Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2017

Ploërmel : la position du diocèse de Vannes

place-jean-paul-2.jpg

Dans cette affaire où le Conseil d'Etat a manqué de bon sens, la voix de la raison est apportée par l'évêché :


communiqué du diocèse de Vannes

 

<<  L’arrêt du Conseil d’État ordonnant le retrait de la croix qui surplombe la statue de saint Jean Paul II suscite un émoi bien compréhensible, au-delà de la population locale.

Le diocèse de Vannes n’est pas engagé dans le différend qui oppose la fédération morbihannaise de la Libre Pensée à la commune de Ploërmel. La statue de Jean Paul II n’appartient pas à l’Église ; elle a été érigée sur un lieu public, par la municipalité, à la suite d’un don fait par le sculpteur à celle-ci. Le diocèse n’est donc pas directement concerné par la décision du Conseil d’État et il ne lui appartient pas de la contester en justice.

Toutefois, l’Église ne peut que déplorer ce qui risque d’accroître la tendance à rendre toujours moins visibles les signes chrétiens dans une société qui souffre déjà d’un manque de repères. Parmi ces repères, ceux qui nous viennent de l’histoire sont particulièrement importants parce qu’ils ont contribué à façonner notre unité dans le respect d’une diversité légitime et féconde.

Si la laïcité a su trouver en France pendant des siècles une forme équilibrée, c’est parce que les penseurs et dirigeants de notre pays ont été éclairés par Celui qui a dit : “Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui lui appartient.”

S’en prendre au Christ et à la Croix, c’est s’en prendre au fondement même de cette laïcité équilibrée qui permet à chacun de donner le meilleur de lui-même pour la construction d’une société apaisée.

Le diocèse apportera son aide pour trouver toute solution respectueuse de cette sagesse.  >>

 

 

300px-Map-Bro-Wened.png

 

Commentaires

SIDÉRÉE

> Je suis sidérée de lire ou d'entendre que "l'Eglise n'a rien dit". Bien sûr que si, elle a parlé.
Pas pour appeler aux armes comme certains l'auraient souhaité, mais ce n'est pas une raison pour se livrer une fois de plus au "bishops bashing" sport favori de l'extrême droite française.
Comme d'habitude ceux qui s'indignent le plus contre "le silence de l'Eglise devant les laïcistes" ne sont pas des catholiques...
______

Écrit par : Solenn / | 03/11/2017

> Je ne conteste pas la décision du Conseil d'Etat qui a peut-être raison en ce qui concerne le principe de neutralité religieuse que doivent conserver les municipalités. Mais l'affaire est aussi intéressante au niveau de la propriété artistique. Retirer la croix du monument serait porter gravement atteinte à l'intégrité d'une œuvre. Rappelons-nous les scandales terribles quand on avait touché à de prétendues "œuvres d'art contemporain".
C'est une bonne leçon pour ceux qui voudraient vandaliser des installations genre "piss christ". Il vaut mieux faire appel à la laïcité et laisser faire l'Etat.
______

Écrit par : Guadet / | 03/11/2017

LOURDAUDS

> Permettez quelques compléments:
- auparavant,le vicaire général dont on peut penser qu'il outrepassait sa fonction avait exprimé un commentaire satisfait qui fut pris par la presse comme la position de l'Eglise, peu de journalistes sachant en quoi un vicaire général diffère d'un évêque. Cette satisfaction a choqué certains, en particulier nouvellement et résolument convertis.
http://www.citoyens-et-francais.fr/2017/10/statue-de-jean-paul-ii-a-ploermel.l-eveche-de-vannes-juge-la-decision-du-retrait-de-la-croix-moderee.html

- Il semble que l'arche et la croix ont été érigées selon une décision séparée de l'acceptation de la statue et "grossièrement irrégulière dans la mesure où elle n’était pas le fruit d’une décision formalisée de la commune opposable aux tiers" en sus de la question religieuse.
https://www.causeur.fr/croix-jean-paul-conseil-etat-147526

N'empêche que les plaignants sont des lourdauds d'une autre époque, grâce à qui on a rarement autant parlé de croix sur la toile.

______

Écrit par : Pierre Huet / | 03/11/2017

OEUVRE

> Effectivement, retirer la croix serait porter atteinte à l'intégrité de l'œuvre. Donc, seules deux solutions sont possibles : l'œuvre reste dans la commune qui l'a reçue en cadeau, mais sur un terrain privé, ou alors l'œuvre part où l'on veut bien l'accueillir telle qu'elle est.

Bernadette


[ PP à B. - La statue seule est du sculpteur, l'arche et la croix ayant été ajoutées ensuite... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernadette / | 03/11/2017

L'EMBOUTAIRE DOU CONSE (l'entonnoir du maire)

> Je suis persuadé qu'un jour prochain, un militant de la laïcité intégriste va demander au Conseil d'Etat le retrait du santon représentant le maire -portant son écharpe tricolore- dans les crèches provençales. Je proposerai alors de le remplacer par un nouveau santon à créer: le "libre penseur" avec un entonnoir renversé sur la tête.
______

Écrit par : B.H. / | 03/11/2017

JURISPRUDENCE

> Le Conseil d'Etat a cherché à appliquer la loi. Mais ce qui est curieux c'est que l'oeuvre d'origine peut rester en place, donc l'interprétation de la loi a été assez souple, car la statue seule sans la croix est quand même bien un signe religieux...
@ Guadet : la croix ne fait pas partie de l'oeuvre du sculpteur, elle aurait été rajoutée après.
BCM


[ PP à BCM - La statue en elle-même est considérée comme effigie d'un important personnage de l'histoire contemporaine, non comme manifestation de religiosité. Cf le parvis de Notre-Dame de Paris, nommé "place Jean-Paul II" par la Ville de Paris sous Delanoë... ]

réponse au commentaire

Écrit par : BCM / | 03/11/2017

AU DALLOZ

> De moins en moins simple. Sur le site de l'illustre édition juridique Dalloz: la question du droit international de propriété intellectuelle de l'artiste
https://www.dalloz-actualite.fr/chronique/statue-de-jean-paul-ii-l-affaire-est-elle-vraiment-close#.Wfzg5e_iaUlhttps://www.dalloz-actualite.fr/chronique/statue-de-jean-paul-ii-l-affaire-est-elle-vraiment-close#.Wfzg5e_iaUl
______

Écrit par : Pierre Huet / | 03/11/2017

@ Guadet:

> Mais justement, j'ai lu que la croix n'était pas de l'artiste et avait été réalisée par la commune (ce qui expliquerait la différence de style, qui pour ma part me gêne, comme un cadre grossier et trop voyant étouffe les nuances d'une toile et en pâlit la grâce). La question alors serait: avec quel argent cette croix a-t-elle été réalisée? Dans quel cadre légal/ illégal?
La pratique de nos anciens consistait davantage il me semble, à la suite d'une prière exaucée, d'une neuvaine, dans le cadre d'une mission, avec leurs propres fonds personnels ou associatifs à édifier chapelles, calvaires, ex voto sur leurs propres terres, ou bien je me trompe?
Les communes n'ont pas vocation à nous décharger de nos manifestations de piété, encore moins à se faire le relais de revendications identitaires par l'édification de symboles imposants dans l'espace public, ostentation bravarde ayant pour mission inavouée d'en écraser d'autres (le voile, les mosquées...)
______

Écrit par : Anne Josnin / | 04/11/2017

EVANGILE

> Il est certain qu'il y a une part d'hypocrisie dans les médias à propos de cette affaire mais je reste persuadé que toutes les institutions doivent être neutres et une municipalité n'a pas à financer une oeuvre religieuse quelle qu'elle soit, statue, crèche ou autre. Ce n'est pas une question de soi-disant tradition, c'est une question de liberté et d'évangile.
______

Écrit par : VF / | 04/11/2017

LE SIGNE DE LA CROIX

> Le problème dans cette affaire c'est le sectarisme de chaque camp qui empêche une voie médiane.
1. Oui, c'est évident, la croix est "un signe en butte à la contradiction". Les médias et la justice préfèrent voir un crucifix trempé dans l'urine (affaire du Piss Christ) ou amalgamé avec un signe nazi ("Amen" de Costa-Gavras). Ils sont plus réservés quand elle est affichée dans une école privée par exemple. Parce que la croix est le pivot par lequel Dieu a inversé l'ordre du monde. Montrer une croix, c'est annoncer un règne où les pauvres sont rois, les doux possèdent la terre, les assoiffés de justice sont rassasiés, les affligés sont consolés etc. L'inverse du monde actuel. Alors une croix ça fait peur parce que ça engage. C'est donc une décision contestable du Conseil d'Etat.
2. En revanche, il n'y a pas à déclarer la guerre contre le Conseil d'Etat. Le Conseil d'Etat a autorisé les crèches dans les mairies et les cloches des églises antérieures à 1905. Il n'y a pas de complot de cette juridiction contre la chrétienté. L'Eglise a tout à gagner à rechercher main dans la main avec la République les justes contours de la laïcité. Les décisions les plus blâmables du Conseil d'Etat sont surtout d'ordre écologique.
3. La polémiques des croix est brouillée par la frange "identitaire" de l'Eglise. Celle qui prend le pape pour un "traître" sur les réseaux sociaux. Pour elle, le christianisme est un étendard franco-conservateur et le christianisme s'impose comme un devoir national. Ils ont dégoûté plus d'un du christianisme.
Heureusement que François remet bien les choses en place. En France, l'Eglise est là pour servir et non pour être servie. L'héritage chrétien, c'est l'héritage des moines qui ont instruit les campagnes, des prêtres et des sœurs qui ont donné la soupe aux mendiants et créé des hospices. La croix a tout pour faire peur quand les identitaires en parlent. Ils veulent la voir affichée sur des yaourts grecs pour concurrencer l'Islam. Leur annonce du Christ sert à ça. Nadine Morano par exemple se revendique de cette religion sans foi faite uniquement de symbole contre l'Islam.
Au contraire, les vrais disciples missionnaires doivent rappeler que la croix est la porte d'entrée vers le règne des pauvres et des humbles.
______

Écrit par : Cyril B. / | 04/11/2017

À Pierre Huet

> J'ai vu le site n° 1 : relais de la propagande cathophobe d'autres lourdauds, les "journalistes" russes en langue française, dont la haine envers la hiérarchie catholique (pape compris) ne connaît plus de bornes depuis quelques mois. Ces "journalistes" dépendent d'officines du Kremlin, mais on devrait interroger le patriarcat de Moscou sur cette propagande qui sape les efforts oecuméniques. A moins que l'orthodoxie russe ne retourne à sa prosternation séculaire devant le tsar du moment ?
______

Écrit par : Philby / | 04/11/2017

à Cyril B.

> La frange "identitaire" catholique est plus proche des "identitaires" antichrétiens (fond de sauce de ce milieu idéologique) que de la majorité des chrétiens, qui ne sont pas "identitaires" !
______

Écrit par : jean-ph. morot / | 04/11/2017

L'ARCHE

> Merci à Pierre Huet et Anne Josnin pour leurs précisions. Il faudrait encore savoir d'où vient l'idée de l'arche et de la croix. Ont-elles été ajoutées à l'insu de l'artiste ? N'est-ce vraiment pas l'artiste lui-même qui en a donné le dessin ?

Guadet


[ PP à G. - En tout cas a ne ressemble pas aux innombrables oeuvres qu'il a installées ailleurs... ]
______

Écrit par : Guadet / | 05/11/2017

@ BCM

> La distinction entre la statue du pape et la croix est surtout juridique : il existe une décision datée pour l'érection de la statue, votée par le Conseil municipal de Ploërmel, et la plainte ayant été déposé trop tard il y a prescription.
Par contre l'arche et la croix n'ont pas fait l'objet d'une décision officielle de la municipalité, ce qui fait que la décision de fait peut être contestée sans limite de temps.
Chacun ses goûts mais la statue seule serait plus belle qu'avec cette arche qui alourdit l'ensemble.
Concernant le respect de l'oeuvre artistique, P de Plunkett a raison de rappeler que statue, arche et croix ne forment pas une oeuvre une et indivisible, la statue de JP II est l'oeuvre d'un sculpteur russe, l'arche et la croix sont l' "oeuvre" de la municipalité.
______

Écrit par : Professeur Tournesol / | 05/11/2017

@ Philby

> Peut-être mais justement, le vicaire général aurait du mettre un pavé sur sa langue.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 05/11/2017

POUR

> Je ne savais pas que l'arche et la croix ne faisaient pas partie de l'œuvre originale.
Personnellement, je les trouve parlantes : je trouve qu'elles symbolisent l'Eglise, dont la porte est largement ouverte, avec le pape qui se tient au milieu de cette porte pour accueillir tout un chacun et s'adresser à tous. Il me semble que cette rajoute exprime pourquoi ce pape est un personnage important de notre époque.
______

Écrit par : Bernadette / | 06/11/2017

SAVOIR QUI

> Si l'encadrement de la statue est vraiment un ajout anonyme dont seule la municipalité est responsable, c'est un geste très lourd que certains ont légitimement pu prendre pour une provocation identitaire. C'est pourquoi il est important de savoir qui est l'auteur.
Vus les autres œuvres de l'artiste, comme le monument de Pierre le Grand, ça ne m'étonnerait pas qu'il en soit l'auteur. Sinon, on comprendrait mal le communiqué du diocèse. Encore une fois, une information partielle n'est pas une information.
______

Écrit par : Guadet / | 07/11/2017

DATES

> Concernant la photo d'une statue de JP II près de ND de Paris, il s'agit d'une autre statue, certes ressemblante ; en effet le socle porte la mention "SAINT Jean-Paul II", or la statue de Ploërmel date de 2006 et la canonisation de JP II de 2014.
______

Écrit par : Professeur Tournesol / | 08/11/2017

"DU POINT DE VUE ARTISTIQUE"

> J'ai cherché sur internet s'il y avait quelque chose sur l'encadrement de la statue. Rien de très clair mais il semble difficile de penser qu'il n'est pas de Zourab Tsereteli. Sinon le maire actuel, qui est plutôt partisan d'enlever la croix, ne dirait pas que "l’artiste serait en droit de nous poursuivre si nous touchions à son œuvre."
L'arc et la croix sont assez dans le genre de l'artiste, qui aime les accompagnements grandiloquents aux personnages qu'il représente. La statue qui est devant Notre-Dame n'en avait pas besoin puisqu'il y avait la cathédrale. À Ploërmel, l'artiste n'a sans doute pas voulu que la figure du pape ait l'air de flotter dans le vide et il serait normal que l'arc et la croix lui aient semblé indispensables.
L'artiste fait polémique mais il n'en a pas moins une grande puissance créatrice. Le censurer serait scandaleux quand les institutions protègent des installations injurieuses parce qu'on a décidé de les qualifier "d'œuvre d'art".
J'avoue que la décision du Conseil d'Etat me choque plus du point de vue artistique que du point de vue religieux.
______

Écrit par : Guadet / | 09/11/2017

L'EXEMPLE ANGLAIS

> https://www.youtube.com/watch?v=suDVK3QDZuo
Alors qu'en France, nous cherchons à savoir ce qui doit figurer dans l'espace public et ce qui doit en être retiré, nos voisins anglais ont quant à eux conservé une référence chrétienne dans leurs cérémonies officielles. Ainsi cette magnifique soirée annuelle du Souvenir, au Royal Albert Hall : la seconde partie est conduite par un évêque de l'Église d'Angleterre, présent pour rappeler que sans transcendance, aucune activité humaine n'a de sens. Si seulement nous avions l'équivalent en France !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 13/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.