Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2020

Avent : Jean le Baptiseur et notre tâche présente

maxresdefault.jpg

H.U. v. Balthasar : « Jean le Baptiseur apparaît dans l’évangile. Il est et se nomme “une voix dans le désert”. Le désert est en ce monde-ci plus que jamais... » Mais la Voie demeure, et cherche des voix :


L’état des lieux aujourd’hui : « Jean le Baptiseur apparaît dans l’évangile. Il est et se nomme “une voix dans le désert”. Le désert est en ce monde-ci plus que jamais. Il grandit : artificiellement par le déboisement des forêts tropicales contre lequel tous les plans de culture et de développement restent impuissants ; et spirituellement, par la transformation en steppe du paysage religieux, puisque l’humanité semble n’être presque plus à même d’entendre l’appel : “Préparez le chemin du Seigneur”. La “voix” s’élève parmi le vacarme tourbillonnant des médias… Le Baptiste aurait aujourd’hui une tâche plus difficile que jadis, où l’on allait à lui, confessait ses péchés et lui accordait un certain crédit, croyant que le plus grand auquel on devait se préparer viendrait après lui. » [Hans Urs von Balthasar].

Des voix sur la Voie en 2020 : « Le messager est celui qui s’efface devant le message dont il est porteur. Il est un serviteur de la Parole divine, à laquelle il doit l’entière consécration de sa vie. Cet effacement est même plus que cela : il s’imprègne du message au point, osons le dire, de chercher à “devenir le message”… Chacun de ceux qui le rencontrent doivent pouvoir dire : il rayonne (il manifeste par son être et sa vie, il est habité par) ce message. Il l’incarne…» – « Les gens accouraient auprès de Jean et avouaient publiquement leurs péchés. C’est ainsi qu’ils se préparaient à reconnaître le Messie. La démarche de pénitence m’est nécessaire pour comprendre à quel point j’ai besoin d’un Sauveur. C’est à partir de ma propre misère que je l’appelle : ma pauvreté va devenir la crèche de mon Rédempteur.» [Parole & prière, 2e dimanche de l’Avent].

Le premier extrait cite l’un des plus grands théologiens du XXe siècle.  Le second cite un mensuel de vie spirituelle pour aujourd’hui.

L’addition des deux porte des enseignements.

Dont peut-être celui-ci : si Balthasar a raison dans son diagnostic de la société présente, les chrétiens dans cette société sont bien plus in deserto que Jean dans la Judée du Ier siècle et son bouillonnement spirituel de judaïsmes concurrents. Mais il y a tout de même un pont entre cette époque et la nôtre : et c’est précisément Jean le Baptiseur. Dans le bouillonnement judéen du Ier siècle, qui est largement politico-religieux, Jean n’est pas “politique” : les foules entendent de lui autre chose que la nostalgie d’un passé rêvé ; elles ne l’entendent pas non plus dire au peuple qu’il est pur et parfait ! Jean traite les élites d’engeance de vipères et les appelle à une conversion dont elles ne veulent pas (Matthieu 3:7-8) ; mais il appelle les petits aussi à reconnaître leurs fautes. Le vrai Royaume est proche parce qu’il attend au cœur de chacun, quel que soit son rang. Et pour en dégager la source il faut la libérer de nos scories personnelles. Comme le dit François de Sales, c’est en soi-même d’abord que chacun doit “préparer le chemin du Seigneur” en rectifiant les intentions tordues, en comblant les ornières de la peur et en rasant les buttes du narcissisme. Tant que ce travail n’est pas fait, notre vie n’évangélise pas, et nos manifestations de convaincus s’attirent le mot du Christ à Pierre : “Passe derrière moi, Satan, tes pensées ne sont pas celles de Dieu” (Matthieu 16:23). Mais si nous essayons de vivre selon la radicalité de l’Evangile, nous commençons à rendre témoignage ; le seul et vrai témoignage que le Christ nous demande. C’est ainsi que malgré le vacarme tourbillonnant d’une société (que plus ou moins nous contribuons tous à fabriquer), la voie demeure ! Elle cherche des voix pour “se dire”, selon la formule d’un livre* dont je commencerai à parler ici lundi et qui nous appelle à la conversion permanente.

__________ 

* Comment devenir plus catholiques… en s’inspirant des évangéliques, de Pierre Jova et Henrik Lindell, éd. Emmanuel.

 

 

gettyimages-822664428-612x612.jpg

Commentaires

NI POLITIQUE, NI DÉMAGOGUE, NI IDENTITAIRE

> Effectivement, Jean le Baptiseur n'est pas "politique". Il désigne Jésus comme "l'agneau de Dieu" (Jn 1,29), comme "le Fils de Dieu" (Jn 1,34), non comme le Messie, probablement pour éviter tout ce que ce dernier terme pouvait évoquer en matière de réveil politico-militaire et de restauration de la royauté en Israël.
Jean le Baptiseur ne donne pas non plus dans l'exclusivisme social. Les paroles dures qu'il adresse, selon Mt 3,7, aux Pharisiens et aux Sadducéens, il les lance, selon Lc 3,7, aux foules qui viennent à lui - non pour refuser le baptême, mais pour exhorter à une conversion véritable. Ses préceptes moraux, il les prodigue aux foules, aux publicains et aux militaires (Lc 3,10-14).
Enfin, Jean le Baptiseur écarte la logique "identitaire": on ne peut pas s'en tirer en se flattant de son arbre généalogique (Mt 3,9; Lc 3,8).
______

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 05/12/2020

LE "RORATE" d'André Gouzes

> Pour l'entrée dans l'Avent en ce temps de confinement, le chœur liturgique en ligne de la Chapelle des Pierres Vivantes a enregistré à distance un chant adapté de l'hymne grégorienne pour l'Avent bien connue "Rorate caeli desuper" en français : "Cieux, répandez votre justice" (Isaïe 45,8) dont le premier couplet est en rapport avec l'Evangile de ce dimanche (Isaïe 40,1).
Petit cadeau pour vous tous et pour ceux à qui vous voudrez bien le communiquer :

https://youtu.be/rLmnfH7CRIw

- Musique : André Gouzes, d'après l'hymne grégorienne de l'Avent "Rorate caeli desuper"
- Texte : Daniel Bourgeois et Jean-Philippe Revel, refrain d'après Isaïe 45, 8 ; couplets d'après Isaïe 40,1 ; Baruc 5,1 ; Isaïe 42,6 ; Isaïe 40,9

MG


[ PP à MG – Magnifique. Je le mets en ligne ici, et demain sur Facebook. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 05/12/2020

> Merci Patrice.
Bel Avent à vous et à tous !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 07/12/2020

GISCARD 1974, ENTREPRENEUR DE POMPES FUNÈBRES

> https://fr.aleteia.org/2020/12/08/giscard-la-fin-dune-epoque-le-catholicisme-populaire/
Beau texte de Jean Duchesne traitant du catholicisme populaire qui connut ses dernières années sous VGE. C'était une époque, celle de l'immédiat après-concile, qui marqua la fin d'un catholicisme des masses et le début d'un individualisme exacerbé ayant rejeté la foi.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 10/12/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.