Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2016

Trump remplace l'establishment "progressiste" par... l'establishment obscurantiste

Kochtopus for site cropped.jpg

Pour s'en rendre compte, il suffit de cesser de fantasmer à son sujet. Regardons simplement ce qu'il fait  (et qui est derrière lui) :


 

 

[ Constat dédié aux trumpophiles de la France-bien-élevée]

 

Emission télé sur Trump, quelques jours avant le 8 novembre. L'animatrice Barbara Walters demande aux rejetons : "Votre père a-t-il un enfant préféré ?" Ils répondent : "Ivanka !"  [*]. Commentaire de l'historienne Laure Murat, professeur à l'université de Californie : "C'est comme ça chez les Trump : il y a toujours un winner  - et pléthore de losers et autres maillons faibles subséquents..."  "C'est à ces détails qu'on saisit un changement de régime", souligne l'historienne : "Ce à quoi on assiste aujourd'hui, c'est au remplacement de l'establishment - politique, institutionnel, traditionnel tant décrié de Washington et de ladite élite corrompue - par "l'Organisation" [**], soit une vaste privatisation des Etats-Unis, dont les épisodes semblent inspirés de Game of Thrones et House of Cards. Donald Trump est le metteur en scène et l'acteur principal de cette nouvelle série..." (Libération, 22/12).

Trump a bâti sa campagne sur la promesse de balayer "l'establishment". Des mots ! "words, words, words" (Hamlet, acte 2)... Maintenant voilà les actes. Trump balaie l'establishment progressiste, mais pour lui substituer un establishment obscurantiste. Avant d'être investie - tardivement - sur la personne de Trump, cette entreprise avait été préméditée et préparée de longue date par deux clans de multimilliardaires :  les caricaturaux frères Koch, et les Mercer père et fille.

Les industriels Charles et David Koch (81 et 76 ans) sont les fils du fondateur de la John Birch Society, qui accusait Eisenhower d'être "un agent du complot communiste". Fortune cumulée des deux frères Koch : 86 milliards de dollars. Revenu annuel de Koch Industries  : 115 milliards de dollars. Selon Le Temps de Lausanne, "ce conglomérat d’une multitude de sociétés actives dans les secteurs du pétrole et charbon, du textile, des engrais et des composants électroniques est la deuxième plus grande entreprise privée du pays". Les activités de leur groupe étant particulièrement nuisibles à l'environnement, les frères Koch investissent des millions dans : 1. la désinformation climato-négationniste ; 2. la dérive obscurantiste (notamment écolophobe) du parti républicain. Disciples de l'idéologue ultralibéral Hayek, les Koch sont des libertariens, permissifs dans les moeurs (p.ex. pro-mariage gay) mais acharnés contre la régulation financière-commerciale et la protection de l'environnement.  Ils ont les moyens de leur stratégie : formater dans ce sens le Congrès. Depuis 2002, leur réseau (la "Pieuvre Koch" : "Kochtopus", caricature ci-dessus) finance 76 % des organisations républicaines... Ils ont ainsi aplani le terrain sur lequel Trump a déployé son Blitzkrieg. Les discrets frères Koch n'avaient pas d'affinités avec "Donald le hurleur", mais ne cachaient pas leur intention de soutenir celui des candidats républicains qui s'imposerait à la fin : d'où la désignation comme vice-président de l'utralibéral libre-échangiste Pence, satellite des Koch. Qui se félicitent maintenant au vu du futur gouvernement...

Mais il y a aussi le patron du plus puissant hedge fund des USA : le septuagénaire  Robert Mercer, classé par le Washington Post  au nombre des super-riches "les plus influents en politique". Avec sa fille Rebekah (femme "la plus puissante" du mouvement conservative [*] selon le site Politico), Mercer a mis des millions au service de l'aile obscurantiste des républicains (à travers la Mercer Family Foundation). Après avoir financé le même genre de réseaux que les Koch, les Mercer ont financé massivement Trump à partir du printemps 2016. C'est Mercer, principal actionnaire de l'imprécateur médiatique Bannon, qui a casé celui-ci auprès de Trump... (Ainsi Bannon est proche d'un hedge fund en dépit de son auréole de "politically incorrect" aux yeux de naïfs "réacs" français, qui l'attendent comme le Messie - lui et l'antenne de son Breitbart News bientôt ouverte à Paris !). Selon la journaliste du New Yorker Jane Mayer, tout l'effort des Mercer vise à obtenir via Trump l'abolition de la législation financière :  "notamment en ce qui concerne les hedge funds, lesquels ont fait leur fortune". 

A partir de ces faits réels, Jane Mayer croit pouvoir dire qu'à l'ère Trump "notre démocratie se transforme en oligarchie". Ses confrères encore plus réalistes diront que c'était fait depuis longtemps ; mais il y a l'évolution et même la disruption (notre note d'hier) que je signalais : l'oligarchie des milliardaires progressistes recule au profit d'une oligarchie de milliardaires obscurantistes. Reste que les milliardaires sont au pouvoir plus que jamais.  Un changement est bien en train de s'opérer à Washington : ce n'est pas celui que M.Trump avait paru promettre.

 

_______________

[1] Laure Murat : "Dans la famille, la battante, l'étoile, c'est la blonde Ivanka, ex-mannequin et femme d'affaires avisée, mieux articulée qu'un moteur de course et amie intime de Chelsea Clinton. Il faut la voir répondre aux interviews, Ivanka. Un robot, pas une hésitation, toujours prête et souriante, elle trace sans efforts et ne cille pas. Le président élu l'a d'ailleurs dit à qui voulait l'entendre : 'Si elle n'était pas ma fille, je sortirais avec elle...' ('I would date her') - comprendre, en langage trumpien : 'je l'attraperais par la chatte'. Ça vous choque ? Ne soyez donc pas si politiquement correct."

[2]  "Lorsque ses enfants parlent de la Trump Organization, raison sociale de l'entreprise familiale, ils disent seulement : 'The Organization'. Comme on dit : 'The Donald'." (id.)

[3]  Ce terme est un faux ami, comme disaient autrefois les profs d'anglais. "Conservative" aux USA n'a pas le sens de "conservateur"  (en français d'avant le globish). Le conservative américain est un tenant du pur libéralisme économique, système dont la logique de profit est de tout déstabiliser en permanence : donc de ne rien "conserver". Marx l'en félicitait dans son Manifeste de 1848... D'après la presse américaine, le hedge fund de Mercer (Renaissance) fut "le pionnier du trading algorithmique" : Attila de la finance mondiale.

 

 

images.jpg

"Would Trump have lied ?"

 

12:41 Publié dans Trump, USA | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : trump

Commentaires

DÉCOUPLAGE URGENT

> "notre démocratie se transforme en oligarchie".
N'y a-t-il pas longtemps que c'est fait? Il suffit de considérer le coût des campagnes électorales aux US (et maintenant ici) pour le supposer.
Oligarchie étatsunienne progressiste ou obscurantiste? Peu importe pour nous qui n'en pouvons mais. Ce que nous pouvons et devons faire, c'est oeuvrer pour tenter un découplage de notre pays d'avec le USA et ses vassaux européens.
Mais qui en a vraiment envie?

PH


[ PP à PH - Vous et moi, c'est déjà ça. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 23/12/2016

@ PP

> Nous, et un petit peu plus. ....je connais un mouvement qui se veut de Libération nationale qui fête son 14 000ème adhérent.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 24/12/2016

NAVRANT

> Plunkett, je ne sais pas quelle est votre foi, pour ne pas voir ce qui crève les yeux :
http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Donald-Trump-s-entoure-de-chretiens-convaincus
http://fr.aleteia.org/2016/12/21/diaporama-le-gouvernement-tres-chretien-de-donald-trump/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
Bon, soyons sérieux. Ces deux articles sont atterrants... autant que certains commentaires (heureusement pas tous ! ) sous le second.

Feld


[ PP à Feld :
1. Ma foi est très sujette à caution : n'ayant fait ni HEC ni Harvard Business School, il me manque l'antidote au "venin du Magnificat". Je ne peux donc me dire que chrétien, le label "catholic" étant réservé aux Young Leaders.
2. Les deux articles en question sont atterrants. Avec une nuance : Liberté Politique est d'une mauvaise foi structurelle depuis l'OPA Billot ; 2. mais Aleteia est de bonne foi, d'où le caractère navrant de cette désinformation... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 27/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.