Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2017

Le cardinal Burke peut-il avoir eu ces étranges limiers ?

la-verite-de-jack-palmer-par-petillon.1224055246.thumbnail.jpg

Selon le New York Times, le cardinal aurait introduit au sein de l'Ordre de Malte les "enquêteurs" d'une organisation privée américaine de chasse aux "traîtres" et aux "hérétiques". Hypothèse tellement improbable que l'on attend un démenti de l'intéressé :


 

 

L'édition hebdomadaire du New York Times International (7/02) consacre une demi-page à la fermeté du pape dans l'affaire de l'Ordre de Malte. L'article semble avoir bénéficié d'informations venant des rangs de l'Ordre lui-même. Décrivant le rôle du cardinal américain Burke dans l'embrouille anti-pape qui a mené à la démission du grand maître Festing, le journaliste confirme que tout a commencé par l'action du cardinal pour abattre le grand chancelier de l'Ordre, Albrecht von Boeselager.  Mais il signale un élément d'information (américain) qui avait échappé à la presse française. Le voici, traduit par nos soins :

 << Les tensions entre Mr Festing et le grand chancelier Boeselager s'étaient intensifiées récemment jusqu'à accuser Mr Boeselager d'avoir supervisé la distribution de préservatifs alors qu'il dirigeait la branche humanitaire de l'Ordre. Michael Hichborn, président de l'Institut Lépante (organisation catholique conservatrice), avait conduit une investigation à l'intérieur de la branche humanitaire internationale de l'Ordre. Mr Hichborn déclara avoir découvert que la branche humanitaire avait promu l'usage du préservatif en Afrique et au Myanmar, en violation des règles de l'Eglise. En novembre, il envoya une note au cardinal Burke... Quelques jours plus tard, le cardinal Burke écrivit sa "préoccupation" à François. Selon les supporters du cardinal, le pape lui aurait alors donné instruction "d'éradiquer de l'Ordre les éléments maçonniques"... Selon les autres témoignages, le pape avait plutôt pressé le cardinal d'aider cette affaire à se régler par le dialogue. Au lieu de cela, Mr Festing et le cardinal Burke, le 6 décembre, exigèrent la démission de Mr Boeselager. >>

 

Voici la suite telle que la raconte le NYT :  le 21 décembre, outré d'avoir été manipulé par le cardinal Burke, le pape aurait écrit directement au grand maître Festing. Ce message pontifical aurait été accompagné d'une mise en garde du cardinal secrétaire d'Etat Pietro Parolin, comportant notamment la phrase suivante : "Sa Sainteté avait prôné le dialogue comme moyen d'aborder et régler les problèmes éventuels. En aucun cas Elle n'avait parlé d'évincer qui que ce soit !" 

Et voici le développement de la situation connu de tout le monde : le Vatican nomme une commission d'enquête. Festing (poussé par Burke) la récuse brutalement en prétextant de la "souveraineté" de l'Ordre... Le pape le convoque à Rome, lui rappelle que l'Ordre doit obéissance filiale au pape, et obtient sa démission. Un autre grand maître sera élu dans les trois mois. Pour empêcher le cardinal Burke de perturber cette élection, le pape nomme un représentant personnel auprès de l'Ordre ; quelques heures avant que cette nomination ne prenne effet, des affiches collées dans Rome accusent François d'avoir "décapité l'Ordre de Malte" (cf ici notre précédente note).

Mais revenons au fait nouveau. Selon le NYT, l'agent du cardinal Burke contre Albrecht von Boeselager serait M. Hichborn, président de l'Institut Lépante. Quelle est cette organisation privée ? Réponse  - révélatrice -  sur son site :

<< L'Institut Lépante pour la Restauration de Toutes Choses dans le Christ est une organisation de recherche et d'éducation vouée à défendre l'Eglise catholique contre des assauts venus de l'extérieur et de l'intérieur. Que ce soit sous la forme d'armées, d'hérétiques ou de traîtres, des ennemis ont toujours cherché la destruction de l'Eglise qui a  dû leur faire face. Aujourd'hui elle affronte les trois menaces à la fois... L'Institut Lépante a été créé dans le but de faire connaître les faits en ce qui concerne des organisations se réclamant du catholicisme ou du christianisme, mais agissant en contradiction avec les enseignements de Notre Seigneur et de son Eglise Sainte et Immaculée... >>

Cette auto-définition est celle de toutes les organisations répondant au type idéologique que les historiens du catholicisme nomment "l'intégrisme". Le prototype en fut le réseau Sodalitium Pianum (nom de code "la Sapinière") du prélat Umberto Benigni : sa vision policière de l'Eglise fit des dégâts considérables de 1909 à 1921 [*]. On vit réapparaître l'équivalent de la Sapinière contre le concile Vatican II. Et l'ère de l'internet favorise le développement de réseaux comparables sous une nouvelle forme... Sans aucun mandat ecclésial, ces organisations sont spécialisées dans les campagnes de dénonciation calomnieuse contre les personnes.

De tout cela se dégagent deux questions :

Selon le NYT, le cardinal Burke - quoique n'ayant qu'une charge honorifique au sein de l'Ordre de Malte - y aurait introduit les limiers américains de l'Institut Lépante, sorte d'agence privée vouée à la chasse aux "hérétiques" et aux "traîtres" ? Et ce serait eux qui auraient bâti le dossier contre le grand chancelier ? Il y aurait là quelque chose de déroutant, par contraste avec les statuts et coutumes de l'Ordre.

Non moins étrange : l'affirmation du NYT selon laquelle le cardinal Burke aurait prêté au pape  une intention "éradicatrice", dont la formulation ressemblerait plus aux idées du cardinal (et au vocabulaire de l'Institut Lépante) qu'à Laudato Si'.  Mais on ne peut imaginer qu'un membre du Sacré Collège ait voulu manipuler le pape à ce point.

On attend, non sans impatience, les démentis du cardinal auprès du journal new-yorkais.

 

__________

[*]  Cf Emile Poulat : Intégrisme et catholicisme intégral  (Casterman / Religion et société, 626 pages - 1969).

 

 

7b7db-pinkertonbadge.jpg

 

Commentaires

SAINT PAUL DÉTOURNÉ

> Quand j’apprends cela, je comprends mieux le 'Da Vinci Code'. Faut être vraiment cinglé pour créer une organisation pareille. Rien que l'idée de restauration de tout dans le Christ...

VF


[ PP à VF - En effet, l'idéologie intégriste détourne le sens de la formule de l'épître aux Ephésiens. Le "instaurare omnia in Christo" de saint Paul parle de la "restauration" ou "reconstruction" ou "récapitulation" dans le Christ de "toutes choses au ciel et sur la terre" :
ce qui dépasse nettement les capacités de l'Institut Lépante - et des innombrables cercles, ligues et groupuscules qui ont accaparé cette phrase depuis la Belle Epoque. ]

réponse au commentaire

Écrit par : VF / | 07/02/2017

LA T.F.P. ET LE Pr DE MATTEI

> On note que la Fondation Lépante a pour président un certain Roberto de Mattei (encore lui), qui professe la plus grande admiration pour Plinio Correa de Oliveira, fondateur de Tradition Famille Propriété. Même le très traditionaliste Mgr de Castro Mayer avait mis en garde contre cette secte !
Il se trouve que Tradition Famille Propriété, peu connue en France des gens de mon âge (trop jeunes pour se souvenir des arnaques à la médaille miraculeuse) est en revanche très bien implantée aux Etats-Unis.
Question : quels sont les liens entre le cardinal Burke et la fondation Lépante, d'une part, et la TFP de l'autre ?

Edel


[ PP à Edel - En 1989 à Rome, M. De Mattei portait encore à la boutonnière l'insigne (un lion) de la TFP. J'en suis témoin oculaire pour l'avoir constaté lors d'un déjeuner au Colombus autour du cardinal Mayer, alors président de la commission Ecclesia Dei. A la même époque, 'Famille chrétienne' à Paris qualifiait la TFP de secte. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Edel / | 08/02/2017

RISIBLE

> Ces accusations contre le cardinal Burke et Roberto de Mattei sont risibles.
Imaginer un des plus fins canonistes -et un saint prêtre- et un des plus brillants spécialistes (avec le Professeur comte Agostino Borromeo) de l'Eglise et de son Histoire à la manoeuvre est proprement fantaisiste.
Le cardinal Burke comme le Professeur baron de Mattei ne sont visés que parce qu'ils sont critiques de certaines positions du Saint-Père (non dogmatiques et non contraignantes faut-il le rappeler) et qu'ils défendent l'enseignement constant de l'Eglise sur le mariage chrétien (et avec lui les sacrements de Pénitence et de l'Eucharistie) qui n'est pas qu'un idéal mais une vérité naturelle et surnaturelle, et un sacrement institué par Notre Seigneur; sacrement qui préexiste d'ailleurs à l'État lui-même.

Loïc


[ PP à Loïc :
"Professeur comte" ? "Professeur baron" ? vous devriez éviter le mot "risible".
En outre, vous ne connaissez pas ceux dont vous parlez. Raison pour laquelle vous croyez pouvoir compromettre le nom du gouverneur de l'Ordre du Saint Sépulcre avec le nom d'un ennemi du pape.
Troisième point : votre position sur le "non contraignant"... n'est pas celle de l'Eglise catholique. Je vous suggère de lire les extraits de 'Christfideles laici' dans ma note d'hier sur la question. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Loïc / | 10/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.