Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2022

Voter est une question de conscience et d'information

macron - le pen

Quelques réflexions avant le débat-spectacle de ce soir... Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Espérance (Auvergne Rhône-Alpes) :


<< Ce soir à la télévision, le tête-à-tête du second tour !  Loin de moi l’idée de prendre parti. Je veux simplement évoquer la situation qui singularise cette présidentielle 2022 : que paradoxalement l’arbitre du second tour puisse être le camp du candidat éliminé le 10 avril, le numéro 3, Jean-Luc Mélenchon. C’est là que se trouvent les réserves de voix. Or que vont faire ces électeurs-là ? Ils le disent dans le sondage interne qui vient d’avoir lieu : ceux qui voteront Macron "pour faire barrage à Marine Le Pen" sont 33 % seulement ; 66,65 % voteront blanc ou s'abstiendront.

C’est un exemple-limite, parce que les électeurs de Mélenchon (plus motivés que la moyenne des Français dans cette présidentielle 2022) font une allergie aiguë envers Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Mais ils vivent cette allergie, disent-ils, comme une question morale ; ce qui rattache leur "vote blanc" à la question très classique du rôle de la conscience personnelle dans les délibérations collectives. Question que les catholiques devraient bien connaître, parce que leurs plus grands théologiens s’y sont affrontés depuis le Moyen Âge : saint Thomas d’Aquin – par exemple – a travaillé le problème de la décision relative dans les cas concrets par rapport au devoir absolu de rechercher le bien…

Autrement dit, le citoyen, s’il veut agir en catholique, doit À LA FOIS obéir à sa conscience telle qu’elle est, et l’éclairer autant qu’il le peut. L’éclairer en recherchant l’information politique et sociale exacte. Mais l’éclairer aussi avec les données de la foi chrétienne… Et la foi chrétienne, c’est bien plus que des “valeurs” :  comme le disait un défunt évêque français, “si on prend les valeurs pour Dieu, le risque est grand de devenir idolâtre et intolérant”, parce que nous avons tendance à appeler “valeurs” les idées d’un milieu social ou d’un courant d’opinion…

De la foi en Dieu fait homme découlent certes des prises de position sur les urgences politiques, économiques, sociales et environnementales d’aujourd’hui. L’encyclique Laudato Si’ du pape François en donne un exemple fulgurant, et c’est en étudiant ce genre de textes que le citoyen catholique peut informer sa conscience. Alors, oui, ça ne simplifiera pas son choix dimanche prochain !  Voter en conscience est un exercice difficile. >>

 

 

logo_presence.jpg

fidelite_mayenne-9.png

 

Commentaires

CONSCIENCE OU FORMATAGE

> Voter est une question de conscience. Mais aujourd'hui on appelle "conscience" toute réaction subjective même si elle n'a rien de personnel, étant formatée par la pression des médias. "C'est mon opinion" ? Ce n'est pas plutôt le bain médiatique ? "Les médias pensent comme moi" ou c'est moi qui pense d'après eux ?
______

Écrit par : A. Daubigné / | 21/04/2022

S'INFORMER

> S'informer, oui mais c'est difficiledans le torrent de la désinformation. Elle ne vient pas de "complots" mais de la machine des médias qui privilégie le spectacle des chocs et se tait sur leurs causes. Surtout quand elles sont dues à la finance.
______

Écrit par : Vincent Barrot / | 21/04/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.