Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2017

Macronisme : ce qu'annonçait Gaël Giraud

 MACRON-innovation.jpg

Dès janvier, Macron ne faisait pas illusion à l'économiste jésuite :


 

 

<<  (La France) n'a donc que deux options à l'heure où Trump entend manifestement relancer la machine financière à faire des bulles et des krachs : suivre à nouveau la pente extrêmement dangereuse de la dérégulation financière (et c'est cette pente que suivront inévitablement tous les candidats qui ne promettent pas une position régulatrice extrêmement ferme vis-à-vis du secteur bancaire alliée à une politique volontariste de réindustrialisation verte, y compris François Fillon et le Front national) ou bien se réindustrialiser à la faveur de la transition écologique et se protéger contre les excès de la finance de marchés. À l'évidence, seule la seconde option est viable. C'est celle qu'a choisie Arnaud Montebourg. Avec ses accents propres, Jean-Luc Mélenchon a opté à juste titre pour cette seconde option également. En revanche, ce n'est clairement pas la voie que veut suivre, par exemple, l'ancien banquier d'affaires, Emmanuel Macron.  >>

 

( Gaël Giraud, janvier 2017 )

 

 

 

macron-cac-40.jpg

 

11:21 Publié dans Macron | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : macron

Commentaires

ALLÉGEANCE

> Nous verrons bien le 25 mai ce que donne la rencontre du jeune gandin « président jupitérien » et du vieil ado « président du fric-ou-rien »… lesquels sont sans doute beaucoup plus proches l’un de l’autre qu’on ne l’imagine.
Macron aura certes à cœur de confirmer son allégeance à l’ultralibéralisme anglo-saxon – manifestée par son engagement dans le rang des « Young Leaders » et la nomination d’un Premier ministre issu tout comme lui, en 2012, de ce programme de la French American Foundation.
Trump se contentera de lui remettre un peu de pression otanienne et de s’assurer que la France demeure potentiellement soluble dans le bizness atlantique.
Reste une inconnue : la frénésie de détruire les figures quasi tutélaires et les cadres institutionnels auxquels il est confronté, qui semble saisir à intervalles réguliers Emmanuel Macron, pourrait-elle nuire à la relation transatlantique ?
Ces jours-ci, il a montré sa capacité à détruire les partis – PS mourant, LR en passe d’éclater, écolos pris en otage… Après tout, il se pourrait qu’il trouve aussi un intérêt à tuer le « père » américain, comme il a tué ses pères en politique ? Avant, allez savoir, de liquider ses papas de la galaxie financière, s’il s’avérait qu’ils entendent limiter quelque peu sa toute-puissance et ses visées héroïques de « président jupitérien » ?
______

Écrit par : Denis / | 22/05/2017

JUSTE SOUFFLÉ

> Tous le monde s'extasie devant la destruction du PS et de LR par Macron, qui en devient un génie politique...Mais bon sang, il n'a rien détruit qui ne l'était déjà. Il a juste soufflé sur les cabanes qui se sont effondrées d'elle-même. Ces partis étaient des cadavres momifiés qui sont tombés en poussière, c'est tout.
______

Écrit par : VF / | 22/05/2017

PAS SI SÛR

> Pour suivre la voie envisagée par les Montebourg, Mélanchon ou Asselineau il aurait fallu rompre avec le libre-échange international qui engendre la division internationale du travail. Montebourg et Mélenchon étaient-ils réellement prêts à cette rupture ? Pas si sûr...
NB: à l'occasion d'un colloque à Paris, j'avais posé à G. Giraud et un membre de... la fondation Nicolas Hulot dont j"ai oublié le nom, la question de la mondialisation.
Réponse: c'était trop compliqué pour être abordé dans ce cadre. J'ai dû blasphémer.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 22/05/2017

CONCURRENCE GÉNÉRALISÉE

> Voir aussi le très bon article de Philippe d'Iribarne dans 'Le Figaro' du 10 mai, qui rejoint ces inquiétudes : "... Tel qu'il démarre, le prochain quinquennat nous promet plutôt une radicalisation du rêve de prospérité pour tous par la concurrence généralisée et la multiplication des jacqueries, dans les urnes et dans la rue...".
______

Écrit par : BCM / | 22/05/2017

L'AVEUGLEMENT DES CATHOLIQUES

> Etonnant : alors que, juste avant son accession à la magistrature suprême, certains considéraient EM comme un président "haï avant même d'être élu", les choses ont l'air de... se tasser.
Alors pourtant que les indices inquiétants sont légion :
- disparition de toute alternative politique crédible (on est vraiment dans le "TINA", c'est clair ! ) - ce qui , au passage, rend plausible l'hypothèse de l'obtention d'une majorité pour le nouveau chef de l'Etat
- démantèlement de toute protection sociale,
- asservissement aux intérêts étrangers,
- course à la guerre...
Une sorte d'effondrement prévisible, mais sous anesthésie générale.
Quant à la "France d'en-bas", ce n'est pas qu'on ne l'écoute plus, c'est qu'elle n'existe plus...
Je ne crois plus vraiment à un "sursaut citoyen". Je me rends compte, d'ailleurs, que les personnes qui, grosso modo, sont âgées de moins de 40 ans, ont totalement intégré les fondamentaux de la "société liquide" michéenne, à la fois terreau et finalité du macronisme.
Que faire ? Comme le suggèrent à la fois PP, l'abbé du Barroux et... le P. Bonnet (son dernier billet, publié aujourd'hui, est plutôt "cassant" ), refonder le Bien commun en-dehors du théâtre d'ombres politicien - qui d'ailleurs tend lui-même à disparaître, la scène n'étant plus occupée que par un seul acteur - en renonçant à voir ses efforts couronnés de succès à court terme...
Le billet du P. Bonnet :
http://www.yannikbonnet.com/Que-faire-apres-la-Berezina-Pere-Y-bonnet_a358.html
Extraits :
"Sans préjuger de ce que sera l'action de la Providence pour restaurer, jusque dans ses aspects politiques, la vie spirituelle, morale et culturelle de la France, je pense que l'élément positif de la présente situation réside justement dans le fait qu'il n' y a plus la moindre piste électorale, dans le cadre "5ème république ", qui soit susceptible de mener au Bien Commun.
Le vote final, massif semble-t-il, des " catholiques " pour le président élu, montre qu'à force de voter sans connaître les points-clés de la Doctrine sociale de l' Eglise, à force de mettre l'économie au premier rang de leurs soucis, à force de voter pour le " moindre mal ", nos pauvres coreligionnaires n'ont plus aucun discernement.
Paradoxalement, c'est un autre élément positif : ils ont besoin d'un réveil douloureux, eh bien, ils vont l'avoir! Je laisse à leur illusion tous ceux qui s'imaginent que les législatives peuvent faire contrepoids à la présidentielle, ils rêvent! Il ne reste donc plus qu'une piste, elle implique de ne plus penser en termes d'élections, ce qui évitera les querelles d'ego, et elle nous impose de travailler à élaborer un projet politique de renouveau spirituel, moral, culturel, fidèle à la doctrine sociale de l'Eglise. "
Et ce rappel : "La liberté d'entreprendre n'a jamais impliqué de se rattacher au libéralisme."

Feld


[ Pp à Feld - Saluons cette heureuse évolution du P. Bonnet ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 23/05/2017

MACRON S'EN F...

> Également, dans le même article, toujours sous la plume de Gaël Giraud :
"Prenons l'exemple de la rénovation thermique des bâtiments que prône M. Montebourg : les plans de cet immense chantier existent - j'y ai contribué, tout comme la Caisse des Dépôts et Consignation -, son financement a été calculé. Je les ai moi-même présentés à Emmanuel Macron alors qu'il était encore à l'Élysée, et qui n'en a rien fait."
Tout ceci laisse présager un désintérêt certain du nouveau président et du gouvernement à l'égard des problématiques écologiques.
À moins, effectivement, que N. Hulot ne réussisse à imposer l'un ou l'autre dossier de long terme comme celui (nécessaire) de la rénovation thermique des bâtiments. Ajoutons à cela que les "cars Macron" qui circulent depuis la loi de 2015 démontrent une volonté de l'actuel président de privilégier la route au détriment d'un rail qui a pourtant bien besoin du soutien de l'État pour assurer l'entretien du réseau. Or, face à la route, le rail est écologiquement bien supérieur ; à ce titre, G. Giraud propose que les petites lignes soient progressivement remises en service en prévision de l'épuisement inéluctable des ressources pétrolières.
Cet article du "Diplo", hélas toujours d'actualité :
http://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/DOUMAYROU/55773
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 23/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.