Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2017

Berlin : une vieille tactique des extrêmes droites...

allemagne,extrême droite,immigrés

...dire qu'on utilise contre elles "des méthodes d'extrême droite" :


 
Intéressant article dans Libération d'aujourd'hui. Le correspondant du journal à Berlin raconte qu'à la première séance du nouveau Bundestag, hier matin, Bernd Baumann, député de l'AfD (parti véhiculant désormais des thèses négationnistes et nostalgiques sous couleur de "résister à l'immigration"),  a protesté contre le fait que le discours d'ouverture ait été prononcé par le doyen en mandats (un libéral FDP) et non par le doyen d'âge (un AfD de 77 ans) comme l'aurait voulu la coutume : "Hermann Goering et les nazis avaient fait la même substitution en leur propre faveur", a affirmé M. Baumann. 

Sachant que le député AfD de 77 ans, Wolfgang von Gottfried, considère la Shoah comme "un mythe" (et que le chef de l'AfD pour la Thuringe, Björn Höcke, condamnait en janvier l'érection du monument de la Shoah à Berlin) [*], la protestation de M. Baumann a déconcerté les observateurs.

Mais pour être déconcerté il faut n'avoir guère d'expérience de l'histoire contemporaine... Pratiquer l'inversion accusatoire est la tactique de toutes les extrêmes droites : tactique grossière et qui ne persuade que les sympathisants, mais tactique constante, parce que les extrêmes droites ne sont pas d'une grande créativité en matière de stratégie. Elles se contentent de surfer sur les drames internationaux : et les flux migratoires incontrôlés en sont un.

Rappelons la position de l'Eglise catholique, encore rappelée récemment par un évêque auxiliaire de Paris : les Etats ont le devoir de réguler les flux migratoires (ce que Mme Merkel n'a pas fait), mais les chrétiens ont le devoir de regarder l'immigré comme une personne et non comme une chose (devoir totalement étranger à l'AfD).

______

[*]  Alors co-présidente de l'AfD, Frauke Petry avait exigé l'exclusion de M. Höcke. Depuis le succès de l'AfD aux législatives, Mme Petry a claqué la porte du parti "à cause de sa dérive inacceptable" - et M. Höcke est en cours de réhabilitation sur demande du comité directeur.

 

Commentaires

LE DANGER AfD

> La tactique de victimisation est éculée, en effet, mais le parti de Mme Merkel n'a pas non plus agi avec finesse en changeant les règles de désignation du doyen de l'assemblée quelques jours seulement avant la tenue de la séance inaugurale. C'était tendre une perche aux députés AfD, qui l'ont évidemment attrapée au vol. Il aurait fallu laisser Gottfried présider, et le laisser s'exprimer pour mieux critiquer ses dérapages éventuels.
Beaucoup plus grave est à mes yeux la tendance de certains milieux en Allemagne à tourner le dos à sept décennies d'ouverture pour envisager la période hitlérienne avec une certaine bienveillance. L'Allemagne est un géant économique mais un nain politique, ce qui n'est pas du goût de certains qui rêvent d'un retour à une Allemagne "de la Meuse au Niémen". N'oublions jamais le dernier discours de François Mitterrand (alors cadavérique) devant le Parlement européen, à Strasbourg en 1995 : "le nationalisme, c'est la guerre !".
Il ne s'agit pas de se fondre dans un grand tout libéral européen, mais tout au moins de reconnaître l'acquis de l'après-guerre, celui d'une Europe occidentale d'États-nations en paix. Ne ressortons pas les querelles de frontières !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/10/2017

LE MONDE POLITIQUE

> Oui bien sûr mais l'inversion accusatoire est une pratique largement partagée dans le monde politique, ce n'est pas l'apanage de l'extrême droite.

Ludovic


[ PP à Ludovic - Oui, et c'est un exemple supplémentaire du fait que l'extrême droite n'est pas "hors du système" comme elle le prétend. Elle est d'ailleurs libérale partout, Philippot l'a appris à ses dépens. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 25/10/2017

MARKETING

> Tout à fait d'accord Patrice.
L'extrême droite n'est ni comme le croient certains la bienheureuse solution à nos problèmes posés par l'idéologie mondialiste, ni comme le croient d'autres (ou font mine de le croire) un danger absolu.
Non, l'extrême droite, c'est un positionnement marketing sur l'échiquier politique, et comme tout positionnement marketing, c'est plus une affaire d'opportunité pour séduire un segment (électoral ici) qu'une affaire de conviction ancrée dans le service du bien commun.
______

Écrit par : Ludovic / | 25/10/2017

TOUS

> "devoir de regarder l'immigré comme une personne et non comme une chose (devoir totalement étranger à l'AfD)".
Applicable pas uniquement à l'AfD, mais aux politiques en général.

Bertrand


( PP à B. - Oui, à ceci près que les autres le font sournoisement tandis que l'AfD le fait au son du tambour. ]

réponse au commentaire

Écrit par : bertrand / | 26/10/2017

IMPLOSIONS

> Moi, ce qui me fascine et m'interroge, c'est le début de déliquescence des états-nations post-démocratiques qui semble s'annoncer. Catalogne, Lombardie, Vénétie, et demain qui? Cela me fait me rappeler mes lointains cours sur le IXe siècle et l'implosion féodale de l'empire carolingien avec des aspects communs: impuissances du pouvoir central,obsessions des hauts dirigeants pour des querelles politiciennes hors-de propos (à l'époque querelles dynastiques), invasion diverses et variées, crise économique, insécurité, trop d'impôts pour rien, montée d'une élite locale, etc. Je ne sais pas ce que cela va donner, mais je m'interroge sur l'espérance de vie des Etats que nous connaissons...
Je crois que la prochaine décennie va être passionnante.
______

Écrit par : VF / | 26/10/2017

LE PAPE

> http://fr.radiovaticana.va/news/2017/10/26/semaines_sociales_italiennes_le_pape_d%c3%a9fend_la_dignit%c3%a9_au_travail/1345402
Cela n'a qu'un lointain rapport, mais c'est très clair:
«Le travail au noir et le travail précaire tuent»
«Une précarité totale. C’est immoral. Cela tue: cela tue la dignité, la santé, la famille, la société. Le travail au noir et le travail précaire tuent.»
D’autant qu’il y a des signes d’espérance, souligne le pape, des bonnes pratiques recensées par les participants, qui enseignent deux vertus:
«servir les personnes dans le besoin»
et «former des communautés où la communion prime sur la compétition».
Il qualifie alors cette compétition de «maladie de la méritocratie» et encourage les relations de confiance, d’estime, d’amitié, d’amour; autant de «biens non marchands».

«L’innovation technologique doit être guidée par la conscience et les principes de subsidiarité et de solidarité.»
Pape François
______

Écrit par : ND / | 27/10/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.