Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2018

Non, le grand écho de la pédophilie de prêtres n'est pas "une cabale médiatique"

Sur Facebook, un digne monsieur qualifie de "cabale médiatique" le choc produit par la pédophilie de prêtres : crime dont le pape, les évêques, les prêtres et la grande majorité des fidèles reconnaissent qu’il fait obstacle au témoignage évangélique aujourd’hui. Ce monsieur affirme (l'ayant lu sur ses sites habituels) que "les médias" ne parlent de la pédophilie "que dans le cas de prêtres catholiques". Or c'est inexact. Voici un échantillon pris sur Google, et ce n'est que la première page :


 

► Éducation nationale : 26 radiations après l'affaire de pédophilie de ... - www.lepoint.fr › Société - 19 janv. 2018 - Éducation nationale : 26 radiations après l'affaire de pédophilie de Villefontaine ... Reportages, analyses, enquêtes, débats. Accédez à ...

► Trente radiations pour pédophilie dans l'éducation nationale en 2016
https://www.lemonde.fr/.../trente-radiations-pour......
23 févr. 2017 - Trente radiations pour pédophilie dans l'éducation nationale en 2016 ... par l'éducation nationale pour pédophilie ou pédopornographie

► Lutte contre la pédophilie : l'Éducation nationale confrontée à un ... https://www.rtl.fr/.../lutte-contre-la-pedophilie-l...... - 30 nov. 2016 - L'Éducation nationale est à la peine pour appliquer la législation et contrôler le casier judiciaire de chaque personnel scolaire.

► Soupçons de pédophilie en milieu scolaire - Franceinfo
https://www.francetvinfo.fr › Faits-divers › Pédophilie en milieu scolaire - L'Education nationale est secouée par plusieurs affaires de pédophilie. ... Affaire de pédophilie au conservatoire de Tours : le chef de chœur accusé.

► Pédophilie dans l'Éducation nationale : les associations montent au ... - https://www.francetvinfo.fr › Faits-divers › Pédophilie en milieu scolaire -
30 mars 2016 - La pédophilie au sein de l'école est encore un sujet tabou, mais certains parents ne veulent plus se taire. En un an, l'association "Enfance en ...

► Pédophilie à l'école - LCP Assemblée nationale
lcp.fr/emissions/169677-pedophilie-lecole-la-fin-de-lomerta
Par ailleurs, « il semblerait que l'éducation nationale n'ait pas été informée de ... cas de condamnation d'un enseignant pour pédophilie, information qui n'avait pas ... LCP-Assemblée nationale offre le temps du débat et de l'explication sur les ...

► Pédophilie : qu'a fait l'Education nationale depuis l'affaire de ...
://www.liberation.fr/.../pedophilie-qu-a-fait-l-education... 16 mars 2016 - Les services centraux de l'Education nationale «découvraient» alors ... (en commission des lois) et donnant lieu à des débats intéressants.

► Pédophilie : l'Education nationale fait le grand ménage - 24/02/2017 ... - https://www.ladepeche.fr/.../2523553-pedophilie-l...... - 24 févr. 2017 - Le ministère de l'Education nationale, qui emploie plus de 850 000 agents ... des cas de pédophilie ou pédopornographie, après 27 cas en 2015.

► Pédophilie : comment l'Éducation nationale corrige ses ... - France Inter - https://www.franceinter.fr/.../pedophilie-education... - 23 févr. 2017 - En 2016, trente enseignants ont été radiés pour des faits de pédophilie ou de pédopornographie. Des cas notamment décelés grâce à un

► Pédophilie : 30 enseignants radiés en 2016, et le ménage continue - https://www.nouvelobs.com › Education
23 févr. 2017 - Le ministère de l'Education nationale a procédé en 2016 à 30 radiations liées à des cas de pédophilie ou pédopornographie, annonce la rue ...
----------
Etc, etc, etc.
Je comprends qu'il soit pénible de s'extirper de la zone de confort moral d'un certain milieu, mais ce qui compte, c'est le monde réel. Que l'on ne va pas "évangéliser" avec des slogans irréalistes, même exprimés en globish d'école de commerce ("boost my Church")...
.

Commentaires

PAS D'ACCORD

> Votre inventaire ne rend pas compte du fonctionnement pervers des médias. Pour les cas de pédophilie dans l'Eglise catholique, l'information est répétée à chaque édition du journal pendant plusieurs jours (pour le cardinal Barbarin, le bashing a duré plusieurs semaines), alors que quand il s'agit de l'éducation nationale, sauf quelques très rares exceptions (par exemple l'affaire récente du directeur d'école primaire dans l'Isère), l'information est donnée simplement une ou deux fois et le plus souvent tard dans la soirée...Et quand il s'agit du livre de mémoires écrit par un ancien amant de Pierre Bergé, l'information n'est jamais donnée, il faut aller sur des médias québécois pour trouver des informations.

BH


[ PP à BH - On s'indigne plus d'un prêtre pédophile que d'un prof de gym pédophile ? Ça ne devrait pas étonner. Si l'on veut bien se souvenir de ce qu'était l'image du prêtre, y compris chez les incroyants... ]

réponse au commentaire

Écrit par : B.H. / | 23/08/2018

CRÈVE-COEUR

> En écoutant les élèves dans mon lycée, ou les humoristes de radio depuis quelques années, il est devenu clair, en quelques blagues bien sales et bien méchantes, que catholicisme = pédophilie, du moins dans une certaine (sous-)culture populaire, et cela crève le coeur...
______

Écrit par : Alex / | 23/08/2018

GOOGLE

> Quelle était la requête faite sur Google ?
Le seul mot "pédophilie" donne plutôt des résultats ecclésiastiques semblant bien attester une plus forte médiatisation de cette catégorie d'affaires.
Il n'y a sans doute pas de cabale mais néanmoins un tropisme de la caste médiatique à éclairer ce qui conforte son idéologie, objectivement mesurée vers la gauche, non ?

Jean


[ PP à Jean :
- Parce que la droite est plus catholique que la "gauche" ???
- La requête Google était tout simplement : "pédophilie Education nationale", pour répondre à un contradicteur qui affirmait que les médias font le silence sur ce sujet précis. Les faits sont les faits. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Jean / | 23/08/2018

"DRAMATIQUE"

> La pédophilie est choquante en tant que telle, quel que soit son auteur. Dans certaines familles monoparentales, elle se combine à l'inceste ; toutes ces atteintes sont autant de traumatismes causés à l'enfant.
Peut-être votre interlocuteur faisait-il référence aux ministres d'autres religions ? Sur ce plan, il est certain qu'on parle rarement dans la presse de tel pasteur ou de tel rabbin pédophile : quand les medias rapportent "300 prêtres prédateurs", cela marque l'auditeur moyen, d'où une tendance pour le grand public à associer catholicisme et pédophilie. C'est tout simplement dramatique.

PV


[ PP à PV :

- Non, mon interlocuteur était du rameau "catho" de l'espèce "identitaires en guerre". Il doit penser que "les médias aiment les imams et les rabbins".

- L'inceste pédophile est malheureusement attesté aussi dans des familles avec père et mère... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 24/08/2018

PERVERS

> lu sur internet :
"Je crois que le culte de la consommation qui caractérise notre époque libère les esprits pervers et les incite en quelque sorte à assumer leur perversion."
bien vu je trouve.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 24/08/2018

à E Levavasseur :

> Il suffit en effet de mettre le nez dehors et de voir les affiches publicitaires enjoignant le passant à "céder à ses envies", voire à "succomber à la tentation". Bon, en général, cela se limite à vendre au passant des voitures, des canapés ou des desserts fabriqués en usine, mais c'est aussi le signe d'un certain climat.
______

Écrit par : Sven Laval / | 24/08/2018

TESTOSTÉRONE

> Le hasard d'une recherche sur internet m'a fait découvrir ceci :
http://www.liberation.fr/societe/2015/01/14/le-feminisme-radical-a-cree-les-pretres-pedophiles_1179886

Pour notre amateur de cappa magna, c'est donc le féminisme radical qui engendre la pédophilie dans le clergé :
«il y a eu une période où les hommes, féminisés et confus au sujet de leur propre identité sexuelle, sont entrés dans les ordres. Malheureusement certains de ces hommes souffrant de troubles, ont abusé sexuellement de mineurs».
Les prêtres-prédateurs des années 1950 n'étaient pas, que je sache, féminisés à outrance : le féminisme n'en était qu'à ses balbutiements. Burke a raté une bonne occasion de se taire !

PV


[ PP à PV - les angoissés de la testostérone feraient de bons clients pour les psy. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/08/2018

DÉCLIN

> http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/08/24/01016-20180824ARTFIG00205-le-pape-se-rend-en-irlande-en-plein-scandale-de-la-pedophilie.php
Comme si la gravité du moment nous autorisait à raviver d'anciennes polémiques, Jean-Marie Guénois s'engouffre dans la brèche et trouve le moyen de prévenir les lecteurs du Figaro que la présence à Dublin du clan des cardinaux progressistes n'a pour autre but... que de faire passer en force Amoris Laetitia : "la présence et l'intervention à Dublin de plusieurs cardinaux, importants et proches de François, attestent donc de sa volonté de faire admettre ce texte et de créer une mentalité catholique".
Le clou est néanmoins cette phrase, écrite à dessein par Guénois pour faire sortir de leurs gonds ses lecteurs :
"(les cardinaux pro-François) seront en Irlande, tout comme le jésuite américain James Martin, directeur de la revue America, qui interviendra sur «l'accueil et le respect dans les paroisses des LGBT et leurs familles». Soit la mise en exergue de l'homosexualité dans l'Église, validée par Rome. Ce qui a déjà créé une polémique". Raccourci des plus critiquables : ce n'est pas l'homosexualité qui serait "mise en exergue" et "validée" mais bien, comme le thème l'indique on ne peut plus clairement, l'accueil des homosexuels en tant que baptisés. La différence est de taille.
Guénois devrait se garder de tirer ainsi sur le pape par des interprétations faussées : le Saint-Père, débordé par les récents scandales liés à la pédophilie, n'a pas besoin de polémiques supplémentaires : Amoris Laetitia appartient au magistère de l'Église et non, Rome ne "valide" pas l'homosexualité. Que Guénois ne vienne pas ensuite dire qu'il ne fait pas de François-bashing : les faits parlent d'eux-mêmes ! ]

PV


[ PP à PV - Ce journaliste est devenu ultra-conservateur (donc bergogliophobe) en arrivant au Figaro, où cette tendance contrôle l'information religieuse depuis quelques années. Quand on se souvient de l'époque où cette rubrique était tenue par Jean Bourdarias, on mesure le déclin... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/08/2018

EMBROUILLES

> Sous l'article de J.-M. Guénois, un exemple de commentaire faisant du pape François un bouc émissaire. Totale désinformation, bien évidemment : Guénois ne devrait pas être fier d'embrouiller au moyen de fausses polémiques une situation déjà fort complexe...
---

"Soit la mise en exergue de l'homosexualité dans l'Église, validée par Rome".
Là est le coeur du problème.
Sachant que 85 % des enfants ou des ados victimes d'abus sexuels sont des garçons, il saute aux yeux que le scandale actuel est d'abord le scandale de l'homosexualité de nombreux prêtres de l'Eglise américaine.
Le Pape fait dramatiquement fausse route en faisant table rase des Instructions de Jean XXIII de 1961 exigeant d'écarter de la prêtrise les séminaristes ayant des tendances homosexuelles.
Si ces instructions n'avaient pas fini aux oubliettes dans le sillage du Concile, nous n'en serions pas là."

[ PP à PV - Commentaire typique du "qui veut noyer son chien, l'accuse de la rage" ! Et sur fond d'ignorance, l'auteur ne connaissant visiblement pas la très sévère directive de 2005 aux directives de séminaires. Mais le bourgeois intégriste ne connaît qu'une seule idée : accuser Vatican II, que d'ailleurs il n'a pas lu non plus. C'est vrai, pourquoi s'informer ? Il suffit de répéter ce que disait le grand-père Charles-Hubert qui était abonné à 'Fideliter'. Dans Nos Chères Familles on ne peut pas se tromper. C'est génétique. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/08/2018

PENSÉES

> C'est le moment de citer cette pensée beaucoup plus profonde qu'elle en a l'air du sapeur Camember : "Quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limite".

Bernard


[ PP à B. - A laquelle j'ajouterai cet autre aphorisme camembérien : "Il y en a qui disent ci. Il y en a qui disent ça. Moi, je ne dis ni ci, ni ça." ]

réponse au commentaire

Écrit par : bernard / | 26/08/2018

CÉLIBAT ?

> Sur le sujet, je me permets de vous signaler le point de vue d'Hervé Hamon dans le Télégramme de ce jour (dimanche 26 août)
https://www.letelegramme.fr/debats/le-diable-en-quelque-sorte-26-08-2018-12059996.php
et le commentaire qu'il m'a inspiré, que le Télégramme a bien voulu valider, et que je reproduis ci-dessous:

«Oui, il faut dénoncer le scandale des prêtres pédophiles et du silence de la hiérarchie, et cela d'autant plus que s'il est une religion dont les textes fondateurs sont sans ambiguïté sur le sujet, c'est bien le christianisme: "Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même. Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer" (Matthieu 18, 5-6).
Mais la conclusion d'Hervé Hamon me paraît très datée. Les spécialistes ne l'ont pas attendu pour poser la question du possible lien de causalité entre célibat des prêtres et pédophilie. Parmi les théologiens, Hans Küng est bien connu pour avoir soutenu que le célibat des prêtres était en cause. Mais sa thèse ne fait pas l'unanimité loin de là. Dans le monde laïc, les actes pédophiles ne sont pas spécialement le fait de célibataires. Une étude du Service d'Accueil Téléphonique pour l'Enfance Maltraitée en 2001 indiquait que 72 % des auteurs signalés de violences sexuelles sur mineurs étaient des membres de la famille (32 % pères, 9 % beaux-pères et concubins, 6 % grands-parents). Pas spécialement soumis à un interdit sexuel donc. Et les causes possibles de comportement pédophiles mises en évidence par la psychiatrie n'incluent pas non plus le célibat, mais plutôt une personnalité perverse, parfois aussi névrotique, ou des perturbations du développement.
Je ne crois donc pas à un lien de causalité direct avec le célibat. Une hypothèse est que le problème dans l'Église, outre le silence de la hiérarchie, serait plutôt celui de la sélection des prêtres (pas de détection suffisante, avant l'ordination, des profils à risque). Mais c'est là que l'on retrouve indirectement, pour d'autres raisons, la question du célibat : permettre l'ordination d'hommes mariés serait une façon d'élargir le vivier de candidats et donc de pouvoir être encore plus sélectif sur les profils psychologiques sans risquer de manquer tout à fait de prêtres...»

Mon hypothèse finale, et la réponse proposée, peut à son tour, j'imagine, faire débat (dans mon cas, elle doit beaucoup à mes liens avec la Russie et à la lecture, entre autres, du très grand théologien orthodoxe Paul Florensky, qui, dans son oeuvre maîtresse, La colonne et le fondement de la vérité, jugeait par exemple «malpropre» et «blasphématoire» la nouvelle de Tolstoï, 'La sonate à Kreutzer', avec sa «répugnance pour le mariage»).
______

Écrit par : jean-michel / | 26/08/2018

MOMENT PARADOXAL

> On vit, ce me semble, une période de transition : la pédophilie (intra ou extrafamiliale) était dramatiquement ignorée dans les années 80 et 90. Statistiquement, je ne suis pas sûre que c'était mieux au XIXe siècle (cf. Octave Mirbeau : https://mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/Ferron-ViolSR.pdf). Des progrès considérables ont été faits dans l'éducation nationale et dans l'église : on n'ignore plus, on est plus vigilant, on agit plus vite. J'ajoute qu'un tabou a sauté sur la pédophilie féminine, qui n'était jamais évoquée il y a 10 ans.
On est donc à un moment paradoxal : on combat et évoque beaucoup la pédophilie, faisant apparaître la pédophilie comme très courante dans les paroisses, écoles et colos, alors qu'elle commence à être mieux traitée. Les brebis galeuses sont plus rapidement détectées et exclues, dans l'église comme dans l'éducation nationale.
Hélas, il y aura toujours des victimes, mais je pense qu'il y en a moins qu'avant, et moins gravement, car les coupables sont plus rapidement exfiltrés. On n'imagine plus changer d'affectation un curé ou un instit' suite à des accusations de pédophilie... C'était courant dans les années 80... L'idée que demeurent des victimes et des sacrifiés est évidemment insupportable. A titre personnel, je n'envoie jamais mes enfants en colo, chez les scouts ou autres récollections entre jeunes hommes au fond des bois.
Enfin, il faudrait travailler l'autre versant du problème : l'hypersexualisation des enfants, leur éveil précoce à la pornographie, etc. Un enfant ou un adolescent n'a peut-être pas pleinement conscience qu'on ne joue pas avec le désir de l'autre, et qu'un être humain peut passer à l'acte quand on ne pensait pas que la chose était sérieuse.
Ce qui ne facilite rien, c'est l'image positive de personnages littéraires comme Lolita, ou même l'incroyable storytelling autour du couple Macron, qui devrait mettre mal à l'aise n'importe quel enseignant.
François en pleine continuité avec Benoît XVI : quel catholique sérieux peut donc être surpris ?
_______

Écrit par : Maud / | 26/08/2018

DISCUSSION

> Certes ce ne sont pas les médias qui ont inventé ces affaires de pédophilie, certes il leur arrive de signaler tel ou tel cas dans l'enseignement public ou chez les bouddhistes, mais on ne peut pas nier que les affaires liée au clergé catholique ont un retentissement médiatique plus important. Un curé pédophile a "droit" au journal de 20h, tandis qu'un pédophile garagiste, médecin ou banquier aura un entrefilet dans la gazette locale. Certes le viol d'enfant est encore plus choquant de la part d'un prêtre, mais pour la victime la profession de l'agresseur c'est quand même secondaire. Ces affaires sont quand même une bonne excuse pour "bouffer du curé", sous couvert d'indignation vertueuse et de protection des enfants. Je rappelle qu'à propos de l'affaire Polanski, jugé coupable du viol d'une fille de 13 ans, si l'affaire était médiatisée c'était plus pour défendre le pauvre cinéaste persécuté par un méchant juge américain que pour condamner l'adulte abusant d'une adolescente. Je rappelle que lorsque F Bayrou rappela les écrits pédophiles de D Cohn Bendit, c'est le président du Modem qui fut lynché par les médias.

Pr T.


[ PP à Pr T. - Oui, mais en partie seulement. Je ne me lasserai pas de le dire : aucun catholique ne doit s'étonner que le crime de prêtres, absolument singulier et métaphysiquement monstrueux, choque plus - y compris les incroyants - que le crime de n'importe qui d'autre. Nier ça, c'est perdre de vue ce qu'est le sacerdoce... ]

réponse au commentaire

Écrit par : professeur Tournesol / | 27/08/2018

SURMÉDIATISATION ?

> Le fait qu'il ait fallu conduire vous même la recherche sur le sujet de la pédophilie dans un autre milieu que l'Eglise montre que le phénomène n'est pas caché pour l'Education nationale, mais que l'Eglise est visée par une surmédiatisation alors que les autres institutions concernées sont sous médiatisées par une hiérarchisation différente de cas similaires.
On peut y voir miséricordieusement le signe d'un amour préférentiel pour l'Eglise, ou la défense de l'idée que le laïcs et les athées défendent mieux les valeurs évangéliques d'amour universel que l'Eglise institution et ses dogmes "hérétiques" pour la modernité.

PE


[ PP à PE - Aucun catholique ne devrait s'étonner que le crime de prêtres choque plus que le crime de laïcs... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe Edmond / | 27/08/2018

@ Ph de Visieux

> Si 85 % des victimes d'abus étaient des filles, parleriez-vous du "scandale de l'hétérosexualité" dans le clergé, faudrait-il virer les séminaristes hétérosexuels ???
Si deux adultes de même sexe ont une relation, ce n'est certes pas très catholiques, surtout s'il s'agit de prêtres, mais ça ne présente tout de même pas la même gravité qu'un adulte abusant d'adolescents en profitant de son autorité sacerdotale.
______

Écrit par : professeur Tournesol / | 27/08/2018

à Patrice :

> Sur le caractère particulier du crime de prêtres, un rapprochement peut être fait avec l'affaire du curé d'Uruffe, coupable d'un double assassinat sur la femme qu'il avait mis enceinte et sur le fœtus (considéré en 1958 comme une personne à part entière - infanticide -, non comme un "amas de cellules"). L'homme était père d'un autre enfant, dont la mère avait accouché clandestinement. Aux assises de Meurthe-et-Moselle, il y a tout juste soixante ans, la foule avait exigé la peine de mort contre ce prêtre obsédé sexuel et assassin ; il échappa de peu à la guillotine ("on ne tue pas l'oint du Seigneur" dit de Gaulle). L'évêque fit dire des messes expiatoires...
Pourtant, c'est ce même évêque qui, ayant appris la première paternité du curé, fit ce qui est aujourd'hui reproché à d'innombrables prélats : il le changea d'affectation. Décision qui n'améliora strictement rien, le curé ne maîtrisant pas davantage ses pulsions sexuelles dans sa nouvelle paroisse.
Un prêtre, de par son onction, exerce le sacerdoce du Christ : un ministre du Seigneur se comportant de la sorte ne peut que choquer l'opinion, qu'elle soit croyante ou non.
D'où cet aspect "métaphysique" que vous soulignez, absent du crime commis par un boulanger ou un facteur.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 28/08/2018

Au Professeur Tournesol :

> En matière de relations hétérosexuelles, le critère est celui de la nature non consentie de la relation : un prêtre qui contraint une femme à des faveurs sexuelles n'a pas sa place dans l'Église. Il reste un abuseur : ayant enfreint le "ce que vous ferez au plus petit d'entre les miens, c'est à moi...", il ne peut légitimement célébrer in persona Christi. En matière homosexuelle, en revanche, les relations ne sauraient être admises dans tous les cas au sein du clergé.
À titre d'exemple, l'ancien curé de ma paroisse vivait maritalement avec une femme, comme peuvent vivre entourés de leur épouse les prêtres maronites. Leur relation, de notoriété publique, ne m'a jamais choqué : l'amour qui les unissait était aussi sincère que l'était la vocation sacerdotale du prêtre en question. Point d'intention d'abuser en la matière mais un profond respect de la personne aimée. Dans l'affaire du curé d'Uruffe, cette intention était par contre beaucoup plus manifeste, donc condamnable.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 28/08/2018

@ Ph de Visieux

> Je vous trouve bien indulgent avec les prêtres concubinaires qui ne respectent pas leur engagement au célibat. Les relations sexuelles, quelles qu'elles soient, leur sont interdites.
Il y a en effet une hiérarchie dans la faute : avoir une maîtresse est moins grave que violer une femme, avoir une maîtresse est moins grave qu'avoir un amant, mais également avoir un amant est moins grave que violer qui que ce soit, a fortiori un enfant. Le critère de consentement est important, y compris pour les actes homosexuels. Par ailleurs il faut distinguer entre l'orientation et les actes homosexuels : un prêtre (ou quelqu'un d'autre) peut avoir des penchants homosexuels sans passer à la pratique.
______

Écrit par : professeur Tournesol / | 28/08/2018

VERMONT

> https://www.nouvelobs.com/monde/20180829.OBS1535/etats-unis-les-recits-glacants-des-survivants-d-un-orphelinat-de-l-horreur.html
Encore un récit d'abus, cette fois perpétrés par des religieuses dans un orphelinat du Vermont. Témoignage défiant l'entendement...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 30/08/2018

SE PEUT-IL ?

> Hallucinant cet article sur l'orphelinat du Vermont. On dirait un récit de Dachau. Comment se peut-il que de telles horreurs se soient déroulées pendant des décennies et que rien ne soit sorti...Comment se peut-il qu'aucun responsables, évêques, aumônier ou directeurs de consciences de ces religieuses n'aient rien fait? Ils devaient être au courant quand même?
______

Écrit par : VF / | 30/08/2018

@ VF

> En lisant ce récit, j'ai d'abord pensé que c'était un 'hoax', tellement c'était gros. Mais j'ai bien l'impression que c'est vrai. Digne en tous points des délires sadiques d'Irma Grese, la "hyène d'Auschwitz". Après, comment dire à une femme tentée par l'IVG que, aux yeux de Dieu, abandonner son enfant à la naissance est nettement préférable ? Cette crise va avoir pour effet immédiat de rendre la parole de l'Eglise totalement INAUDIBLE.
______

Écrit par : Feld / | 30/08/2018

UN SUR DOUZE

> J'évoquais ces scandales hier avec un prêtre togolais. Il me disait, avec beaucoup de calme, que parmi les Douze, il y avait Judas : un douzième des apôtres. La proportion est restée grosso modo la même aujourd'hui, avec quatre pour cent de prêtres prédateurs (en Allemagne, selon le récent rapport). Un seul, lui répondis-je, c'est encore trop...
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 15/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.