Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2017

Climat, énergies : la réalité n'est pas ce que dit M. Trump

cop-21-image.png

La mobilisation internationale pour le bien commun climatique ne cessera pas. Malgré le retrait de M. Trump de l'accord de Paris ! Retrait qu'il justifie par des contre-vérités :


 

 

Pourquoi Donald Trump s'est-il retiré de l'accord de Paris ? Parce qu'il a le cerveau encombré de fausses données fournies par ses deux gourous en la matière : le parano Bannon et l'écolophobe Pruitt (qu'il a nommé à la tête de... l'Agence de l'environnement). M. Bannon l"a persuadé que l'accord de Paris était un complot contre les USA. M. Pruitt l'a persuadé - par une série de fakes forcément flagrants - qu'il fallait choisir entre l'accord de Paris et "les jobs américains". 

►  Pourquoi les fakes de M. Pruitt sont-ils forcément flagrants ? Parce que les vrais chiffres sont connus des économistes et publiés par le département US de l'Energie ! Les "jobs" dans les énergies renouvelables sont en pleine expansion : + 25 % pour le seul secteur solaire-photovoltaïque en 2015-2016... Les énergies renouvelables emploient déjà 770 000 Américains, alors que le charbon n'en emploie que 160 000.

►  M. Pruitt a persuadé M. Trump que le déclin des emplois dans le charbon ("le magnifique charbon propre") est dû à l'accord de Paris. C'était de sa part une deuxième série de fakes. En effet, les causes de ce déclin - commencé bien avant 2015 -  n'ont rien à voir avec la lutte contre le climat ! Elles résident dans : 1. les nouvelles techniques d'extraction minière, qui demandent moins de main d'oeuvre ; 2. la préférence des industriels pour le gaz naturel.

► Troisième série de fakes : accuser l'accord de Paris de persécuter les USA "alors que la Chine et l'Inde ne font aucun effort climatique". Trump tourne le dos à des chiffres connus de tout le monde !  Prise à la gorge par la pollution monstrueuse issue de son système industriel, la Chine fait un effort considérable : elle veut réduire (dit Pékin) "l'intensité carbone par unité de PIB" de plus de 60 % d'ici à 2030 par rapport au niveau de 2005, donc réduire à 20 % la part des énergies fossiles. M. Xi Jinping annonce d'ici 2020 un investissement de 361 milliards de dollars dans l'électricité venant du renouvelable : ce qui créera 13 millions de nouveaux emplois. Le secteur chinois des énergies renouvelables emploie déjà 3,46 millions de salariés. Premiers résultats avérés : en 2016, la consommation chinoise de charbon a diminué de 4,7 %... Quant à l'Inde, elle annonce que sa capacité d'énergie renouvelable décolle  : elle atteindra "175 GW (1 gigawatt = 10 9 watts) d'ici à 2022", annonce le gouvernement de M. Modi, qui rencontrait aujourd'hui M. Macron. [1]

 

Face à ces faits avérés, les trumpistes de la droite française (de moins en moins nombreux [2]) se replient sur l'argument populiste : selon eux, "des millions d'Américains donnent raison à Trump" dans son bras d'honneur au reste de la planète. Mais on a vu et entendu quelques-uns de ces citoyens US dans des reportages, ces derniers jours. Ils assuraient qu'avec M.Trump l'Amérique "dirige de nouveau le monde". Ils ajoutaient que "ces histoires d'environnement" sont un complot contre le mode de vie américain... Téléspectateurs exclusifs de médias d'ultra-droite, ces citoyens sont victimes - comme Trump lui-même - d'une désinformation de masse financée par l'aile la plus rétrograde de l'industrie pétrolière (notamment Koch Industries).

C'est la malfaçon du populisme : invoquer comme vox Dei une vox populi formatée elle-même par des propagandes.

Sans oublier que les trumpistes US ne sont pas à eux seuls "le peuple américain"... M. Trump obtint 3 millions de voix de moins que son adversaire en novembre dernier. Et selon les dernières enquêtes d'opinion, 76 % des Américains se disent inquiets du changement climatique ; 62 % espéraient il y a dix jours que M. Trump n'allait pas se retirer de l'accord de Paris.

 

ps - Selon le porte-parole du Saint-Siège, la décision de M. Trump est "un désastre pour l'humanité". Pour sa part, Libération de ce week-end rappelle : a) que le pape François avait tenté d'éclairer le président étatsunien sur ses responsabilités ; b) que l'encyclique Laudato Si' est "une ode de 200 pages à  la protection de l'environnement".

 

__________

[1]  La capacité totale 2010 d'EDF, premier producteur mondial, était de 136,3 GW. 

[2]  Même Mme Le Pen a jugé regrettable le retrait de M. Trump !  Sa nièce doit se féliciter d'avoir quitté un FN qui ne résiste même plus au "complot du GIEC" contre l'Occident chrétien.

 

 

 

hoax-propagande-internet.jpeg

 

Commentaires

RENOUVELABLES

> Le retrait des accords de Paris impose-t-il de freiner le développement des énergies renouvelables ? Non. En revanche, y rester aurait entraîné des pertes d'emplois supplémentaires dans le secteur des énergies polluantes. Le développement des énergies renouvelables va se poursuivre, aux États-Unis comme ailleurs, et le secteur du charbon ne va pas se mettre à recruter à tour de bras du simple fait de la décision de Trump.
______

Écrit par : Ghislain / | 03/06/2017

PAS ÉCOLOGIQUES

> Nul doute que les "énergie renouvelables créent des emplois.
Mais sont-elles écologiques ?
Quelle dépense d'énergie faut il pour produire 1m2 de cellules photovoltaïques ?
Quel est le bruit des éoliennes ?

PH


[ PP à PH - Bien sûr, mais ici le débat n'est pas de définir une société vraiment écologique :
il est de mesurer l'irresponsabilité de Trump et son allergie aux faits. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 03/06/2017

INDE

> Capacité en GW : attention, c'est une puissance installée disponible en crête. Combien de % du temps pour l'éolien et le solaire ? Lire Gaël Giraud.
PH


[ PP à PH - L'idée ici n'est pas de pronostiquer l'efficacité des installations indiennes, mais de constater que Trump raconte n'importe quoi (contre les pays qui lui déplaisent... pour d'autres raisons). ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 03/06/2017

BLUT UND BODEN

> L’écologie, notamment, n’est pas une religion. Cela suffit.
https://www.egaliteetreconciliation.fr/Pour-proteger-la-souverainete-nationale-Trump-retire-les-Etats-Unis-de-l-accord-de-Paris-sur-le-46026.html

Henri


[ PP à Henri - Assez comique de voir l'écologie traitée de "religion" (???) par ceux qui ont le culte du Sang. ]

réponse au commentaire

Écrit par : henri / | 04/06/2017

ROUNDUP

> http://www.lemonde.fr/planete/portfolio/2017/06/02/voyage-au-pays-du-roundup_5138102_3244.html
Ceci en réponse à votre intervention dans le "Débat de la Semaine", au cours duquel vous avez évoqué le Round-up. L'Argentine en a fait les frais ; à verser au dossier destiné à la Commission européenne...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 05/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.