Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2017

La néo-guerre froide de Trump contre Cuba soulève l'indignation aux USA et dans le monde

img_1894.jpg

...notamment dans les milieux catholiques :


 

 

Aveugle devant les réalités mondiales, sourd à ce qui ne sert pas ses propres intérêts financiers, Donald Trump vient d'atteindre les 60 % d'opinions défavorables  en six mois - alors que GW Bush avait mis trois ans. Mais il ne se rend compte de rien ; tweete de plus en plus compulsivement ; et prend des décisions internationales ahurissantes.

Ainsi l'engrenage de guerre contre l'Iran : aveuglément allié aux wahhabites contre l'Iran chiite (qu'il veut croire "terroriste"), M. Trump laisse les Saoudiens invoquer l'appui américain pour s'en prendre agressivement au Qatar. Il oublie que le Qatar accueille la plus grande base américaine de la région. Le Pentagone a dû le lui rappeler, non sans une certaine lassitude. 

Même absurdité à propos de Cuba.  M. Trump annonce  aujourd'hui le maintien de l'embargo, assorti de restrictions aériennes au tourisme US dans l'île et de l'interdiction aux tour-operators américains de travailler avec les hôtels, restaurants, marinas et agences automobiles cubaines. Pourquoi ? Parce qu'ils sont "contrôlés par l'armée" : contrôle qui est, bien sûr, "contraire aux droits de l'homme".

Mais là, M. Trump s'attire des protestations américaines. Elles viennent : 1. des ONG humanitaires, atterrées par ce retour à une posture des années 1960 ; 2. des milieux catholiques, en écho à l'action des trois derniers papes au secours des Cubains ; 3. du public, sachant que des centaines de milliers de touristes US sont allés à Cuba depuis janvier (chiffre qui s'accroît chaque trimestre depuis trois ans) ; 4. des grandes chaînes hôtelières US, engagées avec leur partenaire cubain pour des millions de dollars.

M. Trump se contrefout des ONG humanitaires. Mais en principe, il  représentait le business... Or c'est la deuxième fois en quelques semaines qu'il l'horripile :  d'abord en défiant les 174 autres Etats signataires de l'accord de Paris de 2015 ; ensuite, en sabotant les plans des milieux d'affaires US (Sheraton, Marriott, American Airlines etc) sur le tourisme à Cuba. Pour excuse à ses bourdes diplomatiques, M. Trump disait : "I'm a businessman boosting splendidly the American jobs" ; mais sa proclamation anti-Cuba ne fera aucun bien à ces jobs, au moins dans l'aérien et l'hôtellerie.

Quant aux jobs des bistrotiers, commerçants ou chauffeurs de taxi cubains, la décision trumpienne va leur nuire gravement. Mais de cela M. Trump se contrefout aussi : il n'est pas là pour aider les autres peuples, c'est même le fond de son désaccord avec le pape François... (Avant lequel Jean-Paul II et Benoît XVI avaient demandé eux aussi la levée de l'embargo américain étranglant les Cubains).

Quelle est la vraie raison de l'annonce de M. Trump ? Notez qu'il  est allé la faire en Floride. Cet Etat est la base de réseaux "anti-castristes" liés à la droite du parti républicain (et financièrement à la Mafia) : réseaux qui ont efficacement boosté M. Trump lors de la présidentielle. Il compte sur eux pour être réélu.

Et que va faire La Havane pour parer le coup ?  Miser sur la Chine.

Bravo, M. Trump.

 

 

trump, cuba

 

12:42 Publié dans Trump | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : trump, cuba

Commentaires

Sur le bellicisme envers l'Iran :

> Le dérangement mental de Trump n'explique pas tout.
Lors d'une conférence donnée en 2007, au Commonwealth club of California (Fora.TV), un ancien général des Forces Armées des Etats-Unis, Wesley Clark, évoquait le témoignage d'un officier, 2 mois après les attaques du 11 septembre 2001.
Cet officier venait de recevoir un mémo du Secrétariat à la Défense, pour attaquer et détruire les gouvernements de 7 pays :
- en premier lieu l'Irak,
- puis le Liban,
- la Syrie,
- la Somalie,
- le Soudan
- et l'Iran (est-ce pour 2017 ?).
"on ne sait pas pourquoi" disait l'officier au général Wesley Clark, fin 2001.
(extrait d'une conférence UPR sur le choc des civilisation)
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 16/06/2017

SAOUDIENS, USA, RUSSIE

> Un aspect souvent oublié des relations US-Saoud : l'Arabie Saoudite a le 3ème budget militaire mondial (oui, vous avez bien lu), mais pas d'industrie d'armement: c'est un client colossal pour celles des occidentaux, Etats-Unis en tête, ce qui lui confère un pouvoir d'influence et de corruption sans égal.

@ Isabelle Meyer

> Dans la pratique, les Etats déjà détruits ou visés par les USA depuis la chute du Mur ont comme point commun de bonnes relations avec la Russie: Serbie, Irak, Syrie, Libye ajoutez Iran et Cuba, on est en pleine stratégie Brzezinski.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 16/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.