Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2018

Sans aucun mandat des Etats européens, Juncker cède (en leur nom) à Trump et au patronat allemand

LUnion-Européenne-le-pathétique-faux-nez-de-limpérialisme-américain-à-loeuvre-en-Ukraine.jpg

...et ne sert que Berlin, qui sacrifie à son industrie les intérêts économiques, écologiques et sociaux des Européens :


 

Quand nous avions vingt ans et que nous collions dans Paris nos affiches sérigraphiées "Non à l'Europe allemande", nous passions pour des dingues mais nous étions dans le vrai. En voici la preuve. A Washington, le 25 juillet, Jean-Claude Juncker a signé sans aucun mandat la capitulation européenne devant les ultimatums économiques et commerciaux de Donald Trump. 

Cette capitulation s'étend aux domaines que les Européens jugeaient névralgiques : les normes environnementales, sanitaires et techniques, rebaptisées par Trump et Juncker "obstacles tarifaires et non-tarifaires à éliminer" !  Après avoir fabriqué des normes impérieuses pendant cinquante ans, Bruxelles les brûle d'un seul coup sur l'autel transatlantique ; à croire que ces normes n'avaient d'autres fonctions que de réduire la souveraineté des Etats membres, et qu'elles ont cessé d'être utiles une fois cet objectif atteint...

De même, M. Juncker s'est engagé – de quel droit ? – à ce que les Etats et les entreprises européennes achètent "massivement" (selon Trump) le soja transgénique et le gaz de schiste américains. Nous vendre ce gaz est une exigence US ; nous faire rompre avec Gasprom est l'objectif réel du show anti-russe de l'OTAN ; l'accord Juncker est donc sordide.

Voilà Emmanuel Macron coincé, une fois de plus, par le réel. Ou bien il persiste à rêver que "l'Europe garantit notre souveraineté" : c'est du somnambulisme. Ou bien il maintient la posture esquissée par Bruno Le Maire, qui met en garde contre cet accord-capitulation. On va voir les limites de l'en-même-temps macronien.

Nos radios-télévisions bêlent en choeur que "Juncker a réussi à éviter la crise", comme si l'idée d'une "crise" entre Bruxelles et Washington était impensable. C'est en effet le cas, dans l'hypothèse où la construction européenne  fut une projection de la géopolitique washingtonienne relayée en 1947 par Jean Monnet (le plus Américain des citoyens français). Mais l'obsession "d'éviter la crise" est illogique, voire contre-nature, dans l'hypothèse où les Français  voyaient l'UE comme le syndicat des intérêts économiques du continent tout entier. En rejetant cette seconde hypothèse au profit de la première, nos médias se démasquent : la seule chose sacrée est à leurs yeux "le libre-échange". Ce n'est pas de l'économie, c'est de l'idéologie !

Une telle idéologie n'est que la superstructure d'intérêts économiques. Ce ne sont pas ceux du continent tout entier. La réalité de cette "Europe" se circonscrit aux intérêts des industriels allemands de l'automobile, seuls bénéficiaires de l'accord qui suspend les sanctions tarifaires... à condition (en échange) que Bruxelles ouvre l'espace européen au déferlement commercial américain : "super d'être à nouveau sur la bonne voie avec l'UE", a tweeté M. Trump.

 

 

imagesVALVYMPH.jpg

 

11:39 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : juncker, trump, macron

Commentaires

VISIONS

> Les visions d'éléphants roses de J-C Juncker-Drunker sur les questions économ-hic expliquent sa capitulation :
http://www.leparisien.fr/international/jean-claude-juncker-demande-du-respect-apres-des-questions-sur-sa-consommation-d-alcool-18-07-2018-7825434.php
-florilège de notre Boris Juncker /Jean-Claude Eltsine :
https://www.youtube.com/watch?v=nhfL2shVrjY
https://nos-medias.fr/video/jean-claude-juncker-t-il-un-probleme-d-alcool
______

Écrit par : e levavasseur / | 27/07/2018

> d'autres vidéos montrant l'évident alcoolisme de JC Juncker
https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=aj_PZWlkYpA
https://www.youtube.com/watch?v=v4G6KyKx7pk
https://www.youtube.com/watch?v=MY_RgHjg3Bw
comment un tel homme peut-il exercer un tel pouvoir ?
______

Écrit par : e levavasseur / | 27/07/2018

LE SCANDALE JUNCKER

> Espérons que les propos de Bruno Le Maire ne soient pas que de circonstance. Le Maire dit vrai : les normes communautaires ne permettent pas, en leur état actuel, l'importation de nombreux produits agricoles américains (bœuf aux hormones, soja transgénique, etc.). Reste à voir ce qu'il pèsera face à Mme Merkel et M. Juncker. Le chantage mené par Trump est un scandale, mais la capitulation européenne face à ce chantage, sur ordre de Mercedes-Benz et de BMW, en serait plus grand encore : il acterait notre inféodation.
PV


[ PP à PV - Est-il encore temps de dire : "serait" ? ° ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/07/2018

HÉRITIERS

> Si cette affaire pouvait enfin dégriser les gentils européistes....
Il va y avoir de la gueule de bois chez les héritiers du courant démocrate-chrétien, qui, contrairement à Junker voient des éléphants roses fédéralistes depuis ces décennies, et sans même picoler !

PH


[ PP à PH- Je crains que non. Ils sont aveugles aux faits et arguments contredisant leur idéologie qu'ils prennent pour "la garantie de la paix". Sinon la France et l'Allemagne rentreraient en guerre sans délai, comme chacun sait. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 27/07/2018

BRUXELLES, BERLIN, WASHINGTON

> http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/07/28/97001-20180728FILWWW00124-orban-l-ouest-il-n-y-a-pas-de-democratie.php
Viktor Orban ne dit pas que des stupidités : à ses yeux, l'Europe de l'Ouest n'est pas (ou plus) démocratique. Il a raison lorsqu'il affirme que la Commission européenne est un "symbole de l'échec". Toujours raison lorsqu'il affirme que la politique russe de l'Union est "primitive". L'Union européenne qui se transforme en lobby d'intérêts privés (l'industrie automobile allemande, en dernier lieu) souffre effectivement d'un fort déficit démocratique ; elle ne peut conduire qu'à "l'échec" si, comme c'est le cas, elle conduit à une vassalisation toujours plus affirmée à l'Amérique.
Je recommande à ce sujet la lecture d'un bon article du 'Monde' consacré au récent accord conclu par Jean-Claude Juncker et Donald Trump à Washington : fort justement, l'auteur ne comprend pas pourquoi l'Europe accepte de discuter un "pistolet sur la tempe". Cette capitulation est pourtant compréhensible si le lobby automobile de Bruxelles a exigé de la Commission d'éviter, quel qu'en soit le prix, la fermeture du marché américain : on sait le poids que ce lobby représente outre-Rhin.
https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/07/28/etats-unis-ue-un-armistice-commercial-ambigu_5337019_3232.html
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 29/07/2018

LA PAIX

> Youpi ! la paix est sauvé !!!
C'était le même refrain en 1938.
Tout va bien Mme la Marquise !
Quand on voit le résultat de la capitulation de 1938 ....
ça promet pour celle de 2018 !
Cdt,
______

Écrit par : Bergil / | 30/07/2018

ENJEU

> L'enjeu n'est pas que l'industrie automobile: les grands constructeurs sont prèsents aux USA ou dans les pays de l'ALENA zone de libre echange donc bien des vehicules de marques allemandes ou japonaises y sont construits et ont accès inconditionnel au marché US. Il est bien plus de renforcer notre dépendance énergétique, c'est plus fondamental. Les voitures , c'est de la communication à usage interne.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 30/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.