Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2018

Catholiques français - XXIe siècle - écologie intégrale

catholicisme

La situation française (version française de la dissociété “occidentale”) se présente comme le dit ici une amie du blog :


 

<< La "crise" que nous vivons me paraît normale en quelque sorte, vu le contexte actuel de l'Eglise en France : nous sommes finalement en train de sortir pour de bon (ce n'est pas un jugement : je ne m'en réjouis pas, mais il n'y a rien à déplorer : c'est ainsi) d'une société de chrétienté, ce qui implique des mutations profondes de notre manière d'être Eglise dans la société actuelle.

Les évêques l'ont très bien compris et travaillent à cette mutation, qui passe comme à toutes les époques par la conversion missionnaire de chaque chrétien, pour la revitalisation intérieure de nos communautés paroissiales et autres, afin qu'elles évangélisent.

Cela implique de laisser tomber un certain nombre de fonctionnements, d'habitudes, de manières de faire ; c'est douloureux pour beaucoup de chrétiens qui s'étaient attachés à ces formes (qu'ils soient "progressistes" ou "tradis", ou paroissiens lambda). Vous avez peut-être entendu parler de la polémique actuelle dans notre diocèse à propos de l'arrêt des funérailles catholiques dans le gros complexe funéraire intercommunal de l'agglomération. On est au coeur du sujet : sortie de chrétienté, l'Eglise ne peut plus fonctionner comme prestataire de services à la personne avec un vague vernis chrétien... Il s'agit, comme disent le pape François et beaucoup d'évêques à sa suite, d'accompagner dans la durée au sein des communautés chrétiennes. >>

 

Comme nous le répète inlassablement le pape, il s'agit donc de donner “dans la durée” le témoignage de nos vies, vécues autant que possible selon l'Evangile. Le Christ ne nous demande pas de défiler dans les rues en clamant que nous mordrons les impies s'ils touchent à “nos valeurs” (lesquelles n'ont souvent pas grand-chose à voir avec les Béatitudes). Ce qu'Il nous demande est dit noir sur blanc chez Matthieu, Marc, Luc et Jean : vivre de sa Vie, pour la communiquer à tous ceux que nous sommes appelés à rencontrer – quels qu'ils soient. Ce qui suppose que nous partagions leurs besoins, leurs souffrances et leurs luttes... Partage qui mène l'Eglise à proposer sa doctrine sociale, à laquelle Laudato Si' donne le nom d'écologie intégrale. Une écologie qui assume inséparablement l'être humain et tout le reste de la création ; et qui ne recule pas devant la critique radicale du système économique actuel ! Nous allons en parler dans les jours qui viennent : samedi soir à la cathédrale d'Evry (20h30), et le soir du 15 mars au Centre Saint-Jean de Boulogne-Billancourt.

 

 

 

050508_st_francois-1-889x290.jpg

 

Commentaires

RATZINGER PROPHÈTE

> Pour paraphraser le Felix Culpa de l'exultet... Bienheureuse mutation, prédite déjà par le cardinal Ratzinger, qui nous oblige à nous ré-ancrer plus profondément en Jésus-Christ.
"L’Église sera une Église plus spirituelle, ne gageant pas sur des mandats politiques, ne courtisant ni la droite ni la gauche. Cela sera difficile pour elle, car cette période d’ajustements et de clarification va lui coûter beaucoup d’énergie. Cela va la rendre pauvre et fera d’elle l’Église des doux. Le processus sera d’autant plus ardu qu’il faudra se débarrasser d’une étroitesse d’esprit sectaire et d’une affirmation de soi trop pompeuse."
https://fr.aleteia.org/2016/07/15/le-jour-ou-joseph-ratzinger-a-predit-lavenir-de-leglise/
______

Écrit par : isabelle / | 06/03/2018

THÉOLOGIES

> j'ai parcouru longuement votre livre et je découvre votre blog. Le récit de votre itinéraire m'a intéressé. L'appel à "témoignage" que vous lancez ici suffira-t-il ? je vous livre une réflexion qui m'est venue à la lecture de votre livre et qui réapparaît ici : vous évoquez la théologie du magistère et uniquement elle : n'y a-t-il donc pas ou plus de vraies et véritables recherches de théologie ailleurs qu'à Rome ? La théologie dogmatique est-elle désormais uniquement romaine ?

Martin

[ PP à Martin :

- Bienvenue dans nos fils de discussion !

- Pour répondre à votre question : la réflexion théologique est polycentrique - et heureusement ; l'Eglise catholique n'est pas une armée... Mais on ne peut pas demander aux fidèles de connaître et de suivre toutes les recherches en théologie.
En revanche, ils sont tenus (cf 'Christifideles laici' de saint Jean-Paul II) d'accueillir avec ouverture d'esprit et amour filial l'enseignement du Magistère pontifical ordinaire, organe de régulation de l'univers catholique, ce qui inclut la doctrine sociale ("qui fait partie de la théologie morale", soulignait JP II).
Si j'insiste sur cela, c'est pour mettre les catholiques français d'aujourd'hui face au problème qui affecte nombre des leurs (principalement dans les milieux bourgeois de droite) : leur réticence, voire leur hostilité, envers la dimension socio-économique de l'enseignement des papes depuis plusieurs dizaines d'années. D'autant que cette hostilité socio-économique déborde désormais, depuis 2014-2015, en procès d'intention contre la totalité de l'enseignement papal y compris dans d'autres domaines ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Martin / | 07/03/2018

NONNES ET CURIE ROMAINE

> Je sais que c'est un peu hors sujet, mais que pensez-vous de ces affaires de nonnes exploitées par certains cardinaux (si on en croit la presse), un "embarra pour le Vatican" comme certains aiment à dire ?

AM

[ PP à AM - Un embarras pour les plus encroûtés de la Curie, sans aucun doute. Mais certainement pas pour le pape. Comme disait Mao, feu sur le quartier général : songez que l'affaire a été déclenchée par 'L'Osservatore Romano' ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 07/03/2018

ENCROÛTÉS

> Quand vous parlez des encroûtés vous voulez parler de celui du Honduras? Le pote de François?
Ou bien des allemands, ceux qui veulent bénir les couples homos?

LG


[ PP à l'anonyme :
- Pas du tout : je parle du bloc oppositionnel de la Curie, à la fois immobiliste sur le plan ecclésial et lié, sur le plan économique, à la finance italienne... (pour plus informé voir le chapitre 2 de 'Cathos, ne devenons pas une secte') ; ce même bloc qui a saboté - avec l'appui de Sandro Magister le "pote" de nos réacs à gros mollets - la fin du pontificat de Benoît XVI, parce que ce dernier voulait nettoyer l'IOR.
- Quant à votre kolossale finesse sur le Honduras et l'Allemagne :
1. il est comique de voir les ultra-réacs faire semblant de compatir aux souffrances des victimes de pédophiles... maintenant que ça peut (croient-ils avec les "merdias") nuire au pape actuel ; alors qu'il y a cinq ans, les mêmes ultra-réacs niaient le drame de la pédophilie de prêtres parce que ça faisait "diversion" par rapport à leurs idées fixes ;
2. si un cardinal allemand tient des positions libérales-libertaires contraires à la ligne de l'Eglise, le mot "encroûté" ne lui convient pas : sa faute est une liquéfaction, ce qui est l'inverse d'un encroûtement. La prochaine fois que vous ferez le kéké bergogliophobe, serrez mieux votre texte. ]

réponse au commentaire

Écrit par : LG / | 08/03/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.