Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2017

Des intellos tiennent bon face au macronisme obligatoire

f3400ad4c7e52e3ff2f21466e1822.jpg

Emmanuel Todd, Michel Onfray, Henri Pena-Ruiz :


 

 

► L'historien et démographe Emmanuel Todd [photo] ne se laisse pas impressionner par les imprécateurs officiels. Ils nous somment de nous ruer dans le piège d'un second tour où l'on est censé "barrer la route" à un effet... en votant pour ce qui l'a produit ? Le 28 avril sur le site de Daniel Schneidermann, Todd a expliqué avec force que "voter FN c'est voter xénophobe, mais voter Macron c'est voter pour la servitude". Il a donc décidé de "s'abstenir dans la joie" :  pour prendre part à l'émergence "d'une autre France, définie par le taux d'abstention".

 

 

► L'essayiste Michel Onfray peut divaguer quand il nie l'historicité du Christ (nous en parlerons quand paraîtra le livre-réponse de Jean-Marie Salamito). Mais quand il réagit à la politique française, il est lucide et en verve.  Voici comment il décrit sur le Net  - cité dans Le Monde 3/05 - la chorus line des prescripteurs macroniens :

<<   Le belliciste BHL, et avec lui Pierre Bergé locataire d'utérus d'autrui, Jacques Attali, plagiaire notoire et condamné comme tel par la justice, Alain Minc, plagiaire du précédent, Manuel Valls, traître en chef, Kouchner, sac de riz chez les médecins et médecin chez les sacs de riz, Cohn-Bendit, pédophile au siècle dernier... Autrement dit tous les promoteurs forcenés d'une politique libérale qui a permis à Marine Le Pen de faire son plus gros score et d'être présente au second tour de cette élection, et à la famille Le Pen de passer de moins de 1% en 1981 à près de 22% en 2017 : cherchez l'erreur !  >>

 

 

►   Le philosophe Henri Pena-Ruiz [*] appelle les Insoumis à "oser penser librement". Extraits (Le Monde 3/05) :

<<  Rejeter l’effet Le Pen sans remonter à la cause politique et sociale que perpétue le programme Macron [...] ? On peut s’interroger sans être aussitôt soupçonné de complicité avec l’extrême droite ! Ne serait-ce que pour éviter à M. Macron de se croire tout permis en se méprenant sur le sens de son élection éventuelle, par rejet de son adversaire plutôt que par adhésion à sa personne et à son programme... >>

<< On ne devrait pas jouer les apprentis sorciers avec le FN. C’est pourtant ce qu’ont fait le PS avec Mitterrand, en le favorisant pour affaiblir le Parti communiste, et la droite pour triompher de la gauche. Un argumentaire bien rodé : « Bien entendu, nous avons trahi nos engagements, mais vous n’allez quand même pas les laisser passer ! » [...] Pour quel résultat ? Une montée continue du FN et du nombre de chômeurs qui désespèrent... >>

<<  On avait déjà lancé le produit d’appel Macron : un grand commis des banques d’affaires, celui qui, entre autres, avait permis à Patrick Drahi de faire des plus-values de plusieurs milliards et, une fois au gouvernement, brada Alsthom aux Américains en abattant les protections érigées par Arnaud Montebourg. 90 % des médias sont entre les mains d’une poignée de milliardaires. Alors on bétonne : autant d’articles de presse pour Macron que pour Le Pen, Fillon et Mélenchon réunis ! Et la machine à décérébrer s’est mise en marche. Tous pour Macron : il fallait voter « utile » pour barrer la route à Marine Le Pen. Et les gogos ont gobé. Beaucoup doivent s’en mordre les doigts : s’ils avaient voté Mélenchon, Marine Le Pen ne serait pas au second tour !  >>

 

 

Tomber dans le piège Macron (expliquent ces intellectuels résistants), c'est acquiescer à ce qui sape le bien commun : la privatisation des services publics et la destruction du code du travail, institutions présentées comme des chaînes par le milieu de M. Macron  - mais qui ont permis aux Français de moins souffrir que d'autres dans la crise systémique de 2008... "L'Europe" de M. Macron, souligne Pena-Ruiz, c'est ce que rejettent les peuples : la machine à imposer le néolibéralisme sous prétexte de "sauver la paix" (?), le système qui sacrifie l'économie réelle au casino financier. Trente années de pseudo-Europe "au nom de la concurrence libre et non faussée" ont abouti "à de nouvelles formes de misère sociale, qui contrastent de façon saisissante avec l'insolence des revenus du capital."

 

__________

[*]  Laïciste intraitable, il est aussi peu cathophile qu'Onfray... Ça ne nous empêche pas de le citer ici puisqu'il a raison : le vrai est vrai d'où qu'il vienne, disait saint Thomas d'Aquin. (Précepte que nous rappelons régulièrement depuis dix ans aux sectaires).

 

 

piege-a-loups.jpg

Second tour 2017

 

 

Commentaires

MEIRIEU !!!

> Et je viens d'entendre Claude Weil qui se lamentait chez Calvi de l'échec de sa génération car il y a des gens qui actuellement osent ne pas voter Macron pour barrer la route à la nationale-socialiste Le Pen....
Le pauvre, il pleurait presque en se demandant ce qu'il avait raté, ce que sa génération avait raté pour que tant de Français votent FN et que tant d'autres ne veuillent pas voter contre (le vote blanc ou nul étant, bien sûr une forme d'acquiescement au FN....).
Et il incriminait les journalistes, le monde de la culture, et même l'Education nationale...
Mon Dieu, les pauvres gens pensent encore malgré Meirieu (que l'on va retrouver ministre de l'E.N selon la rumeur... Et Ségolène premier ministre ?).

VF


[ PP à VF :
- Ce n'est qu'une rumeur. Mais si elle est fondée... Hilarité prémonitoire en pensant à la tête que vont faire certains ralliés-à-Macron, orphelins de Fillon... ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 02/05/2017

REGRETTABLE

> Les "intellectuels" résistent mais les "spirituels peut-être un peu moins... Comment peut-on éclairer les consciences avec une lanterne aussi peu brillante ?
http://www.catholique95.fr/le-diocese-de-pontoise/l-eveque-et-son-diocese/1250-vivre-ensemble-dans-le-respect-de-chacun.
La focalisation sur l'accueil du migrant (ou du réfugié ou de l'étranger) sans rappel des nuances et des exigences personnelles et collectives que nous ont apporté crescendo nos papes successifs depuis St Jean-Paul II.
C'est un curieux procédé que de passer sous silence ce qui dans le programme des deux candidats (et notamment le candidat masculin) représente une menace des fondements anthropologiques de ce qui nous constitue en société. Cela revient à lui attribuer le bénéfice du doute (et une présomption de vérité) alors qu'il a gouverné et que certaines de ses déclarations sont sans ambiguïté sur ses intentions de poursuivre ce qu'il a déjà entrepris.
Cela revient également à n'avoir aucun doute possible (et une présomption de mensonge) pour une candidate qui n'a jamais gouverné et dont on n'imagine même pas qu'elle puisse changer d'intentions avec l'exercice du pouvoir et les alliances qu'elles auraient nécessairement besoin de contracter pour l'exercer.
C'est donc du parti pris et l'évêque a choisi son camp (le camp du bien commun assurément).
Autre passage en particulier intéressant :" L’Europe peut être critiquée pour ses dérives technocratiques, mais elle assure la paix, la stabilité et le respect des droits de l’homme, ce qui est fondamental." Cette affirmation se suffisant à elle-même, elle ne mérite pas d'être illustrée par des exemples véritablement concrets. Et le passage suivant : "Sortir de l’Union européenne mettrait aujourd’hui la France dans une position d’isolement qui ne correspond pas à ses valeurs."
Mais de quoi parle-t-il donc quand il parle des valeurs de la France (valeurs entendues comme principes de base et de référence à une action ou une décision et pouvant être partagées avec d'autres) ?
Et comme d'habitude, la confusion entre l'Europe et les institutions politiques y est entretenue comme un mantra... interdisant qu'on puisse les remettre en question.
Pour finir mon propos, qualifier de "dérives technocratiques" ce qui est un programme de création délibéré d'un état fédéral et (néo ?)libéral pour dissoudre les nations accusées dès l'origine par les pères fondateurs de l'Union d'être fautives de guerre (en réponse au traumatisme de la première guerre mondiale) est à mon sens une belle ignorance de l'Histoire et de la géopolitique.
L’honnêteté aurait commandé de rappeler que l'UE est une volonté politique de ceux qui nous gouverne (quoiqu'en dise les accusateurs français de l'UE) et que la commission agit comme force de proposition, force d'influence et force de mise en œuvre de ce qui aura été finalement décidé par le conseil de l'Europe : c'est-à-dire les chefs d'État.
Quand un évêque prend position en faveur de l'UE (les institutions), il prend donc une position officielle et très politique (un autre parti pris) : il y a un tropisme "européiste" (fédéraliste libéral) que je ne comprends pas toujours chez nos évêques, qui imaginent que la France n'a plus les moyens de jouer un autre rôle sur la scène internationale que celle d'un membre d'un conseil d’administration d'une zone de libre échange livrée aux appétits les plus divers.

JLB


[ PP à JLB :
- Mgr de Pontoise est hélas coutumier des déclarations malencontreuses. Celle sur les prêtres pédophiles provoqua par exemple un désastre inouï dans l'opinion.
- A quoi sert la collégialité, si des évêques individuellement dévient de la position officielle de la CEF ? Pourquoi Mgr de Pontoise n'applique-t-il pas la préface de 'Retrouver le sens du politique' dont il est pourtant co-signataire ?
- Quant au mantra "l'UE c'est la paix" (qui néglige par exemple la dérive actuelle de l'OTAN, sans oublier la culpabilité de l'UE dans la guerre de Yougoslavie et sa participation oblique à la guerre d'Irak et à la destruction de la Libye), il serait temps de prendre conscience de son inadéquation au réel. ]

réponse au commentaire

Écrit par : JLLB / | 02/05/2017

AUTRE DIOCÈSE

> Pour compléter mon propos précédent, voici une déclaration d'un autre de nos évêques qui ne se place pas (du tout) à la même hauteur de vue : http://diocese64.org/actualites/item/1265-en-vue-du-second-tour-des-elections-presidentielles-2017. Ça fait du bien des paroles comme cela, mais c'est un peu la douche écossaise si on surfe d'un diocèse à l'autre...
Les élections législatives pourraient-elles devenir passionnantes ?

JLLB


[ PP à JLLB - En effet, je dois reconnaître. ]

réponse au commentaire

Écrit par : JLLB / | 02/05/2017

POUR UN RIRE UN COUP

http://www.fnlp.fr/news/384/23/Discours-au-Mur-des-Federes/d,lp_detail.html
Pour celui qui veut rire un coup, avec ce lien de la "Fédération nationale de la libre pensée" il apprendra que E. Macron est "élevé au biberon de la Doctrine Sociale de l'Eglise".

AM


[ PP à AM :
La FNLP est une caverne du cinquième âge : admirons ces vieillards à la longévité surnaturelle. Rescapés des heures glorieuses de la IIIe République, ils sont les successeurs de l'homme le plus vieux du monde, M. Saparman Sodimejo, qui vient de décéder en Indonésie à l'âge de 147 ans après avoir perdu au fil des décennies ses quatre femmes, ses dix frères et soeurs et tous ses enfants. Les membres de la FNLP ont aussi perdu la raison, mais c'est de leur âge. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 02/05/2017

ENCORE ET TOUJOURS L'OCCUPATION

> La question de l’entre deux tours privilégiée par les médias, nul ne peut l’ignorer, aura été la suivante : Marine Le Pen est-elle fasciste (et pétainiste-antisémite-homophobe…) comme son papa ?
Pour les « imprécateurs officiels » qui ont suivi la direction donnée à la campagne par le candidat Macron (Oradour, Mémorial de la Shoah, hommage au jeune Marocain poussé dans la seine par un militant d’extrême droite en 1995…), il est clair que la réponse est oui.
Nous pourrions leur opposer un David Rachline (sénateur-maire de Fréjus, fils d’un militant socialiste juif, directeur de la campagne de la candidate FN), un Florian Philippot (vice-président du FN, eurodéputé, gaulliste intégral depuis son adolescence, ne faisant pas mystère de son homosexualité), ça ne marche pas pour ces médias très éclairés… tant il est vrai, Monsieur (vous expliquent-ils), que les tréfonds du parti fondé par Jean-Marie Le Pen recèlent encore quelques troubles personnages professant de peu ragoûtantes idées, et que bien sûr tous les autres partis de France n’ont parmi leurs militants que de braves et honnêtes gens sous tous rapports…
Bref, pour ma part, à quatre jours du scrutin, je retiens ce point sensible, sur lesquel j’aimerais être éclairé par Mme Le Pen avant de voter :
– Oui ou non, Marine Le Pen partage-t-elle le véritable credo gaulliste (pas celui d’un certain « radsoc » nommé Jacques Chirac) concernant « l’Etat français » du maréchal Pétain ; et peut-elle, par conséquent, le plus clairement possible, réaffirmer que la France qui arbora cette enseigne de « l’Etat français » et plia sous la botte d’Hitler (jusqu’à ordonner la rafle du Vel d’Hiv) n’est définitivement pas « sa » France, la vraie France, la France libre, laquelle se trouvait à Londres avec le Général de Gaulle (2) ; ce faisant, elle me rassurerait et clarifierait utilement un sujet confusément traité par les médias ces derniers jours.
J’ai aussi, bien sûr, un point qui me turlupine particulièrement dans le programme du candidat d’En Marche, pour juger de son honnêteté en matière économique et sociale :
– Oui ou non, Emmanuel Macron est-il prêt à mettre les banques, le grand patronat et l’Europe au pas en ce qui concerne les paradis fiscaux, comme il l’a laissé entendre mardi 2 mai sur BFM-TV ; oui ou non peut-il en prendre l’engagement formel de rompre avec ces mauvaises pratiques de l’oligarchie économique et financière (c’était la divine surprise de l’interview concoctée mardi matin par Jean-Jacques Bourdin – http://www.capital.fr/economie-politique/macron-veut-aller-plus-loin-contre-le-dumping-et-l-evasion-fiscale-1224729. )
En espérant que les journalistes animateurs du débat de ce soir auront le bon goût d’interroger les candidats sur ces deux points !

Denis


[ PP à Denis :
En ce qui concerne la France libre, il faut se souvenir de l'animosité professée à son encontre, dans les années 1980, par ces révisionnistes historiques qu'ont été les soi-disant "nouveaux philosophes". Cf. les phrases aigres de BHL à l'encontre de De Gaulle et des FFL qui "résistaient pour de mauvaises raisons", etc... C'est ce background qui a fini par produire la rupture chiraquienne d'avec la position gaullienne sur Vichy.
Ces gens étant incapables de cohérence, et même de raisonnement, ne se rendent pas compte que la logique de leur posture mène à dire que "Vichy c'était la France" (s'ils considèrent "la France" comme coupable des exactions de Vichy).
Quand des gens d'extrême droite disent "Vichy c'était la France", ils sont anathématisés (à juste titre).
Mais quand les milieux politically-correct disent ou sous-entendent que "Vichy c'était la France", ça devient admissible, laïque et obligatoire.
Marine Le Pen aurait pu objecter ça aux journalistes le jour où ils l'ont piégée avec le Vél'd'Hiv' ; mais elle n'a pas l'esprit rapide. Ou bien la conversion gaullienne est trop récente dans cette famille pour avoir déjà formaté des réflexes... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Denis / | 03/05/2017

CLIMAT HYSTÉRIQUE

> En ce qui concerne nos évêques, il semble que la position officielle de la CEF n'ait pas eu l'heur de plaire aux éditorialistes anonymes du "quotidien de référence". Les voilà qui parlent de "faute morale". En résumé, l'Eglise catholique en France (et non "l'Eglise de France", à moins que l'on ne rêve de gallicanisme au "Monde") doit être neutre politiquement en tout point sauf s'il s'agit d'appeler à voter Macron : ne pas le faire serait une "faute morale".
Mgr Pontier a bien raison de parler de climat hystérique.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/03/la-faute-morale-de-l-eglise-de-france_5121531_3232.html?xtmc=eglise_catholique&xtcr=2
______

Écrit par : Sven Laval / | 03/05/2017

> Pas de macronisme révolutionnaire pour Todd ?
______

Écrit par : Benoit / | 04/05/2017

St THOMAS

> Autre précepte de St Thomas qui renforce le premier, et qui est appliqué dans le billet de ce blog:
"Il faut aimer et ceux dont nous partageons l'opinion, et ceux dont nous rejetons l'opinion : car les uns et les autres se sont efforcés de rechercher la vérité, et tous nous y ont aidés." (Commentaire du Livre de la Métaphysique, leçon 9, §2566) cité par Robert Hutchinson "Enquête sur le Jésus historique", Salvator, excellent livre.
______

Écrit par : Théophile / | 06/05/2017

MARCIONISME

> je dis non au marcionisme absolu et voilà pourquoi :
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/06/non-au-marconisme-absolu.html
https://www.morebooks.de/store/fr/book/macron-premier-vs-le-pen-bis/isbn/978-3-659-55982-2
______

Écrit par : Girod / | 02/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.