Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2016

Il n'y aura pas de "guerre civile religieuse" en France [2]

François-et-colombe.jpg

Les catholiques croyants sont unanimes :


 

Un spectre hante plusieurs journaux : « Les attentats risquent de renforcer l'idée d'une France exclusivement chrétienne » [1]. D'où la question - apparemment anxieuse - posée par Libé à Philippe Portier, historien, sociologue et directeur d'études à l'EPHE [2] : «L'événement tragique de Saint-Etienne-du-Rouvray n'est-il pas en train d'aviver le débat sur les "racines chrétiennes de la France" ? »

Philippe Portier répond avec des précisions et des nuances. Elles ne satisferont pas le politiquement correct, qui veut que la France soit au bord d'une "guerre civile des religions"  - et que ce soit par la faute exclusive des religions, bien entendu.

Elles ne satisferaient pas non plus  (s'ils lisaient Libération) nos athées pieux, qui sont - quant à eux - au bord de souhaiter un contre-djihad identitaire... O crux ave, spes celtica !

Que dit Philippe Portier ? extraits :

1.  Le thème de la guerre chrétiens-musulmans est un pur produit de l'islamisme et de clivages socio-confessionnels n'existant qu'au Levant : «La littérature de Daech est dans l'essentialisation... Ses idéologues parlent de "croisés", notion dans laquelle ils incluent ceux-là même qui se revendiqueraient athées.»

2. « En essentialisant l'adversaire, [Daech] en fait l'ennemi "occidental, chrétien et libéral". » Or ce triple label  - "occidental-chrétien-libéral" -  est accepté et endossé par nos athées pieux (justifiant ainsi la rhétorique d'islamistes qu'ils prétendent combattre)... alors qu'il s'agit d'un double oxymore : le christianisme réel est en effet de moins en moins occidental, et l'Eglise réelle fait les plus graves réserves sur le libéralisme.

3. « Dans le discours politique, la thématique des "racines chrétiennes" est apparue depuis une vingtaine d'années. Surtout à droite... Même Alain Juppé [...] écrit : "Nous sommes chrétiens, pourquoi devrions-nous en avoir honte ?" »  Apparaître aujourd'hui dans le discours politique veut dire (pour une "thématique") perdre toute signification. On sait ce que valent les paroles de M. Juppé, qui demandait quasiment (en 2009) des mesures contre Benoît XVI... Le "christianisme" vu par la classe politique n'est pas le christianisme : c'est un autre nom du vague nuage des "valeurs de la République", de plus en plus mouvantes et indéfinissables [3] ; un "christianisme" sans raison d'être puisque sans le Christ ressuscité. Quand un politique dit : "racines chrétiennes", c'est seulement pour rassurer une fraction (déboussolée) de son électorat ! Ainsi M. Sarkozy, immortel auteur du "ça coûte pas cher" ; ou M. Hollande, qui s'est retrouvé l'autre soir à la cathédrale de Paris comme Paul Reynaud (et tous ses ministres) en mai 1940.

4. « Le pape François parle avec beaucoup de modération des "racines chrétiennes" de l'Europe. Il considère que plusieurs cultures ont fait le Vieux Continent...»  Premier pape non-européen moderne, Jorge Bergoglio a l'esprit libre et regarde en face la réalité, qui est la situation très minoritaire des chrétiens croyants en France et en Europe : situation qui devrait faire de nous les missionnaires de la nouvelle évangélisation, et non les gardiens (armés) d'un cénotaphe.

 

L'Eglise en France - évêques, prêtres, laïcs - rejette unanimement toute idée de "guerre des religions". Nul ne peut l'ignorer. Ceux qui rêvent d'un contre-djihad "catholique" sont donc en rupture avec l'Eglise, même s'ils empruntent le labarum de Constantin au magasin des accessoires ! D'autant qu'ils couvrent d'insultes [4] le pape et les évêques sur les réseaux sociaux...

Les médias ne nous épargnent pas la perspective d'un "Breivik français". On n'en voit pas trace pour le moment. Mais si ce désastreux personnage devait venir, indiquons d'avance qu'il ne viendrait pas du monde catholique croyant. Dès les lendemains du massacre de 2011 en Norvège, l'enquête établissait que son auteur vomissait l'Eglise et n'avait de "chrétien" que la croix templière qui lui servait de croix gammée (cas-limite de piratage de symbole)... Si demain un attentat était commis en France contre les musulmans, les catholiques se lèveraient en bloc pour dire : "Pas en notre nom !"

 

ps - Tout serait clair si les athées pieux avaient le courage de naviguer sous leur vrai pavillon au lieu d'usurper celui du catholicisme. Leur invocation des "racines chrétiennes" - pour les opposer à "l'islam" - n'est dans leur esprit qu'un angle pour s'en prendre aux immigrés. Cette posture pseudo-religieuse ne camoufle-t-elle pas, en fait, la nostalgie d'une homogénéité ethnique disparue ? Si c'est le cas (et pour le vérifier il suffit de fréquenter les réseaux sociaux), il y a là une contradiction explosive. Car l'ethnicisme et le christianisme catholique sont incompatibles. Comme le rappelait Vatican II citant la tradition de l'Eglise, "l'unique peuple de Dieu est présent à tous les peuples de la terre, empruntant à tous les peuples ses propres citoyens... Tous les fidèles dispersés à travers le monde sont, dans l'Esprit Saint, en communion avec les autres et, de la sorte, celui qui réside à Rome sait que ceux des Indes sont pour lui un membre." Car "la catholicité de l'Eglise intègre toutes les composantes de l'humanité..." (Michel Sales, Le corps de l'Eglise, Communio-Fayard 1989). Les athées pieux ne veulent pas se l'avouer. En revanche, d'autres ethnocentriques ont assumé cette évidence et rompu avec l'Eglise : ils sont cohérents.

 

________________

[1]  titre de Libération, 28/07.

[2]  auteur de  L'Etat et les religions en France  (Presses universitaires de Rennes, 2016).

[3]  Lorsque Philippe Portier affirme que face au risque de conflit le seul "dénominateur commun" de la société réside dans "les valeurs républicaines", il ne fournit pas une solution. Il souligne un problème... En effet, les "valeurs républicaines", déjà floues en elles-mêmes, sont en proie depuis quelques années à une série de mutations sous l'effet d'une double pression : interne (les idéologies de la déconstruction) et externe (la formidable pression de la disruption économiciste et technolâtrique, qui disloque toute structure sociale).

[4]  Certains (les seniors), depuis quarante ans. D'autres, les juniors, depuis 2014.

 

 

19:53 Publié dans Idées, Religions | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : religions

Commentaires

PAS SÛR

> Il est certain que, dans la bouche des hommes de Daech, « Occident chrétien , «croisé », s’applique à tout l’Occident, Europe et Amérique confondus, croyants et athées mélés.
Toutefois je ne vois pas du tout que le concept « libéral », accolé ou non aux autres définitions de leur ennemi prioritaire (enfin, peut-être après les chiites, quand même !) entre si peu que ce soit dans leur sémantique et encore moins leur représentation négative de l’Occcident. Pas sûr même que le libéralisme soit entré dans leur champ de vision et très probablement, à l’image des hommes d’affaires séoudiens ou qataris qui les soutiennent, ils n’y verraient certainement aucun mal.
Par ailleurs,je crains autant les effets délétères d’une islamophilie compulsive de certains chrétiens que les dérapages concrets de ceux qui sont mus par un anti-islamisme obsessionnel, dont tous n’entrent pas dans la catégorie des « athées pieux » ; ne serait-ce d’ailleurs que parce que la naiveté des premiers peut contribuer à faire sortir les seconds des limites acceptables.

Girondin


[ PP à Girondin :

1. Sur "l'islamophilie compulsive" et son symétrique inverse, l'islamophobie "obsessionnelle" : vous avez parfaitement raison de souligner qu'il s'agit d'une même fausse monnaie, recto-verso.
► Une chose est de respecter autrui (en l'occurrence le croyant musulman) et de poser des actes de fraternité comme les papes le font depuis des dizaines d'années, attitude qui est celle des évêques et des prêtres français : face aux atrocités du djihadisme, la seule réponse chrétienne est de mettre en oeuvre l'Evangile. Trahir celui-ci au nom d'une "défense" (?) du "catholicisme" serait une obscénité.
► Mais tout autre chose serait de détourner cette démarche évangélique pour relativiser la divinité du Christ, seul Sauveur de l'humanité. Certains le voudraient... Ils sont les nostalgiques (peu nombreux) d'une vieille autodestruction de la foi, entreprise en France dans les années 1970-1980 et vouée à s'éteindre dans la honte. Par ailleurs, quiconque connaît des musulmans croyants (je ne parle pas des e-djihadistes) connaît leur mépris, total et justifié, envers les agnostiques se prétendant chrétiens.

2. Sur le label "libéral" : j'ai moi aussi été surpris que Philippe Portier fasse des dijhadistes des anti-libéraux. Ça pourrait se comprendre (d'une certaine façon) s'il prenait "libéral" dans le sens moral. Mais pas s'il le prend dans le sens économique, ce qui semble être le cas... En effet, les manipulateurs du djihad pratiquent le business : on le voit avec le pétrole en Libye et en Irak, et on l'a vu avec la famille Ben Laden (ou bien d'autres). Et ils utilisent à fond les mécanismes d'intérêts du libéralisme occidental : comme disait Lénine, les Occidentaux "nous vendraient la corde pour les pendre", c'est l'esprit même du libéralisme.
- D'où l'ineptie de nos "libéraux conservateurs" ! Mais le fait est là : ils sont, à la fois, partisans du casino économique actuel (qu'ils voudraient encore plus dérégulé)... et persuadés d'être des hommes-de-fer-de-l'Occident, arme au poing face aux Sarrasins ! Feuilletez 'Valeurs actuelles' et vous verrez ce que je veux dire. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Girondin / | 29/07/2016

ÉQUILIBRER

> Merci très chaleureusement et pour le texte initial et pour la très éclairante réponse à Girondin.
Les deux petites flèches du point 1 de cette réponse méritent de ne jamais être dissociées. L'équilibre qu'elles dessinent nous fait échapper à la fois à une obsession "identitaire" qui oublierait la fraternité proprement chrétienne, et à une générosité vague qui sombrerait dans le relativisme.
Oui, "la seule réponse chrétienne est de mettre en oeuvre l'Evangile".
Face au terrorisme islamiste comme face à tous les totalitarismes et face à toute oppression ou épreuve, la seule solution est encore et toujours que nous devenions, aidés par l'Esprit, de plus en plus profondément, de plus en plus authentiquement chrétiens.
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 30/07/2016

À SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY

> Excellente décision des autorités musulmanes locales :
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/enterrer-adel-kermiche-a-saint-etienne-du-rouvray-on-ne-va-pas-salir-l-islam_1817301.html#xtor=AL-447
Pour un musulman sincère, tuer un homme consacré à Dieu (au surplus un homme âgé), même chrétien, est une abomination absolue.
______

Écrit par : Feld / | 30/07/2016

PRESQUE

> Les "e-djihadistes" français sont presque tous d'ex-délinquants. Donc ce sont presque tous des libéraux : les vices privés font le bien public, disait le père fondateur du libéralisme.
______

Écrit par : alasbar / | 30/07/2016

FILM

> Il faut (re)voir ce très beau film de Cheyenne Caron, 'L'apôtre', sur la conversion d'un jeune musulman au christianisme :
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Apôtre_(film,_2014)
Très bien réalisé, pas du tout caricatural (j'ai trouvé le personnage de l'imam salafiste extrêmement attachant ! ).
Le fait générateur de la conversion du personnage principal est ...le témoignage (silencieux mais complètement "ouf") d'un prêtre.
A noter : les musulmans qui, vers la fin du film, battent le héros comme plâtre (en le laissant quasi-mort) pour lui faire payer sa "trahison" sont... des jeunes "français de souche" récemment convertis à l'Islam.
Vraiment, un très beau film qui m'a marqué.
______

Écrit par : Feld / | 30/07/2016

à Jean-Marie Salamito

> Mettre en oeuvre l'Evangile...Oui, mille fois oui, mais je peux vous dire que c'est très difficile en acte. J'ai passé plusieurs heures à avoir des nouvelles d'une amie le 15 juillet et je vous assure que l'on passe par tous les états psychologiques possibles.
Pour rester témoins de l'Evangile, Il est important de ne pas être seul face à cela : la parole de nos évêques, l'attitude et l'accompagnement de nos frères et soeurs dans nos paroisses est très importantes. Cette journée de prière et de jeûne hier, a été marquante et vitale je pense pour nombre de chrétiens.
______

Écrit par : VF / | 30/07/2016

à VF

> Effectivement!
Et je n'ai jamais imaginé ni prétendu que ce serait facile.
Comme me l'écrit à l'instant un ami, "le christianisme est un sport de combat". Les métaphores athlétiques et militaires abondent chez saint Paul. Et saint Augustin a résumé la vie des croyants dans un petit ouvrage intitulé 'Le combat chrétien' (titre original: 'De agone christiano').
D'où l'importance, comme vous l'attestez, de ne pas rester seul. Nous sommes une Eglise (ce qui diffère d'une "communauté", mais c'est là un autre problème).
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 30/07/2016

à Feld :

> Votre commentaire sur le film de Cheyenne Caron, qui rejoint d'autres échos positifs que j'ai entendus par ailleurs, m'incite vraiment à le visionner, et je vous en remercie.
Cela étant, ne vous a-t-on jamais appris que révéler ce qui se passe dans les films – et surtout ce qui s'y passe vers la fin – à ceux qui ne l'ont pas encore vu, constitue une faute grave punie des plus cruels supplices au tréfonds d'un cercle infernal dédié ? (je n'ai pas l'article du CEC en tête, mais cela doit certainement figurer quelque part... c'est sûr...)
Allez, je vous pardonne, mais de grâce ne péchez plus !
______

Écrit par : Albert Christophe / | 30/07/2016

à Girondin

> Je vous prie de vouloir bien m'en excuser...
Comme il est annoncé en tête : "les commentaires de ce blog sont modérés".
______

Écrit par : PP / | 31/07/2016

à Albert Christophe et Feld :

> C'est Dante qui en parle. Il y a un cercle où le damné doit regarder en boucle des films de Lelouch et de Besson sans pouvoir fermer les yeux. ;-)
Mais attention Feld, tu es sur une pente glissante...
Ceci dit, j'ai entendu parler de ce film et de sa réalisatrice. J'ai bien envie de me faire une séance dvd un de ces 4.
au fait, quelqu'un a-t-il vu le film sur la résurrection de Christ avec Joseph Fiennes ?
______

Écrit par : VF / | 31/07/2016

@ Albert Christophe et VF

> Oui, j'ai péché, j'ai vraiment péché. Mais cette faute est partagée par le maître de céans (qui n'a pas censuré) et l'hébergeur (qui ne semble pas offrir l'option "spoiler" pour les commentaires)...
En plus, j'ai écorché le nom de la réalisatrice : Cheyenne Carron, avec deux "r".
M'attend donc un cercle encore plus terrible que celui décrit par VF : celui où le damné doit (histoire de varier les plaisirs), visionner en boucle les films de Ed Wood, Max Pécas, Philippe Garrel et Andy Warhol...
______

Écrit par : Feld / | 31/07/2016

à Feld, VF :

> J'ai vu le film de Kevin Reynolds ("Risen" en VO). Le point de vue adopté est celui d'un tribun fictif, qui assiste à la Crucifixion – et ordonne le coup de lance, puis est chargé par Pilate, quand le tombeau s'avère vide, de trouver le cadavre manquant (Ubi homo ?). La première partie consiste donc en une suite d'investigations NCIS façon SPQR.
Le "cadavre" retrouvé, on bascule de l'enquête à la quête spirituelle.
Que dire ? Je situerais ce film dans la lignée des mini-séries chrétiennes américaines récentes, "The Bible" et "A.D. The Bible Continues" : productions privilégiant le spectaculaire (parfois ridicule) au détriment des textes ou de l'histoire, mais trouvant néanmoins leurs moments de grâce. On a l'impression que le réalisateur cherche à justifier l'impact de la Résurrection en multipliant au départ les éléments factuels indubitables : coup de lance, cadavre gisant, entrée du tombeau condamnée avec force câbles plus un sceau impérial... et patatras, un événement inimaginable survient qui bouleverse la raison du personnage principal.
Pas certain que cela convertisse l'athée moyen, fût-il pieux. Quand même, malgré un rythme artificiel et des erreurs diverses (le linceul en négatif !) cela se laisse regarder, avec indulgence...
(Ça ira pour les révélations ? Les diablotins qui se chargeront de moi si je tourne mal ont déjà commandé l'intégrale de Godard, fiction et politique, chez Amazon.)

AC


[ PP à AC - Godard ??? Prenez garde, masochisme n'est pas expiation. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Albert Christophe / | 01/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.