Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2019

Pour en finir avec les venimeux anonymes du clavier

lasphere-anonymat-internet.jpg

"Montjoye Saint Denys" balançant des insultes contre le pape

Controverse à la mode : approuver ou rejeter l’idée de supprimer l’anonymat sur Twitter ou Facebook... Ne nous y trompons pas, c’est une question importante et symptomatique.  Ma chronique de ce matin à Radio Présence (Toulouse / Midi-Pyrénées) :

https://www.radiopresence.com/IMG/mp3/30012019_chroeco_ai...


 

 

Texte de ma chronique radio :

 

<<  Bonjour à tous. Une des controverses à la mode concerne l’internet et plus spécialement ce qu’on appelle les "réseaux sociaux" : terme importé de l’américain où le mot "social" a un sens obscur ; en tout cas rien à voir avec le sens français, où social veut dire social et pas autre chose.

La controverse à la mode, c’est d’approuver ou de rejeter l’idée de supprimer l’anonymat sur Twitter ou Facebook. Ne nous y trompons pas, c’est une question importante et symptomatique. Importante, parce que les déferlantes de rumeurs (et souvent de fausses nouvelles) sur Twitter, Facebook etc sont répercutées par des milliers d’internautes se dissimulant sous des pseudonymes. Symptomatique, parce que cette manie de l’anonymat révèle un aspect très discutable de nos nouvelles mœurs.

Voici la question à poser, et à se poser : pourquoi tant de gens aujourd’hui se cachent-ils sous des pseudonymes pour incendier quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, ou pour relayer une rumeur qui leur plaît même si elle est fausse ? 

C’est paraît-il pour échapper à la vigilance de leur employeur (bien qu’en réalité il ait autre chose à faire que de surveiller le puits sans fond des réseaux sociaux).  Certains, les plus atteints, disent que c’est pour échapper à l’œil des maîtres secrets qui dirigent le monde : mais là on est dans la parano.

L’explication est plus simple. Et elle est liée aux mœurs dictées par la société actuelle, cette société de consommation qui fait croire à l’individu qu’il a tous les droits puisqu’il est un client, et que (comme chacun sait) le client est roi. Cette idée ne se circonscrit pas aux grandes surfaces : elle s’étend à tous les aspects de l’existence. L’individu-roi s’achète des ordinateurs et des smartphones pour intervenir sur les réseaux sociaux : et là, souvent, ce qu’il exprime n’est pas la part la plus reluisante de sa personnalité. Attaques personnelles, insultes haineuses, accusations absurdes…

Mais par ailleurs, l’individu-roi est d’une grande irritabilité nerveuse. Il ne supporte pas que les autres ripostent, et la riposte aujourd’hui peut être judiciaire : comme on ne sait plus argumenter, on porte plainte. Comment se protéger des juges ? Par l’anonymat… D’où la prolifération des pseudonymes.

Je vous en parle en habitué de Facebook, où je m’exprime sous mon nom (autrement je ne verrais pas l’intérêt) : et tout internaute pourrait en faire autant. Ce serait salubre pour la qualité des débats et pour l’atmosphère générale. À moins, quand on publie par exemple un enseignement du pape, de trouver normal de se faire insulter par des anonymes qui signent "Montjoye Saint Denys" ou "Dieu le veut"…

Comme l’écrit un de mes confrères, "il n’y a aucune tendresse à avoir envers ceux qui se drapent dans un rideau de fumée". Et comme dit l’Evangile : que votre oui soit oui, que votre non soit non : ce précepte suppose que l’on sache qui prononce le oui ou le non. A la semaine prochaine.  >>

 

ps /  Ce qui précède ne vise évidemment pas les vrais lanceurs d'alerte, ou les salariés qui seraient véritablement sous la surveillance d'un employeur sectaire ;  mais ce n'est pas le cas le plus répandu.

 

 

 

réseaux sociaux

 

Commentaires

DÉTRUIRE QUELQU'UN

> Merci pour cette note, Patrice, et aussi de rappeler que le Big Brother actuel n'épargne personne, pas même les salariés. J'ai fait le choix de publier sous pseudonyme après qu'un chef du personnel m'a avoué sans complexe avoir mis le CV d'un candidat au panier après avoir fait une recherche sur Google, découvrant que la personne en question, par ses opinions et commentaires, ne partageait pas la philosophie de l'entreprise. J'ai été atterré et profondément choqué par une telle sincérité : les DRH passent ainsi les candidats potentiels au filtre idéologique que leur offrent les puissants algorithmes de la Silicon Valley. Orwell en action.
Mais lorsqu'il s'agit de détruire la réputation d'autrui en s'appuyant généralement sur de fausses informations, c'est le Diabolos en personne qui se cache derrière les comptes anonymes. Le pape François l'a rappelé à plusieurs reprises dans ses homélies à Sainte-Marthe : détruire quelqu'un sur internet, c'est en quelque sorte le tuer symboliquement. C'est un grave péché contre Dieu.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/01/2019

DISCUSSION

> Je ne vous suis pas sur ce point. D'abord parce que le souhait de lever l’anonymat ayant été défendu récemment par M. Macron, on voit bien derrière la volonté de l'Etat de tracer toutes les opinions, ce qui n'est certes pas nouveau dans l'Histoire, mais doit nous interdire toute naïveté à ce sujet.
De plus quand vous êtes salarié, vous êtes très vulnérable à toute information qui pourrait être exploitée à votre encontre par des collègues. Donc si voulez prendre ce risque, libre à celui qui le décide, mais je ne souhaite pas le prendre d'une part et ne souhaite pas que l'Etat le décide pour moi.
Enfin l'anonymat a un grand avantage, c'est que le fond prend l'avantage sur la forme. Au lieu de rallier telle ou telle opinion car défendue par X ou Y qui sont connus, votre opinion doit être justifiée par elle-même et non par un argument d'autorité. Enfin, l'anonymat n'empêche aucunement à la Justice d'identifier ceux qui violeraient la loi, la FAI ayant obligation de le faire dans ces conditions.

BCM


[ PP à BCM - Tel que vous le pratiquez, l'anonymat se justifie (je crois l'avoir écrit ou à peu près).
Mais pratiqué comme le font les insulteurs fous, raconteurs d'absurdités...
(Allez donc voir par exemple les "commentaires" sous les dépêches de Yahoo actu ! Immondes une fois sur trois). ]

réponse au commentaire

Écrit par : BCM / | 30/01/2019

Cher Philippe,

> en travaillant la question des réseaux sociaux pour mes élèves, j'ai découvert il y a deux ou trois ans qu'il existait des cabinets conseils dont la tâche est de faire des profils numériques des personnes souhaitées. En gros, des détectives privés sur le net qui débusquent tout ce que vous y avez mis. Ils se vendent au plus offrant. Une jeune avocate américaine s'est suicidée comme cela l'an dernier. prise dans un grand cabinet de New-York, un de ces cabinets a sorti des photos d'elle ivre et dans des postures compromettantes quand elle était étudiante. Cela à ruiné sa carrière et elle n'a pas supporté. La jalousie et la superficialité de ses relations n'a pas du l'aider à encaisser le choc.
On a des petites vidéos (faites par une boite privée...un cours de prof à l'ancienne, cela ne marche pas bien sûr...) qui expliquent gentiment à nos élèves comment ne pas ruiner sa vie future en utilisant le net de façon "responsable" car, bien sur, pas question de leur dire que l'on peut vivre sans...
______

Écrit par : VF / | 30/01/2019

DISCUSSION

> Je nuancerais
Vous avez raison que l’anonymat est souvent lâche
Cependant pour avoir travaillé dans une grande entreprise très en phase avec les nouvelles mœurs à base LGBT je peux vous dire que parfois j’utilise un compte anonyme pour cette raison là. Vous mentionnez ce cas mais il n’est pas si mineur que cela.
Par ailleurs aujourd’hui certaines prises de parole sont tellement incompréhensibles qu’il vaut mieux les faire sous couvert d’anonymat car même certains proches ne comprendraient pas.

L.


[ PP à L. - Tout dépend du genre de choses que l'on veut mettre en ligne, je crois l'avoir indiqué...
- Pourquoi s'exprimer si c'est pour être incompréhensible ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 31/01/2019

DRH SECTAIRES INCONSCIENTS

> Le cas que cite Philippe de Visieux n'est pas isolé. Je suppose même que les DRH en question se félicitent d'avoir bien fait leur travail. Une attitude qui explique pourquoi bon nombre de personnes préfèrent rester anonymes sur internet. Mais cela n'excuse en rien les attitudes inqualifiables de quelques-uns.
______

Écrit par : Bernadette / | 01/02/2019

à VF et Bernadette :

> Le DRH en question était celui d'un illustre cabinet d'avocats américain ayant un bureau parisien. Ma formation m'avait conduit à me diriger vers ces établissements avant que je ne me convertisse, façon Claudel, à l'économie non spéculative : mon pilier de Notre-Dame fut en l'occurrence ce blog et les homélies du pape François. Car c'est bien d'anticapitalisme dont il était question dans les propos du DRH : le candidat malheureux était jugé trop peu 'US-friendly' pour être admis. Pitoyable mais vrai !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 01/02/2019

GAËL GIRAUD

> Plutôt en rapport avec l'article d'aujourd'hui, une bonne nouvelle : Gaël Giraud a reçu le prix du meilleur Mooc à l’international pour le « Mooc Transitions écologique et énergétique dans les pays du Sud » ! Retrouvez le MOOC ici : https://bit.ly/2Sfsrx7
______

Écrit par : isabelle / | 01/02/2019

> Pourquoi s’exprimer si c’est incompréhensible ?
C’est le cas quand on parle sur un forum à un public (qui lui va comprendre) mais que d’autres proches pourraient consulter ce forum et eux ne pas comprendre (le message ne leur est pas destiné, il faudrait qu’il soit 4 fois plus long avec 20 précautions oratoires pour ne pas être mal interprété).
______

Écrit par : Ludovic | 01/02/2019

@ Bernadette:

> Bah, demandez-vous ce que c'est que la performance en matière de DRH, au-delà du ronflant qui est la com' de l'entreprise, pour l'essentiel du vulgum pecus des boîtes françaises: un Jivaro tradi y serait best manager...

@ Philippe de Visieux:

> Pour ma part absence totale des réseaux sociaux, y compris facebook et twitter en follower uniquement, lâchement, sur le compte de mon épouse (jamais rien d'émis).
Un collègue chrétien, ministre du culte chez les évangéliques, affiche sa foi et je l'admire; cela lui vaut des surnoms benêts, de grasses moqueries de machine à café, toutes choses qui lui sont égales je pense, mais plus révélateur de l'époque et du lieu, il est barré dans sa progression dans l'entreprise, jamais ouvertement, mais en off.
J'ai eu beau me révolter, ouvertement, contre des propos odieux à son encontre qui trahissent bien la mentalité actuelle, rien n'y fait, c'est toléré, tout l'est contre les chrétiens:
Là où on respecte -altérité- un musulman, un juif, un bouddhiste, on "cassera" du chrétien (mieux on s'y serait intéressé sans ambages à défaut de sans a priori dans le cas du bouddhiste en version syncrétiste occidentale - ce qui tient lieu de religion, au sens premier de relier, à certains bobos).
______

Écrit par : Aventin / | 01/02/2019

AU 'FIGARO'

> http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/02/03/01016-20190203ARTFIG00072-le-pape-en-voyage-aux-emirats-arabes-unis-pour-tendre-la-main-a-l-islam.php

Une belle brochette de venimeux anonymes sous cet article du 'Figaro' consacré au voyage du pape aux Émirats. Notre pauvre François y est écartelé : "peut-être qu’il devrait tendre la main aux Chrétiens ?", "à enfermer d'urgence, et avec lui tous les fanatiques de toutes les religions!", "la banque vaticane à la recherche de pétro dollars ?" et la plus méchante : "il faut cloner Ravaillac !!".
Bêtise crasse de ceux qui ignorent que le précédent roi saoudien avait visité Benoît XVI il y a dix ans, que le grand imam d'Al Azhar se rend souvent au Vatican et surtout que le Christ a parlé à tous, y compris Samaritains et larrons, et non uniquement à son cercle de proches...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/02/2019

à Aventin :

> Merci pour ce témoignage. J'ai vécu la même chose que ce qu'a subi votre collègue pasteur. Tous les jours pendant la pause de midi, je suivais sur la page Youtube de KTO, casque sur les oreilles, les vêpres de la veille à Notre-Dame ou, parfois, une 'Foi prise au mot'. Mon ancien supérieur américain en a eu vent et n'a cessé à partir de cette date de me lancer des piques antireligieuses : l'homme se disait "spirituel" et "méditait" mais à la Comte-Sponville, sans croire en Dieu. J'ai été estampillé réactionnaire, bigot, papiste et... mis à l'écart. Heureux les persécutés si l'on vous persécute à cause de Moi !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/02/2019

à Aventin et Philippe:

> Je vous parle de mon vécu de prof du public qui a un gros ichtus collé sur le top-case de sa moto ou un chapelet suspendu au rétroviseur de son vieux land rover ! Et il m'arrive de réciter le rosaire dans ma classe quand j'ai un trou, ou de lire les lectures du jour sur l'ordi de ma salle.
Mais je ne parle presque plus de ma foi, les jeunes profs actuels sont plus incultes que méchants mais leur ignorance crasse du "fait religieux" (comme disent les instructions officielles) rend toute discussion impromptue impossible.
Le pire peut-être n'est pas tant le rejet voire la haine de la foi mais l’indifférence la plus complète. La femme d'un collègue m'a dit un jour: "c'est pas que je suis contre, c'est que je n'en ai pas besoin". elle, comme son mari d'ailleurs, a comme religion les soldes et les vacances... Ils sont repus de matérialisme et ne se posent aucune question.
______

Écrit par : VF / | 04/02/2019

à VF :

> C'est là la thèse du frère Thierry-Dominique Humbrecht (grossièrement schématisée) : les anticléricaux étaient encore chrétiens puisqu'ils ne cessaient de parler du Christ, même en mal, parfois jusqu'à l'obsession. Les vrais athées de notre temps sont ceux qui sont indifférents à tout cela : l'opposé de l'amour n'est pas la haine, c'est l'indifférence.
Ma filleule tout juste trentenaire, qui vient d'acheter une vieille ferme lorraine, a selon ses propres termes "viré tous les crucifix" dès son emménagement car elle n'en "voit aucune utilité". Mélenchon, qui a lu les Évangiles et a été enfant de chœur, est sans doute bien moins athée que cette jeune femme célibataire qui, sans surprise, "ne veut pas de gosses" !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 05/02/2019

REVUE

> Pour revenir au sujet, une revue anarchiste, 'Réfr'actions', dont le dernier numéro traite de la militance discrète, secrète voire clandestine, notamment sur le net: https://refractions.plusloin.org/spip.php?article1235
______

Écrit par : Raphaël R. / | 11/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.