Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2017

Calais : l'action exemplaire du Secours catholique

th.jpg

...et la défaite en référé du blocage municipal :


 

 

Singulière situation à Calais. Des migrants y reviennent (avec l'idée fixe de passer en Angleterre, pays qui pourtant les refuse). Le bidonville ayant été rasé en octobre, ces migrants errent sans abri dans des conditions invivables : "affamés, fatigués et sans avoir pu se laver depuis plusieurs semaines", souligne le Secours catholique qui constate des cas de gale et d'impétigo. Ayant demandé sans succès à la municipalité d'ouvrir un service d'hygiène, il installe donc le 8 février - sur un terrain lui appartenant -  deux modulaires provisoires de quatre douches chacun : "le temps que des solutions pérennes soient trouvées avec l'Etat et la commune". Aussitôt la municipalité bloque l'accès principal aux locaux du Secours catholique, à l'aide d'une benne à matériaux et de divers autres obstacles... "Honteux !", réagit le Secours catholique. Il porte plainte pour voie de fait auprès du juge administratif de Lille. D'où une ordonnance de référé en date du 13 février : pour "atteinte grave et manifestement illégale au droit de propriété", la municipalité est condamnée à enlever la benne sous 24 heures et à payer 500 euros au Secours catholique.

Le Secours catholique est le bras français de l'organisation Caritas internationalis (Vatican). Fondé par les cardinaux et archevêques de France en 1946, soutenu par les diocèses, sa mission est typiquement "d'Eglise" : "venir en aide aux plus démunis sans distinction de race, de religion ou de nationalité". Et en priorité aux sans-abri, dont les migrants de Calais font partie... 

On se souvient de la phrase du pape François sur l'Eglise "hôpital de campagne" - temporel et spirituel - dans la société d'aujourd'hui, et de son appel à prendre des risques pour accomplir cette tâche. L'affaire de Calais en donne un exemple : la catholicité de l'initiative du Secours catholique est si évidente que nul n'en doute, même chez les cathophobes de gauche et dans les milieux de droite les plus énervés. Alleluia.

 

 

Commentaires

D'EGLISE

> Oui le Secours catholique est un service d'Eglise.
Ce n'est pas le cas des officines même"catholiques" se revendiquant d'un "populisme" (disent-elles) qui n'est ni plus ni moins qu'une idéologie.
______

Écrit par : Jean Bodin / | 14/02/2017

LE CHRIST "NÉ HORS CITÉ, MORT HORS LA LOI"

> le P. Wresinski cité dans 'Parole et prière' à la date d'aujourd'hui :
" Le Christ s'identifie à ce menu peuple, à ces petits, à ces laissés-pour compte. "Ce que vous faites... c'est à moi." Il est au milieu d'eux au jour de sa naissance, au jour de sa mort. Lui, l'homme exclu, né hors cité, mort hors la loi. Et le paradoxe est que, sans le savoir, les hommes, en le clouant sur la croix, ont déterminé une fois pour toutes qui il était : un crucifié entre des voleurs, un supplicié de droit commun et non un condamné politique. Il a voulu être cette pierre d'angle rejetée, qui n'est autre que le peuple des misérables. Et l'Eglise est condamnée, qu'elle le veuille ou non, à travers les siècles, à toujours être cette pierre d'angle et à se réinvestir en terre de misère, si elle veut que l'édifice s'achève et ne croule pas."

Commentaire de 'Parole et prière' :
"Ouvrons l'Evangile. Nous y voyons à chaque page des marginaux à cause de leur état de pauvreté, de maladie, de possession, ou à cause de leur métier infamant, de leurs péchés publics. Ce sont eux qui suivent Jésus, eux dont les pharisiens disaient : 'cette racaille qui ne connaît pas la Loi, ce sont des maudits' (Jean 7,49). N'est-ce pas étonnant que le dessein de Dieu se soit réalisé dans de ces conditions ? Non seulement que Jésus ait passé ces trois années avec les pauvres, mais que lui-même ait voulu être 'l'homme exclu, né hors cité, mort hors la loi' ?"
______

Écrit par : PP / | 14/02/2017

ANGLETERRE

> Et en parlant de secours : après la Grèce, l'Angleterre. Certains pieux catholiques ironisent grassement sur leur site, en appelant à voter Fillon, que "la France peut bien supporter un peu de libéralisme" (nous vivons en Corée du Nord, comme chacun sait). Pendant ce temps, le libéralisme tue à nos portes.
http://www.lshtm.ac.uk/newsevents/news/2017/excess_deaths_2015_failures_health_social_care.html
______

Écrit par : Nicolas Buet / | 20/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.