Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2020

“Une tout autre théologie de la libération”

ob_5886a6_c9i1mthxgaij7lq.jpg

Dieu et César : un affrontement ouvert ou sournois qui dure depuis deux mille ans (y compris dans les Etats "chrétiens" du passé)... L’évangile de ce dimanche lu par Hans Urs von Balthasar :


<<  Matthieu 22:15,21 – En demandant à Jésus s’il est permis, ou non, de payer l’impôt à l’empereur, on veut (dans cet évangile) lui tendre un piège. Sur le plan où ceux qui l’interrogent évoluent intellectuellement, Jésus semble ne pouvoir échapper à ce piège. S’il dit oui, il se prononce contre le rapport immédiat à Dieu du peuple saint et désavoue l’effort de libération politique de ce peuple. S’il dit non, il se range dans le camp des zélotes et devient, ouvertement ou en secret, un rebelle contre l’autorité romaine. Sur le plan politique où se placent les questionneurs, il n’y a pas de troisième solution, pas de porte du fond. Mais Jésus ne se laisse pas entraîner sur ce plan : il ne reconnait sa validité qu’en le dépassant et en le relativisant. Les Juifs en tant que “peuple charnel” se sont exilés solidement sur ce plan, ce qui n’aurait pas été nécessaire ; les chrétiens suivront Jésus s’élevant au-dessus de ce plan et se sentiront, de plus haut, coresponsables à l’égard de la politique du monde. La deuxième lecture dans laquelle Paul annonce aux Thessaloniciens la parole de Dieu avec puissance (pas une puissance politique) et avec l’Esprit Saint, est le prélude d’une tout autre théologie de la libération.  >>

 

 

580-Savior with disciples.jpg

 

Commentaires

EN ELLE

> Très belle et très noble parole du Christ qui porte en elle la séparation Eglise Etat, la laïcité , la République...quoi qu'en pense Charles Maurras.
______

Écrit par : Phil / | 18/10/2020

à Phil

> Qu'en pensait Charles Maurras ?
______

Écrit par : Cordouan / | 18/10/2020

PP à Courdouan : mise au point

> Pardon, mais le titre est 'VehementER nos'.
Et il s'agissait d'un autre sujet dans un autre contexte : celui de l'anticatholicisme violent et affiché du giuvernement français de l'époque ; auquel répondait (ou qu'avait précédé ?) l'anti-républicanisme affiché de la majorité des catholiques français.
______

Écrit par : PP à Cordouan / | 18/10/2020

MAURRAS

> Maurras refusait la séparation car il faisait du clergé l'auxiliaire de l'État.
Le Christ au contraire met en-avant la distinction entre deux ordres : politique et religieux.
______

Écrit par : Phil / | 18/10/2020

LE JACOBIN BLANC

> "Maurras refusait la séparation car il faisait du clergé l'auxiliaire de l'État."
Ce qui fait que Maurras qui se disait royaliste et contre la révolution était d'accord avec les Révolutionnaires de 89-90 qui voulaient une église gallicane coupée du pape et bien aux ordres de l'État en France
C'était un vieux rêve janséniste aussi.
Le jansénisme étant application du puritanisme protestant au catholicisme en France.
L'obsession de la pureté est d'ailleurs assez remarquable chez les révolutionnaires. Obsession purement verbale d'ailleurs en ce qui les concernait.
C'est le protestantisme qui a créé la notion de religion d'État, ce que n'a pas fait l'édit de Nantes contrairement à ce qu'on entend dire. Ensuite c'est la Révolution qui a introduit en France la notion de religion d'État.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 19/10/2020

CUL DE PLOMB

> Bonjour,
J'ai l'impression que vous êtes totalement intoxiqué par la communication officielle.
La peur est là.
Une petite lecture:
https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/10/20/covid-19-le-non-sens-309943.html#more
Jérôme
______

Écrit par : Jérôme / | 20/10/2020

INCOMPRÉHENSIBLE

> Qu'est-ce que vous racontez, Jérôme ?
La "communication officielle" ?
à propos de Matthieu 22 ?
______

Écrit par : Ariane Masseur / | 21/10/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.