Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2019

U.E. / Mercosur : [2] la vraie nature du système Macron

maxresdefault.jpg

"Un bon accord" (Emmanuel Macron) ! Dans l'affaire du traité de libre-échange avec le Mercosur, la docilité de l'Elysée en dit long sur la prétendue conversion écologique du pouvoir actuel :


Déclarations méprisantes des ministres brésiliens sur la "peur française", nocivité environnementale et sanitaire du régime Bolsonaro :  tout devrait pousser l'Elysée à opposer son veto au traité de libre-échange Bruxelles-Mercosur. Au lieu de ça, le président de la République qualifie ce traité de "bon", avec les artifices oratoires habituels sur une future (et très improbable) "vigilance" euro-française dans le contrôle des produits agro-alimentaires brésiliens qui vont déferler ici. Cette promesse de vigilance est vide de sens puisque – tout le monde le sait – la totalité de la production agricole brésilienne est gavée de pesticides dangereux ; appliquer à ces produits les normes sanitaires européennes reviendrait à paralyser le traité, perspective écartée d'avance par Bruxelles. Le traité n'attendra même pas que les députés macronistes l'aient approuvé : il sera appliqué dès maintenant (à titre "provisoire" mais définitif), comme l'est le traité euro-canadien, le CETA, qui présente en partie les mêmes dangers... L'UE est une post-démocratie.

Néanmoins M. Macron va devoir faire taire quelques députés LREM tentés de fronder le traité. Ayant compris, contrairement  à d'autres, que leur réélection dépendrait finalement du vote des gens plus que de l'onction par le Chef, et sachant que les consommateurs deviennent sourcilleux sur la nocivité des produits, ces quelques-uns donnent de la voix pour que l'électeur les entende. LREM votera massivement le traité Mercosur, mais eux au moins auront tiqué : qu'on se le dise ! D'où les petites punchlines – pour mémoire – de M. Moreau le député de la Creuse ("naïveté libre-échangiste"), ou de M. Durand l'eurodéputé ("on a déjà du mal à contrôler la viande qui arrive de Pologne")...

Pour calmer cette petite fantasia, M. Philippe fait dire par Mme N'Diaye que la France "pour l'instant" n'est "pas prête" à ratifier. Évidemment, elle n'est "pas prête" : la ratification de ce traité n'est pas encore inscrite à l'ordre du jour d'une session parlementaire... Mais la ratification du CETA est, elle, inscrite : et l'Elysée ne veut pas qu'elle soit freinée par le problème du Brésil ! Il faut donc gagner du temps. Le propos rassurant du Premier ministre n'a pas d'autre signification.

Pour le reste, le gouvernement, l'exécutif et le groupe parlementaire, partageant la même idéologie productiviste ultra-libérale, n'envisagent pas une minute que l'on puisse tomber (comme le dit M. Moreau lui-même) dans le "protectionnisme idiot". Le traité UE-Mercosur passera en force. Comment pourrait-il en être autrement, puisque les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Huit avaient donné leur accord à Mme Malmström ?  (Il sera intéressant de voir où cette technicienne des accords commerciaux secrets ira pantoufler en quittant la Commission).

Et l'on peut relire avec ironie le discours champignacien des députés du réseau LREM "Transition écologique" dans Le Monde du 4/07 : “Le gouvernement et la majorité présidentielle ont choisi de mettre l'écologie au coeur de l'acte II du quinquennat...""Nous devons fixer un cadre clair..."  Et cet admirable lapsus, du aux députés et non au journal : "Veiller à garantir en toute transparence la comptabilité entre les accords commerciaux et notre ambition pour le climat et la biodiversité..." 

Comme le disat Daniel Ceccaldi à Lino Ventura (dans La métamorphose des cloportes) : "Un seul mot : bravo."

 

 

 

VERT.jpeg

 

Commentaires

CORDÉE

> Manu fait de l'écologie, mais sans extrémisme. Il attend que la terre arrive au dernier stade de l'agonie, et il décidera alors de freiner un peu sa destruction. Pour l'instant, il doit favoriser les premiers de cordée de la mondialisation. Mais ne vous inquiétez pas : il reste vigilant. ;-)
______

Écrit par : Guadet / | 08/07/2019

LES LOBBIES

> Paul Magnette rappelait l'année dernière que la question de la ratification est un faux problème : les clauses les plus significatives du CETA ont commencé à s'appliquer dès la signature du traité, la ratification de ce dernier n'étant au fond vue que comme une simple formalité par ses rédacteurs.
Dans le cas du traité Mercosur, il serait intéressant de connaître les noms des lobbies qui ont poussé à sa négociation : sans doute le BTP (Vinci, Bouygues) pour les marchés publics sud-américains, peut-être l'industrie automobile allemande qui va bientôt se voir lourdement taxée à Washington et cherche à diversifier ses marchés d'exportation, et évidemment l'agro-industrie de MM. Bolsonaro et Macri.
Victimes collatérales, les consommateurs européens auront à subir l'entrée de produits agricoles de mauvaise qualité car il fallait bien une contrepartie aux avantages accordés là-bas aux multinationales européennes. Or ces consommateurs découvrent ébahis cette situation qu'ils rejettent : la négociation fut secrète et même le mandat de cette dernière, pourtant émis en 1999, n'est toujours pas public (comme le traité, d'ailleurs).
Et après cela, M. Juncker vient nous parler de démocratie européenne...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 08/07/2019

LE PÏÈGE LIBÉRAL

> https://www.youtube.com/watch?v=dejeVuL9-7c

Le piège libéral expliqué par l'ancien directeur d'Alstom qui, après ses vingt-cinq mois d'emprisonnement outre-Atlantique, dit tout sur la sale guerre menée par l'Amérique contre les intérêts européens, l'application extraterritoriale du droit américain et (surtout) la capitulation en rase campagne des élites nationales, acquises à la mondialisation ultralibérale, y compris évidemment l'actuel président qui fut directement impliqué dans ce saccage industriel.
Un entretien à écouter.

"La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l'Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C'est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort."

(François Mitterrand, cité dans 'L'Ami américain' d'Eric Branca)
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 09/07/2019

MACRON L'ANCIEN

> http://www.lefigaro.fr/politique/municipales-a-paris-benjamin-griveaux-investi-par-lrem-20190710

Un autre exemple de la vraie nature du système Macron, qui n'est autre que... l'ancien monde.
Ce simulacre de commission d'investiture n'était en place que pour avaliser la décision prise depuis des mois Faubourg Saint-Honoré : Griveaux sera candidat.
Or beaucoup lui préféraient le mathématicien à lavallière, qui a d'ailleurs rallié deux candidats sous son nom et qui, en faisant de l'ombre à Griveaux, a fait dérailler le plan élyséen. La commission d'investiture, sous une apparence de démocratie, était en réalité stalinienne : le système libéral dans toute sa puissance.
Étant tout sauf macroniste, j'aurais cependant voté Villani s'il m'avait été donné de m'exprimer. Le scientifique n'est d'ailleurs pas dupe de ce diktat présidentiel : « Nous avons cherché à renouer avec l’esprit et les valeurs du mouvement imaginé par Emmanuel Macron. Ces appels n’ont pas été entendus : plus que jamais, je le regrette. » Tout est dit.

PV


[ PP à PV – Etant capable de ratisser à gauche, et assuré par position (s'il avait été investi) des voix macronistes, Villani pouvait battre Hidalgo.
L'image de godillot de Griveaux l'en empêchera sans doute, sauf surprise peu imaginable dans l'état actuel des choses. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/07/2019

COOL

> https://www.grands-avocats.com/avocats/julia-minkowski/

Un autre exemple de ce que le système macronien n'est autre qu'une gigantesque entourloupe : Me Julia Minkowski, épouse du démocratiquement-désigné candidat Griveaux, a été nommée en 2017 par Mme Belloubet chargée de mission place Vendôme, poste certes bénévole mais qu'elle continue d'occuper : exercer des fonctions au ministère peut être sympathique pour un avocat pénaliste.
L'ancien monde revendu sous étiquette "cool" : petits arrangements entre amis ! En URSS, on appelait cela la nomenklatura : rien de nouveau sous le soleil.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 11/07/2019

> Pas de commentaire sur la mise à mort de V Lambert ?

L.


[ PP à L. – Avez-vous lu la déclaration de sa mère et celle du Vatican ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 11/07/2019

@ Philippe de Vissieux

> Les noms des lobbies ? Est-ce important? Aprés tout, ils font leur boulot. Ce qu'il faut dénoncer ce sont ceux qui leur cèdent.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 12/07/2019

EUROPACITY, ÉVIDEMMENT

https://m.huffingtonpost.fr/entry/europacity-la-justice-valide-finalement-le-megacomplexe-commercial-controverse_fr_5d274e9be4b0cfb59601fb02?fbclid=IwAR26Oti4OE8Sn7QCYupSdPHL5cQVhaki8p2E2mq8OIi7RKrr-d1K4bZ-DG4

Je ne sais pas si le gouvernement est derrière ça, mais triste nouvelle pour nous autres...
______

Écrit par : TonyZ / | 12/07/2019

HOMARDS

> https://www.nouvelobs.com/politique/20190710.OBS15729/homardmatuer-les-internautes-tournent-en-derision-la-polemique-sur-francois-de-rugy.html

Comme pour l'affaire Ventura, je ne serais pas mécontent si le scandale Rugy pouvait conduire au remplacement de cet adepte de "l'écologie pragmatique", pseudo politique des petits pas qui ne conduit guère loin : l'urgence écologique appelle une réponse à la hauteur de l'enjeu.
Concernant la polémique Mediapart, la seule photo reproduite d'une Saint-Valentin 2018 à l'hôtel de Lassay avec homards et surtout château-d'yquem (issu des caves de l'Assemblée et nécessitant autorisation pour être sorti) aurait dû amener Macron à lâcher Rugy : aurait-il déjà oublié l'épisode 'gilets jaunes' ?
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 13/07/2019

à Tony :

> https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/07/09/contretemps-pour-la-transformation-de-la-gare-du-nord_5487371_3234.html

Après EuropaCity, c'est la gare du Nord qui sera probablement transformée en un gigantesque centre commercial avec une hausse des espaces de vente de quelque 457 pour cent !
La commission départementale a rendu un avis négatif mais la SNCF et Auchan ont déjà répondu : « L’avis de la CDAC n’a pas d’incidence sur le calendrier du projet ».
Le scénario EuropaCity, bis repetita.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 14/07/2019

FIGARO

> Même le Figaro :
http://www.lefigaro.fr/vox/monde/le-ceta-c-est-la-mondialisation-debridee-20190715
... ceta et mercosur dans la même "fourchette" (à homards ? )...
______

Écrit par : Gérald / | 15/07/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.