Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2017

Cancer-industries : les liaisons dangereuses de Bruxelles

Perturbateurs-endocriniens-dessin-LeMonde-5oct13.pdf.jpg

Débat le 28/02 au Parlement européen : la future directive UE sur les produits cancérigènes dans l'industrie  "garantirait le cancer" à un travailleur sur dix. Cette directive repose sur le rapport d'un conseil "d'experts" liés en majorité aux industries visées (et la Commission le savait)... Enquête ravageuse dans Le Monde


 

 

Les eurodéputés examineront le 28 février le projet de directive européenne sur "la protection des travailleurs contre les risques liés à l'exposition à des agents cancérogènes  [*] et mutagènes". Il s'agit des 20 millions de salariés européens exposés à une quinzaine de substances comme le chrome hexavalent, le chlorure de vinyle et les fibres minérales (substitut de l'amiante), produits utilisés dans des processus de fabrication par les industries.

Dociles aux recommandations de Business Europe (le lobby patronal de l'UE), la droite et la moitié de la gauche s'apprêtent à voter en faveur du projet de directive. Indignation des médecins du travail et des experts indépendants ! Car le projet bruxellois élève la barre du risque "admissible" jusqu'à un seuil mortifère...

Le cancer du poumon est un effet d'un produit servant au brillant d'objets décoratifs : le chrome hexavalent, ou "chrome VI". Un million de travailleurs européens sont exposés à ce produit. Sa nocivité pour les manipulateurs est connue de longue date : il y a presque vingt ans Soderbergh en avait fait le sujet du film Erin Brockovich avec Julia Roberts ; depuis plusieurs années, divers pays européens ont adopté des mesures protectrices. Mais cinq Etats de l'UE n'ont pas de législation en la matière. D'où l'élaboration d'une directive par la Commission... Or cette directive ne désigne que 18 produits (les Pays-Bas en demandaient 50 et les syndicats 71). Pire : en ce qui concerne par exemple le chrome VI, elle autorise une valeur-limite d'exposition 25 fois supérieure au plafond fixé en France ! Ce serait un "permis de tuer donné aux entreprises", proteste dans Le Monde (25/02) le chercheur Laurent Vogel (Institut syndical européen)... Cancer du poumon garanti à un travailleur sur dix, selon les calculs de l'Agence européenne des produits chimiques.

Cette agence est un organisme décentralisé (Helsinki) fondé en 2006 pour évaluer les risques et protéger la santé humaine ; la plupart de ses membres ne dépendent pas de Bruxelles.

Car au sujet de la Commission, Le Monde  n'hésite pas à titrer : "Bruxelles complice de l'industrie". Les valeurs d'exposition aux produits dangereux prônées par le projet bruxellois sont en effet celles qu'exigent les industriels (d'où la recommandation de Business Europe mentionnée plus haut).  Le projet bruxellois repose sur les conclusions du SCOEL, conseil scientifique de la Commission composé de 22 "universitaires et chercheurs"... dont 15 - selon l'enquête du Monde - sont directement liés aux "secteurs industriels" : agro-alimentaire, automobile, biotech (pesticides-OGM), chimie, énergie, fibres minérales, métaux et autres. L'un de ces experts se signale par son action contre une régulation des perturbateurs endocriniens ; un autre, en faveur du glyphosate de Monsanto ; un troisième travaille pour les métaux et les fibres minérales ; un quatrième a des parts dans un cabinet juridique de conseil aux industriels de la pétrochimie contre les familles des travailleurs décédés... Ce sont ces personnages qui ont usiné le projet de directive européenne sur les produits cancérigènes. Et selon Le Monde, leurs connexions industrielles étaient connues de la Commission ! La porte-parole de la Commission a répondu au Monde par cette formule toute faite (à la limite inférieure du langage articulé) : "Il est indispensable d'avoir des experts qui ont une vraie expertise de terrain."  Rideau.

Inutile de revenir sur ce que nous ne cessons de dire depuis dix ans : ce qu'on appelle aujourd'hui "construction européenne" n'existe que dans l'intérêt des multinationales. Cette Europe-là n'est pas une Europe.

 

__________

[*]  En français on dit "cancérigènes". Bruxelles et les médias préfèrent le mot américain.

 

 

 

579936433.jpg

13:02 Publié dans Europe, Social | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : santé, europe, lobbies

Commentaires

CYNISME

> Allons ! il faut cesser de faire du misérabilisme ! Ce qui compte ce sont les forces du marché, et puis personne ne les force à faire ces boulots (une réponse que m'a faite un brave catho au sujet de cette usine-tour dont l'effondrement avait fait des centaines de morts parmi les ouvriers bengalis. Il avait vraiment dit "misérabilisme").
Et puis (si on se met dans la tête d'un actionnaire ou d'un magnat de l'industrie), les ouvriers malades, c'est comme une ampoule usagée, ça se change, et ce ne sont pas les chômeurs qui manquent pour les remplacer.
Il reste encore à autoriser l'euthanasie pour tous dans tous les pays. Après dès qu'un ouvrier a un cancer, le problème est vite réglé : il ne souffre plus (vous voyez qu'un grand capitaliste peut faire preuve d'humanité et de compassion), il ne coûte plus rien à la Sécu, un futur retraité en moins, une place de libérée pour un chômeur... Une parfaite rationalité économique ou presque ! En attendant la robotisation intégrale.
______

Écrit par : Aurélien Million / | 25/02/2017

PRESSE ROBOTISÉE

> Les robots ont déjà remplacé les journalistes dans la presse. Voilà ce qu'on peut lire dans 'Le Monde' : "L’administration Trump s’apprêterait officiellement à tourner le dos au multilatéralisme grâce auquel l’économie américaine a prospéré ces dernières décennies dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)."
Disparition de la classe moyenne, effondrement de la santé publique, explosion de l'endettement public et privé, désagrégation du pouvoir d'achat, déficit commercial irrattrapable, délabrement des infrastructures, Rust Belt, perte de savoir-faire, désindustrialisation, villes en faillite, l'orgueilleuse métropole Art Déco de Detroit littéralement en ruines, 25% des enfants américains aux food stamps, 46% des New-yorkais au seuil de pauvreté, crises économiques systémiques à répétition dont la dernière dépasse en ampleur celle de 1929. Pour 'Le Monde', c'est "la prospérité".
Soit les journalistes du 'Monde' sont aujourd'hui des algorithmes programmés par Pascal Lamy, soit le blasphème envers les fétiches libre-échangistes est désormais puni de mort, je ne vois pas d'autre explication.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/01/les-etats-unis-prets-a-faire-prevaloir-les-regles-americaines-sur-celles-de-l-omc_5087274_3234.html

Lucas


[ PP à Lucas - Et cette façon extravagante de qualifier de "multilatéral" le monde des multinationales ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Lucas / | 01/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.