Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2019

Une affaire de marketing

2614233023.jpg

Moteur des "avancées sociétales" : l'industrie biotechnologique et son formidable impact-marketing ! Ma chronique à Radio Présence (Toulouse Midi-Pyrénées) et Radio Fidélité Mayenne : 


http://www.radiopresence.com/IMG/mp3/09102019_chroeco_airtemps.mp3

<<  La PMA, la GPA ? Reparlons-en puisque tous les médias en ont parlé. Ils n’ont pas manqué de dire que face à certains aspects de la réforme des lois de bioéthique, l’opposition était l’expression des seuls catholiques.

D’abord c’est inexact : la critique de la PMA "pour toutes" est portée par des voix non-catholiques, telles la philosophe Sylviane Agacinski ou le généticien Jacques Testart… Agacinski proteste contre la négation de la filiation et du rôle paternel. Testart avertit qu’après la PMA pour toutes on aura la revendication de grossesse masculine. D'autres critiquent la tendance à transformer la médecine en autre chose, etc.

Ni  Testart, ni Agacinski, ni José Bové, ni le journal La Décroissance, ni les anticapitalistes du groupe Pièces et Main d’œuvre (tous adversaires de l’artificialisation des naissances), ne peuvent être  traités de grenouilles de bénitier.

Pourquoi leur position est-elle passée sous silence par la plupart des médias ? Parce que ces philosophes, ces scientifiques, ces écologues, vont plus loin que beaucoup d’opposants à la réforme. Ils ne se contentent pas de déplorer cette réforme. Ils en recherchent la cause réelle. Et ils n’hésitent pas à la voir dans les intérêts de l’industrie biotechnologique !

Sans cette industrie, les revendications toujours croissantes des minorités sexuelles n’existeraient pas. Mieux : sans cette industrie et son formidable marketing, ces revendications ne seraient pas présentées comme une demande générale de la société ; ce qu’en réalité elles ne sont pas.

Pourquoi sont-elles présentées comme une sorte de demande générale ? Parce que l’industrie biotechnologique veut étendre continuellement son marché commercial : sa "zone de chalandise", comme on dit dans la grande distribution.

Oui, on est là en présence d’une forme de marketing sans précédent parce que touchant désormais au plus intime de notre vie humaine… Comme l’écrit le révolutionnaire Alexis Escudero dans un petit livre intitulé La reproduction artificielle de l’humain, dont je recommande la lecture et qu’on trouve sur internet, l’abolition de la nature et sa re-création artificielle sont les plus gigantesques objectifs commerciaux jamais conçus par des multinationales. Si l’on parle de la loi de bioéthique, c’est de cet aspect-là qu’il faut parler. >>

 

logo_presence.jpg

Commentaires

ON NOUS FORE

> La PMA/GPA ne sont qu'un leurre. L'horizon ultime est le DPI pour tou-t-es au nom de tous les droits, de la non- discrimination à la naissance (droit à naître sans handicap, ..) et du trou de la sécu. Rien à voir avec un quelconque eugénisme bien entendu.
Bruno Patino dans "La civilisation du poisson rouge" reprenant une analyse d'une universitaire américaine, Shoshana Zuboff, établit le parallèle assez vraisemblable entre capitalisme industriel, fondé sur l'appropriation de la nature et l'extractivisme, et le capitalisme numérique (on pourrait rajouter sans peine le capitalisme biotechnologique, ce qu'il ne fait malheureusement pas ) qui exploite avec la même intensité les données identitaires et comportementales. Il ajoute "nous sommes devenus les mines à ciel ouvert" et le "forage devient de plus en plus profond".

La critique de la PMA "pour toutes" est portée par des voix non-catholiques: n'oublions pas Michel Onfray (pourtant favorable au mariage pour tous), Jean-Claude Michea et d'autres. A la différence notable de l'ineffable Ferry-re, coqueluche mondaine de nos amis les plus proches, qui défend la PMA pour toutes, mais surtout pas la GPA (sa chronique est recommandée par le père de La Morandais...).

Chronique de Ferry
https://morandais.files.wordpress.com/2014/10/capture-d_c3a9cran-2014-10-23-c3a0-19-35-41.png

Article de Michel Onfray
https://www.famillechretienne.fr/politique-societe/bioethique/michel-onfray-la-theorie-du-genre-prepare-le-transhumain-objectif-final-du-capitalisme-255280
https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/le-diable-est-dans-les-details-le-texte-
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/09/22/31003-20170922ARTFIG00353-pma-gpa-la-mise-en-garde-de-michel-onfray.php
Article d'un certain DID2019
https://blogs.mediapart.fr/did2019/blog/250619/pma-gpa-une-approche-marxiste

PS: j'ai eu la faiblesse d'aller à la manif. Un homme sans aucun rapport avec la population présente, portant un panneau "les anarchistes contre la PMA" y distribuait avec un certain succès le texte de PMO.
______

Écrit par : bertrand / | 09/10/2019

LA VIRTUALITÉ

> Sans doute faut-il associer cet aspect à l’internet dit « des objets », qui fera passer le nombre d’objets connectés à quelque cent cinquante milliards d’ici cinq ans.
Là est le véritable objectif de la technologie 5G, cette révolution qui nous attend : une interconnexion généralisée aboutissant à la perte de contrôle de l’homme sur son environnement direct.
La virtualité sera universelle ; elle influencera la vie humaine bien plus profondément que l’internet actuel ; téléguidant les désirs et les aspirations de chacun, elle conduira à une artificialisation des relations interpersonnelles : on peut parler, comme en matière de bioéthique, d’ « abolition de la nature ».
Et comme en bioéthique, les multinationales (parfois les mêmes !) ont de gigantesques objectifs commerciaux.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 09/10/2019

DANS 'MARIE-CLAIRE'

> Marie-Claire parle du lien avec le père (en l'occurrence le lien père-fille) et de son importance pour le développement de la personnalité

"le lien père-fille : la force et la liberté qu'il nous donne"

https://pbs.twimg.com/media/D6NengMWsAAHSZa?format=jpg&name=4096x4096

Est-ce un article "haineux", "nauséabond", "contre l'égalité" ?
Marie-Claire est "homophobe" ?
______

Écrit par : E Levavasseur / | 09/10/2019

EN BOURSE

> c'est sûr : en entrant en bourse, cette entreprise de biotech s'assure l'indépendance et demeure au service de la santé :

https://www.lerevenu.com/bourse/valeurs-en-vue/biotechs-innate-pharma-va-rejoindre-le-nasdaq-et-creer-10-millions-de-titres

Écrit par : E Levavasseur / | 09/10/2019

ESCUDERO EN AUDIO

> Alexis Escudero "Reproduction artificielle et marchandisation du vivant" en audio

https://www.youtube.com/watch?v=It8BupsVbwQ
______

Écrit par : E Levavasseur / | 09/10/2019

DANS 'LIBÉ'

> à lire cette interview d'Escudero dans Libé (donc inattaquable)

https://www.liberation.fr/terre/2014/10/31/la-pma-est-avant-tout-un-gigantesque-marche_1133584

INTERVIEW : «La PMA est avant tout un gigantesque marché»
Par Laure Noualhat — 31 octobre 2014 à 17:26

Loin d’abolir les inégalités, la PMA les aggraverait. De l’exploitation du corps des femmes aux fantasmes transhumanistes, Alexis Escudero recense dans un ouvrage les risques de la reproduction artificielle.

Faire un enfant, «l’absolu à la portée du caniche», comme dirait l’autre… Sauf que fabriquer le petit d’homme n’est pas à la portée de tous. Certains, envers et contre leur destin biologique, persévèrent, techniques à l’appui. Ainsi sont nées PMA, FIV et autre acronymes de l’enfantement. Dans un essai documenté, un jeune chercheur en sciences politiques propose de réfléchir au sens que l’on donne à la vie. Faut-il tout tenter pour enfanter ? Ni écolo réac ni homophobe grimé en vert, Alexis Escudero (c’est un pseudo) propose de réfléchir aux techniques reproductives quand celles-ci répondent à l’infertilité organisée. Congeler ses ovocytes, accéder à la procréation médicalement assistée (PMA) quand on est un couple lesbien, louer un ventre à l’autre bout du monde… le (super)marché est ouvert. Ni professeur dans une université ni philosophe ou sociologue, Alexis Escudero, auteur de la Reproduction artificielle de l’humain, se présente comme un simple citoyen capable de penser par lui-même. Il conduit une thèse sur les oxymores de la croissance verte.

Selon vous, la PMA n’a rien à voir avec l’égalité des droits : elle doit être combattue en tant que telle, et non pas pour son extension aux homosexuels…

La PMA soulève des questions politiques de premier ordre, qu’elle soit pratiquée par des hétéros ou des homos : marchandisation du vivant, eugénisme, exploitation du corps des femmes. La question ne se situe pas là. Si l’on considère que les couples homos sont aussi aptes que les couples hétéros à aimer et élever des enfants, on ne peut la refuser aux uns sans la refuser aux autres. C’est la position que je défends dans le livre : la PMA ni pour les homos ni pour les hétéros. Ceci étant dit, il est évident que l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes fertiles signifierait avant tout l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, fertiles ou infertiles, homos ou hétéros. En somme, le passage d’une technique médicale à une technique de «convenance». Bien sûr, les partisans de la PMA n’aiment pas ce mot. Ils ont raison de rappeler que la PMA n’est jamais une partie de plaisir. Et pourtant aux Etats-Unis, où elle est ouverte à tous et à toutes, un nombre grandissant de couples parfaitement fertiles recourt à la fécondation in vitro [FIV]. Certaines cliniques permettent, grâce au diagnostic pré-implantatoire, de sélectionner les embryons porteurs de certaines caractéristiques génétiques. Les parents peuvent ainsi s’assurer que leur progéniture sera exempte de plus de 400 maladies. Ils peuvent également choisir le sexe du bébé. Et demain, la couleur des yeux ? La FIV pour tous et toutes ouvre la voie au «design» de l’enfant parfait.

Votre livre est aussi une attaque en règle de la gauche au pouvoir qui délaisse les questions de société et occupe l’espace public avec un problème qui n’en est pas un…

Je suis très énervé face à cette gauche qui, au motif de défendre la liberté et l’égalité pour tous, fait avancer des idées précisément contraires à ces principes. Historiquement mené par la gauche, le combat pour l’égalité était social, politique, économique et faisait fi des différences biologiques. Dans le débat sur l’extension de la PMA aux couples de lesbiennes, l’égalité défendue devient biologique. Ce qui est demandé, c’est la possibilité pour des personnes de même sexe de faire des enfants ensemble. On parle bien de faire advenir, par la technologie, une capacité biologique identique à celle des couples hétéros. C’est loin d’être un détail. D’abord cette conception de l’égalité est celle des transhumanistes. Elle confie à la technologie le rôle d’effacer les différences biologiques. Selon elle, seules les biotechnologies, les manipulations génétiques et l’hybridation de l’homme avec la machine permettront d’atteindre l’égalité. C’est une forme de pessimisme libéral, un renoncement à la vie politique. Notre société étant incapable de permettre aux hommes et aux femmes de vivre selon leurs différences, on confie cette tâche au marché et à la technologie.

En quoi ces technologies font-elles avancer des idées contraires aux principes d’égalité et de liberté ?

La PMA est avant tout un gigantesque marché. Consécutivement à la baisse de la fertilité due à la pollution industrielle et à nos conditions de vie - obésité, stress, tabagisme -, un supermarché mondialisé de l’enfant a émergé. Il pesait déjà 3 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2007. Dans ce supermarché, la liberté si fièrement revendiquée n’est qu’une liberté de consommateurs. Et si le produit acheté ne vous convient pas, vous pouvez toujours déposer une réclamation auprès du service après-vente. Un couple de lesbiennes américaines vient de porter plainte parce que leur fille, née suite à un don de sperme, est métisse. Le sperme d’un homme noir a été confondu avec celui d’un homme blanc.

La PMA, c’est l’irruption des inégalités sociales et économiques dans le ventre des femmes : aux Etats-Unis, les ovules d’une diplômée de Yale sont beaucoup plus onéreux que ceux d’une étudiante de l’université d’Oklahoma. Avec des femmes qui mettent leur ventre à disposition en Inde, en Ukraine ou en Thaïlande, des couples australiens, néerlandais ou français accèdent à un hard-discount reproductif. Avec le diagnostic préimplantatoire, des couples fertiles aisés «sélectionnent» leur futur enfant. Ces inégalités se doublent d’inégalités biologiques.

Si la PMA existe, c’est d’abord et avant tout parce qu’elle engraisse médecins, généticiens, biologistes, patrons de start-up, juristes, avocats, banquiers en sperme ou en ovules. Des centaines d’entreprises prospèrent dans ce secteur, et un nombre grandissant est coté en Bourse. La gauche fait semblant de ne pas le voir.

La critique de la PMA est d’ordinaire réservée à la droite conservatrice et/ou homophobe…

Une partie de la droite défend un ordre social issu d’un ordre naturel fantasmé. Mais nature et ordre naturel ne sont pas la même chose. Pour critiquer - avec raison - ces positions conservatrices, la gauche rejette non seulement l’ordre naturel, mais également toute idée de nature. On ne peut pourtant pas ignorer nos déterminismes biologiques, nos limites naturelles. En matière de reproduction, certains couples hétérosexuels ne pourront jamais avoir d’enfant, deux hommes ou deux femmes ne peuvent concevoir ensemble. Oui, la nature est contraignante. Mais elle n’est ni bonne ni mauvaise.

S’émanciper de la nature n’est pas forcément synonyme de liberté. A l’ère du capitalisme technologique, refuser certaines contraintes naturelles, c’est se soumettre au technocapitalisme, à la médecine et à la génétique. Est-ce si indigne que cela d’accepter des contraintes naturelles ? En revanche, accepter ou non les techniques PMA-GPA [gestation pour autrui] est une question d’ordre politique et moral.

Vous questionnez là le désir d’enfant…

Je pose surtout la question des rôles sociaux que la société accorde à ceux, nombreux, qui n’ont pas d’enfant. Des statuts comme ceux de parrain, marraine, oncle, tante peuvent permettre de jouer un rôle important dans l’éducation, sans pour autant être parent. Ce sont des choses que je voudrais voir creuser. De même que le sort réservé à l’adoption. Si le désir d’enfant titille tant les gens, pourquoi ne pas adopter ? Pourquoi la gauche ne s’attelle-t-elle pas à ce gigantesque chantier qui consisterait à faciliter les procédures afin de donner des parents aux enfants qui en sont privés.

Que vous inspirent les dernières avancées médicales qui permettent aux femmes nées sans utérus d’enfanter ?

On en revient à la question du désir d’enfant. Pourquoi des femmes sont-elles prêtes à de tels sacrifices ? Se faire implanter l’utérus d’une femme ménopausée ou en état de mort cérébrale, c’est subir une opération de greffe extrêmement lourde avec des traitements d’immunosuppresseurs pendant des années, c’est donc prendre des risques considérables pour sa santé. Sans oublier qu’après avoir servi, cet utérus sera retiré, au prix d’une nouvelle opération, afin d’éviter les risques de rejet. L’injonction sociale à la reproduction pèse évidemment beaucoup plus lourd sur les femmes que sur les hommes. C’est cette injonction qu’il faut dénoncer. Faire un enfant ne devrait pas être synonyme de réussite sociale. D’autant que nous vivons déjà dans un monde surpeuplé.

Facebook et Apple ont annoncé qu’ils financeraient la congélation d’ovocytes de leurs employées qui le désirent.

Cette fausse solution ne résout pas le véritable problème : la mise en concurrence des hommes et des femmes sur un marché du travail de plus en plus compétitif. Elle oblige des femmes capables de procréer de manière autonome à recourir à des traitements hormonaux, à la fécondation in vitro, au diagnostic pré-implantatoire : à se soumettre à l’institution médicale. Enfin, je ne crois pas que donner à des enfants des parents toujours plus vieux soit un progrès social. Et cela vaut pour ces pères qui font des enfants après 50 ou 60 ans, tout en sachant que c’est leur femme, plus jeune, qui s’en occupera.

Vous évoquez également des recherches dignes d’un livre de SF : l’utérus artificiel…
C’est l’objet d’un livre d’Henri Atlan, paru en 2005 (1). L’utérus artificiel - ou ectogénèse - fait partie du discours de certaines cyberféministes depuis les années 70. L’horizon de cette technique, c’est la désincarnation, l’affranchissement du corps. On rejoint là le fantasme ultime des transhumanistes : le transfert du cerveau humain dans un ordinateur, ce que l’on appelle aussi la convergence entre sciences cognitives, biologie, informatique et nanotechnologies.

Les transhumanistes ne sont plus ce groupe marginal des années 70. Ils détiennent un réel pouvoir, de l’argent et investissent sans complexes les campus, aux Etats-Unis mais aussi en France. Ainsi, Google a investi dans la célèbre université de la Singularité, fondée par Ray Kurzweil. World Transhumanist Association (WTA) compte près de 6 000 membres, parmi lesquels des académiciens réputés, essentiellement issus de l’informatique, de la robotique ou des nanotechnologies…

Ils répandent l’idée qu’une amélioration génétique de l’humain est inévitable. Après tout, puisque nous subissons déjà tout un tas de déterminations à cause de nos origines, de nos parents, de notre culture, alors qu’est-ce qu’une détermination supplémentaire ? Ils sont la véritable extrême droite de notre époque, celle qui entend créer une race d’humains supérieurs en s’hybridant avec la machine.

(1) «L’Utérus artificiel» d’Henri Atlan, Seuil, 215 pp, 19,30 €.

Laure Noualhat
La Reproduction artificielle de l’humain d’Alexis Escudero Editions Le Monde à l’envers, 7 €.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 09/10/2019

Analyse du théologien évangélique, P.S. Chauny:

Donc, lorsqu'un institut de sondage comme l'IFOP, administre pour des médias "classiques" (CNEWS et Radio Sud) un questionnaire en assurant "la représentativité de l'échantillon global" "par la méthode des quotas", il obtient comme résultat que l'adhésion des français "à l’élargissement de la PMA [atteint] un niveau record aussi bien pour les couples de lesbiennes (65%) que pour les femmes célibataires (68%)".
https://www.ifop.com/publication/les-francais-la-pma-et-la-gpa/
Mais, lorsque le même institut de sondage, l'IFOP, 2 semaines exactement plus tard, administre un questionnaire pour une association catholique (les Associations Familiales Catholiques) en assurant toujours "la représentativité de l'échantillon global" "par la méthode des quotas", il obtient comme résultat que "Sur le principe, les Français s’accordent quasiment unanimement (91%) pour établir que pour élever un enfant, il est “souhaitable” que cela se fasse dans le cadre d’un couple plutôt que par une femme célibataire" et que "les Français sont 83% à juger positivement l’affirmation selon laquelle *Chaque enfant a le droit d’avoir un père*. Un principe dont ils partagent un haut degré d’approbation si l’on se réfère aux 41% des répondants s’y accordant “tout à fait”.
https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-la-loi-bioethique/

Cela indique au moins deux choses :
(1) Il semblerait qu'un questionnaire bien réfléchi et bien formulé suggère fortement la réponse que le sondé doit donner et que de cette manière il est relativement aisé de faire dire une chose et son contraire comme relevant de ce que la majorité des Français croit ;
(2) si ces résultats sont toutefois un reflet fidèles de la réalité, ce que je soupçonne être le cas, il faut alors en conclure que les Français sont #ComplètementIncohérents, sans recul et sans volonté de réfléchir les problèmes dans leur globalité, se contentant de réagir aux derniers stimuli lancés par les faiseurs d'opinion : ce qui leur permet de à la fois d'affirmer "Chaque enfant a le droit d'avoir un père" #EtEnMêmeTemps de souhaiter "l'élargissement de la PMA" aux couples de femmes et aux femmes célibataires.
On en arrive à la fois à affirmer que l'enfant a un droit (moral) d'avoir un père #EtEnMêmeTemps qu'il faut que le droit (positif) autorise les couples de femmes ou les femmes seules à avoir des enfants que l'on prive intentionnellement d'un père.
Sauf qu'ici il n'y a pas de dialectique hégelienne, de travail du négatif possible, de dépassement envisageable de la contradiction, mais seulement deux idées réellement incompatibles.
______

Écrit par : Mori / | 09/10/2019

APOPHIS

> "Dans un monde futuriste, on peut choisir le génotype des enfants. Dans cette société hautement technologique qui pratique l'eugénisme à grande échelle, les gamètes des parents sont triés et sélectionnés afin de concevoir in vitro des enfants ayant le moins de défauts et le plus d'avantages possibles.
Bien que cela soit officiellement interdit, entreprises et employeurs recourent à des tests ADN discrets afin de sélectionner leurs employés ; les personnes conçues de manière naturelle se retrouvent, de facto, reléguées à des tâches subalternes (...) "

Source Wikipedia - Extrait du synopsis de "Bienvenue à Gattaca" - film américain d'anticipation et de science fiction de 1997

Voilà comment j'envisage les choses : la reproduction naturelle ne sera pas interdite tout de suite (on nous l'affirme à l'Assemblée Nationale), il faudra d'abord salir l'image d'une sexualité associée à la reproduction (cf. "le meilleur des mondes" d'Huxley) puis prendre des mesures incitatives à la congélation des gamètes mâles et femelles pour l'intérêt des individus (une assurance sur les aléas de la vie et en prévision d'un décès de l'un des deux ou plus parents d'intention) et puis pour l'intérêt général ! On pourra même stériliser tout le monde (parce que la contraception, financièrement rentable, connaît encore quelques aléas qu'une clientèle exigeante ne saurait tolérer davantage), et l'avortement deviendra progressivement une pratique barbare (à faible valeur ajoutée technologique).
Ensuite la PMA pour toutes deviendra la norme avec un DPI obligatoire (on interdira le clonage pour donner bonne mesure aux éventuels conseillers d'éthique en mal de conservatisme).
Bref, on dirait bien qu'il ne sera pas utile d'aller jusqu'à la GPA ou bien jusqu'à l'invention éventuelle (et encore bien lointaine) de l'utérus artificiel parce qu'on pourra toujours transiger avec le désir d'être père (chez les célibataires mâles ou les paires homosexuelles mâles ou de dénomination voisine) avec des formes de paternité psycho-sociologique complètement déconnectées du substrat biologique (l'Education Nationale et des feuilletons à la "Plus belle la vie" se chargeront de faire entrer les mentalités les plus récalcitrantes dans le doux giron de la pensée progressiste).
Et dire que l'astéroïde Apophis aurait pu nous faire entrer en 2029 dans un autre scénario hollywoodien, mais il ne fera que "frôler" la Terre à bonne distance... Il portait pourtant bien son nom celui-là !
______

Écrit par : J-Luc / | 09/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.