Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2021

Joseph Ratzinger aux antipodes de ses "nostalgiques"

Ck626jQW0AABqJe.jpg

Judicieux rappels d’Andrea Tornielli (Vatican News 28/07) à partir d’une réponse de Benoît XVI au mensuel Herder Korrespondenz : réponse reprenant une idée-force que le pape François partage avec son prédécesseur ! (Leur  convergence scandalisera les prétendus “nostalgiques de Benoît XVI”, dont les conceptions n’ont rien à voir avec la pensée ratzingérienne... qu’ils ignorent aussi complètement que le reste de la théologie) :


« L'idée d'une "évasion dans la doctrine pure" me semble totalement irréaliste...». Le théologien Joseph Ratzinger […] semble une fois de plus vouloir se démarquer des clichés qui lui ont été cousus. Dans un passage de l'entretien, sur lequel presque personne ne s'est attardé dans les articles et commentaires, Benoît XVI affirme ceci: « Le croyant est avant tout une personne qui s'interroge, une personne qui doit continuellement trouver la réalité de cette foi derrière et contre les réalités oppressantes de la vie quotidienne. En ce sens, l'idée d'une "fuite dans la doctrine pure" me semble absolument irréaliste. Une doctrine qui n'existerait que comme une sorte de réserve naturelle, séparée du monde quotidien de la foi et de ses exigences, représenterait en quelque sorte le renoncement à la foi elle-même. La doctrine doit se développer dans et à partir de la foi, et non à côté d'elle. »

[…]  Déjà en 2001, dans son livre-entretien avec Peter Seewald Dieu et le monde, le cardinal, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, déclarait: « La nature de la foi n'est pas telle qu'à partir d'un certain moment on puisse dire : je l'ai, d'autres ne l'ont pas..... La foi reste un voyage tout au long de notre vie, elle reste un voyage et, par conséquent, la foi est toujours menacée et en danger. Et il est également sain qu'elle échappe ainsi au risque de devenir une idéologie manipulable : le risque de nous endurcir et de nous rendre incapables de partager la réflexion et la souffrance avec nos frères et sœurs qui doutent et s'interrogent. La foi ne peut mûrir que dans la mesure où elle supporte et assume, à chaque étape de l'existence, l'angoisse et la force de l'incroyance et la traverse finalement pour se rendre à nouveau viable dans une ère nouvelle... »  […] Dans son échange avec les journalistes lors du vol pour Prague le 26 septembre 2009, Benoît XVI rappelait que le non-croyant et le croyant ont besoin l'un de l'autre. Et que « le catholique ne peut se contenter d'avoir la foi, mais doit être à la recherche de Dieu encore plus, et dans le dialogue avec les autres réapprendre Dieu de manière plus profonde. »

[…]  Le croyant a besoin des questions et des doutes du non-croyant, pour ne pas réduire sa foi à une idéologie, à un schéma : thème que Benoît XVI a exploré à plusieurs reprises en tant que théologien, cardinal puis pape.

Et c'est un point de vue que nous retrouvons dans les paroles de son successeur François. Par exemple, dans le dialogue qu'il a mené avec des prêtres, des religieux et des religieuses en la cathédrale de Milan le 25 mars 2017, lorsqu'il avait invité ceux qui évangélisent à être libres de tout résultat et à ne pas s'attrister des défis auxquels l'Église est confrontée aujourd'hui, mettant précisément en garde contre le risque de transformer la foi en idéologie. « Il est bon, avait dit François, qu'il y ait des défis car ils nous font grandir. Ils sont le signe d'une foi vivante, d'une communauté vivante qui cherche son Seigneur et garde les yeux et le cœur ouverts. Nous devrions plutôt craindre une foi sans défis, une foi qui se considère comme complète (“je n'ai pas besoin d'autres choses, tout est fait”...) ». « Les défis, avait ajouté le pape Bergoglio à cette occasion, nous aident à faire en sorte que notre foi ne devienne pas idéologique. Il y a les dangers des idéologies, toujours. Les idéologies grandissent, germent et se développent lorsque l'on croit avoir une foi totale, elle devient une idéologie. Les défis nous préservent d'une pensée fermée et nous ouvrent à une compréhension plus large du donné révélé. »

 

 

arton207[1].jpg

 

Commentaires

USAGE

> Précisons que la formule "le pape Bergoglio" correspond à un usage traditionnel sous la plume d'un journaliste italien : elle n'a pas la résonance hostile qu'elle aurait dans un libelle intégriste français.
______

Écrit par : PP / | 28/07/2021

BESOIN DE DOUTES

> Un beau texte qui remet la foi à l'endroit.
Le croyant a en effet besoin de doutes, de saleté, d'un monde cabossé pour croître.
Quand tout est propre et parfait, c'est que tout est figé. La Tradition s'efface devant les traditions.
Cependant en tant que chrétien, je peux trouver Sa présence dans n'importe quelle messe, de l'Emmanuel, d'un prêtre ouvrier, de tradis ou que sais-je encore ?
______

Écrit par : Alexandre / | 28/07/2021

> Lumineux !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 28/07/2021

BENOÎT ET FRANÇOIS

> Je suis moi-même tout à fait touché par ce discours de Ratzinger sur la foi, repris par le pape François. Cela me fait penser à la défense de la subjectivité par Kierkegaard. Rien n'est monolithique dans l'être humain -- ni donc dans Dieu, puisqu'il nous a fait à son image. Peut-être inspiré par Kierkegaard, Nietzsche a écrit : "Ce n'est pas le doute qui rend fou, c'est la croyance." Du moins, une croyance absolue, sans réplique. -- Je pense que Benoît XVI n'aurait pas forcément pris un motu proprio aussi radical que le dernier du pape François sur la messe tridentine. Finalement, c'est dommage selon moi qu'il ait été conduit à la démission. Il incarnait un catholicisme parfaitement européen : inspiré par la tradition, et favorable à Vatican II. Lui et Jean-Paul II ont fait une grande oeuvre. Il aurait dû aller jusqu'au bout : il serait aujourd'hui toujours pape, et l'on aurait eu le temps de se préparer à un pape révolutionnaire comme François, qui certes apporte du positif -- même s'il a complètement raté, par exemple, l'entrée des femmes dans l'ordination, au synode de l'Amazonie, et aussi, peut-être, ce qui a trait à la messe tridentine, où je persiste à trouver qu'il a été trop brutal. Il faut essayer de trouver, chez ces deux derniers papes, l'un et l'autre contestés par certains, en quoi ils ont été véritablement inspirés par l'Esprit Saint, certes de manière peut-être imparfaite, bien que papes.

Bégand


( PP à Bégand – Benoît XVI était moins rugueux que François ? C'est quand même lui qui a rompu les pourparlers avec la FSSPX parce que cette dernière persistait à rejeter Vatican II... Benoit XVI a ensuite espéré que son Motu proprio puisse favoriser le rapprochement des traditionalistes "ralliés" et des diocèses. Ce fut un échec en raison de l'attitude de la FSSP. François en a simplement tiré la conséquence.
– Benoît XVI n'a pas "été conduit" à quitter le pontificat. Il a pris cette décision de lui-même, à cause des ultraconservateurs de la Curie qui bloquaient toute réforme des finances ; blocage qu'il ne se sentait plus la force d'affronter... François, quoique plus combatif, éprouve lui-même de grandes difficultés à contourner ces ultraconservateurs. ]

réponse au commentaire

réponse au commentaire

Écrit par : Bégand / | 29/07/2021

LEUR CONVERGENCE

> La convergence entre les deux papes n'a rien de surprenant: elle procède de la sagesse chrétienne, du réalisme chrétien, de l'expérience vécue jour après jour de ce que saint Augustin appelle "le combat chrétien".
Quant à l'image du voyage, elle est très augustinienne: la "cité de Dieu" est pour partie d'ores et déjà dans les cieux (les anges, les saints), et pour partie elle voyage ("peregrinatur") en ce monde. La vie chrétienne est un voyage ("peregrinatio") vers le Ciel, vers la Patrie céleste.
Les nostalgies politico-religieuses confondent la route avec le but de la route, prétendent s'installer confortablement en un monde qui est le chemin, non la destination.

Jean-Marie Salamito


[ PP à JMS – Sur les nostalgies politico-religieuses qui prétendent nous installer confortablement dans ce monde : cf. l'intitulé (gravement hétérodoxe) d'un "pèlerinage de chrétienté" des années 1990 : "La chrétienté nous sauvera". ]

réponse au commentaire

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 30/07/2021

BERGOGLIOPHOBES, VERSION U.S.

> https://mobile.twitter.com/DawnofMercy/status/1420097281978683400

Après le 'Red Hat Report', voici 'The Pillar'...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/07/2021

à JMS :

> Merci d'illustrer votre propos de la 'peregrinatio' dont je souhaiterais rappeler qu'elle fut l'une des voies spirituelles adoptées par les missionnaires irlandais du haut Moyen Âge. Saint Colomban de Luxeuil la fit sienne : s'il pérégrina effectivement de son Irlande natale au massif des Vosges puis à la péninsule italienne, sa véritable 'peregrinatio' fut intérieure, chemin de prière qui amène l'orant à une proximité sans cesse plus grande avec son Créateur.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/07/2021

QUESTIONS

> à Alexandre:
Que nous vivions, que nous devions vivre notre foi catholique en toutes circonstances de la vie, oui. Oui bien sûr, oserais-je dire, vivre "derrière et contre les réalités oppressanres", telles qu’un monde anti-chrétien. Mais dire que le croyant a besoin de saleté pour croître, certainement pas.
Que voulez-vous dire par : "La Tradition s'efface devant les traditions" ?

> à Bégand:
"Rien n'est monolithique dans l'être humain -- ni donc dans Dieu, puisqu'il nous a fait à son image" est un sophisme. J’essaie quant à moi de vivre la foi avec les vertus théologales plutôt qu’avec de la subjectivité.
______

Écrit par : Philippe / | 03/08/2021

à Philippe :

> Je n'ai pas du tout écrit n'importe quoi. Je faisais référence à un philosophe qui compte beaucoup pour moi en tant que chrétien, Kierkegaard, pas moins. Il compte aussi pour d'éminents théologiens, sachez-le, qui sont tout sauf des "sophistes", croyez-moi. Kierkegaard écrivait par exemple dans son "Post-scriptum" : "la science veut nous apprendre que la voie à suivre est de devenir objectif, tandis que le christianisme nous apprend que la voie à suivre est de devenir subjectif, c'est-à-dire de devenir vraiment sujet". La pensée chrétienne de Kierkegaard repose sur ce fondement, qui n'a pas été remis en question depuis. Vous pouvez, si vous en avez envie et si ça vous fait plaisir, discuter cette thèse, et traiter aussi Kierkegaard de "sophiste". Rien ne vous en empêche : mais si j'étais vous j'essaierais de me renseigner un peu plus, avant de lancer ce genre d'invective ! Bonne journée !
______

Écrit par : Bégand / | 03/08/2021

A Bégand,

> Où ai-je lancé un genre d’invective ?
Merci pour la nouvelle citation du philosophe. Néanmoins, je "n’adhère pas" à son inquiétude et à la nature angoissée qu’il développe.
Peut-être parce que j’aime l’Église.
Bonne journée.
______

Écrit par : Philippe / | 05/08/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.