Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2022

Pour dialoguer, mieux vaut savoir qui l'on est

90850138-ilustración-de-vector-de-personas-que-piensan-y-hablan-símbolo-o-icono-de-cabeza-con-burbuja-de-pensamien.jpg

...et les papes le rappellent souvent aux catholiques ! Encore une fois avec le pape François, dans l'avion de retour de Bahrein... Ma chronique à Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) :


 

L’actualité s'hypnotise sur les pays du Golfe, à cause de la Coupe du monde de football qui se dispute au Qatar et où se confrontent les identités sportives de trente-deux nations.. C’est le moment de rappeler ce que disait il y a trois semaines (sur un autre sujet) le pape François, dans l’avion du retour de son voyage à Bahrein, émirat voisin du Qatar. Dans l’avion on le questionne sur le dialogue entre les religions. Voici ce qu'il répond : "Pour entrer dans le dialogue interreligieux ou dans le dialogue œcuménique, il faut une identité propre."  Notez que le pape distingue clairement entre les rencontres interreligieuses et le domaine oecuménique, qui sont deux choses différentes – “œcuménisme” au vrai sens du mot ne s’appliquant qu’aux rencontres entre fidèles du Christ des diverses confessions.

Ensuite le pape explique qu'il faut être soi-même : "On ne peut pas partir d’une identité générale. Je suis chrétien, ou je suis musulman, j’ai cette identité, je parle avec cette identité. Quand on n’a pas d’identité propre, qu’on est un peu 'en l’air', le dialogue est difficile parce qu’il n’y a pas d’aller-retour…"  C’est très important. Il est bon que la papauté, organe régulateur du catholicisme mondial, rappelle souvent aux catholiques que pour dialoguer il faut être deux. Si l’un des deux oublie ce qu’il est, alors il ne représente plus rien et parler avec lui ne présente plus d’intérêt.

L’identité du chrétien, c’est la personne même du Christ : nous ne sommes pas une “religion du Livre”, comme le croient les médias, et les rencontres entre les papes (tous les papes depuis Paul VI) et des dignitaires musulmans ne se fondent pas sur un cousinage entre deux “religions du Livre” ! Elles se fondent sur le bien commun, c’est-à-dire la responsabilité des religions envers la paix ; ces rencontres sont un petit bout de chemin, chaque fois, entre les responsables de religions profondément différentes (contrairement, là encore, à ce que rabâchent les médias). Mais bout de chemin indispensable dans le monde tel qu’il est : c’est évident pour n’importe quel contemporain doué de bon sens. 

Donc n’oublions pas qui nous sommes, c’est-à-dire surtout en Qui nous aurons foi jusqu’à la fin des temps. Et n’oublions pas quelle responsabilité cela nous donne pour le bien commun de l’humanité. 

 

R E 2.jpg

Commentaires

LA PENSÉE DU PAPE

> merci Patrice de votre analyse,qui m'a,très simplement éclairci.
Parce que , il n'est pas toujours simple à comprendre les propos de notre très cher Pape François .
Et là, on mesure bien notre faiblesse et nos défaillances de connaissances spirituelles personnelles.
C'est une belle remise en question personnelle.
______

Écrit par : Marniquet Yves / | 29/11/2022

> Exemple de prise de responsabilité ? un article du Monde :
"Des représentants de cinq religions manifestent à Paris
contre le mégaprojet pétrolier de TotalEnergies en Afrique
– Des représentants des cultes catholique, protestant, musulman, juif et bouddhiste ont mené ense mble une action symbolique de protestation contre les « bombes climatiques » que sont les projets Tilenga et Eacop.
[Cette] action interconfessionnelle [a été] organisée par Greenfaith et Extinction Rébellion Spiritualités, contre le projet Eacop de TotalEnergies en Ouganda et en Tanzanie, devant une station-service du groupe pétrolier français, à Paris, le 29 novembre 2022. "
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 05/12/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.