Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2016

C'est l'heure d'ouvrir de nouveaux espaces à l'Esprit Saint

Le-Pape-François.jpgPour mieux comprendre l'action du pape François, il faut lire et ruminer le livre d'Austen Invereigh et Natalia Trouiller Comment répondre aux questions brûlantes sur l'Eglise (éd. Emmanuel) :


 
 

 

"...Ce livre s'adresse à tous les baptisés qui veulent pouvoir établir un dialogue respectueux te fructueux plutôt qu'une polémique stérile. Il leur donnera quelques pistes pour déceler, derrière les slogans assénés, la soif spirituelle gigantesque de nos contemporains. Et peut-être même pourra-t-il ouvrir de nouveaux canaux à la vôtre..." (préface de Natalia Trouiller).

 

Extraits :

 

<<  Si on ne prend pas la parole, personne ne nous la donnera. Le cadre libéral contemporain, pour des raisons qui seront discutées au chapitre 2, fait que plus l'Eglise parle, plus elle se fait accuser d'interférer ou de chercher à imposer sa vision des choses. Ce contexte nous appelle à une parrhèsia*, à un courage apostolique, à avoir l'audace de nous exprimer. Le pape François avait appelé à cette parrhèsia lors de sa brève intervention devant les cardinaux, quelques jours avant le conclave à l'issue duquel il avait été élu. Il avait alors décrit le choix qui s'offrait à l'Eglise : se replier anxieusement sur elle-même ou avoir l'audace d'évangéliser. L'évangélisation, a-t-il dit, "présuppose dans l'Eglise la parrhèsia de sortir d'elle-même [...] et d'aller vers les périphéries, pas seulement géographiques, mais également celles de l'existence : celles du mystère du péché, de la souffrance, de l'injustice, celles de l'ignorance, de l'absence de foi, celles de la pensée, de toutes les formes de misère..." 

Lors de  la canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II, en avril 2014, il avait fait l'éloge de "ces deux hommes  courageux remplis de la liberté et du courage (parrhèsia) du Saint-Esprit, [qui] ont rendu témoignage à l'Eglise et au monde de la bonté de Dieu, de sa miséricorde."

Telle est la qualité dont l'Eglise a le plus besoin actuellement, selon le pape François. Ce dernier est d'ailleurs devenu le plus prolixe des papes modernes. Il prend la parole malgré toutes les peurs qui pourraient l'en empêcher : peur d'être manipulé par les médias, peur de nuire à la dignité de sa fonction, d'être mal compris, de désorienter les catholiques. Il interprète ces peurs comme autant de tentations de l'esprit du mal... 

Lorsque le pape encourage à la parrhèsia, c'est parce qu'il est convaincu que l'Esprit Saint lui-même dirige l'Eglise, et que sa mission de pape est de Lui permettre d'agir plus librement, en ouvrant de nouveaux espaces, surtout dans les sphères traditionnellement allergiques à l'Eglise... >>

 

______________

* parole de vérité.

 

Commentaires

TRÈS BON LIVRE

> Merci de signaler ce très bon et très utile livre.
Un peu avant l'extrait que vous citez il y en a un autre qui dit :

« Ne vous énervez pas. Recadrez... En recadrant, on dit autre chose. Cela ne fonctionne que si l'on substitue à une image fausse une image plus authentique. "Les idées fausses peuvent être réfutées par l'argumentation", dit le Bienheureux cardinal John Henry Newman, "mais seules les idées vraies peuvent les faire disparaître." Nous voulons aider les gens à mieux comprendre ce que défend l'Eglise, et pourquoi. Nous cherchons à proposer de nouvelles façons de voir les choses. Notre but, c'est la compréhension. »
______

Écrit par : Emmeline / | 05/08/2016

à Emmeline

> Oui, "notre but c'est la compréhension" : faire comprendre la façon chrétienne de voir les choses.
Pour cela il faut d'abord la faire sienne. Comprendre que la façon chrétienne de voir n'est pas un "marqueur identitaire" mais le geste du bon Samaritain.
Dans l'Evangile Jésus ne nous donne pas le choix entre l'attitude du Samaritain et celle du prêtre et du lévite, bons nationaux-religieux conservateurs des "valeurs de toujours" qui incluent de ne pas se souiller au contact d'un mort. (Tant pis pour lui s'il n'est pas encore tout à fait mort).
______

Écrit par : B. d'Ibelin / | 05/08/2016

UNE PISTE

> Ce n'est pas directement lié mais j'ai trouvé cet article intéressant. Il indique peut-être une piste sur ce que pourraient apporter les chrétiens à un monde déboussolé :
http://mobile.nytimes.com/2016/08/09/opinion/the-great-affluence-fallacy.html
______

Écrit par : Luc / | 12/08/2016

"recadrage"

> j'aime bien cette exigence, cela me rappelle une homélie que j'avais entendue sur "...tendez l'autre joue", de façon synthétique :
Paroles à ne pas prendre au sens propre [comme on l'entend trop souvent] mais au sens figuré (imagée, comme le faisais le + souvent le Christ) :
Si vous prenez un coup c'est que votre parole n'a pas été comprise ; donc tendre l'autre joue c'est la reformuler par une autre "face" (différemment).
______

Écrit par : franz / | 16/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.