Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2019

Mais si, il faut réveiller les somnambules

catholiques

Un peu revenu du mirage d’un catholicisme de “contre-révolution” censé naître de la MPT, son annonciateur prématuré (le politologue Yann Raison du Cleuziou) revient sur le sujet avant la manifestation du 6 octobre... Dans Le Monde du 4, il décrit la lucidité nouvelle des uns et l'activisme somnambulique des autres :


Instruits par l’expérience de 2013, nombre de catholiques – prêtres notamment – commencent à craindre que les manifs à répétition ne soient contre-performantes en donnant du catholicisme français l’image “d’un corps à part, séparé, expulsé de la nation […]. Aucun nombre de manifestants ne pourrait suffire à effacer la force de ce sentiment de perte : devenir étranger dans son propre pays…”

A partir de là, le politologue bordelais examine divers courants parmi les catholiques :

Il y a ceux qui s'aperçoivent de la stérilité des deux dernières équipées politiques (Fillon + Bellamy), et qui constatent le ralliement de la bourgeoisie catho à M. Macron en dépit de son oeuvre. Ceux-là discernent que la voie chrétienne n'est pas la parade de rue mais le témoignage de vie, le face à face entre personnes :  voie du dialogue à l’imitation du Christ... Mais voie devant laquelle le politologue paraît sceptique. Exhumant une phrase de Maurras (!) contre l’amour christique, il suggère que la voie du témoignage personnel pourrait n’être qu’une “voie de dissolution”, parce qu’elle “ne permet pas d’agréger les mécontentements individuels en un destin collectif et créer un rapport de force” [*]. Autrement dit : l'évangélisation n'intéresse pas les politologues.

D'où l'intérêt de M. Raison du Cleuziou envers un autre courant : celui des activistes. Ils se qualifient eux-mêmes de “conservateurs” mais le politologue tient à les appeler des “observants”, comme s'ils militaient pour appliquer la pensée sociale de l'Eglise – ce qui est loin de s'avérer... Ne leur parlez pas du pape François, qu'ils détestent ; ni de l'archevêque de Paris ou du président de la CEF, autorités dont ils se plaignent (parce qu'elles ne suivent pas leurs mots d'ordre). Seul l'acte de descendre dans la rue compte à leurs yeux jusque dans le domaine de la foi : cela devient même pour eux le brevet du "vrai" catholicisme. Dans leur esprit “la manif met à l’épreuve les catholiques et permet de distinguer les tièdes des vrais”, souligne M. Raison du Cleuziou ! De ce bizarre critère surimposé (l'activisme politique, dont on ne voit trace ni chez saint Paul ni dans les Actes), la preuve arrive tous les jours par les réseaux sociaux. Voici par exemple le message posté sur Facebook par un activiste furieux que Mgr Aupetit (il l'appelle "le Parisien") n'appelle pas à  manifester : “On mobilise des bus pour venir, mais qu'est-ce que nous dit le Parisien ?”  Voilà une personne bien désinvolte pour parler de l'archevêque de Paris ; mais le désinvolte et son groupe sont sûrement plus catholiques que Mgr Aupetit – puisqu'ils mobilisent des bus.

D'après M. Raison du Cleuziou, les zélateurs des manifs se partagent en deux tempéraments :

> Pour les uns, “la manif est un petit carême, un combat spirituel, une marche dans le désert qui doit conduire vers Pâques”. C'est l'apothéose du confusionnisme ! Défiler avec Mme Maréchal et M. Aubert deviendrait-il le moyen du salut éternel ? Rappelons ce que disait à La Vie (6/09) le président des évêques français, Mgr de Moulins-Beaufort : La structure paroissiale n’a pas à fournir des troupes pour une manifestation. Manifester, c’est un acte politique, pas une procession ! Que des paroissiens convaincus distribuent des tracts après des messes pour essayer de conscientiser leurs voisins, cela fait partie de la vie citoyenne, mais que l’on se serve de l’homélie ou des annonces paroissiales pour cela ne me semble pas juste. On met en porte-à-faux des fidèles qui essaient de vivre du Christ, mais qui pour différentes raisons ne comprennent pas la prévention des autres sur tel ou tel sujet, ce qui ne remet pas en cause leur foi dans le Christ…”

> pour un second type d'activistes, moins spirituels qu'identitaires, la manif est “la matrice d’un catholicisme qui s’assume comme une contre-culture” : un “dispositif” (dit l'article) pour que les catholiques fassent "l’expérience de leur différence”... C'est l'option bunker. En sont-ils conscients ? Les catholiques qui s'y laissent enfermer tournent le dos à la démarche de témoignage de l’Eglise : l'élan vers les "périphéries" comme dit le pape François.

 

Ne reprochons pas à M. Raison du Cleuziou ce tour d’horizon d’un catholicisme français en crise. Demandons-nous plutôt ce qui le met en crise... Est-ce le déracinement de la société sous le soc du néolibéralisme ? Sans doute, mais le catholicisme n'est pas mis tellement plus en difficulté que beaucoup d’organisations sociales depuis le putsch néolibéral des années 1990. L'engrenage de dissociété (mû par le système économique) saisit les incroyants autant que les catholiques, même si l'idée de partager cette épreuve avec d'autres qu'eux chagrine nos catho-identitaires – qui voudraient se croire spécialement persécutés ! Peut-être ferions-nous mieux de nous demander si l’Esprit Saint n'attend pas de nous l'inverse : admettre que nous subissons comme les autres les douleurs de la dissociété libérale, et que cette communauté d'épreuve peut devenir le vrai chemin du témoignage chrétien. L'Eglise "hôpital de campagne", dit le pape. Tout un programme.

 

_________

[*]  Rappelons que la MPT ne créa aucun “rapport de force”, mais s’enlisa avec Sens commun dans une pseudo-politique inutile. (Aujourd’hui certains sont prêts à s’enliser derechef avec “Marion”, ce qui serait encore plus dérisoire).

 

 

catholiques

 

19:16 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : catholiques

Commentaires

MACRON DÉPRIMANT

... une certaine réflexion non dénuée d'intérêt Mais ... je ne vois pas trop ou la mettre ... les français !?!?

https://www.lepoint.fr/debats/stephane-rozes-macron-a-reactive-notre-depression-nationale-04-10-2019-2339431_2.php
______

Écrit par : Gérald / | 05/10/2019

LA FAILLE

> Je comprends bien ce que vous dites, mais, sans y être allé moi-même, je ne boude pas une certaine joie de voir qu'au moins 75 000 personnes ont défilé ce dimanche pour défendre l'humain au naturel et la filiation. Certes, les motivations sont diverses, parfois tortueuses, incomplètes ou incohérentes, mais il y a de l'honneur à manifester haut et fort ce refus du meilleur des mondes huxleyen. Comme souvent, il est possible que l'Esprit Saint suscite des actions apparemment contradictoires chez différentes personnes ou différents groupes de chrétiens. Cela n'excuse pas les aveuglements de certains, mais on ne pourra pas empêcher la haine du monde à l'égard des croyants (Jean 15, 18, par exemple).
Rejoindre face à face, dans le dialogue, nos contemporains, prend tant de temps, d'amitié, de formation personnelle... Nous autres laïcs avons un devoir d'état (travailler, subvenir aux besoins de sa famille...), et on peut comprendre que la manif apparaisse comme un moyen simple, visible, de faire savoir son désaccord en un après-midi. Depuis longtemps, je rêve de revoir sur les routes, dans les rues des villes, des frères et soeurs, des religieux par binômes, dialoguant avec tous les passants, en une mission itinérante et perpétuelle... Trop souvent, certains d'entre eux font de magnifiques livres depuis leurs couvents et bibliothèques, qui ne convertissent plus grand monde...

Alex


[ PP à Alex – Sans doute. Mais il est déplorable que l'énorme enjeu de l'artificialisation de l'humain, enjeu très bien mesuré et dénoncé par des non-confessionnels comme Agacinski, Le Coz, Testart, Bové etc, soit réduit (à la fois par les cathos et les médias !) à une histoire d'identité catholique meurtrie. Alors que c'est le sort de l'humanité qui est en cause.
Là est la faille de cette mobilisation, vécue par ses membres comme une démarche communautariste en dépit de slogans bien pensés par les organisateurs.
Sans compter qu'une grande partie de ces manifestants votent par ailleurs Macron et le disent (cf l'article du 'Monde') : parce qu'ils partagent son idéologie de classe... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 06/10/2019

UNIVERSELLE OU RIEN

> « Est-ce que j'appartiens à l'Église universelle, ou à une idéologie ? » Le pape François invite à ne pas avoir "une foi sélective."

Pape François audience générale
______

Écrit par : E Levavasseur / | 09/10/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.