Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2016

Pour trahir ses électeurs les plus modestes, Mr Trump n'aura même pas attendu d'entrer en fonctions

yahoo_purzder_140708a-800x430.jpg

La nomination d'Andrew Puzder [photo] comme ministre du Travail est un bras d'honneur aux salariés modestes et aux Américains pauvres, victimes de la crise et de l'inégalité galopante :


 

 

L'époque néolibérale est celle de l'accélération constante (la rapidación, comme dit le pape) : autrefois les élus attendaient quelques trimestres avant de faire le contraire de ce qu'ils avaient promis à l'électeur ; désormais ils n'attendent même plus d'être entrés en fonction. M. Trump ne sera investi que le 20 janvier. Dès le 8 décembre, il a nommé ministre du Travail le patron de chaînes de fast-food Andrew Puzder,  connu de toute l'Amérique pour préférer les robots aux salariés. 

Durant la campagne présidentielle, alors que Bernie Sanders prônait le relèvement des salaires horaires au-delà de 15 dollars et que même Hillary "WallStreet" Clinton proposait 12 dollars, M. Puzder était connu pour vouloir le bloquer à 9 dollars (8 euros). Et voilà que M. Trump - qui promettait monts et merveilles aux travailleurs pauvres - nomme M. Puzder ministre du Travail ! Cynisme total, si l'on se souvient que des millions d'électeurs américains avaient voté Trump dans l'espoir de voir relever le salaire minimum.

D'autant que le président élu explique : "Andy Puzder va soulager les PME du fardeau de règlements superflus", ce qui veut dire (en clair) l'abolition des quelques mesures sociales d'Obama : le droit de se faire payer des heures supplémentaires pour 4 millions de travailleurs, le droit aux jours de congé maladie pour les sous-traitants de l'administration fédérale, l'amélioration des conditions de travail, la réduction des discriminations salariales, etc.

Et toute la presse rappelle cette profession de foi de M. Puzder : "Les robots, eux, sont toujours polis. Ils n'interrompent pas le business. Ils ne prennent jamais de vacances. Ils ne sont jamais en retard. Ils ne sont pas victimes d'accidents. Et ils ne crient jamais à la discrimination d'âge, de sexe ou de race..."

Commentaire du maire de New York, Bill De Blasio (Le Monde, 10/12) : "Les salariés américains méritent une augmentation et des syndicats, pas un ministre du Travail qui pense qu'ils sont trop payés et veut les remplacer par des automates."

Commentaire du National Employment Law Project (défense des droits des salariés) : "M. Puzder s'oppose à l'augmentation du salaire minimum et menace de remplacer les salariés des restaurants par des machines. Il renie les lois qui protègent les salariés et les employeurs qui respectent ces lois !"

Du côté démocrate au Congrès, on qualifie cette nomination de "pire agression contre les salariés depuis plus d'une génération".

 

Que diront les "populistes" français ? Ils voulaient voir en M. Trump le pionnier de l'insurrection des humiliés et des offensés  ;  l'obscénité de la nomination Puzder a de quoi les faire réfléchir. Mais sans doute pas tous... Les plus atteints ont déjà laissé tomber le souci de justice socio-économique : l'idole Argent et ses crimes chiffrés, peu leur importe ! En fin de compte, ce qui les excite vraiment (ce qu'ils croient voir en M. Trump), c'est l'irrationnel : le culte obscur, la vieille chanson menteuse du Sang et du Sol. Ils s'engouffrent là-dedans au pas cadencé. Bernanos avait raison : cette droite est malsaine.

 

PS 1 -  À la nomination d'un antisocial au Travail, on peut ajouter celles d'un ex de Goldman Sachs au Trésor, celle d'un banquier spécialiste des faillites au Commerce, celle d'un climatonégationniste à l'Environnement, etc. Sans compter la perspective d'un gigantesque conflit d'intérêts entre la future diplomatie américaine et les intérêts du groupe Trump : Turquie, Géorgie, Arabie saoudite, Dubaï, Taïwan, Corée du Sud... Comme dit un commentateur : "On dirait une version trash de House of Cards imaginée par Endemol".

PS 2 - Ne me faites pas dire que j'aurais préféré Hillary : entre la peste et le choléra il n'y a pas à choisir. Et je ne suis pas un électeur américain.

 

 

 

Sexe et malbouffe : deux pubs Puzder

leggy-heidi-klum-new-burger-commercial-carl-jr-har.jpg

trump

 http://geekandfood.fr/une-bimbo-nue-au-marche-et-un-burge...

 

11:38 Publié dans Trump, USA | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : trump

Commentaires

"RÉELLEMENT IMPORTANT"

> Mais non voyons, ce qui est réellement important, si on en croit nos braves trumpolâtres cathos - ils existent - l'important, ce sont les mœurs ! D. Trump est pro-vie, pro-mariage et pro-famille, vous rendez-vous compte ! Et selon un cofondateur de "La France pour Trump" ou "Comité pro-Trump" [sic], (un philosophe qui a l'art d'opposer "Paul Ricoeur qui écrivait sur l'Homme capable" au pape François "qui écrit sur l'Homme coupable" dans 'Laudato si'), le brave homme se tient "au dessus de la mêlée". Et puis il ne vient pas du monde politique, ce genre de "renouvellement qui manque en France" [sic]. Bientôt la gueule de bois ?
______

Écrit par : Aurélien Million / | 12/12/2016

à Aurélien Million

> Le plus beau est que Trump se fout des bonnes moeurs ! Il l'a montré par ses actes durant toute son existence et le confirmait encore récemment par la parole. La trumpolâtrie de catholiques, c'est "Monsieur Le Trouhadec saisi par la débauche".

ps - Monsieur Le Trouhadec : héros d'une comédie de Jules Romains (1923).
______

Écrit par : Guillemot / | 12/12/2016

BURGER TRASH

> Sur l'énorme beauf (obsédé du cul) qu'est le soi-disant "pro-life" Puzder et son goût crétin pour les pubs de burgers avec bimbos à poil :
http://www.liberation.fr/planete/2016/12/10/roi-de-la-malbouffe-et-des-bas-salaires-voici-andy-puzder-ministre-du-travail-de-donald-trump_1534363
______

Écrit par : churubusco / | 12/12/2016

MALSAINS

> Son leitmotiv en réunion et même avec les médias : "Nos produits sont malsains, jouissifs et décadents et c'est OK comme ça".
Oh le beau défenseur des valeurs traditionnelles non négociables et patin couffin !
(Au fait et à propos des trumpistes gaulois : mort aux cons.)
______

Écrit par : Alban / | 12/12/2016

IMPASSE DE LA DÉMAGOGIE

> Tout cela ressemble malheureusement à un cercle vicieux : écœurés par le personnel politique habituel (dont Mme Clinton semble une représentante caricaturale), bon nombre de citoyens américains se seront jetés sur le premier pitre venu, qui était M. Trump. La déception de ceux-ci risquant d'être cruelle, les politiciens habituels n'auront qu'à se baisser dans quatre ans pour ramasser leurs voix.
En résumé, les démagogues de la trempe de M. Trump risquent fort de n'avoir pas même l'effet positif que pourrait être une remise en question de la classe politique à la suite de quelque revers.
______

Écrit par : Sven Laval / | 12/12/2016

LA BRUTE

> Toute cette bêtise a aussi, visiblement, son aspect (in)esthétique : avec Trump, le mauvais goût et la vulgarité règnent en maîtres, la vergogne est morte et enterrée. En font notamment foi les photos qui encadrent votre note, notamment celle de Mr Puzder lui-même (veste / chemise / cravate / décor : couleurs en folie)...

Alex


[ PP à Alex - Et encore, cette photo doit dater de dix ans... Aujourd'hui il a juste l'air d'une brute, cf. la photo du lien. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 12/12/2016

PERFORMANCE

> Cette vague de nominations pré-investiture relève quasiment de la ...performance, au sens artistique du terme.
A un niveau supérieur dans le foutage de gueule, on ne trouve guère que la nomination d'animaux aux plus hautes fonctions de l'Etat : un cheval sénateur (exemple historique) ou un caniche maréchal de l'air (exemple plus récent...).

Ps : il faut absolument prévenir la dame qui figure sur la première photo du bas. Si elle continue à se nourrir de la sorte, sa plastique risque d'en prendre un sacré coup.
______

Écrit par : Feld / | 12/12/2016

PUBS

> Allez Feld, j'ose: elle est déjà en plastique alors....
Bon, ok, c'est facile...
Au passage, si certaines tapent sur cette pub sexiste (ce qu'elle est), elles ne disent rien sur tant d'autres pub a connotation sexuelles mais faites par des société appartenant à Mme Badinter....Cette dernière à même fait condamner, il me semble, des militantes qui taguaient ses affiches dans le métro.
______

Écrit par : VF / | 14/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.