Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2017

Ce ne sont pas les girouettes qui tournent, c'est le vent

Cwznw2lWEAA-FFd.jpg

Piégé par les réalités, M. Trump laisse tomber toutes ses "idées" (sauf l'écolophobie)  :


 

On allait voir ce qu'on allait voir ! Par la magie de son verbe, M. Trump allait réaliser la symbiose de Goldman Sachs et des anarchistes de droite. Il allait fraterniser avec M. Poutine, et ainsi (à la fois) ressusciter la Syrie et enterrer l'Union européenne. Il allait mettre fin à l'ascension de la Chine. Sur le "sociétal" (seul plan qui compte pour notre Droite Fière De Ses Valeurs), il allait barrer la route au politically-correct, au féminisme et à l'immigration... On allait faire taire les critiques du système économique, et pouvoir se consacrer au culte des fantasmes.

Eh bien, on voit. Piégée par diverses réalités, la Maison Blanche renonce à presque tous les points-clés du trumpisme.

M. Trump vient d'évincer M. Bannon - pourtant son âme damnée -   du NSC, le Conseil de sécurité national : exit le "prince des ténèbres", pourfendeur du politically-correct ! Conséquence de l'échec de M. Bannon auprès des élus de droite dans l'affaire de l'ObamaCare, cette mise au placard [*] était également exigée par le lobby Goldman Sachs  - très présent dans la nouvelle administration.

M. Trump reçoit dans sa résidence de Floride M. Xi Jinping : c'est dans l'espoir d'enterrer la hache de guerre, en dépit des rodomontades de 2016. Et c'était fermement conseillé par Goldman Sachs.

M. Trump utilise le drame syrien pour s'en prendre à la Russie : soudain plus obamien qu'Obama, il annonce une "intervention directe" des Etats-Unis contre Bachar el-Assad. Mais surtout, il attaque Moscou... M. Trump n'étant pas un humaniste, il faudrait vérifier l'implication de Goldman Sachs dans l'intrigue labyrinthique autour des oléoducs régionaux.

M. Trump oublie que M. Poutine était à ses yeux un super-guy : il envoie son secrétaire d'Etat déclarer à l'OTAN que "la Russie est dangereuse" et condamner "l'occupation de la Crimée". L'ambassadrice de M. Trump à l'ONU, Nikki Haley, déclare le 5 avril : "J'ai eu des discussions avec le président au cours desquelles il a dit qu'il voyait la Russie comme un problème. Après la Crimée et l'Ukraine, les Russes essaient maintenant de couvrir Assad, et ce sont des choses que nous n'allons pas laisser passer."  Déjà sous Obama l'amalgame artificiel entre le problème Assad et le contentieux Moscou-Kiev était invoqué au profit de la nouvelle guerre froide, dans laquelle le rôle de la finance américaine est avéré depuis vingt ans. M. Trump s'aligne sur ses prédécesseurs.

M. Trump oublie qu'en 2016 il souhaitait la dislocation de l'Union européenne ; tout à coup il trouve que l'UE est un truc épatant. D'autant que la BCE est présidée par un homme de Goldman Sachs.

Il n'y a que contre l'environnement que M. Trump tienne parole (cf. nos notes des 28/03 et 31/03)... Mais l'écolophobie des milieux industriels et financiers est notoire. Là non plus, pas de coup de canif dans le contrat.

Que faut-il de plus à nos "libéraux conservateurs" pour admettre - enfin - la réalité ?

 

_____________

[*]  Mise au placard aggravée d'un camouflet grave pour M. Bannon : la nomination au NSC de "l'analyste internationale" Fiona Hill, partisane du retour à la guerre froide contre Moscou.

 

13:10 Publié dans Trump | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : trump

Commentaires

LE VRAI POUVOIR

> La question que l'on peut se poser est plus grave que cela: c'est "quel est le vrai pouvoir des hommes politiques aujourd'hui face aux puissances d'argent ?"
Quand je vois qu'il suffit d'une attaque à l'arme chimique très médiatisée (trop, je suis à peu près convaincu qu'elle ne vient pas d'Assad qui n'a rien à y gagner) pour que Trump change d'attitude vis à vis de la Russie, je suis très inquiet.
______

Écrit par : Ludovic / | 06/04/2017

"HAUT ET COURT"

> Trump est une ordure qui a trahi ses promesses de campagne en particulier celle de ne pas lancer des guerres désastreuses et de ne pas provoquer la 3ème guerre mondiale avec la Russie et la fin du monde.
Pire, nous allons avoir droit au double spectacle répugnant des ex-anti-Trump qui vont arrêter de le traiter d'Hitler pour célébrer le Chef Suprême du Monde Libre, d'une part, et de certains pro-Trump qui l'ont soutenu pour éviter la 3eme guerre mondiale qui vont soutenir sa décision de lancer la 3eme guerre mondiale, d'autre part (toutefois, je crois que l'immense majorité de ses électeurs vont l'abandonner en masse).
Ses électeurs devraient marcher sur la Maison Blanche et le pendre haut et court. Après tout, il leur a "rendu le pouvoir".
______

Écrit par : Thibaud / | 07/04/2017

LIENS

> On voit circuler bien des commentaires sur l'affaire syrienne. Certains donnent à penser sur la partie de billard géopolitique.
Celui-ci:
https://www.youtube.com/watch?v=iWHM1O018_o&feature=player_embedded
et aussi:
http://conscientia.fr/2017/04/07/frappe-us-en-syrie-la-nuit-des-dupes-masquait-un-joli-de-coup-de-billard/
______

Écrit par : Pierre Huet / | 08/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.