Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2016

Nos journaux : "Face à la menace russe, Washington déploie des unités blindées en Europe"

 1020596712.jpg

On se frotte les yeux... Ce n'est pas possible ? Mais si :


 

 

Washington va déployer des unités blindées en Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie. Six pays européens ! Sans compter la Géorgie, où les chars Abrams doivent également débarquer en mai... Motif : « réagir au risque d'invasion russe »... Quels signes a-t-on d'un « risque d'invasion russe » ? Aucun. Mais le Pentagone va de nouveau positionner des chars, de l'artillerie lourde et de l'aviation d'assaut sur le sol de l'Europe, que l'armée US avait évacué il y a vingt ans après la disparition du pacte de Varsovie (équivalent soviétique de l'Otan).

Avec la fin de l'URSS, l'Otan avait perdu sa raison d'être. Elle aurait dû se dissoudre. Néanmoins elle a continué d'exister, alléguant des motifs de plus en plus nébuleux, avançant toujours plus son dispositif en direction des frontières russes, et violant ainsi l'engagement pris en 1997 sous le nom d'Acte fondateur Otan-Russie. En signant ce document censé ouvrir une époque d'entente, Boris Eltsine avait précisé qu'il deviendrait caduc si les Américains commettaient la faute de vouloir implanter l'Otan près des frontières russes. C'est pourtant ce qu'a fait Washington, en vertu du principe édicté par les neocons  : « faire obstacle à toute résurgence d'une puissance capable de rivaliser avec les Etats-Unis. » Ce principe ciblait non seulement la Russie (et la Chine), mais l'Europe... La stratégie neocon consistait non seulement à encercler militairement la Russie, mais à  empêcher les Européens de créer un partenariat autonome avec ce pays. Le moyen était de recréer une tension Ouest-Est, dans laquelle l'Europe occidentale serait contrainte - en tant que membre de l'Otan - de faire bloc avec les Etats-Unis, au rebours de ses propres intérêts.

D'où l'extension de l'Alliance atlantique aux pays d'Europe centrale et orientale (contrairement aux promesses faites à Eltsine), et l'extension des missions de l'Otan au-delà de sa fonction originelle de défense du territoire des Etats-membres. Dès cet instant l'Alliance devenait illégitime. Aucun gouvernement d'Europe occidentale n'eut le courage de le dire... C'était l'époque où M. Fabius déclarait : « Nous n'avons plus qu'à toucher les dividendes de la paix. »

Ensuite il fut moins question de paix. Mais il y eut les catastrophes financières et les politiques dites d'austérité, auxquelles les dirigeants européens allaient sacrifier leurs budgets militaires nationaux... Plus on s'éloignait de la guerre froide, plus l'emprise du Pentagone sur les capitales européennes s'alourdissait ; paradoxe vénéneux. Nous eûmes ainsi le « bouclier anti-missiles » de GW Bush, soi-disant dirigé contre l'Iran mais pointé sur la Russie. Puis le soutien de Washington et de ses satellites est-européens aux événements de Kiev, dont les acteurs firent tout pour provoquer la sécession est-ukrainienne ; sécession qui servit aussitôt d'argument au Département d'Etat et au Pentagone (donc à l'Otan) pour installer le climat de néo-guerre froide recherché depuis la fin des années 1990... « Poutine prépare l'invasion de l'Europe », clamait Kiev : insanité* que les secrétaires généraux de l'Otan relayaient sur le ton le plus guerrier, parlant de containment et de rollback comme aux temps où Truman affrontait Staline.

On aurait pu penser que la guerre du Proche-Orient et le rôle de la Russie allaient rebattre les cartes : concertation Obama-Poutine, accords tacites entre les deux armées, etc... Eh bien non : au Pentagone (donc à la Maison Blanche), l'algorithme neocon développe mécaniquement ses étapes. L'engrenage avance, cran par cran ; on en vient au débarquement de blindés US face à la frontière russe, sous les applaudissements des dirigeants baltes et dans le silence aphasique des Etats ouest-européens. 

 

_______________

* Une insanité de même calibre a été proclamée il y a huit jours par M. Vassyl Grytsak, chef du SBU (services de sécurité de Kiev). Ce proche de la CIA a déclaré à propos des tueries de Bruxelles : « Je ne serais pas étonné si une piste russe émerge dans ces attentats. » M. Grytsak est l'une des principales « sources » des rapports de l'Otan, section Eastern Europe.

 

 

pentagone,otan,russie

 

 

Commentaires

> ET LE TUBE DE MICHAEL MOORE "WHERE TO INVADE NEXT" FAIT UN TABAC AUX USA :
http://michaelmoore.com/
______

Écrit par : Frédéric Ripoll / | 01/04/2016

AU BORD DE LA FOLIE

> Est-ce un aveuglement criminel ou une tentative de jeu d'échecs ? En envoyant des blindés aux frontières russes, les USA ne veulent-ils pas obliger Poutine à déployer des troupes lui aussi, et donc mesurer la capacité russe à réagir militairement sur plusieurs fronts?
Peut-être que les USA pensent qu'il n'y a que la force expéditionnaire russe en Syrie de moderne et ils veulent vérifier cela?
Car enfin, si jamais les USA attaquent la Russie sur je ne sais quel prétexte, ils savent bien, quand même, que Poutine va les vitrifier, non?
Mais c'est inquiétant, surtout si l'on rajoute à cela le décrochage technologique de l'armement US (F35, système Aegis, etc.). Les USA semblent au bord de la folie...
______

Écrit par : VF / | 01/04/2016

> Que peut faire Poutine ? Se tourner un peu plus vers la Chine ?
______

Écrit par : Pascal / | 01/04/2016

NOS POLITICIENS SOUS WASHINGTON

> Tout indique que nos politiciens en lice pour la présidentielle de 2017 vont être placés au pied du mur par Washington.
Hollande continuera-t-il à jouer la carte d’une humble soumission dans le but d’activer en sa faveur la machine transatlantique ?
Sarkozy aurait, lui, une très belle carte à jouer s’il confirmait sa volonté d’un rapprochement avec la Russie et d’une Otan tenue en laisse, quoi qu’il lui en coûte du côté américain. Une telle attitude le grandirait et serait à mon avis susceptible de le relancer dans la course à l’investiture.
Nous serons bientôt fixés sur la vision et le courage des candidats, au Parti socialiste comme chez les Républicains, et leurs capacités à s’affranchir de l’impérialisme « neocon ».
______

Écrit par : Denis / | 01/04/2016

PAS UNE MINUTE

> Je ne crois pas une minute à la capacité réelle de nos hommes politique de se dresser contre les USA. A la rigueur, ils peuvent avoir une posture lors des élections mais dès le champagne de la victoire avalé, ils rentreront dans le rang et s’aplatiront sans vergogne devant l'oncle Sam.
Sarkozy ne sait pas ce qu'est la grandeur. Il ne voit que la réussite, la victoire dans une compétition. Il n'a aucun autre but. Il n'a aucune idée, aucune pensée politique personnelle pour son pays. Il méprise tout ce qui fait un homme d'Etat: la culture, le respect de l'adversaire, le sens du collectif et du politique, la notion de long terme et d'héritage à transmettre, etc. Non, Sarkoléon est digne des émissions de Hanouna, pas un possible sauveur.
Ceci dit, tendre la main à la Russie et à l'Iran ainsi que parler avec la Chine et l'Inde sont des actes incontournables si l'on veut s'en sortir.
______

Écrit par : VF / | 01/04/2016

à Denis :

> Sarkozy ? grandir ? You must be kidding !??!!
______

Écrit par : Frédéric Ripoll / | 01/04/2016

> Euh c'est un premier avril j'espère ???
______

Écrit par : Ludovic / | 01/04/2016

SARKOZY

> "Sarkozy aurait, lui, une très belle carte à jouer s’il confirmait sa volonté d’un rapprochement avec la Russie et d’une Otan tenue en laisse, quoi qu’il lui en coûte du côté américain. Une telle attitude le grandirait et serait à mon avis susceptible de le relancer dans la course à l’investiture. "
On se pince !!!!
Sarkozy, formé par la CIA, s'opposer à la politique US ?
http://www.voltairenet.org/article157210.html
Cher Denis, ne vous êtes-vous pas encore rendu compte que Sarkozy a dit, dit et dira tout et le contraire de tout, tant que c'est de que vous avez envie d'entendre si ça peut l'aider à se faire élire ?
Et, se faire élire, c'est à dire être protégé par l'immunité, est pour lui une nécessité compte tenu de toutes les casseroles qu'il a aux fesses. Il ne lésinera donc sur aucun moyen pour ça.
______

Écrit par : Flash / | 07/04/2016

O.T.A.N.

> Et pendant qu'on parle de la loi El Khomry, de la pénalisation des michetons et de la pédophilie:
"Le ministre des affaires étrangères et du développement international a présenté un projet de loi autorisant l'accession de la France au protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créés en vertu du Traité de l'Atlantique Nord.
Le Protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créé en vertu du Traité de l'Atlantique Nord, signé à Paris le 28 août 1952 (ci-après "Protocole de Paris »), définit le cadre juridique du stationnement des quartiers généraux de l'OTAN et de leurs personnels au sein des pays de l'Alliance.
Suite logique de son retour dans la structure de commandement intégrée de l'OTAN, l'accession de la France à ce Protocole entraînera une simplification et une harmonisation des règles et procédures administratives liées à l'accueil de personnel de l'OTAN.
Cette accession permettra de mettre en valeur l'excellence des structures militaires nationales, d'augmenter l'attractivité du territoire et, conformément aux conclusions du "rapport Védrine" de 2012, de renforcer l'influence de la France au sein de l'OTAN."
http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/statut_quartiers_generaux_militaires_internationaux_OTAN.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2015-2016/20160171.asp
______

Écrit par : Pierre Huet / | 08/04/2016

TRAFIC D'ARMES

> L'Agence d'information et d'analyse, référence reconnue en matière militaire militaire, a déniché sur le "Federal Business Opportunities (FBO) website" un appel d'offres lancé en novembre dernier pour un marché de transport de 994 tonnes d'armes de la Roumanie vers la Turquie et la Jordanie. Cela sent le trafic d'armes des Balkans à plein nez. Sous l'égide des Etats-Unis.
Destinataires probables : groupes rebelles syriens. Pour le lot d'Aqaba, le plus vraisemblable utilisateur sera celui qui est largement basé en jordanie: Al Nusra, branche d'Al Qaïda.
Ni la Turquie, ni la Jordanie n’utilisent de telles armes conçues jadis en URSS.
http://www.janes.com/article/59374/us-arms-shipment-to-syrian-rebels-detailed
______

Écrit par : Pierre Huet / | 16/04/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.