Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2016

2015, année la plus chaude jamais enregistrée...

climat,pape françois

Souvenons-nous d'une encyclique qui parle comme les climatologues (et qui étrille sévèrement les "dirigeants" des Etats) :


 

 

Peut-on prier la droite catholique française de ne plus s'hystériser sur trois mots du pape détournés de leur sens ? et de vouloir bien découvrir (avec un an de retard) les deux cents pages de l'encyclique Laudato Si' ?

Document fondateur de l'écologie intégrale chrétienne, cette encyclique diagnostique avec sûreté le ravage environnemental. Elle consacre plusieurs pages au changement climatique, dont elle ne met en doute ni la réalité, ni les causes économiques. (Ce qui a enragé les derniers climato-négationnistes français, comme on va le voir dans quelques semaines avec la parution d'un livre "catholique" fabriqué dans les officines du productivisme agro-alimentaire).

Les officines ont tort. Le rapport publié le 2 août par la NOAA [*] américaine (organisme scientifique au-dessus de tout soupçon)  établit que 2015 a marqué une étape redoutable dans la dégradation du climat de la Terre. Surchauffe des océans ; plafonds pulvérisés de production de CO2, méthane et protoxyde d'azote ;  érosion inédite de la biodiversité ; événements climatiques extrêmes... L'année dernière fut la plus chaude enregistrée depuis le début des mensurations scientifiques en 1861.

Interrogés par les médias, des climatologues aussi indiscutables qu'Hervé Le Treut (INSPL, Polytechnique) ou Martin Beniston (université de Genève) constatent que le réchauffement global est désormais "comme un TGV lancé à pleine vitesse".

Les climatologues constatent aussi l'imposture des gouvernements  : rappelons-nous leur cirque à la fin de la COP 21. Cette imposture est à son comble. Jamais le monde n'a été plus loin (en pratique) d'une action  des Etats pour changer les causes économiques du dérèglement climatique ! Cette carence des dirigeants politiques n'étonnera personne, puisque les barnums pseudo-climatiques internationaux sont financés par les multinationales... dont les intérêts s'opposent à ce qu'aucune décision concrète soit jamais adoptée. Ce n'est pas moi qui le dis : c'est l'encyclique - comme je le soulignais déjà l'an dernier en ouvrant les Assises chrétiennes de l'écologie (août 2015).

Mais chacun sait qu'au lieu de perdre son temps à s'occuper du bien commun de l'humanité, le pape ferait mieux de prêcher la guerre civile religieuse en Europe...

 

_______________

[*] National Oceanic and Atmospheric Administration.

 

 

Commentaires

POUR LA COP 21

> Si je suis très largement d'accord (en commençant par l'urgence de la situation climatique : le changement climatique est largement un phénomène d'hystérésis et le TGV climatique ne s'arrêtera pas seulement avec des déclarations d'intention) et que je suis très lucide sur les résultats de la COP 21 (que j'ai eu l'occasion de voir de très près), je me permets un désaccord respectueux mais ferme : non, la COP 21 n'a pas servi à rien - et elle n'était pas le lieu d'une action des États puisque son objet était de faire émerger une gouvernance mondiale des questions climatiques, de ce point de vue, elle a bien été un succès puisqu'elle a posé des fondations plutôt robustes sur lesquelles nous pouvons bâtir collectivement.
Répéter en boucle qu'on ne fait aucun progrès n'aide pas beaucoup à en faire.
______

Écrit par : Monsieur Jean / | 04/08/2016

PAS D'ACCORD

> Il y a dans l'idée du dessin illustrant l'article, où l'on voit des hommes tenter de sauver la planète, la même hubris que dans l'idéologie de la croissance mais à un degré encore plus délirant.
L'idéologie du sauvetage de la planète fera encore plus de dégâts sur l'environnement que toute autre idéologie.
On est très loin d'entrevoir la porte de sortie de la stupidité infinie de la modernité.

Renaud


[ Renaud
- Nullement. Veuillez lire l'encyclique 'Laudato Si' et consulter les rapports scientifiques...
- La seule idéologie dominante aujourd'hui est l'utopie du Règne des Marchés. Ce sont d'ailleurs ses chiens de garde qui répandent la peur fantasmatique envers l'écologie. Peur des pompiers, diffusée par les incendiaires. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Renaud / | 04/08/2016

QUE FAIRE

> Et ça continue en 2016 , tous les records de chaleur sont battus, en Antarctique le permafrost fond, du méthane et des bactéries sont libérées .....
La carence des gouvernements ne pourrait elle être attaquée en justice pour mise en danger de la vie d'autrui ? Un groupe de jeunes Américains a bien attaqué un Etat pour ne pas agir et compromettre leur avenir.
Et les gens continuent à mettre en premier le terrorisme comme sujet d'inquiétude, alors qu'il ne tuera jamais autant de personnes que la pollution et le réchauffement climatique ....
Que faire ?

NL

[ PP à NL - Que faire : informer, informer, informer ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Nathalie Larnicol / | 05/08/2016

à 'Monsieur Jean' :

> Vous avez certainement raison, il y a des bases depuis la COP 21, mais il y a urgence : nous devons commencer à diminuer la production de CO2 avant 2020 , or la production de CO2 continue à augmenter et n'est pas près de diminuer puisque le gouvernement ne cesse de soutenir des projets climaticides comme NDDL ou Europa City et ne fait rien pour expliquer aux gens qu'il faut faire des économies d'énergie dans tous les domaines. Je ne vois toujours pas ce que la COP 21 a modifié.
______

Écrit par : Nathalie Larnicol / | 05/08/2016

DISCUSSION

> Réponse à la réponse de Patrice de Plunkett :
Vous n'avez pas compris ce que j'ai dit.
Par exemple, dans le dessin les hommes sont à une échelle disproportionnée révélatrice de l'hubris de l'idéologie du sauvetage de la planète.
Sauver le monde c'est ce que propose les idéologies qui font le plus de mal et il en sera de même avec l'écologie en tant qu'idéologie.
Si on distingue entre "la planète" et "le monde" c'est encore révélateur de l'hubris où la planète est vue comme un système isolé mécanique réparable et contrôlable.
Le christianisme est censé protéger de l'hubris puisque c'est Dieu qui sauve le monde et la personne, et jamais l'un sans l'autre.
L'écologie peut être la meilleure comme la pire des choses.
S'il s'agit de cesser de nuire c'est la meilleure et s'il s'agit de sauver la planète c'est la pire.
L'homme face à la planète est comme l'homme face au génome, sa volonté de maitrise y est malfaisante.

Renaud


[ PP à Renaud :

Mais si, j'avais compris, et je ne partage pas cette volonté de voir dans l'écologie un danger comparable à la manipulation du génome.
Tous les écologistes que je connais (les écologistes réels : pas ceux des fantasmes de Ferry et Bruckner) combattent l'artificialisation du vivant.
Le meilleur livre sur ce danger (et sur ses causes économiques, dont les conservateurs s'abstiennent soigneusement de parler) est publié par les plus radicaux des écologistes et des critiques de la technolatrie : les militants de 'Pièces et Main d'oeuvre' à Grenoble.
Le plus médiatique des écologistes, José Bové, est en guerre contre la GPA-PMA et toutes les formes de manipulation de l'humain...
Ne pas tenir compte de ces faits, serait devenir objectivement complice des ravageurs : c'est-à-dire des tenants du système économique que combat 'Laudato Si'... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Renaud / | 12/08/2016

DISCUSSION

> Tout en reconnaissant l'urgence écologique, il n'est pas sur que la focalisation sur le climat soit un bon angle d'attaque, et ce pour plusieurs raisons sérieuses:
- Des lobbies économiques considérables se servent de la transition énergétique et apportent de fausses solutions (comme le photovoltaïque).
- Il subsiste une marge d'incertitude sur la part anthropique du réchauffement. Tant qu'on aura pas expliqué les variations climatiques passées et leur lien avec le CO2, il y aura toujours des contestation, et pas toutes de mauvaise foi.
- Il y a d'autres urgence: pollution et déchets, destruction de milieux naturels. Ces dégâts peuvent se continuer si on réduit le CO2. En sens inverse, si on les freine, on réduira mécaniqument la production de CO2.
- le débat sur le CO2 occulte les autres urgences au yeux du public.

PH


[ PP à PH - Vous l'avez souvent fait cette objection, et je ne vois pas de raison de modifier ma réponse :
1. Il n'est pas question de se "focaliser" sur le climat. Il est seulement question de cesser de nier une partie de la réalité objective, constatée semestre après semestre par les centres de recherches les plus indiscutables.... Laissons les scientifiques travailler : c'est ce que fait "Laudato Si'.
2. L'argument de votre réticence envers ces travaux (les variations climatiques passées) est pris en compte par ces scientifiques, en particulier par les glaciologues : c'est précisément par rapport à ces données du passé qu'ils constatent le caractère inédit (exorbitant) du changement climatique contemporain ! Consulter notamment les travaux de Jouzel.
3. Contester le facteur anthropique contredit la recherche scientifique. C'est l'attitude anti-rationnelle de ceux qui refusent l'idée que l'Homme puisse commettre la moindre faute... (ils vont ainsi au contrepied non seulement des faits politiques et économiques, mais de la révélation judéo-chrétienne).
4. Le fait que des intérêts économiques et financiers manipulent les barnums climatiques internationaux (pour les empêcher de prendre de réelles décisions !) ne prouve pas l'irréalité du problème climatique : il prouve la réalité de la piraterie globale. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 15/08/2016

@ PP

> Loin de moi de dire que vous vous focalisez sur le seul CO2; hélas, les grands médias et les "barnums" climatique, eux le font, et ce sont eux qui façonne l'opinion. D'où l'importance, chacun à notre place, de mettre l'accent sur les autres questions écologiques périlleuses à plus court terme.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 20/08/2016

@ PP

PATRIMOINE

> Illustration de mon propos sur:
http://www.sppef.fr/2016/08/17/le-canard-enchaine-du-17-aout-2016-un-decret-royal-met-en-peril-le-patrimoine/
ce seront des bâtiments défigurés, des techniques traditionnelles abandonnées, des matériaux industriels à produire... au nom de la lutte contre le CO2.

PH

[ PP à PH - Cette question est également abordée et illustrée dans le dernier numéro du 'Canard enchaîné'. Mais que des intérêts économiques privés (BTP) et leurs "contacts" officiels s'emparent du problème climatique, n'empêche pas ce problème d'exister et d'être gravissime. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 20/08/2016

ÉROSION MARINE

> Et si, avant de conclure hâtivement à un énième clochemerle sur ce petit article à portée locale (bien que la notoriété de l'intervenant passe les côtes médocaines), nous nous demandions plutôt si nous, pays riche, sommes en capacité de gérer un effet immédiat, indéniable dès aujourd'hui même par le plus ultra des climato-négationnistes ?
http://www.sudouest.fr/2016/08/27/erosion-marine-l-urgence-s-affirme-2480140-3193.php
______

Écrit par : Aventin / | 29/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.