Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2017

La campagne sans nom des "amis" du cardinal Burke

ec318dbe800c973bc4dce5d27c44d728-0017-kbeG-U4328053103092935E-1224x916@Corriere-Web-Roma-593x443.jpgAffiches anti-pape dans les rues de Rome ! Ils en sont là :


 

 

On dirait Le Parrain 3 (1990) de Coppola : quand l'archevêque-banquier et le politicien mafieux préparent l'assassinat du pape... Ou le sketch de Monicelli (Les Nouveaux Monstres - 1977), où le snob romain abandonne l'accidenté pour une réunion lefebvriste chez une princesse...

Mais, là, c'est réel ! Samedi 5 février, les Romains ont découvert dans leurs rues une grande affiche en quadrichromie collée à des centaines d'exemplaires : sous une photo du pape choisie la plus moche possible, ces lignes véhémentes (en dialecte romain pour faire passer ça sous la bonne vieille tradition locale des pasquinades [*]) : 

« Oh France' (diminutif de Francesco), tu as placé sous tutelle des congrégations, tu as viré des prêtres, tu as décapité l'Ordre de Malte et les Franciscains de l'Immaculée, tu as ignoré des cardinaux... Mais où est ta miséricorde ?» 

Qui a réalisé ces affiches ? un des salons intégristes qui vibrionnent à Rome depuis quarante ans (déjà dans le sketch de Monicelli...). Le texte est  anonyme, mais ses cinq griefs équivalent à une signature. Seul un étroit micro-milieu peut reprocher au pape, à la fois : 1. de n'avoir pas tenu compte d'une agitation intégriste (couronnée par les dubia de quatre cardinaux dont Burke) ; 2. d'avoir fait voir au grand-maître de Malte qu'il devait démissionner (pour s'être laissé pousser par Burke à défier le Saint-Siège) ;  3. d'avoir fait aboutir l'enquête ordonnée par Benoît XVI en 2011 sur la crise interne des Franciscains de l'Immaculée ; 4. d'avoir "placé sous tutelle"  - c'est le devoir de l'Eglise - des congrégations dont les dérives étaient graves (en dépit de leur attachement aux traditions) ;  5.  d'avoir "viré" des prêtres qui le méritaient (en dépit du même attachement). 

Quant au trait final ("où est ta miséricorde ?"), c'est le slogan permanent de ce micro-milieu. Slogan un peu déplacé de la part de gens qui se répandent en haine, depuis trois ans, contre un pape aussi évangélique ! Et on a envie de leur rappeler que la bienveillance de François - ennemi paraît-il de "la Tradition" -  est en train  de résorber le schisme lefebvriste... Mais cet exploit spirituel et juridique ne convaincra pas les bergogliophobes. Ni d'ailleurs les durs de la FSSPX, qui lancent à son supérieur Mgr Fellay des épithètes aussi venimeuses que celles lancées au pape par les amis du cardinal Burke.

Qui approuve en effet ces affiches ? Le rayon "catho" de la réacosphère politique. Ainsi le site de désinformation Riposte catholique : il reproduit l'affiche romaine en grand format, s'abstient vertueusement de la commenter ("on se contente des faits"), mais met en ligne des messages hystériques : «Enfin ! Enfin ! Enfin ! Elle n'avait que trop tardé, cette dénonciation au grand jour du pape actuel !» - « Enfin une bonne nouvelle : Tartuffe est démasqué » - « Comédie pharisaïque du "bon pape" ! » - « Vivement l'abdication » - « Il faut que certains se dévouent pour organiser un grand chahut lors de l'audience générale du mercredi ou de l'Angelus !» - « Papolâtrerie s'abstenir ici » - « En plein dans le mille ! Bravo à ceux qui osent dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas » - etc.  Pour plus d'informations sur les crocodiles de ce marigot, lire l'enquête d'Erwan Le Morhedec [**].

Et le pape François ?  "Sérénité et détachement", déclare son entourage à RFI... Toute haine le fait souffrir : surtout celle de bien-pensants (le fiel de la terre) qui refusent de comprendre l'Evangile. Mais François est un jésuite et un homme de gouvernement.  La campagne dans les rues de Rome visait à l'empêcher de sévir envers le cardinal Burke pour son complot maltais : c'est néanmoins chose faite ! Imperturbable, le pape a nommé Mgr Giovanni Angelo Becciu (numéro 3 du Saint-Siège) son délégué spécial et seul représentant auprès de l'Ordre de Malte jusqu'à l'élection d'un nouveau grand-maître, empêchant ainsi Burke de monter de nouvelles embrouilles. Quand on a vécu l'Argentine des années de plomb, on ne se laisse pas intimider par des amateurs de soieries et des colleurs d'affiches.

 

___________

[*]  Pasquinades : au XVIe siècle à Rome, libelles anonymes collés sur une statue antique surnommée Pasquino.

[**]  Identitaire - Le mauvais génie du christianisme (Cerf).

 

 

 

Le Parrain 3 :  l'archevêque-banquier décore le mafieux

critique-le-parrain-3eme-partie-coppola26.jpg

 

Commentaires

UN 'AVE' POUR EUX

> La Barque de Pierre en a vu d’autres. Au demeurant : « Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. » (Mt 5:11)
Allez, je dis un « Je vous salue Marie » pour les détracteurs « ultracathos » de François, avec l’archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires (et je vous invite, cher PP, à faire de même) ; pour la conversion de la « réacosphère catho », à commencer par ses chefs…
Que peut leur haine face à ce « pape de la Miséricorde » ?
______

Écrit par : Denis / | 07/02/2017

> Merci, Patrice, pour cette mise au point si juste.
______

Écrit par : bernard / | 07/02/2017

> Qui nous dit que ce sont les supporters du cardinal Burke ? Malheureusement, des ennemis de l'Eglise peuvent avoir intérêt à profiter de cette lutte entre le pape et le cardinal.

Lionel


[ PP à Lionel :
Il n'y a pas de "lutte entre le pape et le cardinal" : il y a un cardinal qui refuse d'être en union avec le pape. Or "ubi Petrus, ibi Ecclesia".
Quant au fait que cette campagne d'affiches vient des supporters de Burke, il ne fait de doute pour personne au Vatican (toutes tendances confondues). ]

répondre au commentaire

Écrit par : Lionel / | 07/02/2017

LES FRANCISCAINS DE L'IMMACULÉE

> Tiens, justement, si vous pouviez nous "déminer" la propagande ultra sur l'affaire des Franciscains de l'Immaculée...
Pourquoi l'enquête ? J'ai entendu dire qu'il y avait eu des dissensions internes, mais c'est assez flou, et la source n'est pas très fiable.
Qu'est-ce que c'est que cette histoire de condamnation du P. Fidenzio Volpi (le commissaire nommé par Rome) à payer des dommages et intérêts à la famille du P. Manelli, le fondateur ?
Pourquoi l'histoire s'est-elle étendue aux Franciscaines ?
Autant de questions posées, et qui ne peuvent recevoir décemment la réponse des sites ultras : "parce que le pape veut démolir l'Eglise, et que c'est une congrégation qui marche bien". Sans blaaaague.

Edel



[ PP à Edel :

Il y a effectivement eu une condamnation pénale issue des dissensions féroces au sein de cette communauté : mais pour en parler il faudrait avoir vécu ces événements de l'intérieur - et ne pas être de parti-pris.
La seule chose que l'on peut dire en toute sûreté, c'est que les premières rumeurs de crise interne avaient amené Benoît XVI à ordonner une enquête. François a simplement hérité du dossier.
On peut aussi avancer que la question de la forme du rite recouvrait d'autres animosités entre courants internes.
Mais ce qui motive l'exaltation de nos sites ultras, c'est qu'un des courants de cette communauté avait la réputation d'être "tradi"... D'autres communautés (que je ne nommerai pas) sont tout aussi divisées sans que la question du rite intervienne ; les sites ultras n'en parlent donc pas.
Question à mille doublons d'Espagne : quand les supérieurs des carmes ont emprisonné saint Jean de la Croix comme dangereux réformateur trop imbu de radicalité évangélique, quel parti auraient pris nos ultras ? Facile à deviner... ]

réponse au

Écrit par : Edel / | 07/02/2017

SOUFFRIR POUR ELLE

> Dans ces épreuves, nul doute que notre pape poursuivra sa route à la suite de l'autre François comme le décrit magnifiquement Bernanos :
"On ne réforme l’Église qu'en souffrant pour elle, on ne réforme l’Église visible qu'en souffrant pour l’Église invisible. On ne réforme les vices de l’Église qu'en prodiguant l'exemple de ses vertus les plus héroïques. Il est possible que saint François d'Assise n'ait pas été moins révolté que Luther par la débauche et la simonie des prélats. Il est même certain qu'il en a plus cruellement souffert, car sa nature était bien différente de celle du moine de Weimar. Mais il n'a pas défié l'iniquité, il n'a pas tenté de lui faire front, il s'est jeté dans la pauvreté, il s'y est enfoncé le plus avant qu'il a pu, avec les siens, comme dans la source de toute rémission, de toute pureté. "

Georges Bernanos (Frère Martin, in "La Vocation spirituelle de la France", Plon - pages 222 et ss)
______

Écrit par : isabelle / | 07/02/2017

ANTI-JÉSUITE

> D'après l'article Wikipedia, le courant intégriste est dès le début du XXème siècle anti-jésuite. Pas étonnant donc qu'ils soient allergiques au pape François, jésuite, qui n'a pas la "classe" et le style des bourgeois de salon.
Mais il est assez drôle de voir que s'allient, dans la dénonciation d'un même ennemi (le pape), à la fois des catholiques libéraux et le courant intégriste par essence farouchement anti-libéral.
"Quos vult Iupiter perdere, dementat prius"...
______

Écrit par : Pema / | 08/02/2017

LAIDEUR

> Cette campagne est laide, aussi bien esthétiquement que moralement. Et peut-être encore plus. Si ses instigateurs sont des "amis" du cardinal Burke, à la place de ce dernier je me méfierais d'eux.
En allant jeter un œil curieux à l'article de "Riposte [dite] catholique" (je n'y retournerai plus, c'est promis ; le "grenier jaune" fait propre à côté) et aux commentaires, j'ai constaté que parmi les reproches faits au pape par les commentateurs, certains portent sur sa visite en Suède à l'occasion des cinq cents ans de la Réforme. Or il est curieux que de telles personnes approuvent en même temps que des hurluberlus collent des affiches dénonçant le pape, procédé qui n'a rien à envier à ceux dont usa un certain Martin Luther (qui eut, lui, le courage de les revendiquer).
On peut lire parfois que François serait "un pape qui divise". Ceux qui écrivent ou disent cela (sans tous penser à mal, probablement) devraient réfléchir : ne sont-ce pas plutôt ceux qui dénigrent systématiquement ce pape qui portent la division ? Et la division, le diable y a sa part. A ce propos, ce qu'en a dit le cardinal Ouellet est éclairant :
http://fr.aleteia.org/2017/02/06/vatican-les-affiches-hostiles-au-pape-jugees-inacceptables-et-laches/
______

Écrit par : Sven Laval / | 08/02/2017

AVIS AUX PHOBIQUES

> je rappelle la norme de ce blog : nous ne mettons pas en ligne les textes de propagande intégriste (c. à d. l'intégrisme au sens propre et ecclésiologique du terme); et particulièrement pas les attaques contre le pape - même quand elles prennent une forme cauteleuse et faussement "factuelle". Il y a des sites spécialisés pour ce genre de choses déshonorantes.
______

Écrit par : PP / | 09/02/2017

MILIEU

> merci PP pour ce rappel...
Décidément cette petite bourgeoisie "catho-réac" ne changera jamais, je côtoyais de près ces individus déjà il y a 30 ans dans la ville du roi soleil...
cette même ville qui accueille dans son théâtre pour des conférences le très réac patron de Liberté Politique...

Tangui


[ PP à Tangui - Le problème n'est pas qu'il soit très réac, mais qu'il soit d'une mauvaise foi totale (y compris envers le pape) envers quiconque s'éloigne du tabou libéral... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Tangui / | 09/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.