Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2022

Chaises musicales : la droite ne sait plus où elle est

droite en france

LR cherche à survivre, Zemmour cherche à exister ; Horizons cherche querelle, MLP cherche une stratégie... Mon éditorial de ce matin à RCF (Radios chrétiennes de France) :


Tous les idéaux sont à respecter, mais l’ironie est permise devant certains spectacles politiques.  Par exemple celui d’hier 4 décembre... On pourrait appeler ça l’histoire des deux partis qui ne trouvent pas leur place : l’ancien grand parti qui voudrait ne pas disparaître, et le petit parti qui voudrait exister.

L’ancien grand parti, c’est évidemment LR : Les Républicains sont enfin en passe se donner un président – aux termes de négociations alambiquées entre les uns et les autres sans pour autant qu’une réponse claire soit apportée à la question : à quoi sert encore ce parti de 59 députés, coincé entre les 170 élus macronistes et les 89 élus du Rassemblement national ? Selon un sondage d’avant-hier, en effet, 75% des citoyens interrogés estiment que LR n’a plus beaucoup d’avenir. Pour 25 % d’entre eux, les intérêts de droite sont désormais représentés par Emmanuel Macron. Pour 25 autres %, la droite siège maintenant avec Edouard Philippe, ou même avec le centriste François Bayrou. Les derniers 25 % voient la droite se réincarner du côté de Marine Le Pen…

Ce dernier chiffre nous mène à parler de la deuxième histoire ironique du week-end : celle du petit parti qui voudrait bien exister politiquement mais qui n’y arrive pas. Il s’agit du parti d’Eric Zemmour et Marion Maréchal, qui a zéro élus et célébrait son anniversaire ce dimanche à Paris. Il cherche par où continuer pour espérer faire surface aux prochaines élections. Et ce n’est pas simple. Car où est l’originalité de ce parti (dans le langage de la grande distribution : où est sa “zone de chalandise”) ? Sur le registre anti-immigration, Zemmour n’arrive pas à concurrencer le RN qui détient le fonds de commerce. Et sur le registre du libéralisme économique, Zemmour fait léger à côté d'un poids lourd macroniste comme Bruno Le Maire ! D’ailleurs rien ne dit qu’être libéral en économie apporterait des voix...

Donc le point commun entre LR et le mouvement Zemmour, c’est que l’un et l’autre manquent d’une base sociologique suffisante. LR a perdu une grande partie de la sienne. Et Zemmour n’a pas réussi à s'en trouver une au-delà d’un certain milieu, celui qui fait 7 ou 8 % aux élections. Au nom de qui et de quoi parle en réalité un leader ou un candidat : cette question, finalement, est la clé de toute politique.

 

 

 

logo.png

 

 

10:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : droite en france

Commentaires

LA MACHINE

> Pendant ce temps-là, dans l'Éducation nationale, ce sont les élections... professionnelles. Engagé sur liste CFTC par sympathie pour Touvenel, ses écrits et sa vision des choses DSE-centrée, j'ai eu un mal fou à "voter en ligne" avec pléthore d'identifiants, de mots de passe, de codes de vote, etc. "La machine gouverne", écrivait Paul Valéry.
https://leslapidaires.fr/catalogue
______

Écrit par : AlexS / | 05/12/2022

LA GAUCHE AUSSI

> La gauche aussi a éclaté. Il y a 20 ans environ, la division droite-gauche avait un sens, car la distinction se faisait sur un seul axe : conservateur contre progressiste. Mais depuis le référendum de Maastricht, il y a un autre axe qui apparaît : souverainiste contre européiste. Et donc, pour simplifier, quatre états possibles, contre deux avant. D'où les mouvements vers un cinquième état, central celui là de type "socialo-centriste", trou noir absorbant peu à peu ceux qui se détachent des "extrêmes" (ou jugés tels). LR ne peut survivre qu'en n'étant pas absorbé par ce centre, mais alors il n'a plus la force suffisante pour rallier suffisamment de monde, du moins à court/moyen terme. Il en est de même pour le PS et le PC. Tous condamnés, du fait de leurs incohérences passées, à des refondations longues et douloureuses, dont la sortie implique, sauf accident de l'Histoire, l'émergence d'un leader nouveau (non identifié à ce jour).
______

Écrit par : BCM / | 06/12/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.