Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2017

Les républicains mettent en déroute M. Trump...

maxresdefault.jpg

...vaincu par son propre parti sur le sujet le plus symbolique :


 

Les déboires de M. Trump devraient nous servir de leçon de choses. Il avait promis de s'en prendre victorieusement aux symboles et d'opérer à coups de baguette magique. Abolir l'ObamaCare, par exemple ! Ce système de couverture santé voté en 2010 associait de sérieux défauts à un indéniable mérite : avoir réduit de 20,3 % à 13,2 %, en un an, la proportion d'Américains sans assurance maladie. Mais il était honni des conservatives pour diverses sortes de raisons (légitimes ou non), et les républicains avaient fait campagne contre lui sans interruption depuis sept ans.  M. Trump croyait donc qu'abolir l'ObamaCare allait être du piece of cake - et qu'il marquerait ce point symbolique dès son entrée à la Maison Blanche, les républicains étant majoritaires aux deux assemblées du Congrès.

Mais du symbolique au politique, la distance est longue et le chemin piégé. L'abolition de l'ObamaCare vient d'échouer à la Chambre des représentants, par la faute... d'élus républicains des deux nuances, "modérés" et "conservateurs" confondus :

les "modérés" s'alarment d'une suppression des aides publiques qui permettent à leurs électeurs pauvres de s'offrir une assurance maladie ; avec l'abolition, 24 millions de citoyens perdraient financièrement l'accès aux urgences et aux soins de grossesse.

Les "conservateurs", quant à eux, accusent le plan de remplacement de rester un "acte d'autoritarisme fédéral", et de n'être qu'une version "édulcorée" (ne supprimant pas tout) de l'ObamaCare ! Pourtant M. Trump avait laissé la rédaction de ce plan à Paul Ryan, président républicain de la Chambre et disciple de la quasi-luciférienne ultralibérale Ayn Rand (1905-1982) : que faire de plus dans le genre antisocial ?

Bref : hier 24 mars, M. Trump a fait savoir que devant l'opposition des républicains il retirait sa réforme du système de santé. Lourde défaite politique, sur le sujet le plus emblématique aux yeux de la droite libérale américaine.

La présidence qui devait tout casser n'a donc, jusqu'ici, pas cassé grand'chose. En tout cas pas dans le domaine des promesses de campagne les plus spectaculaires...

Les choses sérieuses se passent dans une autre dimension. Les postes-clés de la nouvelle administration ont été confiés à des créatures de Wall Street et de l'industrie pétrolière : l'équipe Trump est à l'oeuvre, sans bruit, pour abattre les faibles barrières de protection financière et de protection de l'environnement érigées sous la présidence Obama.

C'est là qu'est la leçon de choses pour nous. La campagne présidentielle française n'a pas grand'chose à voir avec la campagne présidentielle US de 2016 :  là-bas l'imposture pseudo-populiste était un bulldozer (the Donald), et le politically-correct était représenté par la pire candidate possible (déjà plombée par sa réputation).  Ici les candidats sont nombreux et peu convaincants... Néanmoins on retrouve quelques points communs : la simplification outrancière, les "faits alternatifs" ; et les accents populistes de candidats de droite et de gauche qui ne parviennent pas à masquer leur véritable nature de libéraux de la finance. Qui peut faire la différence, au fond, entre le programme économique de M. Macron et celui de M. Fillon ? Quant à leurs promesses au peuple souffrant, on serait surpris qu'elles aient un autre destin que celles de la Maison Blanche. M. Macron annonce des réformes dont ses ralliés socialistes ne veulent pas (in petto pour l'instant). Même chose entre M. Fillon et les amis de M. Baroin... Devinez la suite.

 

12:17 Publié dans Trump | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : trump

Commentaires

IL APPREND

> Donald Trump apprend que la réalité n'est pas soluble dans l'argent et les slogans démagogiques.
______

Écrit par : Gervais Maltache / | 25/03/2017

"AMATEURISME"

> Heureusement surtout qu'il y a des garde-fous (dans tous les sens du terme !).
Ne s'improvise pas homme d’État qui veut : il y a un certain amateurisme dans tout cela
A part ça, blog très intéressant dont j'ai connu le responsable à une autre époque.
Je ne partage pas avec lui la passion de la religion...
______

Écrit par : Pierre Chazal / | 26/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.