Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2019

Services publics : le mur du virtuel

cover-r4x3w1000-57dfa5a090606-piratage-informatique.jpg


Autour de l’attaque informatique qui a paralysé un service public à partir du 4 janvier, ma chronique de ce matin à Radio Présence (Toulouse / Midi-Pyrénées) :
https://www.radiopresence.com/…/16012019_chroeco_airtemps...
► texte ci-dessous :


 

<< Bonjour à tous. Je cite les journaux : "un organisme public du Doubs faisant travailler 130 agents” a été frappé d’une attaque informatique durant le week-end des 4 au 6 janvier. Cette attaque a pris la forme d’un “rançongiciel” : c’est un virus qui paralyse les disques durs et n’en restitue l’usage que contre rançon en bitcoins, la monnaie virtuelle. Ainsi, depuis le 5 janvier, les données de cet organisme public sont devenues inaccessibles. Elles l’étaient encore à la fin de la semaine dernière ! L’activité du service en question en a été “fortement impactée”, selon l’expression de la gendarmerie nationale du Doubs, qui décrit l’affaire, sur sa page Facebook, comme une “alerte intelligence économique”. Plainte contre X a été déposée ; l’enquête judiciaire est menée par les techniciens en identification criminelle de la gendarmerie.

L’attaque du Doubs est-elle destinée à se reproduire ailleurs ?

C’est "hautement probable", expliquent les spécialistes.

Cette perspective tombe mal aujourd’hui, en pleine ouverture du fameux Grand Débat voulu par Emmanuel Macron, alors que les élus locaux recueillent les plaintes et les inquiétudes de nombreux administrés.

En effet, 54 % des Français éprouvent des difficultés pour résoudre un problème avec un service public. Une personne précaire sur quatre dit ne pas parvenir à effectuer ses démarches par l’internet.

Dès 2017, le Défenseur des droits alertait le gouvernement : “La dématérialisation peut compromettre le principe d’égalité aux services publics, en particulier pour les personnes qui en ont le plus besoin. La progression continue des services administratifs en ligne ne doit pas venir renforcer des facteurs d’inégalité déjà existants…”

Les administrations avec lesquelles les usagers éprouvent le plus de difficultés en ligne sont le Trésor public, la Caisse primaire d’assurance maladie et la Caisse d’allocations familiales.

On comprend pourquoi ce genre de problèmes revient constamment dans les doléances du public.

On comprend aussi la dimension un peu surréaliste de ce que nous racontent depuis dix ans les mages du tout-technologie. A les entendre, il n’y a aucun risque à supprimer les bureaux de poste, les petits hôpitaux et les petites gares… Transformer les services publics en écrans virtuels serait le progrès inéluctable, et le public n’aurait qu’à s’y adapter. Elever ainsi le mur du virtuel entre les services publics et une partie des Français, c’est mettre l’avenir en danger. On le mesure déjà avec la révolte sociale. Mais qui plus est, le tout-technologie est loin d’être sécurisé. Ce qui vient d’arriver dans le Doubs n’est qu’un exemple !

Menée à marche forcée au nom d’un Progrès qui camoufle des calculs financiers, la déshumanisation des services publics est une opération sans garanties.

Parions qu’il va en être beaucoup question dans les mois qui viennent… A la semaine prochaine. >>

 

 

stress-ordinateur-lentreprise_5783031.jpg

 

Commentaires

KAFKAÏEN

> Expérience personnelle kafkaienne : nous avons mis 3 mois à faire enregistrer la vente de notre voiture au service de la préfecture. Nous partions en boucle dans les services d'aide du site internet des impôts, où ils nous disaient qu'il manquait toujours une pièce, que cela n'allait pas.
Pourquoi ? parce que la carte grise était au nom de mon épouse (nom de jeune fille), et que nous utilisions notre "seul accès internet disponible avec les services de l'Etat" : mon numéro de feuille d'impôt.
En gros ils me reprochaient de vendre la voiture de ma femme (alors que c'est prévu en théorie dans le site).
Au bout de 3 mois ( la voiture aurait dû être ré-immatriculée en 15 jours), nous avons pu transmettre le fameux sésame magique : le code numérique permettant à la vendeuse de notifier à la préfecture l'achat de son véhicule.
Elle a bataillé 2 mois avant qu'une personne "autorisée" (d'un bureau d'aide aux usagers de la mairie de son village) lui dise qu'elle ne pourrait jamais faire enregistrer son achat car "la déclaration de la vente était mal faite" (sur l'ordinateur).
Un ami lui a conseillé d'aller voir Norauto (société privée ayant accès directement sur les ordinateurs de la préfecture) et de faire cela chez eux. Elle a payé 30 euros, et en 1 semaine elle recevait sa carte grise.
Vive le service public gratuit pour tous !
Heureusement que la voiture peut encore rouler sans carte grise à jour !
______

Écrit par : Bergil / | 16/01/2019

"RAVAGE"

> Votre chronique me fait penser au livre de Barjavel "Ravage", qui décrit,(en 1943!) le chaos provoqué par une coupure d'électricité...
Nous savons depuis longtemps que notre système (j'ai du mal à le qualifier de "civilisation") n'est qu'un colosse aux pieds d'argile, mais nous préférons la fuite en avant. Jusqu'à quand allons-nous fermer les yeux et tout miser sur la technique-reine?
La grande affaire de l'éducation nationale aujourd'hui est de développer le numérique dans toutes les écoles. Or la plupart des ingénieurs informaticiens de la "silicon Valley" sont prêts à payer très cher pour mettre leurs enfants dans des écoles sans ordinateur. Steve Jobs en interdisait l'usage à ses enfants... Nos "zélites" connaissent ces informations, puisque cela a été largement relayé. Qu'en font-ils? Comme d'habitude, ils préfèrent se voiler la face: "Après moi, le Déluge!"
______

Écrit par : Philippe S./ | 16/01/2019

cartes grises :

> Je connais plusieurs personnes (et pas des imbéciles qui ne sont pas rodées aux nouvelles technologies), qui ont eu besoin d'un changement de carte grise : aucune n'y a réussi par le site en lignes - toutes se sont résolu au final à passer par un prestataire (payant) !
C'est génial : ça crée des emplois, de la TVA, bref fait monter le PIB. Bon, d'accord, il n'y a plus de service public, mais que voulez-vous, on ne peut tout avoir ...
On m'a dit que le service n'existe plus en préfecture : il a été remplacé par des ordinateurs en libre services...
J'ai aussi un jeune collègue dont un copain récupérait de vieille mobylettes, les retapait et les vendait. : il ne peut plus ! En effet ces engins doivent être immatriculés (avant pas de pbm il allait en sous-préfecture pour effectuer cette démarche), il ne peut plus le cas immatriculé un véhicule d'occasion qui n'a pas d'ancienne carte grise n'est pas prévu... Là par contre on a maintenant un chômeur de plus et perte de TVA et autres taxes ...
Que voulez-vous ne peut être gagnant sur tous les tableaux...
______

Écrit par : franz / | 16/01/2019

Philippe,

> je suis totalement votre opinion sur l'envahissement de la technologie et ses dangers (je n'ai pas de portable, pas de télévision, pas de voiture, pas de GPS...), mais je ne suis pas tout à fait sûr que cette vieille scie des écoles sans technologie de la Silicon Valley soit une preuve de luddisme ou un goût pour les enseignements traditionnels. C'est un peu plus banal que ça.
https://www.liberation.fr/checknews/2017/11/07/est-il-vrai-que-les-cadres-de-la-silicon-valley-envoient-leurs-enfants-dans-des-ecoles-sans-nouvelle_1652713

Quant à Steve Jobs, je ne sais pas de quoi il interdisait l'usage à ses enfants, mais il est regrettable qu'il n'ait pas interdit à ses sous-traitants l'usage des enfants et des adolescents dans le montage et l'extraction des matières premières (cobalt...) de ses gadgets. Il faudra bien un jour que s'ouvre le procès pour crimes contre l'humanité de tous ces nababs des nouvelles technologies qu'on nous enjoint aujourd'hui d'adorer comme des dieux et qui font tourner les têtes des individus d'intelligence et de culture moyennes (comme M. Macron).
______

Écrit par : Lucas / | 16/01/2019

S'INTERROGER

> Gare au complotisme ! Je renvoie à cet article :https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/debogage-dun-mythe-sur-le-numerique-lecole
en guise de réponse à Philippe S.
Mais je suis d'accord pour dire qu'il faut toujours s'interroger sur la place d'une technologie dans une société et sur la manière dont les rapports sociaux et familiaux seront impactés. Moi-même en contact avec les écrans (TV) depuis mon enfance et l'ordinateur depuis la fin de mon adolescence (et les disques durs n'existaient pas, pas plus que la souris !), j'ai fait le choix d'éduquer mes enfants à l'usage des écrans et des technologies numériques en cultivant la modération. Je suis convaincu que toutes ces technologies numériques doivent être asservies à l'humain et non l'inverse. Elles ne font que nous stimuler le cerveau (et nous sommes dans une ère d'hyperstimulation), et en abuser conduit inévitablement à l'abrutissement. Je ne suis pas un militant du "low-tech" (le développement humain s'accompagne toujours d'un développement technologique) mais du "side-tech" : une technologie d'accompagnement qui ne remplacerai pas l'interaction entre êtres humains mais la favoriserai...
______

Écrit par : jean-luc / | 16/01/2019

CARTE GRISE

> Conseil pratique pour débloquer l'établissement d'une carte grise: déposer une main courante au commissariat de police, ça impressionne et sa aide à justifier de ne pas être en règle.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 16/01/2019

Jean-Luc,

> la société numérisée est un immense complexe industriel énergivore. Il est facile de se dédouaner en minimisant les conséquences. Je vous conseille le livre d'Hervé Krief: "Internet ou le retour à la bougie" ou encore "La guerre des métaux rares" de Guillaume Pitron. Ce n'est d'ailleurs aucunement du complotisme que de d'énoncer l'irréfutable mise en place d'internet à l'origine par le complexe militaro-industriel américain.

Un Chimpanzé du futur
______

Écrit par : Raphaël R. / | 17/01/2019

FOLIE

> les gouvernants sont d'une inconséquence folle. Ils veulent absolument le tout numérique, malgré les multiples preuves du danger que cela représente.
A côté de cela, monsieur Macron décide d'envoyer une lettre à tous les Français, ce qui coûtera au bas mot 5 millions d'euros. Il aurait mieux fait de créer un site internet et d'y afficher cette lettre. Après tout, les Français sont bien censés avoir tous un accès internet puisqu'ils doivent faire leur déclaration d'impôt par ce biais.
______

Écrit par : Bernadette / | 21/01/2019

TOUS SERFS DE L'INDUSTRIE

> Et l'obligation du puçage des chèvres pour les retrouver au cas où elles se seraient perdues ?
"pour savoir électroniquement où elles se trouvent"
Même pour une micro ferme de 10 chèvres et 2/3 hectares de prairies bien délimitées où l'on voit les bêtes depuis sa fenêtre !
c'est ridicule de vouloir suivre un troupeau depuis un ordinateur !
Voyez le cas de Valère et Emeline dans l'Ardèche il y a qq années, on leur a supprimé les aides.
C'est le rétablissement du servage : tu es lié à l'industrie (autrefois à la glèbe).
https://www.hebdo-ardeche.fr/actualite-4771-mobilisation-pour-valere-et-emeline
______

Écrit par : E Levavasseur / | 24/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.