Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

La presse de droite dénonce un "pape de gauche"

-668-427c5.jpg

...et lui donne des leçons de bien-pensance bourgeoise vintage :


 

Pourquoi la droite française tourne-t-elle le dos au pape François ?  Parce qu'il ne partage pas les "valeurs" d'une fraction conservatrice de la bourgeoisie (fraction de plus en plus minoritaire au sein de sa propre classe, le libéralisme étant libertaire par logique interne). Mais surtout, parce que le pape exprime de façon radicale et spectaculaire la constante critique catholique du capitalisme libéral... S'ajoute à cela la question des flux migratoires : François en parle comme Benoît XVI et Jean-Paul II en auraient parlé, mais cela scandalise les "athées pieux" [*] qui voudraient sans doute voir le pape appeler à couler les radeaux en Méditerranée, comme dans Le Camp des saints.

Hélas pour eux, le pape n'est pas le chapelain du club conservateur : il est le vicaire du Christ, et ne peut parler autrement qu'il le fait. Sur ce dernier point je cède la parole à Philippe de Visieux, auteur ce matin du commentaire suivant (publié ici sous la note du 03/08) :

 

<< Il me semble qu'une certaine presse de droite cherche à véhiculer l'idée selon laquelle le Saint-Père serait un libéral mondialiste à la Cohn-Bendit, encourageant l'immigration aux fins de créer dans les États européens, débarrassés de leurs frontières, un melting pot à l'américaine. J'écoutais ce matin le compte-rendu de Jean-Marie Guénois (encore lui !) disponible sur le site du Figaro, dans lequel il affirme, en commentaire du livre d'entretiens du pape par Dominique Wolton, que la vision du souverain pontife "est multiculturelle, car le pape est Américain". Le Saint-Père voudrait donc une société "métissée, donc multiculturelle, à l'américaine", régie par la laïcité. De quoi surprendre le journaliste, qui rappelle qu'il n'y a point de laïcité en Argentine, où le président doit être de confession catholique. Beaucoup de "paradoxes", affirme Guénois en conclusion.

Un entretien en apparence anodin, mais dans lequel J.-M. Guénois dépeint à nouveau le pape en apôtre du multiculturalisme à l'américaine. C'est trompeur et malhonnête, car Guénois sait probablement que le pape apporte son soutien aux migrants au seul titre de la charité chrétienne, qui impose à tout baptisé (et, plus généralement, à tout homme de bonne volonté) d'aimer son prochain comme soi-même...  Le pape, en cela, n'est pas davantage "de gauche" que tout chrétien qui tente d'appliquer à sa propre conduite les principes évangéliques. Ces commentaires récurrents voulant dépeindre le Saint-Père en dangereux gauchiste ne font curieusement aucune référence à aux Écritures ; s'ils venaient de Libé ou de l'Obs, il n'y aurait aucun étonnement à cela, mais de la part d'un journal lu par des catholiques, qui plus est d'un spécialiste ès-religions ne cachant pas son admiration pour Benoît XVI, cela peut sembler choquant. Il est en effet peu probable que le pontife émérite, s'il était resté aux affaires, aurait eu une attitude différente de celle de son successeur à l'égard de la tragédie syrienne.

Depuis 1870, le pape n'est plus un souverain parmi d'autres dans le concert des États européens ; sa seule fonction, spirituelle, est d'être à la tête du catholicisme, qui est par définition universel... Il n'a pas pour mission d'assurer la cohésion des sociétés européennes, mais à conduire la barque de Pierre en rappelant que le Christ est présent dans la vie de chacun d'entre nous, que nous soyons Philippins, Syriens, Congolais ou Péruviens !  >>

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/les-confidences-du-pape-francois-decryptees-par-notre-specialiste/5559743574001/

 

Qu'une fraction de la bourgeoisie française tourne le dos à un pape qui conteste le libéralisme économique, c'est normal. Mais que cette fraction revendique en même temps le label "catholique", c'est anormal. On n'est pas catholique contre le successeur de Pierre, même si l'on a avec soi quelques abbés ligueurs. On n'est pas catholique quand on rejette des pans entiers de la pensée sociale de l'Eglise ! Il est temps de renverser l'écran que cette fraction interpose entre le catholicisme réel et les Français : appelons-en au peuple des fidèles loyaux envers leur Eglise.

 

__________

[*]  formule de l'ancien évêque de Nanterre, Mgr Daucourt, à propos de ce micro-milieu en 2013.

 

 

arton207[1].jpg

 

Commentaires

2013

> Ce qui s'est passé en France en 2013-2014 sera jugé rétrospectivement comme un désastre pour l'évangélisation.
______

Écrit par : Anne-Sophie H. / | 01/09/2017

CHARITÉ CHRÉTIENNE

> "le pape apporte son soutien aux migrants au seul titre de la charité chrétienne".
Il est choquant de lire dans des blogs les dogues lancés aux basques du pape François.
Le Pape met en oeuvre au quotidien ce qui est la nature du christianisme et le message du Christ.
Qu'il y ait un problème confus concernant un afflux, c'est à voir, mais le pape, suivant de Pierre et élu par ses pairs, tient la mission que lui a confié le Christ. Et il s'agit bien de charité chrétienne.
Le reste concerne d'autres personnes, dans d'autres instances de ce monde terrestre et à qui il revient de réfléchir à leurs politiques.
______

Écrit par : De Vos Alain / | 01/09/2017

ILS SONT FURIEUX

> Les gens d'extrême droite version "catho" sont fous de rage contre ce François qui leur casse la baraque vis-à-vis de l'extrême droite athée voire anti-chrétienne. Désavoués par le pape, quelle devanture leur reste-t-il pour concurrencer leurs rivaux d'extrême droite athées ? On comprend leur fureur.
______

Écrit par : Marchenoir / | 01/09/2017

LE P. STALLA-BOURDILLON

> Excellent point de vue officiel dans l'Eglise de France sur cette controverse :
http://www.lavie.fr/blog/laurent-stalla-bourdillon/francois-et-les-migrants-ce-que-les-critiques-revelent,4954?utm_content=buffer54055&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer
______

Écrit par : Solenn / | 01/09/2017

PSAUME 25

> Une suggestion, cher PP, pour soutenir notre bon pape François : prier pour les migrants en recourant au Psaume 25 : « J’aime la maison que tu habites », de David.
Avec cette double idée en tête :
1/ aux yeux du migrant qui « a marché » jusque chez nous en quête d’une maison où habiter, nous sommes un peu comme le Bon Dieu – à nous de l'aimer (au moins d'essayer de l'aimer) comme le Seigneur le ferait à notre place ;
2/ celui qui parle et demande justice – « j’ai marché sans faillir » – ne peut certes être confondu, ni avec les athées pieux qui défilèrent un moment avec LMPT – « leur droite est pleine de profits » –, ni avec ceux qui ont pris M. Macron pour le Bon Dieu et lui ont donné les pleins pouvoirs – « l’assemblée des méchants »…
Les termes employés paraîtront certes durs aux hommes et femmes de peu de foi…
Paradoxalement, des agnostiques et athées militants, comme on en croise du côté de La France insoumise de M. Mélenchon, pourraient apprécier l’exercice. Et pourquoi pas, faisons un rêve, utiliser quelques-unes des formules dont use David pour leur manifestation du 23 septembre ?

Psaume 25
1 Seigneur, rends-moi justice :
j’ai marché sans faillir
Je m’appuie sur le Seigneur,
et ne faiblirai pas.
2 Eprouve-moi, Seigneur, scrute-moi,
passe au feu mes reins et mon cœur.

3 J’ai devant les yeux ton amour,
je marche selon ta vérité.
4 Je ne m’assieds pas chez l’imposteur,
je n’entre pas chez l’hypocrite.
5 L’assemblée des méchants, je la hais,
je ne m’assieds pas chez les impies.

6 Je lave mes mains en signe d’innocence
pour m’approcher de ton autel, Seigneur,
7 pour dire à pleine voix l’action de grâce
et rappeler toutes tes merveilles.
8 Seigneur, j’aime la maison que tu habites,
le lieu où demeure ta gloire.

9 Ne m’inflige pas le sort des pécheurs,
le destin de ceux qui versent le sang :
10 ils ont dans les mains la corruption ;
leur droite est pleine de profits.

11 Oui, j’ai marché sans faillir :
libère-moi ! prends pitié de moi !
12 Sous mes pieds le terrain est sûr ;
dans l’assemblée je bénirai le Seigneur.
______

Écrit par : Denis / | 01/09/2017

PAS D'ACCORD

> Le pape n'a pas à s'occuper de la cohésion de la société européenne, mais un citoyen européen et chrétien doit peut-être s'en soucier. Un espace de discussion est possible, qui n'entraîne pas nécessairement qu'on crée une nouvelle catégorie dans la cage aux phobes (le papophobe). Je n'ai par ailleurs aucune sympathie pour les imbéciles maniant les ismes (gauchisme, communisme, postconciliarisme, etc.).
J'espère pour ces pauvres migrants qu'ils ne voient pas dans l'Europe la maison du bon dieu, parce qu'ils vont tomber de très haut!

Maud


[ PP à Maud - Les papophobes (qui peuplent les médias de droite) ne devraient donc pas être pris en considération ? alors qu'ils désinforment des centaines de milliers de gens ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maud / | 01/09/2017

POUR UNE FOIS

> Renverser l'écran... Mais ça commence. J'ai trouvé un assez bon article, où un libéral nommé Charles Gave se fait remettre en place par des journalistes qui ont eu la curiosité d'aller chercher quelque exégète sérieux pour éprouver le propos du libéral. Le résultat est assez intéressant. Pour une fois des journalistes ont fait leur travail. Voilà qui est assez rare pour être cité. On espère que cela va continuer. Cela fait tout de même plaisir. C'est à lire là: http://www.slate.fr/story/131228/liberalisme-collectivisme-economie-jesus-evangiles
______

Écrit par : ND / | 01/09/2017

SUR FACEBOOK

> Pour info, voilà le genre de débats qui se développe actuellement sur Facebook :

--------
Jean-Mathieu Robine a partagé un lien. 29 août, 14:25 · François et les migrants : ce que les critiques révèlent
Les réactions, souvent désobligeantes, au message du Pape François pour la journée 2018 du migrant et du réfugié, publiée en août 2017, sont révélatrices de deux graves confusions.
lavie.fr

Peter Henri -- Rien chez François n'indique la volonté de convertir les musulmans ni les mettre devant leurs responsabilités. ensuite accéde -t-on_,à l'universel par les nations, ou en les supprimant dans un magma où l’'Eglise selon François ferait entendre sa voix? Rien à voir avec la caricature d'un réduit chrétien.qu'on nous assène? Encore une fois ce pape semble ne rien comprendre à l'incarnation - qui perd son peuple perd son Dieu dit Chatov dans les " Démons"!- à la différence de ses prédécesseurs et ainsi limite son rayonnement, à mon humble avis ? ENfin la sécurité des peuples appartient aux responsables et les paroles du pape désarmant par avance toute vigilance semblent inadmissibles. La Pologne e a eu -elle raison de résister en 1939 et la France mal en 1940, même si la France a mal résisté. . Gamelin n'est pas ma tasse de thé. Enfin le pape n'est tout simplement pas compétent pour s'immiscer dans de ce qui est du champ de la responsabilité des gouvernants à moins de prôner une théocratie des bons sentiments;. beaucoup d'homme d’Église ont été surpris , désorientés par son attitude. Je trouve étrange cette manière cléricale du Père de gommer ce qu'il y a d'énorme. Il y a un précédent à un pape incompris , mais lui pour de mauvaises raisons : ; Benoit XV a parlé pour la paix pendant la première guerre mondaile; son but c'était d’empêcher le suicide de l'Europe,, des nations et la revanche aigre qui s'ensuivit Il fur peu compris des catholiques français. Seul l'agnostique Maurras défendit son élévation spirituelle du" Berger des peuples" . Honnêtement les migrations d’aujourd’hui dans le contexte d'un islamisme fou furieux et d'un Islam toujours insaisissable,-même si beaucpup de Musulmans sont sûremetn de braves gens, à condition qu'(ils nous respstent quand même un peu..et que nus sachions nous faire respecter, sortir de notre nihilisme- oui ces migrations sont elles facteur de paix ou de chaos dans ce contexte? Il ne s'agit pas de défendre un réduit mais de lutter pour la piaix possbile dans le respect sans vision utopiste d'un monde toujours meilleur, ce qui est la négation de notre foi.

Jean-Mathieu Robine -- Cet article du journaliste catholique Patrice de Plunkett répond fort bien à l'essentiel de votre commentaire, sans doute mieux que je ne le ferais moi-même : http://plunkett.hautetfort.com/.../la-presse-de-droite...
La presse de droite dénonce un "pape de gauche"
...et lui donne des leçons de bien-pensance…
plunkett.hautetfort.com

Patrice de Plunkett -- Le pape n'est pas plus responsable des migrations que le Samu ne l'est des accidents de la route. Cessez de vous en prendre à l'homme de l'Evangile ! Occupez-vous plutôt des partis politiques et des grandes entreprises, qui ont mené l'Europe là où elle en est...

Yvan Mata -- Je voulais justement poster la tribune de Patrice de Plunkett :-)

Jean-Mathieu Robine à Yvan Mata -- vous voyez bien que je ne suis pas un catholique libéral ! Un catholique libéral n'approuverait pas ainsi cet article de Patrice de Plunkett !

Peter Henri à Jean-Mathieu Robine -- je vous remercie de me fournir ce lien de Patrice de Plunkett, mais je ne suis pas sûr que Patrice de Plunkett soit toujours très modéré. et je ne prends pas Patrice de Plunkett pour quelqu'un qui puisse répondre à certaines préoccupations. Il ne sait que faire des procès d'intention violent contre ceux qui ne pensent pas comme lui., les catégorisant, il défend le pape, c'est son droit mais en vitupérant contre les autres;C'est après tout le pape qui prend volontairement uen attitude bien à lui de correction . Certes, . Il y a eu un précédent illustre: Léon Bloy: On y trouve des diamants certes, et des scories; Léon Bloy a carrément insulté le pape Benoit XV -par fanatisme en 1915- Léon Bloy ne s'étant jamais remis du traumatisme de 1870 parce que ce pape l tentait de sortir l'Europe de la guerre fratricide , donc de trouver une paix de compromis, non une victoire idéologique.. Actuellement je me répétè te, il me semble difficile de croire que l'immigration incontrôlée apporte la paix; l'Evangile n'est pas une idéologie,il nous met en relation cas par cas. . il est donc inutile de sen prendre violemment à ceux qui voient le problème différemment de PdP ou même du Pape, au lie d'argumenter point par point.( en toute charité chrétienne!) En tous cas ce n'est pas conception d'une vraie' disputatio'. . A mon humble avis PdP n' a pas vraiment changé, c'est un caractère violent , emporté, je l'avais déja observé dans les années 1980 quand dil prenait parti pour l'IRA dans le figaro magazine. Maintenant sur le pb complexe de l'immigration je crois qu'il y a un évêque du Ghana qui partage cette prudence.et préfère voir les Africains rester chez eux. le déracinement massif n'est pas une solution. Maintenant que le nihilisme suicidaire et atroce des Islamistes soit aussi le reflet de notre nihilisme occidental créant un vide; c'est possible, cela ne nous interdit pas de nous défendre, même es gens qui n'ont su prendre une distance avec ce nihilisme, qui l'ont propagé, bref de nous protéger là où nous sommes, en Europe par exemple, et non de croire à n monde pacifié , fraternel où tout le monde s'embrasse en conjurant la violence e, mais un monde où l'on se respecte un peu plus, où l'on gagne pendant un temps le respect d l'autre. Cela a toujours fonctionné ainsi. il n' y a pas de paix perpétuelle, mortelle utopie. Cela aussi mérite d'être dit , sans insulter personne, ce qui n'est pas tasse de thé.. Donc n'est pas prophète, qu veut. D'ailleurs peut-il y avoir encore des prophètes depuis 2 000ans , alors qu'il s'agit de se prendre en main. Soyons modestes! En toute sérénité.......

Jean-Mathieu Robine à Peter Henri -- Avant de me faire part de vos réserves à l'égard de Patrice de Plunkett, avez-vous LU son article ? Il semblerait que non, hélas... L'argument ad hominem, par définition, n'est guère convaincant ! Lisez-le d'abord, on en reparlera après......Je vous demande d'y répondre comme si j'en étais l'auteur puisque j'y adhère intégralement.

Peter Henri -- Oui je l'ai lu Patrice de Plunkket. Il parle bien 'd'une bourgeoise conservatrice qui s'arroge du label de catholique , restant sourd à la doctrine sociale de l'Eglise'. C'est bien un ton violent, polémique, simplificateur.( Je ne me sens pas bourgeois conservateur, de quoi grand Dieu aujourd'hui, mais bien attaché à la relation et à la transmission Ceux qui s’inquiètent des problèmes liés aux migrations sont souvent des petites gens souvent, pas libéraux de droite, qui à tort ou à raison se sentent menacés;. Si vous n'y voyez pas une simplification abusive, c'est votre droit, le mien de la voir. Ensuite dans une réponse de P.deP; à mon commentaire je relève au moins deux ou trois inexactitudes. D' abord je n'ai jamais dit que le pape était responsable des migrations passées, nous sommes bien d'accord, des migrations à venir? ,on verra. Ensuite il est peu seyant- pour rester modéré de dire avec brutalité " occupez vous de vos amis des partis politiques et des grands entreprises, qui ont mené l'Europe là où elle en est.." J e n'ai aucun ami dans les partis politiques actuellement ni dans les grandes entreprise; mais enfin que peut en savoir PdP? Quel est ce procès d'intention digne du parti communiste? Je ne me sens , grand Dieu, aucune responsabilité sur le fait qu'on ait mené l'Afrique dans l'impasse , bien au contraire; ( Là aussi les responsabilité sont partagées, mas enfin il a y eu les constructeurs et j'en , étais et les destructeurs, que je ne nommerai pas. Donc j'ai œuvré comme enseignant 5 ans En Afrique du Nord dans la coopération culturelle, 30 dans l’enseignement en France, j'ai eu à m'occuper de milliers d'élèves issus de milieux africains ou de l'immigration, je me suis quand même dévoué à eux , à ma modeste échelle,, du moins de bonne foi. je crois donc avoir œuvré assez pour une coopération pansant les plaies du passé en Afrique et c'est bien ainsi que j'ai été perçu et pour aider ces jeunes à s'intégrer malgré le laxisme congénital de l’Éducation Nationale, tournant souvent à vide, que j'ai dénoncé à mes risques et périls/ Vous avez raison en conclusion sur un point: j'ai souvent du mal à discuter avec PdP , lui aussi peut-être , mais je n'ai pas s l’impression qu'il veuille répondre à des arguments bons ou mauvais sans polémique. ou d’éternels procès d'intention. Libre à vous d’adhérer pleinement à ce qu'il dit., mais peut être pas à ses procédés??? .

Jean-Mathieu Robine Peter Henri, je parlais de son ARTICLE de blog et PAS de son commentaire ci-dessus ! Par ailleurs, vous m'aideriez en faisant plus court. Vous gagneriez tellement en étant plus synthétique !

Peter Henri à Jean-Mathieu Robine -- je reconnais n'avoir pas répondu point par point mais cela demande une discussion complexe et approfondi que je n'ai ai pas le temps de faire.mais enfin, c'est possible à approfondir Je n'ai répondu que sur le ton que je voudrais plus apaisé..

Jean-Mathieu Robine -- Vous n'avez pas répondu au ton de son ARTICLE mais au ton de son COMMENTAIRE.

Peter Henri -- Synthétique, certes, mais justement la vérité n'est jamais simple, (Pirandello " chacun sa vérité) même si j'ai peut être trop parlé de moi.( Vous me trouvez bavard?? . Soit! Reconnaissez quand même que les problèmes africains sont diversifiés et non synthétiques, c'est dire personnels, un peu comme ceux d'une classe - excusez moi de rappeler des souvenirs personnels où des collègues parlaient de classe sympathique en général, sans creuser assez chaque cas. nous avions à ce titre un(e) proviseur exceptionnel, qui en bonne cath..; s'accrochait à chaque cas comme s'il s'agissait de ses enfants . -

Yvan Mata à Jean-Mathieu Robine -- Je n'ai jamais-vu affirmé que vous êtes un catholique libéral ! Simplement parce que vous êtes un libéral catholique. Ce qui est totalement différent ! Comme Poulat.
Mais pas dans le sens ultralibéral Fillon Waquiez. Libéral dans le sens libre penseur d'avant guerre ou social-liberal des années 60 (mouvances Mendes-France).

Peter Henri -- SI , j'ai bien répondu aussi au ton de son article. Relisez moi /

Patrice de Plunkett à JMR et PH -- S'il est devenu impossible (ou choquant) de décrire une réalité sociologique, c'est que nous sommes tous devenus bien fragiles nerveusement !
Or c'est un fait : le problème est en partie une question de milieu social.
La fraction "conservatrice" de la bourgeoisie française n'aime pas le pape François en raison de ses positions économiques et sociales ; elle ne se prive pas de le dire, sur les réseaux sociaux et ailleurs. Par ailleurs, une partie de cette bourgeoisie se considère depuis 2013 comme "le renouveau du catholicisme". D'où le malaise : comment se dire "renouveau du catholicisme" quand on tourne le dos au pape et aux évêques ?
Je suis surpris de ne pouvoir dire clairement ce genre de choses sans m'attirer des plaintes véhémentes. ...

Jean-Mathieu Robine -- J'adhère à votre description et à votre analyse à propos de cette réalité sociologique mais je connais suffisamment Peter Henri : que ça lui plaise ou non, je trouve que le qualificatif de "conservateur" et même de "catholique conservateur" lui va comme un gant (mais j'admets qu'il ait du mal à s'y reconnaître puisque vous et moi ne lui avons pas défini ce que nous entendons par ce terme). ..

Jean-Mathieu Robine -- Le terme d' "allié objectif", comme disaient les communistes, me paraît plus juste que celui d' "ami". Par ailleurs, on peut se comporter idéologiquement en "bourgeois conservateur" tout en se sentant, au moins subjectivement, proche des "petites gens" (pour reprendre l'expression de Peter Henri).

Patrice de Plunkett -- Sans aller jusqu'à "allié objectif", contentons-nous de dire ce qui est : beaucoup de catholiques conservateurs ne voient pas clairement la situation. Ils l'interprètent selon des prismes déformants, et ne veulent pas admettre la responsabilité sociétale déterminante du système économique dans les maux qu'ils déplorent. D'où l'échec politique et intellectuel de la Manif pour tous, ce "grand événement" qui s'est fourvoyé dans le palais des mirages de la politique politicienne...

Jean-Mathieu Robine à Patrice de Plunket -- c'est tout à fait ça. Beaucoup de catholiques conservateurs sont conservateurs avant d'être catholiques et beaucoup de bourgeois catholiques sont bourgeois avant d'être catholiques. Au lieu d'être des "catholiques d'abord" (titre d'un excellent livre de l'historien Yvon Tranvouez, disciple d'Émile Poulat) et de faire passer au tout premier plan les exigences de l'Évangile, ils privilégient sans s'en rendre vraiment compte l'égoïsme de classe ou le nationalisme, quitte à invoquer à tort le patriotisme (qui est autre chose), en se référant à Jean-Paul II (chez qui ont n'aurait certainement aucun mal à trouver des accents allant exactement dans le même sens que ces interventions du pape François, qui ne fait d'ailleurs que reprendre à la lettre des enseignements constants et explicites de l'Ancien et du Nouveau Testament), et l'attachement légitime aux siens. "J'étais étranger et vous m'avez accueilli", ce n'est pas le pape François, c'est Jésus ! "Souviens-toi que tu as été étranger au pays d'Égypte", ce n'est pas le pape François, c'est dans le Pentateuque !
---------
fin de la tranche de débat Facebook

_______

Écrit par : PP / | 01/09/2017

SYRIENS D'ORLÉANS

> Apparemment, Grégoire de Tours ne semblait pas gêné que des "Syriens" d'Orléans acclament le roi mérovingien Gontran ("dans leur langue" qui plus est), encore à la fin du VIe siècle.
Si nos arbres généalogiques pouvaient remonter jusqu'à cette époque, on s'apercevrait rapidement qu'il est bon de rire parfois...
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 01/09/2017

RAGES BOURGEOISES

> Il peut être judicieux d'observer une sorte de similitude entre la rage de certains bourgeois de droite contre François et celle qui s'abattait parfois contre Benoît XVI de la part d'autres bourgeois, de gauche ceux-ci (rage certes assourdie lorsqu'elle émanait de "chrétiens de gauche").
On pourrait voir, et ce serait drôle, dans les paroles du pape un véritable "appeau à imbéciles" : quoi qu'il dise, il se trouvera toujours une horde de ceux-ci prête à hurler, horde dont la composition et les penchants varient en fonction de l'image que les hurleurs se seront faite - hâtivement et avec l'aide de quelques représentations médiatiques simplificatrices, voire caricaturales.
Passé cette considération amusante mais un peu limitée, cette rage ne naît-elle pas de ce que les propos incriminés leur rappellent qu'il y a plus important que leurs penchants divers (adaptation à la "libération des mœurs" pour les uns, libéralisme économique et refus d'accueillir les étrangers pour les autres) ?

SL


[ PP à SL - Certainement. A ceci près qu'il est contradictoire d'être pour le libéralisme économique et contre la libre circulation sans frontières (un des dogmes du libéralisme)... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 01/09/2017

VACANCE

> A propos de "pape(s) de gauche", relevons à titre d'exemple une certaine cohérence chez Laurent Dandrieu, qui reconnaît que "quand le pape prône le regroupement familial, au risque de transformer systématiquement les réfugiés temporaires en immigrés permanents, il ne fait que reprendre des positions défendues inlassablement, par exemple, par Jean-Paul II et Benoît XVI." (récent entretien dans "Le Figaro")
Le problème avec cette cohérence, c'est qu'elle va plus loin encore que l'animosité contre la personne du pape François. En critiquant trois papes successifs (et il pourrait remonter bien plus loin), comment M. Dandrieu peut-il se dire encore catholique, et comment peut-il encore être pris au sérieux à ce titre par des catholiques ?

SL


[ PP à SL - M. Dandrieu conteste même Pie XII, Pie XI, Léon XIII... Serait-il sédévacantiste depuis le trépas de Jules II ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 01/09/2017

PROTESTANT

> Le bourgeois catho conservateur est devenu un véritable protestant. D'abord en économie, puis en ecclésiologie.
______

Écrit par : Blaise de M. / | 02/09/2017

NICHE

> Ce que je me demande, c'est pourquoi veulent-ils à tout pris rester catholiques ? Tropisme éducatif? Lâcheté? On est au XXIe siècle et il n'y a guère plus de tabous qui restent. Pourquoi ne se disent-ils pas libéraux tout simplement ? Dandrieu, Gave et consorts n'ont pas besoin de l'étiquette. A moins qu'ils ne soient pas de taille face aux autres requins de la sphère libérale et qu'ils se choisissent une niche idéologique pour subsister ?

VF


( PP à VF - Dandrieu et Gave ne sont pas sur le même bateau. Gave est chez Mandeville-Hayek, mais Dandrieu plutôt chez un Maurras revisité par dom Guérard des Lauriers (théoricien français du sédévacantisme au XXe siècle). Ce qui n'empêche pas les zozos des beaux quartiers de le prendre pour Daniel-Rops... ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 02/09/2017

@ Anne-Sophie H

> Votre commentaire m'a fait réfléchir et je crois que vous avez raison.
Ce n'est même pas tant, à mon humble avis, le fait que des gens ait protesté contre le mariage pour tous qui pose problème. C'est qu'il se soit levé une caste de cathos barricadés et fiers de l'être.
Je me rappelle en 2013, je fréquentais une paroisse parisienne très missionnaire et très soucieuse des plus faibles. J'ai vraiment senti l'avant et l'après la manif pour tous. Avant, on accueillait chacun tel qu'il était même s'il ne comprenait pas les positions du pape. On parlait de l'amour inconditionnel du Christ. Après, on ne parvenait à s'enlever cette étiquette LMPT et les "débats de société" était inéluctables quand on évangélisait. Et très vite, certaines personnes se rendaient compte qu'elles n'avaient pas le profil.
A ce titre, je pense que c'est le lieu de parler d'un scandale qu'on n'évoque pas assez, à savoir la plate-forme "Gens de confiance". Je ne sais pas si les fondateurs de ce site voulaient faire un entre-soi catho mais de fait, ça l'est devenu. Aujourd'hui, ce site est presque en odeur de sainteté dans "le milieu": http://www.la-croix.com/Religion/France/Sur-Web-catholiques-entretiennent-leurs-reseaux-2016-11-29-1200806712
Pourtant, je ne vois pas grand-chose d'évangélique à ce truc. Une fois allé sur ce site, je ne vois pas comment on peut faire croire que dans l'Eglise, on est accueilli tel qu'on est et que les pauvres sont nos maîtres. Il paraît même que le réseau est divisé en sous-groupes "famille de militaire", "communauté de l'Emmanuel" (aïe, j'ai personnellement mal), "scout d'Europe". Je ne vois pas de mal à ce qu'on cherche un baby-sitter recommandé, ni même qu'on aille le chercher dans sa paroisse, mais qu'il vienne du "milieu catho" ne me prouve rien. J'espère que je ne serai jamais obligé d'aller sur ce site. Si certains y sont, c'est aussi pour des raisons de chômage ou de recherche de logement.
Pourtant, je crois que l'Esprit Saint souffle. Ce n'est pas pour rien qu'en 2013, François a été élu. "Sortez vers les périphéries de l'existence" qu'il nous rabâche. "Qui suis-je pour juger [les homos] qu'il ajoute. Et d'ailleurs, je vois plein de disciples missionnaires qui transpirent le Christ. Je les encourage à continuer et je prie pour les égaler. Mais il me paraît juste de dénoncer ce phénomène de "castification" de l'Eglise de France. Ou plutôt de l'accélération du phénomène depuis 2013.
______

Écrit par : Cyril B / | 02/09/2017

CAUTELEUX

> Ce qui est frappant avec le dossier du 'Figaro'est son côté cauteleux.
- D'abord le titre : "Le pape est-il de gauche ?", alors que seuls deux courts passages de l'article vont dans ce sens. (Mais titre propre à rebuter le lecteur du 'Figaro' qui n'a déjà pas envie d'acheter un livre sur le pape François, et encore moins si ce livre contient des idées de gauche !)
- Ensuite les morceaux choisis dans le livre : sortis de leur contexte, ils suggèrent avec l'air de ne pas y toucher. Ce qu'ils suggèrent : que le pape a appris la politique chez les communistes et la morale chez les psychanalystes freudiens. De quoi rebuter le lecteur du 'Figaro' là aussi. En plus ces citations sont sorties de leur contexte, ce qui leur donne un sens apparent qu'elles n'ont pas en réalité.
- JM Guénois dans le 'Figaro'-papier signe un article prudentissime : chef d'émission culturelle à la télé KTO, fondée par Lustiger qui tenait l'extrême droite intégriste pour des cons, il marche sur la pointe des pieds. Mais sur le site vidéo du 'Figaro' il se lâche et exprime sa pensée : en gros celle de Marine Le Pen que l'Eglise "fait gerber" à cause de ses positions sur les immigrés. C'est la phrase de Guénois sur la soi-disant volonté papale de "métisser l'Europe" parce qu'il est "américain". En appliquant au pape la théorie camusienne du Grand Remplacement, JMG montre une belle ignorance de l'Evangile.
- Le plus cauteleux est l'article de Rémi Brague, bergogliophobe insinuant. Selon lui la parabole du Bon Samaritain n'est pas un exemple à suivre, ce n'était qu'une métaphore spirituelle, d'ailleurs le Samaritain c'est Dieu et pas nous : et ce serait de l'orgueil de prétendre imiter Dieu, n'est-ce pas, etc. C'est la théorie bourgeoise de toujours, déjà ridiculisée par Léon Bloy comme PP le rappelle dans sa note sur Slate.
Comme dit Blaise de M., le bourgeois catho est finalement un calviniste : il refuse le Magistère du pape, et il nie la portée concrète des appels évangéliques contre Mammon.
______

Écrit par : bernard gui / | 03/09/2017

à Anne-Sophie et Cyril:

> entièrement d'accord avec vous. Chez mes jeunes collègues, j'ai bien vu aussi l'avant/après. Maintenant, le chrétien qui s'affirme est vu comme un sectaire borné, anti-homo etc. et le dialogue se ferme aussitôt.
Comment sortir de cette image et rétablir le dialogue avec ces périphéries qui attendent aussi le Christ?
Comment faire pour rendre inaudibles les athées pieux?
Comment soutenir le pape et son message évangélique sans pousser les croyants sincères perdus dans les fantasmes paranos au schisme ?
______

Écrit par : VF / | 03/09/2017

RUISSELER VRAIMENT

> Presse de droite, pape de gauche…
Ultralibertaires sociétaux de gauche, ultralibéraux conservateurs de droite.…
Ultralibéraux gauche-droite type LREM, en marche mais ne sachant où ils vont (je crois que le néologisme « droche » – en bas-breton droch = imbécile – serait tout indiqué pour les qualifier)…
Et donc papistes anti-avortement, anti PMA et GPA et pro-manif pour tous (LMPT-La Rochère)…
Papistes contre les PMA et GPA anonymes, pour une union civile garantissant la filiation biologique (LAVT-Tellenne/Barjot)…
Papistes pro-avortement, pro-PMA et mariage pour tous (CCBF-Pedotti-Soupa)… Car du côté « chrétien », aussi, nous nageons dans la confusion des chapelles, entre gauches maladroites et droites des plus gauches…
Et donc que choisir ? Rejoindre un camp ? Aller nulle part ? Rester dans sa paroisse ? Foleyer dans son coin ?
Pour moi, mon choix est fait :
- je suis convaincu qu’il faut investir le champ social et sociétal bradé à l’ultralibéralisme du marché ;
- je conteste le sort fait aux pauvres, aux petits, aux « riens », tels que ciblés et désignés par le chef de l’Etat français, à travers ses priorités fiscales et sa loi Travail ;
- j’ exige un strict encadrement du « ruissellement » de prospérité promis par le même chef de l’Etat, suite à son programme de réformes très favorables aux plus riches, au patronat et aux marchés financiers ;
- je réclame le respect des droits des travailleurs, la régulation des marchés, l’élimination/la mise au pas des paradis fiscaux, le réajustement/l’accroissement de l’aide au développement des pays pauvres et « producteurs » de migrants…
… Et donc je manifesterai notamment avec la CGT le 12 septembre, avec La France insoumise le 23 septembre, et tous ceux qui porteront ces revendications ;
Par ailleurs,
- je suis pour l’union civile garantissant la filiation naturelle et biologique, avec délégation d’autorité parentale au(x) parents(s) non géniteur(s) dans le cas des couples homosexuels ;
- je suis contre la marchandisation de l’enfant et du vivant à coups de PMA et de GPA, contre la loi liberticide touchant le droit à l’information sur l’IVG ;
- je réclame un renouveau éthique des droits de l’enfant et une politique de développement humain, durable et intégral…
Et donc je ferai partie des prochaines Manifs pour tous et Défilés « barjots » (avec Virginie/Frigide) qui cibleront les politiques qui seront bientôt mises en œuvre par le fameux quatuor Macron-Philippe-Buzyn-Schiappa (et promues avec passion par le porte-parole du président, Bruno Roger-Petit)…
Et aussi, chiche, qu’on se le dise, je rêve d’une Grande Marche du Ruissellement des petits et des riens, une Manif des riens, une Ruisselante des pauvres du Seigneur qui prierait tout à la fois pour Virginie Tellenne (Frigide Barjot), Ludovine de la Rochère, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez, et rassemblerait toutes leurs revendications derrière une grande banderole à l’effigie du pape François !
______

Écrit par : Denis / | 03/09/2017

EAU DE BOUDIN

> Sur LMPT, voici ce que j'ai pu écrire (message du 16 janvier 2013) :
http://plunkett.hautetfort.com/archive/2013/01/15/mepris-hautain-de-manuel-valls-envers-800-000-manifestants.html
Et je sais que beaucoup de gens pensaient un peu la même chose, à l'époque...
Tout a été dit sur les raisons qui ont fait que ce qui pouvait devenir un vaste mouvement populaire, ouvert à d'autres contestations que celle de la loi Taubira, a fini... en eau de boudin. Malgré tout, comme un certain nombre de chrétiens, je reste amer : dans les premières manifs, il y avait des musulmans et des "gens de bonne volonté". Une vaste mobilisation comme il n'y en avait jamais eu...et comme, vraisemblablement, il n'y en aura jamais plus. Alors : comment ne pas sombrer, peu ou prou, dans l'"aquabonite" ? L'"ordre" libéral-libertaire n'est-il pas devenu, dans les faits, indépassable ?

Feld


[ PP à Feld - Deux pièges où la MPT est tombée :
1. la naïveté de croire que des cortèges, même imposants (quoique minoritaires dans l'opinion publique contrairement à 1984), allaient faire reculer la tendance globale de l'ultralibéralisme occidental ;
2. l'irresponsabilité de ne pas doter le missile (la manif) d'une ogive doctrinale (la critique de l'ultralibéralisme économique) : ce qui a mené ces bonnes gens droit dans le marécage LR.
Sans ce double défaut, la MPT n'aurait évidemment pas empêché la loi de passer ; mais elle aurait lancé un courant contestataire lucide, qui, plus tard, aurait pu faire l'histoire.
Ça ne s'est pas passé ainsi : les leaders de la MPT (dont une partie roulait pour Sarkozy) n'ont pas tenu ce langage ; et "la France bien élevée" (comme disait une zozote) n'était pas disposée à l'entendre. La dérisoire aventure Fillon en a fourni la preuve.
Où en est-on aujourd'hui ? ]
______

Écrit par : Feld / | 03/09/2017

@ PP

> Dans votre réponse à SL vous notez à juste titre qu' "il est contradictoire d'être pour le libéralisme économique et contre la libre circulation sans frontières" chez les gens de droite libérale.
La contradiction inverse existe aussi de la part de la gauche sociale.
Le libéralisme mondial est un menu dont on ne peut pas prendre les plats séparément.

PH


[ PP à PH - De même, la plupart des Insoumis n'arrivent pas à voir que les "nouvelles moeurs" (qu'ils approuvent) sont un produit dérivé de l'ultra-libéralisme économique (qu'ils condamnent). Et la droite libérale MPT souffre de l'aveuglement symétrique inverse... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 05/09/2017

BERGOGLIOPHOBES

> Une part non négligeable du courant bergogliophobe, surtout au sein des mouvances traditionalistes, fonde son aversion dans l'appartenance jésuite de l'actuel pontife. Pour beaucoup de prêtres "tradis", les jésuites sont des gauchistes. Plusieurs conversations récentes avec des prêtres bergogliophobes m'ont confirmé ce parti-pris ; l'un d'eux m'a même déconseillé de suivre les cours des facultés jésuites de la rue de Sèvres, trop peu en phase avec la Tradition pour être fréquentables.
Je lisais ce matin une note publiée il y a quelques années par un prêtre du diocèse de Nancy et de Toul, l'abbé Florent Husson, actuellement chapelain de la chapellenie Bienheureux-Charles-de-Habsbourg-Lorraine, érigée par l'évêque local pour la forme extraordinaire, donc en communion avec Rome. L'abbé Husson critique dans cette note le défaut d'attention portée par le Saint-Père à la liturgie, dû selon lui à son passé jésuite... "car pour être « un Pape des pauvres », il [lui] faut donc, être un « Pape a-liturgique », voire « anti-liturgique »". Les jésuites seraient donc de gauche et crypto-protestants ; "leurs ouvrages sont sans âme, ni spiritualité".
Passons sur le tissu d'approximations d'un tel commentaire. Ce qui est révulsant pour le catholique que je suis, c'est de voir un prêtre en communion avec Rome tirer ainsi à boulets rouges sur le Saint-Père comme pourrait le faire tout lefebvriste. Car, comme le rappelait le cardinal Tauran lors d'un récent colloque - au centre Sèvres précisément - "quand on est catholique, on est avec le pape !".

http://tradinews.blogspot.tw/2013/04/abbe-florent-husson-la-barrette-de-st.html
Et pour la vidéo (fort instructive) du colloque explicitant la filiation entre François et Paul VI :
https://www.youtube.com/watch?v=pGMZQgb_yRw

PV


[ PP à PV - Le tout sur fond d'inculture ecclésiologique et théologique. Une chose est en effet frappante chez certains paladins de "la Tradition" : ils ne savent pas de quoi ils parlent, et prennent des formes du XIXe siècle pour "l'Eglise de toujours". Ils croient aussi que la France est peuplée de "cathos" : ce qui les empêche de voir la réalité, et de comprendre le pourquoi d'une nouvelle évangélisation... (Cette expression les faisait déjà tiquer sous Jean-Paul II). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 05/09/2017

HANDICAP

> leur nouvelle tête de turc est le P. Spadaro ('La Civiltà Cattolica') : esprit remarquable mais souffrant d'un double handicap d'image, appartenir à la Compagnie de Jésus et être un ami du pape François.
______

Écrit par : amdg / | 05/09/2017

> LMPT, la "France bien élevée" : tout se perd, et avant tout les bonnes manières. On aime son prochain, même mal élevé, non mais.

Alex


[ PP à A. - Cette formule proférée à la tribune (de la Mutualité en 2013 si mes souvenirs sont exacts) par une star de ce micro-milieu, a été un révélateur. Derrière les proclamations "anthropologiques" se dissimulait un esprit de classe sociale : ou plutôt, l'esprit de la fraction passéiste d'une classe sociale. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 05/09/2017

Hors-sujet (mais je ne savais pas où poster cela) et très futile, j'en conviens.

> Le sentiment est excellent, l'attention comme l'intention sont nobles, mais...non, voilà qui est, sous des dehors purs et innocents, particulièrement contre-productif en matière de néo-évangélisation:
https://forum.camptocamp.org/t/re-installation-dune-vierge-au-sommet-de-la-grande-sassiere/195201
Ma position va en fait plus loin que celle des commentaires: autant je suis capable de m'impliquer pour ne pas, par exemple, laisser supprimer un calvaire à l'occasion de l'édification d'un rond-point, autant j'estime qu'une croix, une Vierge sur un sommet va trop loin, consiste à se l'approprier, ce qui est démesuré vis-à-vis du projet, qui est de commémorer une disparition, et de la sorte revient à imposer à tous cette disparition à l'occasion de leur ascension (car enfin, il ne s'agit pas d'un Corcovado, destiné à être visible par la multitude depuis fort loin, et installé là dans une tout autre finalité).
Non, ceci est un rien confiscatoire des lieux, qui sont, pour mémoire, parmi les tout derniers à être laissés dans l'état où le Créateur les a fait surgir -et qui se suffisent à eux-mêmes pour élever l'âme vers le Père.
De même je ne suis pas si choqué que cela lorsque des plaques commémoratives de trépas accidentel d'escalade, installées au pied de voies d'escalades, sont cassées (vu à Calamès, ou aux Mallos de Riglos, etc...) - il est toujours possible que ce soit l'usure du temps, on peut parfois en douter, en tous cas cette appropriation de la voie pour commémorer un souvenir me paraît équivoque sous couvert d'excellentes intentions.
Idem, pour tout vous dire, ça me dérange qu'on nomme un sommet, possédant déjà un nom, d'après le patronyme d'un être humain à qui on souhaite rendre hommage, passe encore si le sommet est innommé, sinon une construction humaine (refuge, cabane, rue, etc...) fait aussi bien l'affaire en matière de commémoration post-mortem.
Encore mes excuses pour ce hors-sujet futile.
______

Écrit par : Aventin / | 09/09/2017

"L'ESPRIT" DU CONCILE : UN 'FAKE' DES ANNÉES 1970

> http://www.lefigaro.fr/international/2017/09/11/01003-20170911ARTFIG00001-en-colombie-francois-a-pris-le-parti-de-la-paix.php
Un dernier exemple de pique bergogliophobe peut être trouvé dans 'Le Figaro' du jour. Toujours sous la plume de J.-M. Guénois, ce dernier évoque le motu proprio 'Magnum Principium' publié samedi par le pape en opposant Jean-Paul II et Benoît XVI d'une part à François d'autre part, accusé de tourner le dos aux deux précédents en matière de traductions liturgiques... avec cette phrase assassine : « tout l'effort de Rome - en particulier sous le pontificat de Jean-Paul II et encore sous celui de Benoît XVI - a consisté à contrôler de très près ces traductions pour qu'elles soient le plus proche possible du latin. Le pape François a décidé d'aller dans un autre sens pour revenir à l'esprit du Concile. »
Non : le pape François ne souhaite pas revenir à "l'esprit" du Concile - rien dans sa pratique de la liturgie ne le démontre. En affirmant insidieusement que le pape souhaite revenir à "l'esprit" du Concile, Jean-Marie Guénois sait que son propos déclenchera l'ire de ses lecteurs, qui percevront dans le pontife actuel un suppôt des dérives des années 1970. Associer "l'esprit" du Concile au pape François est mensonger ; une telle accusation ne fait que souffler davantage sur les braises de la bergogliophobie ambiante.
Il serait bon que M. Guénois redécouvre sa catholicité !

PV


[ PP à PV - Précisons que la notion d' "esprit du Concile" fut forgée après 1968 (plus de trois ans après la fin de Vatican II), par le lobby que l'on appelait "progressiste", pour accomplir en France AUTRE CHOSE que ce que Vatican II avait voulu, écrit et voté. S'ensuivit une confusion redoutable, source de conflits spécifiquement français. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/09/2017

FAUX ESPRIT

> En effet... et le soi-disant "esprit du Concile" ne correspond pas à la lettre des textes conciliaires, d'où l'association (fallacieuse) des abus liturgiques pratiqués pour une bonne part par un certain clergé au nom de l' "esprit du Concile" avec la réforme liturgique promulguée par Paul VI en 1969, désirée quant à elle par la constitution 'Sacrosanctum Concilium'.
Les principaux tenants de l'"esprit du Concile" sont aujourd'hui minoritaires, la nouvelle génération de clercs étant loin des excès de certains de leurs aînés.
À titre personnel, je ne peux me souvenir que d'un prêtre du diocèse de Nancy d'une soixantaine d'années, rencontré il y a dix ans au cours d'une longue hospitalisation, qui célébrait la messe au CHU en gros chandail et baskets, ne revêtant une simple étole, laissant la parole à l'assemblée en guise d'homélie... et faisant usage de calice et de patène d'une simplicité déconcertante, en bois.
L'"esprit du Concile" s'éteindra probablement dans les années à venir, avec la génération des prêtres qui l'ont porté.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 12/09/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.