Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Jean-Marie Salamito démythifie Michel Onfray

x240-4ED.jpg

onfray

Spécialiste du christianisme antique (Paris-IV), le Pr Salamito dissèque le livre d'Onfray, Décadence, et - à travers lui - un mécanisme idéologique de l'époque :


 

 

Un problème s'aggrave de saison en saison, c'est l'ignorance collective au sujet du christianisme. Une ignorance ouverte à toutes les désinformations : la désinformation "de droite" (faire croire que le pape et les évêques complotent contre l'identité française), ou la désinformation "de gauche" dont Michel Onfray vient d'administrer un exemple : dans son livre Décadence, il martèle que Jésus n'a jamais existé et que le christianisme est un malheur.

Pour réfuter Onfray, le Pr Jean-Marie Salamito publie ce 31 mai, aux éditions Salvator, un excellent ouvrage clair, court et pédagogique. Ce livre s'intitule Monsieur Onfray au pays des mythes - Réponses sur Jésus et le christianisme. En sept chapitres, il dissèque Décadence et démonte son auteur :

monsieur-onfray-au-pays-des-mythes_article_large.jpgSalamito interpelle Onfray - « Ce n'est pas le christianisme historique que vous condamnez, mais un produit de vos préjugés. Un étrange aveuglement vous a conduit à rater la cible... Vous avez fait feu sur un produit de votre propre imagination. Que vous critiquiez le christianisme ancien ne choquerait en moi ni l'historien ni le citoyen ni même le chrétien, si vous y procédiez avec les armes de la raison, les ressources des sciences et un sens minimal des nuances. Mais que vous le fassiez avec une bibliographie bancale, des sources lues trop vite, des affirmations sans fondement, des généralisations abusives, de grossiers amalgames et une assurance qui confine au dogmatisme, cela déçoit en moi l'historien, attaché à l'exigence d'un travail rigoureux, le citoyen, aspirant à un débat ouvert et éclairé, et le chrétien, partie prenante, à sa petite place, d'une tradition religieuse qui, depuis ses origines, n'a guère négligé l'histoire ni sous-estimé l'intelligence...»

 

Les sept chapitres de Salamito démontent les sept angles d'attaque du livre d'Onfray : 1. le négationnisme historique appliqué à Jésus (dont il nie l'existence, au mépris de tous les travaux d'historiens spécialistes) ; 2. la charge fantasmatique contre Paul de Tarse ; 3. l'amalgame et la confusion sur "l'antisémitisme" ; 4. le pamphlet ignorant contre les Pères de l'Eglise ; 5. l'absurde sexualisation du péché originel ; 6. l'invention de "persécutions de païens" par Constantin ; 7. le non-sens polémique sur la vision chrétienne du pouvoir.

De ces sept attaques menées par Décadence, mais démontées par Salamito, on tire le constat qu'Onfray n'est même pas documenté. Sa polémique ne s'appuie que sur cinq ouvrages périmés et tendancieux (l'un d'eux étant même dérisoire). Il ne connaît pas les travaux des historiens de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe. Il ignore aussi Pline,Tacite, Philon. Il prête à des théologiens antiques des idées opposées aux leurs, il accuse Augustin sans l'avoir lu, il appelle Arius "Arien", il  invente un "saint Athanase Memorandum" digne de la célèbre bourde de BHL prenant "Halicarnasse" pour un nom de personne...

La christophobie onfrayenne a les mêmes ressorts que les autres négationnismes actuels : Onfray contredit la communauté scientifique des historiens, comme les climato-négationnistes contredisent la communauté scientifique des climatologues. "Il n'existe à peu près aucune chance", écrit Salamito, "pour que Michel Onfray (ou quiconque) ait raison à lui seul, ou presque seul, contre toute la communauté scientifique internationale, contre un libre consensus intellectuel qu'aucune autorité au monde ne contrôle ni ne manipule". Onfray raisonne sous auto-hypnose : "il ne récuse pas le Jésus connu des historiens, mais le fantôme qu'il a lui-même imaginé".

<< Au total, tout le monde comprend bien que le Jésus verbal de Décadence n'a rien à voir avec celui que révèlent - si l'on veut bien les lire sans oeillères - les quatre Evangiles canoniques, qui sont, sur Jésus de Nazareth, malgré toutes leurs limites, nos sources les plus précises et les plus fiables. Qu'a donc fait Michel Onfray ? Il a déployé les plus grands efforts pour ne pas voir ce que contiennent les textes, pour ignorer et faire ignorer la pâte humaine simple et concrète, l'humanité parfaitement crédible du prédicateur galiléen. Il a tenté obstinément de priver ce personnage de toute consistance, afin de pouvoir s'exclamer : "pas de consistance, donc pas d'existence !'. Or, en le voulant, il aurait pu percevoir la cohérence et l'originalité de Jésus : cela ne l'aurait pas nécessairement conduit à se faire chrétien, mais juste à devenir un peu historien... >>

Ce qui est un mythe n'est pas l'existence de Jésus, mais la théorie de sa non-existence, démontre Salamito. Et non seulement un mythe mais "une régression intellectuelle, par contraste avec la richesse des recherches philologiques, historiques et archéologiques sur le judaïsme antique".

Qu'est-ce qui pousse Onfray à faire ainsi la guerre au christianisme ? Il y a plusieurs réponses à cette question. L'une d'elles se trouve à la page 72 de Décadence, où l'auteur fait grief à Paul de Tarse d'avoir fondé l'universalisme chrétien : un cosmopolitisme et un internationalisme fondés en Jésus, plaçant tous les peuples sur un pied d'égalité... "Je m'étonne et je regrette, écrit Jean-Marie Salamito, que Michel Onfray n'ait pas su gré à Paul de ses grandes déclarations égalitaires." Mais justement ! Si Décadence plaît aux réacs de 2017, si des catholiques professionnels tiennent à "mettre de côté ce qui nous sépare" pour ouvrir leurs pages à des anti-Christ de gauche ou de droite,  n'est-ce pas parce que ces nouveaux amis sont des anti-universalistes ? À l'heure où l'on présente l'avenir comme un Armageddon entre "patriotes" et "mondialistes", des catholiques oublient le sens du mot "catholicisme" ("totalité", "universalité")  ; sans se l'avouer, ils préfèrent "l'identité" à l'Evangile - toujours suspect de faire de mauvais citoyens. Pages 132-133, Décadence reprend la fable du "christianisme poison" censé avoir tué Rome : leitmotiv des antichrétiens de droite depuis toujours [1]... Onfray pousse même la dérive droitière jusqu'à blâmer Vatican II en des termes qui plairaient à Civitas.

Des athées donnent des leçons de traditionalisme. Des anti-Christ viennent jouer de la flûte aux nationaux-catholiques pour les  entraîner derrière eux. C'est le temps où les médias prennent le "libéral-conservatisme" pour le summum de "l'identité catholique"... Il devient urgent de remettre les pendules à l'heure ! Lisez le livre de Jean-Marie Salamito : Monsieur Onfray au pays des mythes, éditions Salvator.

 

 __________

[1]   Notamment le pédophile Montherlant.

 

 

onfray

 
 

16:37 Publié dans Histoire, Idées | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : onfray

Commentaires

CONFUSION

> Onfray dans 'Limite', dont la rédactrice en chef exulte d'être dans 'Eléments'.
La confusion mentale.
______

Écrit par : Chloé Zampano / | 30/05/2017

Mgr SIMON

> un éclairage complémentaire sur M Onfray de la part de Mgr Simon :
https://radionotredame.net/embed/101180
______

Écrit par : Tangui / | 30/05/2017

UN COUP

> Est-ce que M.Onfray ne tablerait pas sur la paresse des lecteurs et leur ignorance afin de faire un "coup"? Il donne une pseudo bibliographie et balance ses thèses et vogue la galère car, finalement, il est "mainstream" en tapant sur le christianisme. Enfin, il n'est pas idiot et a, je veux le penser, une certaine culture. Il ne peut pas ignorer les recherches et les preuves scientifiques. Cela ne peut qu'être volontaire et du coup pire car d'idiot utile, il devient escroc et falsificateur.
______

Écrit par : VF / | 30/05/2017

ENCORE PLUS IGNORANTS

> Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'il soit sans cesse invité dans les media. On l'impression que les journalistes sont aussi ignorants que lui, voire plus encore. Ca, c'est vraiment très inquiétant. Je connais quelqu'un qui est passé par H IV qui le prend pour un grand philosophe. Et ce n'est pas une blague. Je m'interroge donc. Oui, le niveau baisse, c'est indiscutable.
On se demande aussi, comment il a bien pu faire pour devenir prof de philo. Je me souviens d'amis qui étudiaient ne serait-ce que l'histoire en première année de fac, on aurait jamais toléré d'eux une telle (désolé, mais il faut bien le dire) "nullité".
Cet homme n'est pas bon (intellectuellement parlant). Lorsque je l'écoute sur France Culture l'été, j'ai même l'impression qu'il ne doit pas comprendre le sens de certaines des phrases qu'il prononce tout simplement car il semble fort qu'elles n'en n'aient, logiquement, aucun sens. Il met des mots derrière des mots. Ca fait joli à la radio. Mais ce n'est pas un intellectuel. Ça, jamais de la vie. J'ai déjà lu des gens autrement sérieux, versés dans la philosophie, qu'il amusait au point de ne pas même vouloir le commenter. C'est dire.

ND


[ PP à ND :
- L'ignorance des jeunes journalistes de 2017 donne une idée de l'infini ; mais elle leur vient de leurs études secondaires. Et leur façon de faire est dictée par les rédactions en chef...
- Appliquée aux religions l'ignorance médiatique est flagrante.
- Mais dans d'autres domaines aussi : incapables de parler du contenu des programmes ou des actions gouvernementales (voire de s'y intéresser), les "télés en continu" font des débats sur les postures physiques des politiciens... On en a eu un exemple à propos de Poutine-Macron, quand nos animateurs-de-plateaux ont glosé pendant des minutes entières sur des expressions de physionomie. Ils auraient été bien en peine de parler de Pierre le Grand, ou de la Régence... ]

réponse au commentaire

Écrit par : ND / | 30/05/2017

JERPHAGNON

> Michel Onfray n'a t-il pas été l'élève de Lucien Jerphagnon à Caen? En ce cas, les lumières du maître se sont éloignées. Concernant le chute de l'Empire Romain, c'est Michel Serres qui a écrit, je cite de mémoire : "il s'est écroulé parce qu'il était trop grand". Voilà une analyse pertinente de scientifique. Pas la peine de gloser pendant des pages sur la chute de l'Empire Romain d'Occident, Gibbons l'a déjà fait. Et soit dit en passant, l'Empire Romain d'Orient a résisté jusqu'en 1453, après bien des péripéties. Bonne soirée à tous.
______

Écrit par : Daniel Azan / | 30/05/2017

@ VF

> Je ne crois pas M. Onfray aussi intelligent ni aussi cultivé que ce que vous dites. Tout ce qu'il dit n'est pas idiot mais tout manque de profondeur, de rigueur et de culture. Et c'est bien ce qui fait son succès médiatique. Ne versons pas dans le complotisme : il ne fait que reprendre les vieux lieux communs antichrétiens qui sont censés dénoter depuis de nombreux siècles les esprits forts.
______

Écrit par : Guadet / | 31/05/2017

DISCUSSION

> Je n'ai pas encore lu cet opus de JM Salamito, mais j'imagine sans peine qu'il détruit de fond en comble la mythologie d'Onfray, comme il avait fait avec brio contre Prieur et Mordillat. Mais ce que je comprends pas, c'est l'acharnement à vouloir politiser cette affaire, et rejeter quasiment la faute d'Onfray sur les libéraux-conservateurs... Où est la cohérence ? Onfray ment, il est réfuté, tant mieux, et basta ! Surtout chez les identitaires ou les tradis, le gauchiste Onfray n'est vraiment pas en odeur de sainteté...

Cyrille


[ PP à Cyrille - Détrompez-vous : depuis six mois, certains dans ces milieux (notamment des animateurs de revues) lui font les yeux doux. Quand un catho commence à croire que la défense de "l'identité" (???) est plus urgente que l'Evangile et qu'il faut "mettre de côté ce qui nous sépare" (des idéologues identitaires antichrétiens), ça le mène loin. Et vite. Et en mauvaise compagnie... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Cyrille / | 31/05/2017

LA FAILLITE

> La faculté de théologie de Lille a justement programmé pour la rentrée un cours intitulé "Lecture historico-critique du livre de Michel Onfray, 'Décadence' ". Il sera donné par le Pr. Christian Cannuyer, éminent historien et égyptologue, dont je ne doute pas qu'il fera roide justice du médiatique malhonnête :
«(...) ce livre, s'il fait parfois utilement réfléchir, ne serait-ce que dans le souci de le réfuter, est surtout un tissu de contre-vérités qui font injure à la recherche historique contemporaine, et une accumulation de sophismes réducteurs. Son succès et l'accueil souvent enthousiaste de ses thèses dans les médias et le grand public illustrent une certaine faillite tant de la culture historique que de la raison critique chez nos contemporains. »

Faut-il que la faillite soit si sévère qu'on lui consacre vingt-quatre heures de cours en faculté !
______

Écrit par : Albert Christophe / | 31/05/2017

AMALGAMES ET ÂNERIES

> Je n'ai pas lu "Décadence", par contre j'avais lu le pamphlet du même Onfray, pompeusement intitulé "Traité d'athéologie". Certes quelques réflexions intéressantes, mais surtout beaucoup d'approximations et d'amalgames, et quelques âneries comme le catholicisme de Hitler et les penchants nazis de Pie XII. Pour ce qui est de la bibliographie, Onfray n'a lu que ce qui allait dans son sens. Certes un philosophe n'est pas un historien, mais on pourrait en attendre un peu plus de rigueur intellectuelle.
______

Écrit par : Professeur Tournesol / | 31/05/2017

A Guadet:

> je ne fais pas de M.Onfray un parangon de culture, mais il est quand même titulaire d'un doctorat de 3e cycle. Cela fait qu'il sait réfléchir et qu'il a quand même un bagage universitaire. D'où mon interrogation sur son livre car quand on touche à la recherche universitaire, on sait faire une bibliographie et organiser ses idées. Et on n'arrive pas à ce niveau sans connaissances sérieuses de sujets centraux comme le christianisme.
Mais peut-être règle-t-il ses comptes de façon totalement malhonnête avec une religion dont des membres l'ont blessé ?
______

Écrit par : VF / | 31/05/2017

NIVEAU GÉNÉRAL

> M.Onfray n'a pas inventé grand-chose, malheureusement. Il n'a eu qu'à se baisser pour trouver tout ce qu'il peut développer comme farfeluserie fumigène et méphitique. J'allais donner des noms d'auteurs du même acabit mais -mein Gott- je me rends compte que j'allais leur faire une publicité gratuite autant qu'imméritée...
Et pour ce qui est du niveau général, je n'ai pas d'espoir qu'il s'améliore, à vue humaine s'entend. Il y a beaucoup trop d'a priori, de réflexes conditionnés, d'idées toutes faites, comme on voudra... qui encouragent un tel état d'esprit. Attitude bête mais également irresponsable, tant elle peut engendrer de violence, larvée ou manifestée.
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 31/05/2017

@ PP répondant à Cyrille

> C'est d'autant plus dommage que la revue en question est de très bon niveau, et s'améliore de numéro en numéro (sur le fond, elle est très proche de 'La Décroissance').
Comment après empêcher certains, dans le milieu 'alternatif-décroissant', de qualifier les chrétiens investis dans l'écologie intégrale de "néo-pétainistes" ?
Et si, en plus, l'on participe à des colloques "typés"...
https://www.parisvox.info/2017/05/14/action-francaise-repenser-bien-commun/

Feld


[ PP à F. - Sous couleur de rechercher "le bien commun", un réflexe invétéré les ramène sans cesse vers l'extrême droite. Ils ne voient pas - ou ne veulent pas voir - le tort qu'ils font ainsi à ce qu'ils prétendent représenter par ailleurs : l'écologie intégrale, ou le catholicisme. Mais c'est plus fort qu'eux : quelque chose dans leur subconscient les pousse à n'être que l'aumônerie des groupuscules. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 31/05/2017

TRISTE ONFRAY

> Je trouvais que vous exagériez, jusqu'à ce que je voie les yeux perpétuellement vides et tristes d'Onfray me fixant sur la couverture du Valeurs Actuelles de la semaine. Il n'y a rien à tirer d'Onfray, c'est un sophiste populiste qui parle de tout en n'y connaissant rien (et en se glorifiant de n'y connaître rien et de ne pas chercher à comprendre). J'admets que ça me fait plaisir quand il dit du mal de Macron, mais en y réfléchissant 30 secondes, même ce qu'il dit à ce sujet est parfaitement idiot.
PS : vivement la conférence commune avec BHL sur saint Athanase Memorandum et Jean-Baptiste Botul.
______

Écrit par : Thibaud / | 31/05/2017

LE RÉCENTISME

> Pour continuer dans le genre absurde, on peut citer le "récentisme", une multitude de petits courants prétendant qu'il y a des siècles "en trop" dans la "chronologie officielle" ou "consensuelle". Gens passionnés par le Moyen Age ou l'Antiquité, pleurez : ces périodes n'ont jamais existé ! Tout cela est une création des humanistes du XVIe siècle et des jésuites. Suivant les courants, ils vous enlèvent 300, 1000 ans...
Et oui réfléchissez : les Italiens disent "Duecento" pour le XIIIème siècle (littéralement "Deux cents"), "Trecento" pour le XIVème siècle, etc, c'est bien la preuve qu'on ajouté mille ans artificiellement ! La biographie officielle de Charlemagne le présente comme un nouvel Auguste, c'est bien la preuve qu'il n'a pas existé ! Les croisades sont un mouvement armé de l'Ouest vers l'Est, comme la Guerre de Troie dans l'Iliade. La ressemblance est frappante. C'est la preuve qu'en fait, pour vieillir artificiellement l'histoire de l'humanité, on a inventé l'Iliade à la Renaissance !
Version russe (il semble que le "récentisme" vienne de là-bas avant de se diviser en une multitude de "courants" divergents et souvent opposés) ça donne ceci : le Moyen Age n'a pas existé et oui, la fin de l'Antiquité est marquée par une crise majeure et un refroidissement climatique, la fin du Moyen Âge est aussi marquée par une crise majeure et un refroidissement climatique, c'est donc la preuve que les deux sont la même période, et les dix siècles entre les deux n'ont donc pas existé ! Elémentaire. Rome est une invention italienne de la Renaissance (ces Italiens !), la première et la vraie, c'est Byzance, qui est aussi la vraie Jérusalem où Jésus (qui était slave comme sa mère) a été crucifié. Les Rois Mages qui sont-ils ? Les princes russes dont le grand Vladimir. Les Mongols, grand peuple conquérant, qui a fondé un immense Empire jusqu'en Europe ? Impossible ! La Mongolie est un désert archéologique. Non le vrai Gengis Khan, c'est un Russe ! Et les pyramides de Gizeh ? Ce sont les tombeaux des princes russes ! Princes qui ont aussi fondé les cités aztèques et mayas au passage.
Mine de rien, ils ont trouvé leur public. Après tout, on est une décennie après le 'Da Vinci Code', tout est possible maintenant.
______

Écrit par : Aurélien Million / | 02/06/2017

@ Aurélien Million

> Parmi les "récentistes", il en est de plus modérés : ils nous ôteraient bien deux siècles, seulement, si j'ose dire.
Les élucubrations de ceux que j'ai pu rencontrer s'appuient sur des relevés dendrochronologiques ; ensuite, les raccords qu'ils tentent de faire avec les chronologies connues sont souvent assez pitoyables : que de temps perdu pour paraître original !
Ceux que vous évoquez, en revanche, ont dû boire des vodkas distillées à partir d'écorce de bouleau...
______

Écrit par : Sven Laval / | 02/06/2017

SOUPIRER

> Les énormités de M. Onfray sur le christianisme ne sont pas d'hier. Me revient le souvenir d'un texte qu'Onfray écrivit après un entretien avec Nicolas Sarkozy en 2007 :
"Je le questionne pour vérifier mon intuition : de fait, il pense que nous naissons bons ou mauvais et que, quoi qu'il arrive, quoi qu'on fasse, tout est déjà réglé par la nature.
À ce moment, je perçois là la métaphysique de droite, la pensée de droite, l'ontologie de droite : l'existence d'idées pures sans relations avec le monde. Le Mal, le Bien, les Bons, les Méchants, et l'on peut ainsi continuer : les Courageux, les Fainéants, les Travailleurs, les Assistés, un genre de théâtre sur lequel chacun joue son rôle, écrit bien en amont par un Destin qui organise tout. Un Destin ou Dieu si l'on veut. Ainsi le Gendarme, le Policier, le Juge, le Soldat, le Militaire et, en face, le Criminel, le Délinquant, le Contrevenant, l'Ennemi. Logique de guerre qui interdit toute paix possible un jour. Dès lors, ne cherchons pas plus loin, chacun doit faire ce pour quoi il a été destiné : le Ministre de l'Intérieur effectue son travail, le Violeur le sien, et il en va d'une répartition providentielle (au sens théologique du terme) de ces rôles. Où l'on voit comment la pensée de droite s'articule à merveille avec l'outillage métaphysique chrétien : la faute, la pureté, le péché, la grâce, la culpabilité, la moralité, les bons, les méchants, le bien, le mal, la punition, la réparation, la damnation, la rédemption, l'enfer, le paradis, la prison, la légion d'honneur, etc. "

En gros, pour Michel Onfray, chrétien = de droite = manichéen et tragique. On ne peut que soupirer.
______

Écrit par : Sven Laval / | 02/06/2017

à Aurélien Million

> Cela existe vraiment ? et on les trouve où ces allumés? Faut que je voie ça...
______

Écrit par : VF / | 02/06/2017

LE LIVRE

> Je vais de ce pas acheter le livre. Merci ; )
______

Écrit par : Gangloff | 03/06/2017

@ VF

> Bien sûr qu'ils existent. Cherchez sur Internet "récentisme", "Nouvelle Chronologie", "Fomenko" le récentiste russe). Vous les trouverez.
______

Écrit par : Aurélien Million / | 03/06/2017

à Aurélien Million

> Merci. je viens de me balader dans le monde perdu des nerds littéraires...Ils sont vraiment "allumés" et bien sûr, comme toujours dans ce profil psychologique, hors d'atteinte de tout raisonnement. J'ai vraiment bien rigolé...C'est fascinant ce qu'internet peut permettre comme délire.
______

Écrit par : VF / | 04/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.