VERT

> Sur ce logo il y a surtout du bleu et du vert. Avez-vous remarqué que presque tous ces logos, facturés cher par les mystificateurs des agences depuis trente ans, sont à base de bleu et de vert ? Car le ciel est forcément bleu (même en Normandie) et l'herbe est verte partout (même sous les dalles de béton des innombrables hypermarchés), et l'identité d'une région ne doit surtout pas être historique ou culturelle mais exclusivement touristique, au sens de 'Pierre et vacances". Toutes les identités sont donc principalement bleu et vert. Comme le logo de Cofiroute.
______

Écrit par : Quiniou / | 07/12/2017

PAS PIRE

> Ce n'est pas pire que de payer à Hollande ou Sarkozy ou Blair des sommes dépassant l'entendement pour les conférences qu'ils donnent de par le monde... Si Platon et Socrate avaient été payés selon leur sagesse et leur génie...
______

Écrit par : Robert Culat / | 07/12/2017

À DISCRÉTION

> D'autant plus que les logos des collectivités territoriales ne sont pas soumis aux règles des marchés publics. Et c'est sûrement la même chose pour le nom. Donc le choix de l'entreprise attributaire est à la discrétion de la collectivité.
______

Écrit par : Cyril B / | 07/12/2017

"HAUT À GAUCHE DE FRANCE"

> Normandie ! ils ont cogité dur !!! Enfin c'est plutôt rassurant que ce ne soit pas "Nord-Ouest", "Haut à gauche de France", "Côtes de Manche" ou autre ânerie.
La Normandie étant une des rares régions qui correspondent à une entité historique et ont une réelle identité, pourquoi ne pas avoir repris le blason aux deux léopards ? Il est vrai que dans ce cas il eût été difficile de justifier les 144 000 €. Je vais me lancer dans la communication : il faut d'urgence que les "communes nouvelles" aient leur logo !
______

Écrit par : professeur Tournesol / | 08/12/2017

@ Quiniou

> Vous êtes un peu injuste. Ici, il y a du rouge ! Oblique de surcroît, dans une verticalité de vert et de bleu ; c'est tout ce qui fait la différence... Une héraldique tout à fait à l'image du nouveau "duc" de Normandie.
Les militaires dont il a conduit les destinées durant quelques mois reconnaîtront là cette évanescence primesautière et dégagée des contingences du temps (hormis les chevaux de course !) qui le caractérise...
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 08/12/2017

CAPAVENIR COFIROUTE

> Les communes nouvelles, créées suite à des regroupements de communes, font parfois injure à l'histoire et au bon sens en proposant des noms purement commerciaux ou racoleurs.
Ainsi, Thaon-les-Vosges est devenue très officiellement... Capavenir Vosges !
Le clou revient à Colombey-les-Deux-Églises qui, après fusion d'un ou deux bleds alentour, s'est choisie pour nouveau nom... "Colombey les Deux Églises" (sans traits d'union !). On en imagine un qui doit se retourner dans sa tombe ! Comment les préfets peuvent-ils laisser passer de tels délires ?
Quant aux armoiries, qui témoignent par leurs meubles de l'histoire d'un lieu, elles ont été quasiment toutes remisées au profit de logos "Cofiroute" impersonnels. Le voici, le "progrès" ; il nous vient tout droit d'Amérique !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 09/12/2017

A Cyril B

> Si, bien sûr, toutes les dépenses y compris de communication sont soumises au système des marchés publics dès lors que l'engagement dépasse 25.000 €.
Après, on croit ou non à la "pureté" des marchés.
______

Écrit par : Françoise / | 09/12/2017

ZAPPING

> Un mot sur l'industrie de la communication, et des médias plus généralement. J'écoutais samedi sur BFM la retransmission de la cérémonie religieuse en hommage à Jean-Philippe Smet. Tous les aspects "religieux" de la cérémonie ont été systématiquement zappés par les journalistes, qui n'ont pas hésité à couvrir de leurs commentaires rien de moins que le Kyrie, la première lecture (assurée par un clerc), le chant du psaume, l'alléluia, la lecture de l'évangile, et jusqu'à l'homélie de Mgr de Sinety. La seconde lecture n'a pas été coupée... non pour permettre à tous d'écouter saint Paul mais pour l'unique raison qu'elle était assurée par Marion Cotillard.
Une preuve flagrante de l'athéisme dans lequel baignent nos médias grand public : le seul commentaire religieux avancé par les journalistes BFM fut pour vilipender l'église de la Madeleine, "que l'on ne peut s'empêcher de trouver hideuse". L'effort d'évangélisation est immense.

PV


[ PP à PV - Oui, effort d'évangélisation. Mais le principal problème de ces journalistes est leur algorithme mental : zapper le christianisme dès qu'on le rencontre quelque part, sauf quand il est représenté par un crétin d'extrême droite (là on le médiatise à bloc). Cf. aussi le chorus d'âneries sur Mgr Aupetit, présenté comme représentant d'un "certain courant" ("conservateur") dans l'Eglise parce qu'il a... les positions de l'Eglise tout entière. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.