Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2019

Pénuries de médicaments : c'est la loi du marché

6853199.jpg

Eric Levavasseur attire notre attention à tous sur ce scandale :


 

Pénurie de médicaments à base de cortisone :

milliers de malades français en danger de mort

 

Ces médicaments sont en rupture de stock depuis plusieurs semaines : "Les fabricants, convoqués par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM)  le 9 mai, se sont engagés à procéder dans les meilleurs délais à «des importations de spécialités similaires en provenance d’autres États européens qui ne sont pas impactés par ces tensions d’approvisionnement".*

Seulement voilà... un mois plus tard, on en est toujours au même point en France. Interrogée, une amie pharmacienne me dit : "Les médicaments étant vendus plus chers ailleurs qu'en France, la France n'est pas prioritaire dans les approvisionnements. C'est cynique et bête à pleurer." 

"L'indépendance sanitaire doit devenir un sujet majeur [aux élections]" au lieu d'être ignorée au seul mobile idéologique que la seule loi est celle du marché.  Il paraît en effet  difficile de nier que L'ABSENCE DE SOUVERAINETÉ TUE.

 C'est également l'avis de Patrick Mao, représentant en Bretagne de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) : « À mon sens, actuellement, ces ruptures sont liées à des notions de rentabilité, affirme-t-il. En France nous avons les médicaments les moins chers d’Europe alors, sur un plan purement économique, on peut tout à fait penser que les industriels ont intérêt à vendre à l’étranger où un médicament coûte 30 à 40 % plus cher. »
https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/medicaments-l-angoisse-du-manque-01-06-2019-12299968.php#uy60YsOXyd6OL4Bi.99

Même son de cloche à Europe 1 : https://www.europe1.fr/sante/pourquoi-de-plus-en-plus-de-medicaments-sont-ils-en-ruptures-de-stock-3901267

 "Dans 80% des cas, c'est un problème d’argent qui est à l’origine de ce manque de médicaments. En France, ils sont remboursés, et bien remboursés par la Sécurité sociale comparé à d'autres pays. En conséquence, la Sécu tire les prix vers le bas, pour avoir à rembourser le moins possible, ce qui n’est pas du goût des industriels ni des intermédiaires qui font le lien entre le laboratoire pharmaceutique et les pharmacies. Ces grossistes répartiteurs, dont certains, dénommés les "short liners", sont spécialisés sur les médicaments les plus rentables, préfèrent donc vendre à d'autres pays que la France. Parfois, le même médicament est vendu en Italie ou en Allemagne deux à trois fois plus cher que chez nous. Ce genre de pratique reste totalement illégal, car les grossistes répartiteurs sont tenus d'assurer les stocks en France : il s’agit d’une mission de service public qui leur est imposé par la loi. "

Une mission de service public à un grossiste ?  Foutaise, on le voit bien aujourd'hui.

On constate que l'Union européenne n'apporte ici AUCUN progrès mais s'en désintéresse, promouvant au contraire l'absence de réglementation dans ce domaine comme dans les autres : la loi du marché va résoudre le problème, le problème va se résoudre de lui-même. En effet et on voit comment : "plus de malade, plus de problème" (ce qui amène à constater que les libéraux et les Khmers rouges voient les choses de la même façon). 

On a ici sous les yeux la preuve que le profit ne peut diriger la société civile puisque celle-ci doit au contraire être dirigée selon la justice, pour le bien de tous. Demander à celui qui ne recherche que le profit de veiller au bien commun de la société civile c'est comme demander à un loup de garder un troupeau pour le compte du berger !

                                                                                                                                       E.L.

 __________

*http://sante.lefigaro.fr/article/alerte-sur-un-risque-de-penurie-de-medicaments-a-base-de-cortisone/   (cet article a déjà trois semaines et toujours rien...) >>

 

 

 

pénurie.jpg

 

 

19:47 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : médicaments

Commentaires

DU JAMAIS VU

> Les ruptures de stocks de médicaments ou de vaccins, voire les arrêts de fabrication, se multiplient depuis une dizaine d'années, ce qui ne se voyait jamais auparavant.
C'est un véritable scandale !
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 04/06/2019

> Où l'on voit bien que l'UE et la mondialisation sont le problème, pas la solution.
______

Écrit par : Guadet / | 04/06/2019

LE SCANDALE ET LES SOLUTIONS


> Je confirme. Médecin je suis confronté à ces problèmes récurrents qui s'amplifient.

Tout ne vient pas des fabricants. Certains groupements d'achats revendent à l'étranger (où les médicaments ont parfois un prix double du prix français) les stocks qu'ils devraient normalement répartir en France!

Des laboratoires pharmaceutiques m'ont remis des tampons mentionnant un numéro de téléphone où le pharmacien d'office devait appeler, en cas de rupture, pour être directement livré sans passer, et pour cause, par un répartiteur!

Ce matin un pharmacien hospitalier m'informait que les deux seuls produits existant pour une maladie rare étaient en même temps en rupture or des patients doivent en recevoir régulièrement.

"France mère des arts, des armes et des lois ..." écrivait du Bellay, il aurait pu ajouter "et de la décadence!"

Saleté de fric!

Mais allons plus loin.

Si les gouvernements, qui ont démissionné devant la finance, faisaient correctement leur travail, puisque, paraît-il, on ne peut s'opposer à la libre circulation des biens et des personnes, il serait alors normal qu'ils ré-achètent ces médicaments pour les ré-injecter sur la marché français au prix bas que lui-même impose par le biais de l'Assurance Maladie

Autre solution, le prix d'un médicament est fixé en France en fonction d'un certain nombre de boîtes susceptibles d'être vendues, le prix baissant si ce chiffre est dépassé, pourquoi ne pas passer un contrat avec le fabricant l'obligeant à délivrer annuellement, en exclusivité sur le territoire national, le nombre de boites sur lequel son revenu a été calculé, puisque lui-même a fait la demande de vendre en France?

Dernière solution: si l'Europe est une réalité et puisqu'il existe des autorisations européennes d'utilisation de molécules pharmaceutiques pourquoi ne pas " en même temps" fixer un prix européen unique? ...

Le manque de volonté est une faillite de l'esprit.
______

Écrit par : Albert E. / | 04/06/2019

> C'est la mondialisation.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 05/06/2019

@ Albert E

> Si, il faudra en finir un jour avec cette libre circulation.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 05/06/2019

STOCKS

> Le problème n'est pas "la loi du marché", mais la "réduction des stocks" : "l'optimisation économique du stock" !
C'est bien connu (depuis plusieurs décennies), le stock coute cher, alors il faut le réduire pour "optimiser les couts" (réduire les dépenses de fonctionnement et augmenter les bénéfices des actionnaires: ndlr).
Du coup, toute la pression est mise sur le système de production/distribution, et sur les infrastructures (routières). Le stock n'est plus dans des hangars, mais sur des camions qui roulent.
Ça marche bien ... tant que ça marche. Au premier grain de sable (chute de neige, grève de routier, blocage divers, en 24h il y a des pénuries. Pas seulement pour les médicaments : pour la nourriture dans les magasins, les pièces dans les usines, etc... du coup, c'est le chômage partiel dans les entreprises, ou ... la famine en ville.
On le voit très vite à Nice (qui ne produit rien en nourriture ni ailleurs d'ailleurs, ou presque) : dès que l'A7 est bloquée, en 24 h il y a des trous dans les rayons, en 3 jours cela devient critique.
Pour les produits frais on peut comprendre que les magasins ne veulent pas les faire trainer dans le stock (DLC oblige), mais pour les pâtes ou le riz... Le stock est "dans le rayon", sous vos yeux. Les hangars du stock, c'est juste pour décharger les palettes.
Après les chocs pétroliers de 74 et 77, l'Etat français a imposé à toute compagnie pétrolière voulant vendre 1 l d'essence (ou pétrole) en France d'avoir un stock tampon, sur le territoire français, de 3 mois de chiffre d'affaire. Cela permet de donner un peu de marge de manœuvre en cas de rupture d'approvisionnement.
C'est possible pour le pétrole, pourquoi pas pour les produits alimentaire non périssable (ou à longue DLC) et pour les médicaments ?
C'est facile à faire pour un Etat politique fort, qui décide de gérer l’intérêt de ses citoyens.
Pourquoi rembourser des fortunes des médicaments qui, s'ils ne sont pas pris durant 1 ou 2 semaines (faute de stock), font perdre des mois de traitement (et d'achat dudit médicament) ?
On attend de trouver un gouvernement qui aura des c.... et qui décidera, enfin, de gérer le pays en "bon père de famille".
Un vieux paysan me disait que "dans le temps" autour de chez lui, chaque ferme prévoyait de garder un stock de grain (et fourrage) pour tenir 1 an, voir parfois 2. Pourquoi ? les mauvaises récoltes n'étaient pas rares, alors il fallait pouvoir suppléer aux mauvaises années (voir aux pillages des brigands et ennemis), et que l'important n'était pas "le bon chiffre de résultat du trimestre", mais simplement de "réussir à survivre durant la prochaine décennie". Une vision à long terme, de l’intérêt collectif (le clan familial), avec une mémoire du passé (et de ses erreurs).
Tout le contraire de l'idole argent qui nous gouverne aujourd'hui (l'immédiat, l'individualisme, et l'amnésie).
______

Écrit par : bergil / | 06/06/2019

ÉTRANGE C.E.D.H.

> Celle là devrait vous plaire aussi

Sanctionné par l'AMF puis condamné par la justice, un analyste fait condamner la France par la CEDH:
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/sanctionne-par-l-amf-puis-condamne-par-la-justice-un-analyste-fait-condamner-la-france-par-la-cedh-20190606
______

Écrit par : Ludovic / | 07/06/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.