Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2018

Enfant, smartphone et porno : l'alarme des médecins

istock-576594540.jpg

Le 15 juin, des professionnels de santé parmi lesquels le Pr Nisand (président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français)  ont interpellé les pouvoirs publics sur un sujet tabou, l'exposition massive à la porno pour les enfants et les adolescents :


 

Pourquoi ce sujet était-il tabou ? Parce qu'il met directement en cause l'industrie des smartphones : business privé dont l'emprise sur les circuits nerveux de la société intimide les pouvoirs publics, qui s'en rendent de plus en plus complices.

"Les films pornographiques, gratuits et accessibles en un clic, sont visionnés principalement par l'intermédiaire des smartphones qui échappent au regard des parents", constate le Pr Nisand [*] : par le smartphone, "la rencontre avec les images pornographiques peut se produire dès le plus jeune âge, dans la cour de récréation du primaire et parfois de façon non souhaitée :  lorsqu'un enfant les met sous les yeux d'un autre ou qu'une fenêtre intempestive s'affiche." Selon l'enquête Opinionway d'avril dernier, 62 % des jeunes adultes disent avoir vu leurs premières scènes pornographiques hard avant l'âge de 15 ans. Chez les 14-17 ans, 18 % des garçons et 12 % des filles en regardent "au moins une fois par semaine" ; près de 10 %, "une ou plusieurs fois par jour". Ces scènes filmées font partie du parasitage de la vie quotidienne (addiction aux réseaux sociaux et aux jeux vidéo) qui bloque les études de l'enfant et de l'adolescent ; contexte dans lequel on doit approuver les mesures prônées par le ministre de l'Education nationale.

Le résultat de l'addiction au porno est anthropologiquement dramatique : ne pouvant comprendre qu'il s'agit de mises en scène (et de business), l'enfant voit ces scènes comme si elles étaient la vie normale. Il en tire une conception fausse de la sexualité, qu'il absorbe comme une prescription ambiante. "C'est devenu le modèle dominant", souligne Clara Hatem (Maison des femmes de Saint-Denis)... Selon le psychiatre Serge Hefez [*], spécialiste de la thérapie familiale, "de plus en plus de jeunes s'enferment dans un huis-clos avec les images pornographiques. Le schéma est le même que dans les autres addictions." Beaucoup d'adolescentes se voient imposer par leurs jeunes partenaires des pratiques à plusieurs et des actes de sodomie qu'ils ont vus sur leur smartphone.

La "génération smartphone" est ainsi en proie à un business de la téléphonie qui véhicule une vision nuisible de l'existence. Réagir contre cela est nécessaire et urgent. Nombre d'éducateurs le disaient depuis plusieurs années, sans parvenir à se faire écouter : ni des parents, qui sous-estiment le problème parce que l'indifférence les arrange (sauf quand éclatent des scandales ou des drames) ; ni des pouvoirs publics ; ni bien sûr des industriels de la téléphonie ou de l'internet, prompt à déchaîner l'ire des "défenseurs des libertés numériques" contre toute proposition de "limitation de l'accès". On sait par ailleurs que les ventes de smartphones "boostent la croissance".

Ces arguments libéraux-libertaires avaient pour effet - jusqu'à présent -  de clore le débat. Il semble pouvoir se rouvrir aujourd'hui sous la pression de personnalités qui étaient écoutées des pouvoirs publics (en d'autres domaines), comme le Pr Nisand. Mais les oppositions ne désarmeront pas. Les libertaires jugent obscurantiste l'interdiction d'accès aux sites X pour les mineurs - et s'opposent à tout "traçage des usages pornographiques des gens". Les libéraux geignent contre "de nouvelles exigences légales qui viendraient s'ajouter au carcan qui étouffait déjà l'entreprise". Trente ans après la prise du pouvoir global par le libéralisme, s'attaquer aux responsabilités sociétales du business attire la colère de l'Olympe.

 

__________

[*] Le Monde 16/06.

 

w_130208021500-smartphone-iphone-xxx-jc-tablet-large.jpg

 

 

Commentaires

CHAPOES DE PLOMB

> Les « responsabilités sociétales du business », dites-vous, cher Patrice.
Il faudrait dresser la liste de ces chapes de plomb qui recouvrent les mauvaises mœurs de nos sociétés libérales libertaires, avec la complicité des gouvernements, et ce au nom du « business » :
- « secret des affaires », avec la loi éponyme tout juste votée, dont chacun comprend qu’elle vise la liberté d’informer ;
- législation anti-bobards (« fake news »), complétant la précédente (pour toute affaire méritant de rester secrète… mais sortant du contexte économique et entrepreuneurial ?) ;
- inclusion du trafic de drogue et de la prostitution dans le calcul du PIB ;
- et donc pornographie pour tous, afin que le décervelage commence dès le plus jeune âge…
(bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive).
Qu’on se le dise : l’empire libéral libertaire dans lequel nous vivons ne manque pas seulement à la vérité, à l’honnêteté (je n’ose pas dire la bonté), à la beauté. Tout ce qui lui importe c’est de promettre aux populations « du pain et des jeux »… Surtout des jeux, avec monde et immonde à portée de clic.
Ne manquons pas une occasion de viser et relever tous les méfaits – comme le porno en libre accès – de la « bonne conscience libérale » qui anime nos gouvernants.
______

Écrit par : Denis / | 16/06/2018

SMARTPHONES ET GLOBISH DANS L'EGLISE

> Merci pour ce message. L'addiction à la pornographie n'est que la partie la plus grave de l'addiction aux smartphones et à internet, qu'on donne à nos jeunes par pressions sociales.
Au delà de l'alerte, où sont les actions ?
Sur ce sujet comme sur d'autres, n'attendons pas que le mouvement vienne d'en haut. Lançons des mouvements de masse dans la société, à l'instar de ce qui se fait sur l'écologie ou alors l'exemple exceptionnel de la marque du consommateur (CQLP) sur le lait.
L'Eglise devrait être en première ligne sur le sujet, c'est l'opportunité d'aller aux périphéries (pour aider les gens, non les moraliser) et d'évangéliser.
Je trouve que pour le moment la réaction est très limitée (l'Emmanuel a lancé quelque chose, mais aussi Liberté Politique très récemment, avec toute l'ambiguité du positionnement religieux et politique actuel de ce dernier).

Ludovic


[ PP à Ludovic - Une partie du clergé croit que critiquer l'emprise du business serait "se couper des réalités d'aujourd'hui". Comme si 'Laudato Si' n'était pas claire sur ces sujets...
Ça explique aussi l'invasion du globish de business-school dans le vocabulaire des "cathos proactifs". Et la quasi-impossibilité d'en discuter avec eux... J'ai essayé ; on m'a répondu que ne pas parler globish (à des Français !) serait "s'isoler". De quoi ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 17/06/2018

"EXTRAORDINAIRE"

> Dans le collège où étudie mon fils, j'ai assisté à une conférence sur "les écrans". Devant l'ampleur du phénomène, il y a de plus en plus d'interventions de ce type... Salubre.
Mais ce qui m'énerve, c'est de constater que, la plupart du temps (pour ne pas écrire : tout le temps), on est dans une optique de "maîtrise de l'outil", le smartphone étant lui-même qualifié (je cite de mémoire un intervenant), "d'outil technologique le plus extraordinaire qui existe".
Je regrette, mais un outil "extraordinaire", qui est à l'origine de conflits sanglants, dont l'utilité réelle relève au mieux du futile, au pire du mauvais (les utilisations "sérieuses" de l'outil informatique n'ont pas besoin de la "mobilité") ne réjouit pas le Seigneur.
Apprendre aux ados (voire aux enfants ! ) la culture du smartphone, c'est un peu la logique de la salle de shoot.
Steve Jobs, en interdisant les "nouvelles technologies" à ses enfants, savait ce qu'il faisait !
Soyons clair : le smartphone rend con et égoïste (et le pire, c'est que j'en ai un...). Seul intérêt : avoir en permanence un appareil photo sur soi.
Mais qui, de nos jours, ose tenir ce genre de discours (hors 'La Décroissance') ? Il y a des jours, j'en ai plus que marre de me battre contre des moulins à vent...
______

Écrit par : Feld / | 17/06/2018

ÉLÈVES ZOMBIES

> Oui, il y a urgence absolue... Entendu Nisand, mais aussi Rossignol (ex-ministre des Familles...), et alii, sur France Intox, tous d'accord pour déclencher l'alerte écarlate.
De fait, chaque année je trouve mes élèves de lycée encore plus zombies, même quand ils ne dorment pas en cours (sommeil profond réel, phénomène croissant depuis environ 4 ou 5 ans). Le clip de Moby est dépassé par la réalité (pour mémoire : https://www.youtube.com/watch?v=VASywEuqFd8)

Alex


[ PP à Alex - Ce qui n'empêche pas certains profs (je les ai entendus à France Inter) affirmer que les smartphones ne sont pas vraiment un problème, qu'il y a plus urgent, etc. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 17/06/2018

DANGEREUX

> Une attaque ô combien nécessaire et qui n'est d'ailleurs qu'une riposte.
On ne peut parler de dignité humaine, de droits de la femme et tolérer la réification de la femme intrinsèque au porno.
C'est dangereux de s'attaquer au porno :
-Dominique Baudis, alors président du CSA, l'avait fait pour la télévision quand il y a fait interdire les films porno ; on était en juillet 2002.
-courant de l'été : le ministre de la culture*** réduit quasiment à néant la décision Baudis
-avril 2003 : Baudis met en demeure une chaine qui diffuse plus de 700 films pornos contre 52 autorisés
-dès le mois suivant, mai 2003 : il est accusé de proxénétisme, de viol, de meurtre et d'actes de barbarie.
Rien que ça.
Les accusateurs avoueront le coup monté.
Article du Nouvel Obs, journal de bobo partouzard, qui bien sûr, ne voit pas le problème du porno : https://www.nouvelobs.com/societe/20030520.OBS1112/le-combat-de-baudis-contre-la-pornographie.html

**le ministre de la culture Aillagon, était "de droite". Vous savez, la droite "fière de ses valeurs" qui "défend la famille""...
______

Écrit par : e levavasseur / | 18/06/2018

DÉBAT

> Merci Patrice pour votre réponse
Malheureusement je crois que la réaction molle sur le sujet du porno ne vient pas tant que de la fascination pour le libéralisme que du fait que beaucoup de chretiens (prêtres ou laïcs) sont eux mêmes mal à l’aise pour en parler clairement.

L.


[ PP à L. - Je ne parlais pas du porno en général, mais du média : toute action contre l'emprise du porno sur les enfants passerait par un sevrage de smartphone... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 18/06/2018

L'HUMAIN ET L'OUTIL

> J'ai déjà lu la remarque dans les commentaires de ce blog :
...et combien de tablettes numériques gagnées lors des tombolas de fin d'année dans les paroisses ?
Je repense également à cet article https://comptoir.org/2018/01/19/black-mirror-la-machine-presumee-innocente/ sur la série TV Black Mirror (Netflix).
Le risque actuel c'est effectivement de mettre en cause l'humain qui serait tordu et non l'outil technologique qui lui serait neutre (lire : "c'est seulement l'utilisation de l'homme qui le rend néfaste") en omettant bien-sûr que l'outil lui-même change le comportement de l'utilisateur. Partant de ce point de vue-là, nul besoin de changer quoique ce soit du point de vue législatif n'est-ce-pas ?

Ton,yZ


[ PP à TonyZ - Exactement. C'est en raison de ce blocage mental que le catho-bourgeois-français refuse la théologie des "structures de péché", qui ne mène pas à charger les gens mais à mettre en cause un système. ]

réponse au commentaire


Comme Feld, j'ai un smartphone, et j'avoue même être plutôt accro puisqu'il me permet, entre autres, de lire ce blog confortablement assis dans mon canapé :-/

Écrit par : TonyZ / | 18/06/2018

ATTEINTE

> Quoi? vous voulez porter atteinte aux libertés d'expression et de création artistique ?

PH


[ PP à P¨H - J'y porte atteinte jour et nuit, n'ayant pas de smartphone... ]

réponse au xcommentaiore

Écrit par : Pierre Huet / | 18/06/2018

> Il faut le dire et le redire: l'anthropologie est l'enjeu majeur du siècle...
______

Écrit par : Philippe / | 18/06/2018

LES PARENTS

> Comme le dit bien Patrice, la solution est simple: que les parents cesse de payer le forfait de leur progéniture... Mais il faudrait que les adultes le redeviennent...
______

Écrit par : VF / | 18/06/2018

@ PP

"Une partie du clergé croit que critiquer l'emprise du business serait "se couper des réalités d'aujourd'hui".
D'où le dicton : "le dernier marxiste sera un vieux recteur breton, le dernier ultralibéral un jeune vicaire versaillais" ?
______

Écrit par : Feld / | 18/06/2018

> Le porno c'est la théorie, le viol c'est la pratique.
#balancetonporc
______

Écrit par : Thomas Mousset / | 18/06/2018

PENDANT LA MESSE...

> Comment voulez-vous que l'Eglise s'engage fortement sur cette question, quand on nous demande de donner à la quête par smartphone PENDANT la messe.
Comment voulez-vous que l'école s'engage fortement sur cette question, quand on colle les élèves de maternelle devant un écran pour qu'ils comprennent "le monde numérique".
Comment voulez-vous que les parents s'engagent fortement sur cette question, quand ils sont si heureux d'être tranquilles quelques heures en leur collant une tablette entre les mains.
Comment voulez-vous que les enseignants s'engagent fortement sur cette question, quand il y a toujours un traître démago pour dire qu'en cours il demande à ses élèves d'utiliser leurs smartphones "qui est une formidable fenêtre ouverte sur le monde".
Comment voulez-vous que l'université s'engage fortement sur cette question, quand les présidents de fac mettent du wifi partout, y compris dans les amphis, et vont jusqu'à solliciter les réseaux sociaux pour coloniser massivement les esprits pendant les cours (Jodel a été introduit avec fierté par les présidents de fac eux-mêmes sur certains campus, malgré la protestation des enseignants !).
______

Écrit par : Maud / | 19/06/2018

> Bonjour ! Et merci pour votre article que j'ai relayé.
Sinon, toujours d’actualité : le documentariste Pierre Carles estimait, en 2010, dans le cadre de cet entretien (http://www.acrimed.org/Voir-Fin-de-concession-de-Pierre-Carles ) que « la critique de l’information telle que nous l’entendons aujourd’hui sera totalement caduque dans dix ou quinze ans. Ce qu’il nous faudra critiquer, demain, c’est la société de la dépendance[effectivement !], celle qui nous rend accro à des jouets superflus pour mieux nous empêcher de réfléchir par nous-mêmes. C’est là où réside notre faiblesse : le capitalisme, lui, sait créer des utopies. L’iPhone, qu’on le veuille ou non, est une utopie, la promesse d’un monde meilleur où tous les services et les plaisirs seront à portée de main, sans effort, quasi-gratuitement. Un monde meilleur synonyme de sang et de larmes pour la majorité de la population mondiale [comme le souligne Feld plus haut]… Mais nous, qui ne croyons pas en ces utopies bidon, [sommes-nous capables de ] fabriquer les nôtres [ ?] »

Fraternellement,
Peps
______

Écrit par : Peps / | 19/06/2018

QUÊTE

> Quête par smartphone: Maud m'a devancé! Car ce matin, un intervenant informaticien travaillant sur ces systèmes, diffusé par une radio que nous aimons bien...
Il y était question aussi du paiement par carte sans contact. On n'arrête pas le progrès.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 19/06/2018

@ Maud

> Xavier Accart du magazine 'Prier' est bien d'accord avec vous et comme il le dit, le don doit rester quelque chose de concret et pas seulement un virement électronique.
Le pape François aussi est d'accord avec vous : "arrêtez de brandir vos portables pour filmer pendant la messe ! on est là pour prier !"
https://www.youtube.com/watch?v=k9OCrIfCQZI

@ VF
> On pourrait aussi n'avoir que des portables simples, type années 90, pour les mineurs : sms+appels point final (sans accès internet)

@ PP & TonyZ
> Ce déni de l'existence de structures de péché porte à charger les gens vus comme seuls coupables.
C'est le même déni que celui qui fait nier l'existence de Satan : du coup, toute la charge de la responsabilité du Mal repose sur l'homme seul !
Non seulement c'est faux et c'est d'une incroyable dureté, mais en plus le combat est perdu d'avance puisqu'on se trompe d'objectif.
De plus on porte le pécheur
- soit à l'insouciance et donc à recommencer puisque ce n'est pas de sa faute
- soit on peut aussi le mener au désespoir :
Car ce déni, ajouté à la croyance stupide que l'homme est naturellement bon & que donc le mal est forcément un signe de folie, isole encore plus le pécheur (le "stigmatise" comme on dit de nos jours) au lieu de l'accompagner :
"puisque l'homme est bon, pourquoi as-tu fait le mal ? tu es anormal !"
______

Écrit par : e levavasseur / | 19/06/2018

RECYCLER ?

> Comme mon cher Feld, je viens de céder aux sirènes du smartphone....
En fait, mon voisin jetait le sien à la poubelle (un coréen de 2010). Passant devant moi, il me le tend en me demandant si je le veux pour recyclage (il connait mes choix de vie). je le récupère, change la batterie et roule ma poule.
Pourquoi le fis-je? Ben pour trois raisons: primo, voir partir à la poubelle un objet qui marche encore et a couté tant de sueur et de souffrances à des frères de l'autre bout du monde me révulsait; secondo, j'ai besoin d'un truc plus pratique pour les sms que mon vieux nokia (avec les collègues, on co-voiture à 70% et les textos sont vraiment pratiques pour se mettre au point); enfin, la fonction calendrier et agenda est pratique.
Par contre, sans rentrer dans les détails (trop long), le smartphone est un vrai problème pour les ados. On n'arrête pas d'avoir des histoire sordides au collège ou en voyage scolaire. Et les parents sont de plus en plus lâches....
______

Écrit par : VF / | 19/06/2018

PIANO

> Je joue du piano depuis l'âge de 7 ans. J'ai remarqué que la pratique d'un instrument de musique avait tendance à réduire le risque d'utilisation compulsive de smartphones et autres tablettes. C'est en tout cas effectif me concernant, ne serait-ce que parce-que le temps passé à faire de la musique est autant de temps tenu éloigné de l'écran. J'ai longtemps amusé mon entourage avec mon vieux coucou de téléphone mobile non connecté à internet.
Bref, je préfère avoir mon clavier de 88 notes au bout des doigts et jouer du Chopin, du Liszt, Schubert, Brahms...ça, ça vous envoie dans les étoiles :)
Alors, chers jeunes, faites de la musique avec un vrai instrument !
______

Écrit par : Thomas Mousset / | 19/06/2018

à Eric :

> C'est marrant, c'est exactement ce que l'on se disait avec un jeune collègue trentenaire ce matin. L'argument habituel des parents est de pouvoir les joindre en cas d'absence d'un prof...(ah, l'excuse bidon d'adultes démagos...) donc pas besoin d'internet....
______

Écrit par : VF / | 20/06/2018

INFO

> https://m.20minutes.fr/amp/a/2298019 au cas où les gens ne connaissent pas les sites appropriés, 20minutes, bfm, et d'autres relaient l'information ô combien importante !
______

Écrit par : TonyZ / | 28/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.