Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2017

Suggestion pour une VIe République : abolir le Sénat

2464666.jpg

Après leur sabordage de la loi littoral (ici : 31/01) et malgré l'opinion publique, les sénateurs bloquent la proposition de loi sur la responsabilité sociale - environnementale des grandes entreprises :


1368264028_bangladesh.jpg

Les sénateurs sont en pleine forme. Le 1er février, ils ont rejeté la proposition de loi imposant aux grandes entreprises un "devoir de vigilance" quant aux pratiques de leurs filiales et sous-traitants en matière de droits humains et d'environnement. Inspiré par la catastrophe de l'immeuble de Dacca en 2014 [photo], qui avait tué 1129 employé(e)s de sous-traitants de grandes marques occidentales, ce texte prévoit que les entreprises françaises de plus de 5000 salariés (ou 10 000 avec leurs filiales étrangères)  devront "instaurer et publier un plan de vigilance humaine et environnementale dans l'ensemble de leur chaîne d'approvisionnement".

Le texte fait l'objet d'un tir de barrage de la part du Medef et de son annexe LR. Il a donc été rejeté par la droite, majoritaire au Sénat. Argument : "les risques contentieux excessifs que cette loi ferait courir aux entreprises françaises et les risques économiques qu'elle représente pour la compétitivité des entreprises françaises de toute taille et pour l'attractivité de la France". On admirera le "de toute taille", clause de style pour faire croire que les TPE et PME ont les mêmes intérêts que les multinationales ! (imposture qui est un des leitmotive de la droite).

images.pngC'est la troisième fois que LR tente de torpiller le "devoir de vigilance". Comme le soulignent les Amis de la Terre, "la majorité sénatoriale, tout au long du processus législatif, a concentré tous ses efforts à défaire, par différentes stratégies, une loi dont le but est pourtant la défense de l'intérêt général, et qui est plébiscitée par une majorité de nos citoyennes et citoyens (http://bit.ly/sondage-csa-fcrse )". La proposition de loi est en effet "un premier pas capital pour responsabiliser les mutlinationales et mettre un terme à leur impunité. Elle s'inscrit dans le respect des engagements internationaux de la France et participe aux dynamiques similaires observées ailleurs en Europe et à l'ONU".  L'attitude du Sénat dans ces domaines est systématiquement négative : argument supplémentaire en faveur d'une VIe République sans sénateurs. Lecture définitive à l'Assemblée nationale le 21 février...

 

 

 

 

Humour officiel :

logosenatcitoyen.png

Commentaires

1969

> N'était-ce pas l'une des deux questions posées au référendum d' avril 1969 proposé par le Gal de Gaulle dans le but d'une « participation plus effective de chacun à la marche et au résultat de l'activité qui le concerne directement » dont le résultat négatif fut à l'origine de son départ ?

Albert E.


[ PP à AE - Le référendum incluait en effet la proposition de transformer le Sénat en tout autre chose. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Albert E. / | 02/02/2017

PARTIAUX

> La partialité pro-Medef des sénateurs est scandaleuse.
______

Écrit par : Méloir Avenel / | 02/02/2017

POUR LE SÉNAT

> Aujourd'hui, l'intérêt majeur du Sénat est de ralentir le processus législatif. Considérant l'asservissement de notre classe politique à la culture de l'instantanné, je trouve que c'est déjà ça de pris.
Certes, la composition du Sénat pose problème, et une VIème République pourrait se pencher sur la question. Encore que ce serait peut-être la VIIème, parce que je me demande si la Vème a vraiment existé:
- Le gouvernement est censé être le pouvoir exécutif, celui qui applique les lois donc. Alors pourquoi tant de projets de lois et si peu de propositions de lois ?
- Les députés s'accrochent à leur cumul pour, disent-ils, conserver un ancrage local. Mais ils sont des élus nationaux (c'est pour ça qu'il a été possible d'organiser leur élections à la proportionnelle), et ce sont les sénateurs qui sont pensé par la Constitution comme des élus locaux.
Et même si la Vème a vraiment existé dans ses premiers temps, que penser d'une Constitution qu'on amende au fil des jours ?
______

Écrit par : olivier / | 03/02/2017

DÉMOCRATIE LOCALE

> Une des spécificités de la France c'est la démocratie locale qui est forte: les maires et les conseils municipaux sont importants. Les grands hommes politiques ont des attaches dans les grandes villes provinciales. Tout ca est excellent pour préserver l'intérêt de la population dans la politique, et n'existe pas par exemple en Angleterre.
Le Sénat a une part à jouer dans cette situation, puisqu'il s'agit de représentants régionaux. Ce n'est pas parce qu'il y a une majorité LR en ce moment qu'il faut se débarrasser de cette institution unique et utile.
Le principe a mon avis est de multiplier les occasions où la population peut suivre la politique et y participer. Les élus locaux sont souvent ceux qui conservent une réputation de servir à quelque chose.
______

Écrit par : catherine winch / | 03/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.