Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2017

La tragi-comédie de la postdémocratie - Acte I, scène V - Le spectre : "Un lien indéfectible nous unit..."

hamlet-ghost.jpg

Shakespearienne apparition hier soir à 20 h :


 5056103_6_dc04_le-president-francois-hollande-lors-de-ses_866205dacba5aee755079301f98dfb88.jpg

 

 

« Qu'est-ce qu'un spectre ? Si ça existe, ça n'est pas présent. Quand le spectre revient, au moment même où il réapparait, il disparaît comme phénomène, ne correspond à aucune essence, ne répond à aucun nom. Cet absent, ce disparu ni vivant ni mort, ne relève pas du savoir. C'est une chose qui nous regarde. On en a une vision bien qu'elle n'ait rien de visible... C'est depuis un autre temps qu'il nous regarde (anachronie)... Bien que nous ne puissions pas l'identifier en toute certitude, nous sommes livrés à sa voix... Ses apparitions sont furtives, insaisissables, surnaturelles, mais ce sont quand même des apparitions. Son essence est indéterminable, mais il est tout de même quelqu'un, un autre. En cela il se distingue de l'icône, de l'idole et de l'image, et se rapproche du simulacre et du fantasme. »

Jacques Derrida

 

 

 

 

Acte I, scène IV

Hamlet, Marcellus, Horatio

 

Hor. - Comment finira tout ceci ?

Marc. - Quelque chose est pourri dans l'Etat de Danemark.

 

 

Scène V

Entrent le Spectre et Hamlet

 

Le Sp. -  Ecoute-moi bien.

Ham. -  Oui.

Le Sp. - L'heure est presque venue à laquelle au tourment des flammes sulfureuses il me faudra retourner. Venge, venge mon noir et dénaturé meurtre !

Ham. -  Meurtre ?

Le Sp. - Oui, meurtre des plus noirs, comme au mieux l'est tout meurtre, mais ici des plus noir, affreux, dénaturés.

Ecoute, Hamlet : on fait accroire que, dormant dans mon jardin, un serpent me piqua ; ainsi le Danemark est par le faux récit publié de ma mort  grossièrement trompé.

Mais sache que ce serpent qui me fit mourir brigue aujourd'hui ma couronne !

Je dormais au jardin comme l'après-midi c'était mon habitude : à cette heure de paix, avec une fiole pleine d'un suc maudit, cet homme vint, furtif qui versa aux béants porches de mes oreilles cette essence à donner la lèpre, dont l'effet  a pour le sang de l'homme une inimitié telle qu'aussi prompt que le vif-argent le poison court aux naturels accès et  passages du corps et, puissant et soudain, il caille et coagule..

Ainsi dormant, je fus dépêché par la main d'un ami, d'un seul coup, perdant ma vie et ma couronne et ma compagne, gardant tous mes péchés en pleine floraison, mes comptes non réglés, mais devant comparaître avec tout mon passé pesant sur mes épaules. 

Oh, horrible ! Oh, horrible, on ne peut plus horrible !

Adieu sans plus tarder : le ver luisant fait voir que le matin est proche... >>

 

 

 

 

Que 2017 nous garde de tout mirage

quant aux prétendants d'Elseneur

hamlet_t670.jpg

 

Commentaires

'HAMLET'

> Acte 3, scène II
Hamlet - 'Quel rôle avez-vous joué ?"
Polonius - "J'ai joué Jules César : on me tua au Capitole. C'est Brutus qui me tua après que le peuple m'eut offert la couronne."
Hamlet - "Le rôle de brute d'abattre l'âne avant qu'il ne se couronnât..."
______

Écrit par : Guildenstern / | 01/01/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.