Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2019

" Ouvrir la porte, renoncer à limiter l’amour..."

580-Savior with disciples.jpg

Sur les lectures de ce dimanche :


Commentaires de Hans Urs von Balthasar

 

Sur Jean  13,31-35

<< L’enseignement est très bref et très clair : “Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés”… Maintenant on n’a plus qu’à le regarder pour observer l’unique commandement qu’il donne, et qui suffit pour tout. Ce commandement nous requiert totalement : puisque Jésus a donné sa vie pour nous, nous devons mettre toute notre vie au service du prochain. Ce commandement nouveau est aussi ce qui garantit la substance du christianisme : “À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples”. À ceci, et à ceci seulement ! Aucune autre caractéristique de l’Eglise ne peut montrer au monde la vérité et la nécessité de la personne et de la parole du Christ. Seul l’amour christique vécu peut justifier les doctrines, les dogmes et les prescriptions morales de l’Eglise. >>

 

Sur Actes  14,21-27 

<< C’est paradoxalement ce nouveau commandement de Jésus qui vaut à l’Eglise “bien des épreuves”. Les hommes n’y sont pas préparés. Ils cherchent le plus souvent leur intérêt propre, spirituel ou matériel :  c’est pourquoi ils connaissent sans doute quelque chose qui ressemble à l’amour, mais qui porte le plus souvent la marque de leur égoïsme, et par là-même reste circonscrit par des barrières et des restrictions. Au cours de son voyage apostolique, dont il revient, Paul l’avait déjà constaté : surtout chez les Juifs qui, pour maintenir leurs frontières [communautarisme] lui avaient fermé la porte. Par contraste, il peut rapporter [aux autres disciples] que “Dieu a ouvert aux païens la porte de la foi”.  Ouvrir la porte, renoncer à limiter l’amour, est ici présenté comme un acte de la grâce divine sans laquelle l’homme n’a pas la possibilité de dépasser sa limitation. Mais il doit, par la porte qui lui est ouverte, sortir aussi réellement de lui-même. >>

 

Sur Apocalypse de Jean  21,1-5

<< La “cité sainte” descendue du ciel sur la terre, n’est rien d’autre que cet éternel “être l’un auprès de l’autre” de Dieu et l’homme. “Voici la demeure de Dieu avec les hommes” : comme déjà la divinité et l’humanité ne faisaient qu’un dans le Christ, ce qu’il avait prouvé par son amour : “Comme je vous ai aimés…” >>

 

 

CW-Logo-lg.jpg

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.