Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2016

Inanité sonore : le discours du président de la République

urp5ul-HC.jpg

Toujours du vent :


 

 

M. Hollande se ressaisit (nous apprend le quotidien Libération, qui lui non plus ne se sent pas bien). Sous le patronage atlantiste de la Fondation Jean-Jaurès et de Terra Nova, le président de la République a prononcé hier un amphigouri qui a - paraît-il - préfacé son inéluctable campagne présidentielle. On nous prévient que ce discours a fixé les thèmes de la campagne. Notamment ces deux-ci :

1.  la France serait "une idée plus qu'une identité" ;

2.  M. Hollande serait le garant de notre "cohésion".

Le thème 1 ne veut rien dire.

Le thème 2 contredit le thème 1.

 

Proclamer que la France est "une idée" ne veut rien dire. Une nation est une société vivante (le fameux "vivre-ensemble", expression pas si nulle que ça). Et le vivant ne s'idéologise pas ! D'où l'absurdité des querelles sur "l'identité nationale"... Prétendre en outre - comme M. Hollande - que l'idée de France "date de 1789", c'est ignorer que des écrivains du début du  XVe siècle [*] parlaient déjà de cette nation comme d'une entité vivante, surplombant les classes sociales et distincte du trône ! (Nous sommes gouvernés par des gens qui appellent l'histoire un "bourrage de crânes", comme dit Mme la ministre de l'Education nationale).

 

Quand on dit que la France est "une idée", on ne peut pas se poser en garant de la "cohésion" nationale ! Car le propre des idées est d'être sujettes à controverse... Comment obligerait-on les habitants de l'Hexagone à adhérer à l'idée que le parti Z ou le parti Y se font de la France ?  Sans parler de M. Mitterrand qui disait : "la France est la patrie mais l'Europe est l'avenir"...  Divisions garanties à l'infini !

 

Ces questions sont d'ailleurs relativisées par le fait que le gouvernement, depuis des années, ne dit plus "la France" mais "la République" : ou plutôt "les valeurs de la République", et les "valeurs" dont il parle ne sont plus celles (politiques) de 1789 mais celles ("sociétales") de 2012, issues de la pub...

L'idée que M. Hollande se fait de la France repose donc sur du vent. Sitôt prononcé, son discours était un aboli bibelot d'inanité sonore ; il n'a intéressé personne sinon les éditorialistes.

 

____________

[*]  Alain  Chartier : Quadrilogue invectif, 1422.

 

Commentaires

DU PUR B.H.L.

> "une idée plus qu'une identité" mais c'est du pur BHL! Tout simplement!
Il se trouve que je suis en train de lire son 'Idéologie Française' que je voulais comparer à la 'Mythomanie Polonaise' de J. Brafman, livre prêté par une connaissance commune.
Tout ce qui est communauté humaine concrète est pour BHL du fascisme, du nazisme même.
Son livre transpire de haine moins pour Gobineau et Drumont ou Darquier de Pellepoix que pour Barrès, Péguy, Bernanos ou Mounier, dans les attachements desquels il voit la source de l'antisémitisme des premiers.
Et bien entendu toute dénonciation de la financiarisation de l'économie est amalgamée à de l'antisémitisme.
La famille de pensée à laquelle BHL se rattache est le fournisseur mental du monde libéral-libertaire.

PH


[ PP à PH - Cette idéologie identifiant le concret au mal est la forme d'imbécillité la plus désolante. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 09/09/2016

> La France une "idée"...
Péguy doit se retourner dans sa tombe !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 10/09/2016

LA FRANCE N'EST PAS UNE IDÉE

> Dire que "la France est une idée" est pire que se faire une idée de la France.
Se faire une idée de la France est une manière subjective de la regarder, mais c'est encore la regarder comme une réalité.
Dire que la France est une idée relève de l'idéalisme philosophique, c'est dire que la France est une abstraction, c'est en nier la réalité.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 10/09/2016

MONDES

> Vous vivez dans un monde et Monsieur Hollande dans un autre.
Pour le vôtre, je ne vais pas m'étaler.
Pour son monde, il se "cache" dans les boîtes à idées "Jean-Jaurès" et "Terra-Nova", dans la notion d'idée sans identité et de cohésion à l'aide d'un homme, dans l'idée que la France date de 1789. Vous vous étonnez que le parti Y ou Z force les habitants à adhérer à leur idée de la France.
C'est ce qui se passe maintenant, tous les jours et au grand jour.
Je pense à la notion de "Lumière" telle que Voltaire l'a décrite. "Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne." Le petit nombre dont il parle est ce que je comprends sous le terme de "Lumères" à son époque.
Elle me suffit pour dire que le second thème de campagne est un reflet de l'idée de "Lumières" selon Voltaire.
Ces "Lumières" travaillaient fièrement selon la méthode dite de "La Raison". Dès que l'on avait une idée couchée sur papier, on avait trouvé la vérité absolue.
Si le parti Y ou le parti Z a une idée de la France, c'est meilleur que tout ce que nous pourrions en dire car basée sur "La Raison". Le premier thème de campagne de F Hollande marque qu'il a une meilleure idée que nous de ce qu'est la France puisqu'il se base sur la méthode de "La Raison".
Cette méthode permet également d'établir des boîtes à idées qui sont, à mes yeux, les pendants des théologiens catholiques. Leur travail leur permet d'avoir la bonne direction à donner à ce pays car il suit la méthode de "La Raison".
Je suis en désaccord total et radical avec la vision du monde de Monsieur Hollande mais sa vision du monde est cohérente. Elle est celle des "Lumières".
Après, je suis d'accord avec vous que cette méthode est vraiment en bout de course. La distance entre le travail de bureau (nommée "Méthode de la Raison") et la vie est devenue intolérable.
______

Écrit par : DidierF / | 10/09/2016

UN ROI ?

> Je suis de plus en plus convaincu qu'à terme (10, 20 ans, une ou plusieurs générations ? ) la France aura à nouveau un monarque héréditaire à sa tête.
Aucune nostalgie de l'Ancien Régime (qui a préparé la Révolution...) de ma part. Simplement le constat que le régime républicain - pas que la Vème République ! - est à bout de souffle, qu'il est incapable de tracer un véritable destin pour la France. Finalement : la République n'est peut-être qu'un accident de l'Histoire pour notre pays...
Fondamentalement, le monarque héréditaire ne conquiert pas le pouvoir. Il le reçoit, comme une charge qu'il n'a pas méritée...et pour laquelle il n'a pas toujours été préparé (le cas de Louis XVI est assez flagrant). Le "monarque républicain" (ou assimilé : même problématique pour les deux Empires...) reste en place tant qu'il est le plus fort. Le roi peut être battu, rebattu, fait prisonnier, devenir fou, ... il reste le roi, quoi qu'il arrive (enfin presque lol).
L'être le plus ambitieux, au sein du personnel politique, sait qu'il y aura toujours quelqu'un au-dessus de lui. D'un côté : un roi qu'il sait qu'il n'a pas mérité son trône ; de l'autre, des hommes qui savent qu'ils n'atteindront jamais la première place : dans l'épure, cela ne peut que favoriser l'esprit d'humilité de part et d'autre !
Les rois de France ont souvent été des êtres faillibles, à divers titres (ainsi Philippe Auguste, qualifié par je ne sais plus qui de "Staline perdu dans une chanson de geste"). Mais, sauf erreur de ma part, tous (je mets de côté de Louis-Philippe, le "roi des Français") étaient convaincus de tenir leur pouvoir du Très-Haut. Et aucun n'a été totalement indifférent au sort de son peuple.
Non, c'est clair, la nation française n'est pas née en 1789. Comme pères fondateurs (entre autres...) un psychopathe asexuel et un DSK avant la lettre (Robespierre et Danton, c'est ça, quand même...), on fait mieux, non ?
Pour ne pas sombrer, la France devra se réconcilier avec elle-même, avec son histoire. Les "barbares" qui nous envahissent, qui sont aussi nos frères, nous rappellent que nous sommes des chrétiens, que nier ce à quoi nous hommes appelés
ne pourra qu'attirer leur mépris et leur haine.
Plus qu'un retour des Bourbons sur le trône de France (ce clone de Macron qu'est le chef légitime de la maison de France, je ne le sens pas du tout), je vois l'instauration d'une "quatrième dynastie", dont le fondateur serrait éventuellement issu des rangs des nouveaux venus sur notre sol...
La France est un être vivant, donc mortel. Mais elle a trois "anges gardiens" : la Très sainte Vierge Marie, respectée de tous les musulmans de la planète, Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qui a fait ch... toute le monde pour se voiler dès l'âge de 15 ans, et Sainte Jeanne d'Arc, qui savait ce que se battre vouait dire.
Non, la France ne crèvera pas comme ça !
______

Écrit par : Feld / | 10/09/2016

à Denis

> Amitié !
______

Écrit par : PP à Denis / | 10/09/2016

HOLLANDE HORS SOL

> Certains chanteurs chantent en "yaourt". Monsieur Hollande, lui, pédale consciencieusement dedans depuis des années, espérant dramatiquement qu'il va en sortir quelque chose de consistant. Mais, en dépit des efforts, ce ne sont que des nuées qui s'échappent du chaudron...
D'idée creuse en idée creuse, le projet présidentiel (?) est hors sol, en quasi apesanteur. Comment se fait-il qu'il y ait encore tant de gens pour adhérer à ce soufflé, creux, insipide et non comestible ? Peut-être une fascination enfantine pour les spectacles de marionnettes ?
______

Écrit par : Réginald de Coucy / | 11/09/2016

MACRONPRINZ

> Et si François Hollande était une idée de la "gauche du réel", en fait une idée du courant néolibéral triomphant?
En tout cas, voilà une bien mauvaise idée!
Changeons de perspective: un roi ? Attention ! Il pourrait bien devenir une idée de plus d'un courant dominant à l'imagination très fertile. Un roi issu de la Corbeille, une nouvelle idée d'Emmanuel Macron !

PlB


[ PP à PlB - Macron qui, justement, fait beaucoup dans la fleur de lis... On aura tout vu dans le registre du N'Importe Quoi.
Quand on se souvient pourtant que c'est la finance (entre autres) qui a mis fin à la Restauration... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierronne la Bretonne / | 12/09/2016

MALLARMÉ

> Parfaitement d'accord avec vous, cher Patrice de Plunkett, sur le fond.
Un détail: citer à ce propos "Aboli bibelot d'inanité sonore", c'est trop flatteur pour Hollande et un rien irrespectueux pour Mallarmé.
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 12/09/2016

XIV

> Et que les monarques ont toujours eu des relations ambivalentes avec le monde de la finance (cf les soucis de Louis le quatorzième...).
______

Écrit par : VF / | 12/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.