Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2019

Un évangile qui bouscule les rites et les identités

b_ordinaire_06.jpg

Jésus et les dix lépreux (Luc 17,11-19)... Comme le souligne Hans Urs von Balthasar, les dix sont guéris, mais seul est sauvé celui que le rite du Temple et la coutume nationale n'ont pas aveuglé :  


Hans U. von Balthasar, commentant l'évangile de ce dimanche où le Samaritain est le seul (des dix lépreux guéris) à revenir rendre grâce et gloire à Jésus :

<< Dix lépreux guéris par le Seigneur - pendant que, sur son ordre, ils vont se montrer aux prêtres. Ceux-ci avaient le devoir de déclarer le lépreux impur (Lévitique 13, 12d), mais aussi de constater une éventuelle guérison et d'annuler le verdict d'impureté (ibid. 16). Jésus seul accomplit le miracle qui se produit pendant que les lépreux vont se présenter aux prêtres ; mais pour les Juifs dans la maladie, le geste liturgique prescrit dans la Loi est si décisif qu'ils placent tout le sens de la guérison dans la cérémonie prescrite. De même, bien des chrétiens considèrent le fait de "pratiquer" comme le centre de la religion, et oublient alors tout à fait la grâce reçue de Dieu, qui est l'origine et le but du fait "d'aller à l'église".  Le but disparaît dans le moyen, qui n'a souvent plus guère de rapports avec ce qui est spécifiquement chrétien, et qui devient pure coutume : tradition irréfléchie. Il faut un "étranger" (le lépreux samaritain) - c'est-à-dire celui qui n'est pas habitué à ce qui est traditionnel - pour percevoir la grâce comme telle et en remercier qui de droit. >>

Se voyant guéris en chemin, les neuf autres ex-lépreux continuent vers le Temple (la Règle, les Valeurs traditionnelles, l'Identité)... Le dixième, samaritain donc étranger au système du Temple, est assez lucide pour faire demi-tour : il vit ainsi - littéralement - une conversion. Il court rendre grâce à Jésus, qui lui dit alors : "ta foi t'a sauvé"Non pas sauvé de la maladie, puisque les neuf autres sont guéris aussi ; mais sauvé parce que – contrairement aux neuf autres qui attribueront leur guérison au rite du Temple –  il rend grâce à Jésus en glorifiant Dieu. 

 

Balthasar reprend ces thèmes dans ses commentaires de la première lecture (2 Rois 5,14-17 : la guérison de Naaman le Syrien) et de la deuxième lecture (2Timothée 2, 8-13) :

1. << On a besoin de prendre de la distance par rapport à l'accoutumance religieuse, pour apprendre ce qu'est le miracle et quelle reconnaissance lui est due. Jésus l'avait clairement dit dans son discours inaugural à Nazareth. >>  [ Luc 4, 25-27 : << Jésus leur dit : "Au temps du prophète Elisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman le Syrien !" A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux ; ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville...>> ]

2. << Le vrai christianisme - derrière sa dégénérescence, spirituellement mortelle, en simple tradition - a la forme "secouante" du martyre qui est une profession de foi (pas nécessairement sanglante) par la souffrance. [...]  Si nous traitons Dieu comme une sorte d'automate religieux, Il nous montrera qu'Il n'est pas cela, mais qu'Il est le Dieu libre, vivant, et aussi le Verbe éternel qui se manifeste comme libre et non enchaîné. >>

 

 

10 lepreux.jpg

 

Commentaires

IRRÉFLÉCHIS

> Pour les personnes de confession juive je ne sais pas, mais chez les catholiques rien d'étonnant à ce que ceux qui "pratiquent par tradition irréfléchie" ne fassent pas attention à la portée de ce que dit leur religion. Entre autres beaucoup d'entre eux sont allergiques au pape François.


[ PP à – La Tradition vivante, au sens chrétien catholique, fait toujours vivre l'Evangile ... qui est une remise en question permanente de nos réflexes et de nos coutumes.
Une "tradition" qui refuse les remises en question refuse l'Evangile, donc tourne le dos à la foi chrétienne. Même si cela s'accompagne de parades très "catholiques"... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Christiine Burel / | 13/10/2019

PONTIGNY

> https://fr.aleteia.org/2019/10/10/la-plus-grande-eglise-cistercienne-au-monde-est-a-vendre/

L'abbaye de Pontigny, siège de la Mission de France, est à vendre (sauf l'abbatiale-cathédrale, propriété de la commune de sept cents âmes qui n'a probablement pas les ressources pour entretenir la plus grande église cistercienne du monde).
Soyons attentifs pour éviter que cette abbaye, aujourd'hui proposée à la vente par la région Bourgogne-Franche-Comté, ne tombe entre les mains d'un promoteur immobilier qui la transforme, ne serait-ce que partiellement, en un hôtel de luxe ou un centre de séminaires pour hommes d'affaires, comme ce fut le cas à Chantilly pour le centre jésuite vendu à Capgemini, à Pont-à-Mousson où l'abbaye des Prémontrés est devenue centre culturel (et l'abbatiale désacralisée au passage...), etc.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/10/2019

JÉSUS PRÊTRE

> Mais finalement, ce samaritain n'a t-il pas obéi à la loi ? Non pas dans son aspect institué mais dans son caractère vivant ... Car LE prêtre à qui montrer sa purification n'est-ce pas Jésus lui-même ?

BC


[ PP à BC – Merci de le souligner. C'est l'autre aspect de ce passage d'Evangile : Jésus accomplissant la Loi en la transposant et en faisant "toutes choses nouvelles"...]

réponse au commentaire

Écrit par : Benoît Claveyrolas / | 14/10/2019

LE MOIS MISSIONNAIRE

> Voici un commentaire juste et qui doit mettre en route notre réflexion. Alors que nous sommes dans le mois missionnaire extraordinaire, combien serons-nous à entrer clairement dans la mission, celle de porter la Bonne Nouvelle. A nous d'être les témoins de la Parole du Christ, de travailler à notre propre conversion pour faire valoir l'évangile auprès de l'autre pour lui proposer une Rencontre avec le Christ tout comme ce lépreux guéri et converti.
______

Écrit par : Alain De Vos / | 14/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.